Sites affiliés expand
Hockey Canada logo

Bénévole un jour, bénévole toujours

Même après presque 50 ans d’implication au hockey mineur à Saint-Hyacinthe, Thérèse Desautels en retire encore aujourd’hui une satisfaction qui la tient toujours près de l’aréna

David Brien
|
21 April 2023

Le nom de Thérèse Desautels en est un qui résonne fort dans les sphères du hockey de la région maskoutaine. Reconnue pour ses compétences interpersonnelles ainsi que sa grande générosité, Thérèse est d’abord et avant tout une véritable mordue de hockey.

Passionnée, patiente et attentionnée sont des termes évoqués lorsque vient le temps de la décrire. Mais la plus belle preuve de la générosité de cette grande partisane de sport est sans aucun doute son bénévolat.

Madame Desautels donne de son temps à l’Association de hockey mineur de Saint-Hyacinthe depuis près de cinq décennies. Son implication communautaire a principalement débuté aussitôt que son fils Simon a sauté sur la patinoire municipale pour y donner ses premiers coups de patin.

Bien que Thérèse ait siégé comme secrétaire de l’Association dès ses premiers jours, c’est plutôt à titre de secrétaire du Tournoi M13 de Saint-Hyacinthe qu’elle tire sa réelle fierté. Le sentiment d’appartenance qu’elle a développé envers cette compétition annuelle est incomparable.

« Je suis là depuis le tout début, depuis le tout premier Tournoi Pee-Wee de Saint-Hyacinthe », dit-elle de la compétition qui en était à sa 48 e édition en janvier dernier. « J’aime ça, que voulez-vous! C’est une richesse de pouvoir participer à des trucs comme ça. J’ai toujours dit que j’arrêterais après mon 50e [tournoi], mais la pandémie est venue repousser mes plans. Je ne suis pas pressée, mais en même temps je le veux mon 50e »

Le hockey a grandement évolué au fil des ans, tout comme les fonctions de madame Desautels. À l’époque où elle était secrétaire pour le hockey mineur, elle devait entrer manuellement les informations de chacun des jeunes inscrits auprès de l’association, en plus de les répertorier un à un dans des cartables, en fonction de leur équipe et de leur niveau.

« En plus, on n’avait pas de bureau dans ce temps-là, donc je faisais tout de la maison. Et tout à la main à part de ça! », lance-t-elle en riant. « Mais, j’aimais ça. Ce n’était pas une pénitence pour moi, bien au contraire. »

Au fil des ans, ce sont donc plus de 1 500 joueurs et joueuses qui ont officiellement été inscrits au hockey grâce à la calligraphie de madame Desautels. Bien que cela puisse sembler inimaginable avec la technologie d’aujourd’hui, il s’agissait pour elle d’une simple tâche à accomplir parmi tant d’autres.

Thérèse admet que faire du bénévolat est une excellente manière de redonner à sa communauté, tout en encourageant et en soutenant les jeunes de la région. Aujourd’hui âgée de 87 ans, elle n’est plus en mesure de travailler les mêmes longues heures qu’autrefois, mais elle trouve toujours le moyen de s’impliquer.

« Avant, je travaillais pas mal plus que ça. Les premières années du tournoi, je peux vous dire que j’arrivais [à l’aréna] avec ma chaudière, ma moppe et mes guenilles, et je m’assurais que notre espace de travail était propre pour les dix jours qu’on y était! », plaisante-t-elle.

« Cette année, au tournoi pee-wee, je n’ai pas fait grand-chose. Mais j’ai aidé comme je pouvais quand même. Les gens venaient me saluer, et quelques-uns n’en revenaient pas que j’étais encore là », commente la doyenne.

L’importance du bénévolat ne peut être ignorée dans la tenue de tournois comme le Championnat national masculin des clubs de M18, qui débute le lundi 24 avril au Stade Louis-Philippe-Gaucher. Même si une seule équipe repartira avec la médaille d’or au cou, tous ceux et celles qui y travailleront à l’arrière-scène en sortiront également gagnants selon madame Desautels.

« On s’enrichit tellement! À travers les années, j’ai gagné beaucoup d’amis », reconnaît-elle. « Pour moi, c’était valorisant. Ceux qui ne font pas de bénévolat passent à côté d’une belle occasion. En plus, lorsque c’est une équipe de Saint-Hyacinthe qui remporte un tournoi qu’on organise, c’est tellement la plus belle récompense qu’on puisse avoir! »

Bien qu’elle ne planifie pas se rendre sur place pour encourager les Gaulois de Saint-Hyacinthe au championnat national la semaine prochaine, Thérèse a tout de même trouvé le moyen de s’impliquer à distance. Son fils, Simon, est l’un des bénévoles qui ont contribué à la tenue de l’événement et il avait besoin d’une faveur bien spéciale.

« J’ai pu repasser les fanions qu’ils ont reçus pour chacune des équipes du tournoi! », lance-t-elle avec satisfaction. « Les drapeaux étaient tous pliés dans un petit sac, donc j’ai décidé de les repasser pour qu’ils soient tous beaux et propres! »

Bien entendu, Thérèse agissait de plein gré.

« Encore une fois, ce n’était pas une pénitence. J’aime ça faire du repassage », dit-elle en riant. « J’ai même dit à mon gars "si les médailles arrivent et que leurs rubans ont des plis dessus, amène-les-moi et je vais t’arranger ça" »

Il existe certainement un proverbe pour les personnes comme madame Desautels…

Bénévole un jour, bénévole toujours.

Annonce des sites hôtes de la Coupe Esso et de la Coupe TELUS en 2025

L’Alberta et la Colombie-Britannique accueilleront les championnats nationaux des clubs de M18 du Canada

NR.029.24
|
30 April 2024

CALGARY, Alberta – Hockey Canada a dévoilé le nom des sites qui accueilleront les championnats nationaux des clubs de M18 du Canada en 2025. C’est à Lloydminster, en Alberta, qu’aura lieu la Coupe Esso, tandis que la Coupe TELUS se tiendra sur la côte Ouest, dans la région de Fraser Valley, en Colombie-Britannique.

Du 20 au 26 avril, les Steelers de Lloydminster de la Ligue de hockey féminin de l’Alberta (AFHL) accueilleront cinq équipes championnes régionales au Centennial Civic Centre à l’occasion du Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada. Ce sera la cinquième fois que la Coupe Esso sera disputée en Alberta, et une première pour la ville située à la frontière avec la Saskatchewan.

Les Thunderbirds de Fraser Valley, qui évoluent pour leur part dans la Ligue de hockey élite de la C.-B. (BCEHL), en seront à une première participation à la Coupe TELUS, qui sera disputée du 21 au 27 avril au Chilliwack Coliseum. Le Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada sera donc de retour en Colombie-Britannique pour la première fois depuis 2017.

« L’organisation d’un championnat national est un travail colossal, et nous sommes reconnaissants envers les comités organisateurs locaux, Hockey Alberta et Hockey Colombie-Britannique, qui travailleront de concert avec notre équipe pour s’assurer d’offrir des événements de première classe à Lloydminster et à Chilliwack le printemps prochain », a commenté Pat McLaughlin, chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie à Hockey Canada. « Les championnats nationaux des clubs de M18 du Canada ont permis au fil des ans de voir des athlètes parmi l’élite s’illustrer à l’échelle nationale avant de poursuivre leur chemin à l’international. Il n’y a aucun doute à notre esprit, les gens en Alberta et en Colombie-Britannique seront réjouis de voir tout ce talent à l’œuvre dans un an. »

Il est possible de s’inscrire dès maintenant afin de recevoir toute l’information sur les billets pour la Coupe Esso 2025 et la Coupe TELUS 2025 à mesure qu’elle sera connue, et de s’inscrire au Cercle des initiés de Hockey Canada pour un accès prioritaire aux billets et d’autres offres spéciales.

« Ces tournois sont souvent les occasions d’une vie pour les participants et participantes, leurs familles et les partisans et partisanes », a déclaré Dean McIntosh, premier vice-président de la génération de revenus, de l’expérience client et de l’impact communautaire à Hockey Canada. « Grâce à la générosité d’Esso et de TELUS, nous serons en mesure de cimenter le legs de ces deux événements dans deux marchés de hockey extraordinaires, et nous en sommes très heureux. Nous tenons à remercier toutes les communautés qui ont manifesté leur intérêt pour la tenue de ces championnats nationaux l’an prochain, et avons bien hâte d’accueillir les meilleurs clubs de M18 du pays au printemps. »

Les Rebels de Regina ont remporté leur tout premier titre national lors de la Coupe Esso 2024 à Vernon, en Colombie-Britannique, tandis que les Cantonniers de Magog ont gagné le deuxième titre de leur histoire lors de la Coupe TELUS 2024 à Membertou, en Nouvelle-Écosse. TSN et RDS, les diffuseurs officiels de Hockey Canada, ont présenté les deux matchs pour la médaille d’or.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux FacebookX et Instagram.

Voir plus
Les Cantonniers de Magog.

Les Cantonniers de Magog remportent la Coupe TELUS 2024

Les Wheat Kings de Brandon obtiennent la médaille d’argent; les Buffaloes de Calgary gagnent le bronze

NR.028.24
|
29 April 2024

MEMBERTOU, Nouvelle-Écosse - Les Cantonniers de Magog ont gagné la Coupe TELUS pour la deuxième fois de leur histoire en battant les Wheat Kings de Brandon 4-1 pour compléter une semaine parfaite de 7-0 au Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada.

Il s'agit de la cinquième médaille des Cantonniers à ce tournoi; ils avaient gagné l’or en 2000, et l’argent en 2018, 2019 et 2022.

Gabriel Courchesne (Drummondville, QC) a inscrit le but de la victoire en supériorité numérique en fin de première période. Courchesne, qui a connu cinq matchs de plus d’un point et noirci la feuille de pointage dans six de ses sept affrontements, a été le meilleur de la compétition au chapitre des buts (10) et des points (15).

« Quel sentiment incroyable. Nous avons trimé dur toute l'année pour arriver à ce moment, et nous sommes tellement heureux d’avoir gagné le tournoi. Nous avons 20 joueurs dans notre équipe qui peuvent exécuter leur travail à la perfection dans notre système, et c'est ce qui rend notre groupe spécial », a déclaré Courchesne. « Nous étions au courant des trois dernières défaites [au match pour la médaille d’or] que les Cantonniers avaient subies à la Coupe TELUS, donc nous voulions gagner pour les entraîneurs qui avaient vécu ces déceptions, pour notre programme et pour nous-mêmes. »

Simon-Xavier Cyr (Sherbrooke, QC) a battu le gardien de but de Brandon Burke Hood (Brandon, MB) pour ouvrir le pointage pour les Cantonniers à 11 min 58 s du début de la rencontre avant de voir Easton Odut (Brandon, MB) niveler le pointage un peu plus de trois minutes après. Les Cantonniers ont marqué à nouveau en deuxième période grâce à Marc-Olivier Proteau (Lac-Mégantic, QC) et Antoine Boudreau (Drummondville, QC), qui ont également obtenu deux aides dans le match, pour assurer leur victoire.

« J’éprouvais tellement de fierté en regardant mes joueurs gagner chaque jour cette semaine, et j’ai vécu un sentiment magique lorsque j’ai rejoint ma deuxième famille [pour la demi-finale] samedi », a confié l’entraîneur-chef de Magog, Samuel Collard (Sherbrooke, QC). « Nous voulions ramener ce trophée à Magog, et nous n’avons jamais tenu rien pour acquis cette semaine jusqu’à la dernière minute. Toute l’année, nous voulions être l’équipe qui travaille fort en étant soudée, et c’est exactement ce que nous avons fait. »

Kyan Labbé (Sherbrooke, QC) a réalisé 19 arrêts pour Magog, concluant un impressionnant tournoi au sommet parmi tous les gardiens de but au chapitre de la moyenne de buts alloués (1,71) et du pourcentage d’arrêts (0,942). Hood a offert une performance sensationnelle devant le filet des Wheat Kings, bloquant 42 rondelles.

« Toute la saison, nous avons travaillé fort pour devenir des champions nationaux, et c’est incroyable d’avoir réussi à le faire avec des gars qui sont nos coéquipiers depuis que nous avons 10 ans. » Lorsque nous avons pris l’avance, nous savions que nous devions rester calmes et nous avons fini par marquer deux buts importants en deuxième période », a déclaré Labbé. « C’est un tournoi incroyable, et nous avions seulement une chose en tête ici, c’était de gagner. Tout le monde dans l’équipe s’aime et nous allons vraiment savourer ce triomphe. »

Le sommaire complet du match est affiché ICI.

Entre les matchs pour des médailles, Hockey Canada a annoncé les lauréats des prix du tournoi de la Coupe TELUS 2024 :

  • Joueur par excellence – Gabriel Courchesne (Drummondville, QC), Cantonniers de Magog
  • Meilleur avant – Antoine Boudreau (Drummondville, QC), Cantonniers de Magog
  • Meilleur défenseur – Liam O’Neill (Calgary, AB), Buffaloes de Calgary
  • Meilleur gardien de but – Kyan Labbé (Sherbrooke, QC), Cantonniers de Magog
  • Joueur ayant le meilleur esprit sportif – Brady Turko (Brandon, MB), Wheat Kings de Brandon
  • Récipiendaire de la bourse d’études de la Coupe TELUS (1 000 $) – Ryan Piggot (Richmond Hill, ON), Waxers de Markham

Les Buffaloes de Calgary battent les Waxers de Markham en tirs de barrage pour remporter la médaille de bronze

Plus tôt aujourd’hui, les Buffaloes de Calgary ont rebondi après un revers de 4-1 contre Brandon en demi-finale la veille pour gagner la médaille de bronze grâce à un gain de 4-3 des Waxers de Markham en tirs de barrage. Avec cette victoire, ils ont mis la main sur leur septième médaille dans l’histoire de la Coupe TELUS. 

Brayden Gourley (Calgary, AB) et Rhys Jamieson (Calgary, AB) ont fait mouche en tirs de barrage pour Calgary, qui a gagné une troisième médaille de bronze. Kael Svensson (Calgary, AB) a fermé la porte contre les quatre tireurs qu’il a affrontés en tirs de barrage après avoir réalisé 36 arrêts en temps réglementaire et en prolongation, tandis qu’Eamon Callaghan (Oshawa, ON) a bloqué 23 rondelles.

« Je voulais juste garder mon calme, j’avais confiance que mes coéquipiers feraient le travail. Les gars ont trimé dur, et nous avons dû faire face à de l’adversité, mais nous avons trouvé le moyen de sortir avec la victoire », a affirmé Svenson. « Ça fait du bien [d’avoir gagné la médaille de bronze]. Nous voulions vraiment terminer le tournoi avec une victoire, et même si nous n’avons pas remporté l'or, nous ne voulions pas repartir les mains vides. Je ne pourrais être plus fier de ce groupe. »

Les deux équipes se sont échangé des buts au cours des deux premières périodes avant que Piggott ne marque sur une échappée partielle pour donner à Markham une avance de 3-2 à mi-chemin en troisième période. Calgary a créé l’égalité un peu plus de quatre minutes plus tard lorsque Christian Stephanson (Calgary, AB) a battu Callaghan en désavantage numérique. Les deux équipes ont eu leurs chances en prolongation à 3 contre 3, mais aucune n’a réussi à toucher la cible. 

Le sommaire complet du match est affiché ICI. Pour télécharger les faits saillants du match pour la médaille de bronze, veuillez CLIQUER ICI.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca, suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram et utiliser le mot-clic #CoupeTELUS.

Voir plus

Dans mes propres mots : Adam Dixon

Le vétéran d’Équipe Canada parle de ses étés inoubliables au camp Campfire Circle, et des raisons pour lesquelles il continue de s’y impliquer comme bénévole

Adam Dixon
|
19 April 2024

Ayant grandi à Midland, en Ontario, j’étais « le jeune qui avait le cancer », à l’école comme ailleurs.

C’était logique, quand on y pense. On entendait rarement parler d’enfants atteints de cancer dans cette petite communauté de 17 000 personnes.

J’avais 10 ans quand on m’a diagnostiqué un sarcome d’Ewing, une forme rare de cancer qui s’attaque le plus souvent aux os des jambes et du bassin. Moi, c’était la jambe droite, au tibia. On m’a enlevé l’os au complet pour le remplacer par celui d’une personne donneuse, en insérant une plaque métallique et plusieurs vis.

Alors voilà, j’étais un jeune qui avait le cancer.

Mais au Campfire Circle, je devenais bien plus que ça.

Le Campfire Circle, c’est un camp d’été destiné aux enfants atteints de cancer, ou qui ont été touchés d’une façon ou d’une autre par le cancer, comme les enfants qui ont perdu un frère ou une sœur. Là-bas, on avait tous ce trait en commun. Chacun et chacune pouvait enfin dévoiler sa vraie personnalité. Je devenais « le jeune qui fait du sport », « le jeune qui aime s’amuser ». Ça me permettait de m’évader, deux semaines chaque été.

J’ignore comment mes parents ont appris l’existence de ce camp. Mais je me revois assis dans l’autobus pour la première fois, prêt à y aller. Les six étés que j’y ai passés ont complètement changé ma vie.

Au camp, je pouvais être moi-même, tout simplement. Pas question pour moi d’être chronométreur au hockey. Même si je ne pouvais plus jouer, je tenais à faire partie de l’action. Je courais partout, je m’amusais en faisant un tas de choses que ma mère ne m’aurait jamais permis de faire à la maison. Il faut dire qu’il y avait des médecins sur place, c’est pourquoi on nous laissait un peu plus de liberté. Si je me cassais la jambe, des gens étaient là pour s’occuper de moi.

Tout est si bien organisé pour ceux qui vivent ce genre de situation. Les traitements de chimiothérapie peuvent être offerts sur place. Les lieux sont accessibles, ce qui permet de faire des choses qui sont souvent impossibles à la maison.

C’est une bouffée d’air frais, et à bien des égards. Le camp étant situé dans la région de Muskoka, on ne pourrait rêver d’un plus bel endroit. Et le simple fait d’être dehors toute la journée, ça fait un bien énorme. On jouait au hockey-balle. Il y avait un toboggan aquatique géant. Mais je me rappelle surtout le temps passé avec mes amis à jouer des tours.

Je me répète, mais ce camp a changé ma vie.

Le parahockey a été tout ce qu’il y avait de plus important pendant longtemps. Toutes mes vacances y étaient consacrées, et je n’échangerais ça contre rien au monde. J’ai eu la chance de voyager, de remporter des championnats mondiaux, de participer aux Jeux paralympiques. J’ai passé la majeure partie des deux dernières décennies à porter le logo de Hockey Canada, à représenter mon pays. Quelle chance!

Mais après les Jeux paralympiques de 2018, d’autres aspects de ma vie ont pris de l’importance, dont le camp Campfire Circle. Je m’étais inscrit comme bénévole avant la pandémie de COVID-19, mais le camp avait été forcé d’interrompre ses activités quelques étés, étant donné la clientèle vulnérable.

Dès la réouverture, je me suis lancé. J’y suis depuis maintenant deux étés en tant que bénévole à temps plein. Ma copine et moi sommes tous deux bénévoles. On a passé quelques fins de semaine là-bas aussi, ce qui est bien pour s’évader un peu du quotidien.

La première année, j’étais moniteur et je m’occupais de l’atelier de menuiserie. Je veillais à la sécurité des enfants. Ceux qui me connaissent sont peut-être surpris en lisant ces lignes. Peut-être même qu’ils la trouvent bien drôle. On me fait confiance avec des outils tranchants? À moi, un enfant dans un corps d’adulte?

C’était un peu intimidant au début, mais les choses ont fini par se placer. L’été dernier, il fallait quelqu’un pour une excursion de canot en eaux vives. Je n’avais rien fait de tel auparavant, mais on cherchait de l’aide, alors j’ai levé la main. Il suffisait qu’on me dise quoi faire. Au bout du compte, j’ai passé deux semaines sur la rivière des Français. Pas exactement dans ma zone de confort, mais je me suis sorti d’affaires. Et me voilà de retour comme moniteur cet été. C’est un peu comme être parent à la maison. Je cours toute la journée avec les jeunes, c’est plaisant.

J’ai toutefois un objectif précis cette année. Je suis né un 13 août. Quand j’étais enfant, je fêtais toujours mon anniversaire au camp. Et le jour de leur anniversaire, les jeunes choisissent trois moniteurs qu’ils jettent dans le lac. Je n’ai pas encore été assez cool pour qu’on me choisisse, alors je dois essayer de trouver qui seront les fêtés cet été. Je vais m’assurer de les énerver jusqu’au point où ils voudront me faire boire la tasse.

J’ai vraiment envie de me faire lancer dans le lac.

On me demande souvent si, en tant que l’un des « responsables », je sentais que les moniteurs et monitrices avaient de la pression. On tend à croire qu’il faut toujours prévoir quelque chose de grandiose en raison de ce que ces jeunes ont vécu, mais tout se fait naturellement. Ces enfants ont lutté contre le cancer. C’est sans doute la pire chose qui leur sera arrivée au cours de leur vie. Partir en camp de vacances, c’est facile. Ce sont eux qui créent leur propre expérience. Oui, l’ambiance du camp y est pour quelque chose, mais quand ce qui nous rend « différent » à la maison perd son importance, on peut enfin baisser sa garde, et ça fait du bien.

Je l’avoue, être bénévole, je le fais un peu par égoïsme. Prendre le large et y rester pendant deux semaines, ça donne une bonne pause. Et c’est une occasion de lâcher mon fou, de retomber en enfance pendant 14 jours. Mais une fois sur place, ma priorité, c’est les jeunes.

Je me rappelle à quel point je me suis amusé quand j’avais leur âge. Je veux leur faire vivre la même expérience. Il suffit de repenser à ces moments de ma jeunesse, aux moniteurs et monitrices que j’admirais tant, et d’essayer d’apporter cette énergie à mon tour. Est-ce que j’y parviens? Allez savoir. Disons que la rétroaction, ce n’est pas toujours une force chez les jeunes. Trop occupés à se moquer de nous. Mais oui, je pense que je fais du bon travail.

J’aimerais conclure par une sorte de plaidoyer. Impliquez-vous comme bénévoles. Donnez de votre temps à la communauté. Ça peut être un camp d’été. Ou un tournoi de hockey (j’ai entendu dire entre les branches que le Mondial junior revenait en sol canadien l’hiver prochain). Ça peut être n’importe quoi. Il s’agit simplement d’apporter sa contribution.

Il y a tant d’événements dans le monde qui reposent entièrement sur les bénévoles. C’est une excellente manière de socialiser, d’aller à la rencontre de gens aux intérêts similaires qui veulent eux aussi redonner à la communauté.

Alors, qu’est-ce qui vous retient? Fiez-vous à moi, vous allez adorer. Il se suffit de se lancer!

Voir plus

Parcours vers la Coupe TELUS 2024 : Waxers de Markham

Les champions de la région centrale, qui font leur première apparition sur la scène nationale, ont connu une longue route vers Membertou

Jason La Rose
|
18 April 2024

Aucune équipe n’a eu de plus long parcours vers la Coupe TELUS que les Waxers de Markham.

Après 35 matchs au cours d’une saison régulière échelonnée sur 130 jours d’octobre à février, les Waxers se sont démenés dans 22 affrontements en 57 jours en séries, et le calendrier était intense.

Markham a joué 10 matchs en 22 jours pour se qualifier pour le championnat de l’Association de hockey mineur de l’Ontario (AHMO), où elle a disputé quatre parties de plus en trois jours. Après une pause de trois semaines, l’équipe a survécu à un marathon de sept rencontres en sept jours à l’occasion du championnat de la région centrale.

Et maintenant, tout est à refaire pour les Waxers à Membertou.

Markham a terminé la saison régulière en force, remportant 11 de ses 12 derniers matchs pour se hisser au deuxième rang de la division Est de l’OMHA . Après une défaite au début des éliminatoires face aux Raiders d’Ajax-Pickering, les meilleurs au classement, l’équipe n’a perdu que deux des 21 affrontements suivants. La dernière étape vers le Cap-Breton s’est conclue sur une fabuleuse victoire de 6 à 5 contre les Wolves de Waterloo.

Les Waxers misent sur une contribution offensive variée. En saison régulière, quatre joueurs ont obtenu en moyenne au moins un point par match, et dix en ont inscrit au moins 20, tandis qu’en séries, trois joueurs ont produit à un rythme d’un point par match ou plus.

Tate Collins et Matthew Johnson ont été les catalyseurs à l’avant. Ils sont à égalité au sommet des pointeurs de Markham en saison régulière avec 46 points chacun et ont inscrit un total de 66 points en 22 parties en séries éliminatoires.

C’est la première fois que les Waxers se qualifient pour le Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada, et la première fois que les représentants de la région centrale sont issus de l’ OMHA depuis les Reps de Hamilton en 2009.

LEUR PARCOURS VERS MEMBERTOU

Association de hockey mineur de l’Ontario
Tournoi à la ronde : 2 es dans le groupe A de l’Est – ont perdu contre les Raiders d’Ajax-Pickering 4-0, ont fait match nul contre les North Central Predators 2-2, ont battu les Jr. Gaels de Kingston 1-0, ont battu les Generals d’Oshawa 7-3, ont battu les North Central Predators 5-2, ont battu les Toros de Clarington 8-3, ont battu les Toros de Clarington 6-0, ont battu les Jr. Gaels de Kingston 5-1, ont fait match nul contre les Raiders d’Ajax-Pickering 5-5, ont battu les Generals d’Oshawa 3-2

Championnat de l’OMHA
Ronde préliminaire : 2 es dans le groupe 2 – ont battu les Central Ontario Wolves 9-2, ont battu les Rangers d’Oakville 5-1, ont perdu contre les Eagles de Burlington 7-3
Demi-finale : ont battu les Gryphons de Guelph 5-3
Finale : ont battu les Eagles de Burlington 4-2

Championnat de la région centrale
Ronde préliminaire : 2 e place – ont battu les Jr. 67’s d’Ottawa 5-3, ont battu les Kings de Vaughan 6-2, ont battu les Majors de Timmins 10-1, ont perdu contre les Wolves de Waterloo 4-3 PROL., ont battu les Greyhounds de Sault Ste. Marie 7-2
Demi-finale : ont battu les Kings de Vaughan 4-3
Finale : ont battu les Wolves de Waterloo 6-5

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-N-DP) : 24-8-2-1 (5es de l’OMHA)
Buts pour : 157 (7es de l’OMHA)
Buts contre : 87 (5es de l’OMHA)
Plus longue série de victoires : 6 (6-28 janv.)
Trois meilleurs pointeurs :
- Matthew Johnson – 25B, 21A, 46P (15e de l’OMHA)
- Tate Collins – 19B, 27A, 46P (18e de l’OMHA)
- Philip Govedaris – 14B, 24A, 38P (35e de l’OMHA)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 17-3-2
Buts pour : 109
Buts contre : 57
Trois meilleurs pointeurs :
- Tate Collins – 15B, 24A, 39P
- Matthew Johnson – 17B, 10A, 27P
- Philip Govedaris – 11B, 16A, 27P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

Première participation

JOUEURS REPÊCHÉS DANS L’OHL

Lucas Manikis – Firebirds de Flint – 2023 (10e ronde, 195e au total)
Kyle Butt – Spitfires de Windsor – 2023 (12e ronde, 240e au total)
Tate Collins – Attack d’Owen Sound – 2023 (14e ronde, 272e au total)
Eric Sencaj – Colts de Barrie – 2023 (14e ronde, 279e au total)

Voir plus

Parcours vers la Coupe TELUS 2024 : Cantonniers de Magog

Le règne des champions du Québec se poursuit avec une quatrième qualification pour le championnat national en cinq tentatives

Jason La Rose
|
18 April 2024

Ils sont de retour!

Absents du tournoi l’an dernier, les Cantonniers de Magog représenteront le Québec à la Coupe TELUS pour la quatrième fois en cinq éditions – 2018, 2019, 2022, 2024 (celles de 2020 et de 2021 ayant été annulées en raison de la pandémie de COVID-19).

La saison régulière des Cantonniers a été bonne sans être spectaculaire. La fiche de 27 victoires de l’équipe se hisse au cinquième rang des classements des six dernières campagnes complètes dans la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec (LHM18AAAQ), remontant aux débuts de Magog dans la course au titre national, en 2017-2018. C’est en séries que les Cantonniers ont encore une fois excellé.

Le club a balayé Châteauguay et a battu Lac St-Louis en quatre matchs avant d’éliminer le Blizzard du Séminaire Saint-François, champion en titre de la Coupe TELUS, en demi-finale.

Les Estacades de Trois-Rivières constituaient le dernier obstacle entre Magog et Membertou. Au terme d’une série âprement disputée en cinq matchs, Mavrik Duhaime a marqué le but gagnant en prolongation en finale pour envoyer les Cantonniers au Cap-Breton.

La production offensive a été bien répartie en saison régulière : Gabriel Courchesne (24-35—59 – 2 e de la LHM18AAAQ) a été le meneur, mais la formation compte cinq joueurs qui ont inscrit plus de 30 points et six qui ont atteint le plateau des dix buts.

Kyan Labbé a été époustouflant devant le filet. Celui qui n’est resté sur le banc que 23 minutes pendant les éliminatoires a terminé au deuxième rang de la ligue pour la moyenne de buts alloués (1,98) et le pourcentage d’arrêts (0,934).

Ne reste plus qu’à finir par gagner en finale. En 2019, les Cantonniers sont devenus la troisième équipe à perdre deux finales nationales consécutives (2018) – les Chiefs de Red Deer de 1994-1995 et les Grenadiers de Châteauguay de 2014-2015 avaient subi le même sort avant eux – et en 2022, c’est une troisième finale de suite qu’ils ont laissé filer en prolongation contre les Flyers de Moncton.

LEUR PARCOURS VERS MEMBERTOU

Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec
Demi-finale de la division Tacks : ont battu les Grenadiers de Châteauguay 2-0 (7-2, 10-4)
Finale de la division Tacks : ont battu les Lions du Lac St-Louis 3-1 (2-6, 4-1, 4-1, 2-1)
Demi-finale : ont battu le Blizzard du Séminaire Saint-François 3-0 (4-2, 2-1 PROL., 2-1)
Finale : ont battu les Estacades de Trois-Rivières 3-2 (1-5, 4-3 PROL., 1-0, 3-4, 2-1 PROL.)

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-DP) : 27-9-6 (2es de la LHM18AAAQ)
Buts pour : 163 (à égalité en 1re place de la LHM18AAAQ)
Buts contre : 111 (3 es de la LHM18AAAQ)
Plus longue série de victoires : 3 (25 oct. - 1er nov.; 14 déc. - 5 janv.; 12-17 janv.)
Trois meilleurs pointeurs :
- Gabriel Courchesne – 24B, 35A, 59P (2e de la LHM18AAAQ)
- Antoine Boudreau – 25B, 29A, 54P (5e de la LHM18AAAQ)
- Alexis Toussaint – 14B, 27A, 41P (15e de la LHM18AAAQ)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 11-3
Buts pour : 48
Buts contre : 32
Trois meilleurs pointeurs :
- Marc-Olivier Proteau – 7B, 9A, 16P
- Antoine Boudreau – 5B, 9A, 14P
- Alexis Toussaint – 6B, 6A, 12P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

2022 – Cantonniers de Magog | Médaille d’argent | 5-2-0 | 42BP, 22BC
2019 – Cantonniers de Magog | Médaille d’argent | 6-1-0 | 24BP, 8BC
2018 – Cantonniers de Magog | Médaille d’argent | 3-3-1 | 24BP, 25BC
2000 – Cantonniers de Magog | Médaille d’or | 6-1-0 | 46BP, 17BC
1995 – Cantonniers de Magog | 5e place | 2-3-0 | 7BP, 12BC

JOUEURS REPÊCHÉS DANS LA LHJMQ

Zachary Plamondon – Islanders de Charlottetown – 2023 (3e ronde, 45e au total)
Antoine St-Laurent – Huskies de Rouyn-Noranda – 2023 (4e ronde, 68e au total)
Kyan Labbé – Sea Dogs de Saint John – 2023 (4e ronde, 72e au total)
Vincent Desmarais – Voltigeurs de Drummondville – 2023 (5e ronde, 82e au total)
Alexis Toussaint – Eagles du Cap-Breton – 2023 (6e ronde, 99e au total)
Antoine Boudreau – Voltigeurs de Drummondville –2022 (10e ronde, 171e au total)
Alexandre Raymond – Huskies de Rouyn-Noranda –2023 (10e ronde, 171e au total)
Marc-Olivier Proteau – Cataractes de Shawinigan – 2023 (11e ronde, 191e au total)
Anthony Morin – Drakkar de Baie-Comeau – 2023 (11e ronde, 193e au total)
Charles-Antoine Adam – Phœnix de Sherbrooke – 2022 (11e ronde, 195e au total)
Colin Brodeur – Mooseheads de Halifax – 2023 (13e ronde, 237e au total)
Zack Hansford – Cataractes de Shawinigan – 2023 (14e ronde, 245e au total)
Mavrik Duhaime – Eagles du Cap-Breton – 2023 (14e ronde, 246e au total)

Voir plus

Parcours vers la Coupe TELUS 2024 : Wild de Kensington

Les champions de l’Ouest ont été pratiquement imbattables cette saison, eux qui ont marqué à volonté ou presque dans ce qui a été un parcours dominant jusqu’à Membertou

Jason La Rose
|
18 April 2024

Même si le Wild de Kensington n’aura pas à se déplacer bien loin pour se rendre à Membertou, la route aura été longue jusqu’à la Coupe TELUS 2024.

Les années qui ont suivi la pandémie ont été dures pour le Wild, qui n’a remporté que 18 des 73 matchs en saison régulière de 2020 à 2023. À cela s’ajoutent deux balayages en séries éliminatoires aux mains des Knights de Charlottetown (il n’y a pas eu de séries lors de la campagne 2020-2021, écourtée en raison de la COVID-19).

Mais le vent a tourné en 2023-2024.

Kensington a terminé en deuxième place dans la Ligue de hockey M18 majeur du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard (NBPEIU18MHL) et a mené la ligue au chapitre des buts inscrits, remportant presque autant de matchs avant le Nouvel An (13) qu’au cours des deux saisons complètes précédentes (17).

Le Wild a pris sa revanche sur Charlottetown en finale du championnat de l’Île-du-Prince-Édouard, écartant les Knights en quatre parties, puis a survolé la compétition lors du championnat régional de l’Atlantique avec quatre victoires et une défaite en prolongation, écrasant les Macs de Halifax en finale par la marque de 10-0.

Ethan Dickson est celui qui a mené la charge à l’offensive, lui qui a conclu la saison au premier rang de la NBPEIU18MHL au chapitre des buts (31), des mentions d’aide (44) et des points (75). Il a devancé par 20 points son plus proche poursuivant et par 26 points son coéquipier avec le deuxième plus haut total du club. Devant le filet, George Gallant a conservé un pourcentage d’arrêts de 0,929 en 17 rencontres, ce qui l’a placé au tout premier rang de la ligue.

C’est la première fois qu’une équipe de l’Île-du-Prince-Édouard remporte le championnat de l’Atlantique depuis 2004, et la première fois également qu’une équipe de Kensington sera du Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada depuis 1976.

PARCOURS VERS MEMBERTOU

Ligue de hockey M18 majeur du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard
Finale de l’Î.-P.-É. : a battu les Knights de Charlottetown 4-0 (5-1, 5-4, 6-1, 6-2)

Championnat régional de l’Atlantique
Ronde préliminaire : 1re place – a battu les Macs de Halifax 3-2, a perdu contre les Majors de Dartmouth 2‑1 PROL., a battu les Flyers de Moncton 6-2, a battu les Pinnacle Growlers 7-0
Finale : a battu les Macs de Halifax 10-0

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-DP) : 21-10-4 (2e de la NBPEIU18MHL)
Buts pour : 180 (1er de la NBPEIU18MHL)
Buts contre : 120 (2e de la NBPEIU18MHL)
Plus longue série de victoires : 5 (23 sept.-14 oct.)
Trois meilleurs pointeurs :
- Ethan Dickson – 31B, 44A, 75P (1er dans la NBPEIU18MHL)
- Liam Arsenault – 15B, 34A, 49P (4e dans la NBPEIU18MHL)
- Eddy Doyle – 15B, 23A, 38P (11e dans la NBPEIU18MHL)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 8-1
Buts pour : 49
Buts contre : 14
Trois meilleurs pointeurs :
- Ethan Dickson – 9B, 13A, 22P
- Liam Arsenault – 9B, 5A, 14P
- Derek Andrews – 4B, 8A, 12P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

1976 – Kensington | 13e place | 0-6-0 | 4BP, 47BC

JOUEURS REPÊCHÉS DANS LA LHJMQ

Eddy Doyle – Mooseheads de Halifax – 2023 (4e ronde, 75e au total)
Michael Arsenault – Voltigeurs de Drummondville – 2022 (6e ronde, 102e au total)
Ethan Dickson – Titan d’Acadie-Bathurst – 2022 (13e ronde, 234e au total)

Voir plus
Susan Sloan wearing a shirt that says Volunteer in front of a balloon arch.

Bénévole et reconnaissante

D’abord un moyen pour nouer des amitiés dans un nouveau milieu, le bénévolat est devenu un élément essentiel dans la vie de Susan Sloan

Shannon Coulter
|
18 April 2024

Susan Sloan ne saurait imaginer sa vie sans le bénévolat. En fait, elle mènerait sans doute une tout autre vie si elle n’avait pas fait ce choix de donner de son temps bénévolement.

M me Sloan a occupé toutes sortes d’emplois au fil du temps, que ce soit dans une boulangerie ou comme spécialiste des TI, ou même comme instructrice de conditionnement physique dans un YMCA. Après s’être installée à Orléans – communauté dans l’est d’Ottawa, en Ontario – au début des années 2000, elle accepte un contrat d’un an avec Bénévoles Canada qui changera le cours de sa vie.

« J’ai cru bon, en tant que responsable des adhésions, d’en apprendre un peu plus sur ce que représentait le bénévolat, même si j’avais déjà pris la décision de m’impliquer bénévolement pour rencontrer des gens. Je n’avais pas encore d’amis à ce moment-là. »

Susan Sloan vit sa première expérience en tant que bénévole avec Patrimoine canadien, à qui elle offre son aide pour la tenue de l’événement Les lumières d’hiver au Canada. Elle poursuit ensuite avec le Bal de Neige à Ottawa, événement dont elle ne connaissait rien auparavant. Puis avec les célébrations de la fête du Canada.

« Mes trois événements chouchous – chaque année (si on exclut la pandémie), j’y étais, beau temps, mauvais temps. Encore aujourd’hui, ce sont mes événements favoris. Vingt-deux ans plus tard, je suis encore bénévole pour Patrimoine canadien. »

Susan Sloan lies down in front to pose with a group of volunteers at a Canadian Heritage event in Ottawa

Entre ces trois activités principales, M me Sloan explore tout de même d’autres possibilités de bénévolat dans des milieux qui l’intéressent.

« J’adore le sport, alors je donnais mon nom pour n’importe quel événement sportif pour lequel on cherchait des bénévoles. Il y a l’embarras du choix à Ottawa; je pourrais me tenir occupée toutes les fins de semaine à compter du jeudi. »

Elle commence par un tournoi de volleyball, puis se met à donner des cours de Zumba dans le cadre du Relais pour la vie. Les expériences se succèdent rapidement et mènent à de nouvelles occasions dans le sport.

« Le sport a toujours été un refuge pour moi. Dans une petite communauté comme celle-ci, et surtout à Ottawa, il suffit que les gens vous connaissent un peu, que votre nom soit associé à certains événements pour que l’on vous demande de donner un coup de main ailleurs.

« J’ai profité d’occasions extraordinaires auxquelles je n’aurais pas eu accès, n’eût été mon implication dans le passé. »

Lors de la venue de l’équipe nationale féminine du Canada à Ottawa en 2021 pour la Série de la rivalité, Susan Sloan s’est portée volontaire pour le dévoilement du chandail des Jeux olympiques, en plus d’aider à l’accueil des personnes invitées au match.

« Ce fut vraiment un bonheur de travailler avec Hockey Canada. Les gens de l’organisation nous traitaient avec beaucoup de respect, c’était très apprécié. Ils sont reconnaissants pour chacune de nos actions, aussi petites puissent-elles sembler. »

Le Championnat mondial junior 2025 de l’IIHF aura lieu plus tard cette année à Ottawa. Grâce aux relations nouées au fil du temps et à sa réputation au sein de la communauté, M me Sloan s’est vu offrir une nouvelle occasion : devenir la coprésidente responsable des bénévoles pour le Mondial junior. Une offre dure à refuser, surtout pour quelqu’un qui vient d’une famille aussi passionnée de hockey que la sienne, qui s’assure de ne rien rater du tournoi chaque année.

« On m’a choisie pour le Mondial junior. C’était un choix, et c’est ce qui fait le plus chaud au cœur. Et rien de tout cela ne serait arrivé sans le bénévolat. »

Susan Sloan poses beside a Hockey Canada welcome sign

M me Sloan a hâte que les touristes et invités découvrent tout ce qu’Ottawa a à offrir lorsque le tournoi prendra son envol en décembre prochain.

« Pour les bénévoles, c’est un peu le branle-bas. J’aime la diversité que ça apporte à la ville. L’énergie que ça crée. Il faut être sur place pour la sentir. Vraiment, c’est extraordinaire d’en faire partie.

« Les gens viennent de partout dans le monde, et on a l’occasion d’aller à leur rencontre. De s’impliquer pour sa ville. »

Avec une telle expérience dans autant de rôles différents, M me Sloan sait très bien ce que peut apporter chaque bénévole.

« La synergie qui se crée lorsque l’on côtoie des gens aux intérêts similaires, c’est magique. Certains événements reposent sur la contribution des bénévoles. Les tournois de l’IIHF n’auraient pas lieu sans bénévoles. Même chose pour les célébrations de la fête du Canada. »

Ayant accompagné d’autres bénévoles à leurs premiers pas dans ce rôle, M me Sloan en a vu plusieurs s’épanouir d’une manière que ces personnes n’auraient jamais cru possible. Les mots lui manquent pour décrire à quel point elle se sent chanceuse d’avoir emprunté la voie du bénévolat il y a 22 ans.

« Tout ce que je suis, tout ce que je deviendrai, je le dois au bénévolat. Rares sont les choses dans la vie auxquelles on consacre autant d’efforts et qui nous apportent autant en retour. Vraiment, je ne saurais imaginer mon existence sans le bénévolat. »

Vous aimeriez être bénévole quand Ottawa accueillera à nouveau des gens de partout dans le monde l’hiver prochain? Inscrivez-vous maintenant au Programme des bénévoles du Mondial junior de TELUS!

Voir plus

Parcours vers la Coupe TELUS 2024 : Wheat Kings de Brandon

Les champions de l’Ouest ont été pratiquement imbattables cette saison, eux qui ont marqué à volonté ou presque dans ce qui a été un parcours dominant jusqu’à Membertou

Jason La Rose
|
17 April 2024

Une défaite en prolongation à la mi-novembre n’a généralement rien de remarquable.

Mais quand c’est la seule ombre au tableau de la saison régulière et des séries éliminatoires, pas étonnant qu’on s’en souvienne.

Simplement dominant. Le mot n’est pas trop faible pour décrire le parcours des Wheat Kings de Brandon cette saison dans la Ligue de hockey M18 AAA du Manitoba (MBU18AAAHL), eux qui ont signé 43 victoires et subi une seule défaite, en prolongation. L’équipe a inscrit 270 buts au total et n’en a concédé que 82 (les meilleurs totaux suivant ceux des Wheat Kings étaient 193 BP et 120 BC).

Ce parcours vers la Coupe TELUS – qui marquera la première participation des Wheat Kings depuis leur conquête du titre national en 2004 –comprend une séquence de 42 victoires consécutives après cette fameuse défaite du 10 novembre aux mains des Southwest Cougars. À cela s’ajoute un revers dans un match sans importance contre les Kings de Thunder Bay pour conclure la ronde préliminaire du championnat régional de l’Ouest, avec leur place en finale déjà assurée.

Ils ont tout de même été mis au défi lors de cette finale contre les Blazers de Saskatoon, champions en titre, mais Brady Turko a tranché le débat en prolongation pour procurer aux Wheat Kings une victoire de 1-0 et leur laissez-passer pour Membertou.

Turko a eu le compas dans l’œil toute la saison pour Brandon, touchant la cible 41 fois en autant de matchs durant la saison régulière avant d’ajouter 13 buts en 13 affrontements en séries. Il jouait aux côtés de Jaxon Jacobson – sélectionné par Brandon au cinquième rang en 2023 lors du Repêchage des espoirs de la WHL –, qui a accumulé 106 points (37-69-106) en 35 rencontres.

Il ne faut pas oublier pour autant l’apport des gardiens de but chez les Wheat Kings. Matthew Michta et Burke Hood ont joué le même nombre de matchs l’un et l’autre, les deux affichant une moyenne de buts alloués inférieure à 2,00 en saison régulière et récoltant au total six blanchissages.

Brandon tentera de mettre fin à la disette de l’Ouest à la Coupe TELUS. Les équipes de la région la plus décorée dans l’histoire du tournoi (elles cumulent au total 17 titres nationaux depuis 1984) ne comptent qu’une seule médaille d’or (et une seule participation au match ultime) au cours des sept dernières éditions. C’est Notre Dame qui avait remporté les grands honneurs en 2018.

LEUR PARCOURS VERS MEMBERTOU

Ligue de hockey M18 AAA du Manitoba
Quart de finale : ont battu les Selects d’Eastman 3-0 (10-2, 7-0, 9-2)
Demi-finale : ont battu les Hawks de Pembina Valley 3-0 (6-1, 4-1, 4-2)
Finale : ont battu le Wild de Winnipeg 3-0 (5-2, 4-1, 4-3 PROL.)

Championnat régional de l'Ouest
Ronde préliminaire : 1re place (ont battu les Blazers de Saskatoon 4-1 et le Wild de Winnipeg 3-1; ont perdu contre les Kings de Thunder Bay 5-3)
Finale : ont battu les Blazers de Saskatoon 1-0 (PROL.)

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-DP) : 43-0-1 (1ers de la MBU18AAAHL)
Buts pour : 270 (1ers de la MBU18AAAHL)
Buts contre : 82 (1ers de la MBU18AAAHL)
Plus longue série de victoires : 31 (11 nov. - 25 févr.)
Trois meilleurs pointeurs :
- Jaxon Jacobson – 37B, 69A, 106P (1er dans la MBU18AAAHL)
- Brady Turko – 41B, 49A, 90P (2e dans la MBU18AAAHL)
- Ethan Stewart – 29B, 35A, 64P (3edans la MBU18AAAHL)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 12-1
Buts pour : 64
Buts contre : 21
Trois meilleurs pointeurs :
- Jaxon Jacobson – 12B, 16A, 28P
- Brady Turko – 13B, 13A, 26P
- Colten Worthington – 9B, 7A, 16P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

2004 – Wheat Kings de Brandon | Médaille d’or | 4-2-1 | 26BP, 20BC
1994 – Wheat Kings de Brandon | 6 e place | 0-5-0 | 11BP, 25BC
1980 – Brandon | 9 e place | 1-4-0 | 13BP, 23BC

JOUEURS REPÊCHÉS DANS LA WHL

Jaxon Jacobson – Wheat Kings de Brandon – 2023 (1re ronde, 5au total)
Easton Odut – Wheat Kings de Brandon – 2022 (2ronde, 34au total)
Nolan Saunderson – Chiefs de Spokane – 2023 (5ronde, 90au total)
Brady Turko – Wheat Kings de Brandon – 2022 (5e ronde, 97e au total)
Burke Hood – Giants de Vancouver – 2022 (6e ronde, 119e au total)
Kaeson Fisher – Silvertips d’Everett – 2022 (6e ronde, 124e au total)
Owen Wallace – Raiders de Prince Albert – 2021 (7e ronde, 138e au total)
Jonah Lemoine – Raiders de Prince Albert – 2023 (9e ronde, 178e au total)
Colten Worthington – Blades de Saskatoon – 2022 (11e ronde, 233e au total)
Grady Taylor – Hurricanes de Lethbridge – 2023 (13e ronde, 278e au total)

Voir plus

Parcours vers la Coupe TELUS 2024 : Buffaloes de Calgary

Redoutables sur 200 pieds, les champions du Pacifique miseront autant sur leur efficacité à l’offensive que sur leur jeu défensif à Membertou

Jason La Rose
|
16 April 2024

S’il est vrai que la défensive est ce qui fait gagner des championnats, il vaudrait mieux ne pas sous-estimer le jeu des Buffaloes de Calgary en zone offensive.

L’équipe a concédé en moyenne moins de trois buts par match en saison régulière dans la Ligue de hockey élite de l’Alberta (AEHL) et n’en ont alloué que 25 en 12 affrontements durant les séries éliminatoires. Les Buffaloes ont conclu leur parcours au championnat régional du Pacifique de belle façon en blanchissant les NE Chiefs de Vancouver – un club qui avait marqué en moyenne près de six buts par partie dans sa course au titre de la Colombie-Britannique – lors du match décisif.

Mais au risque de nous répéter, n’allez pas croire que Calgary n’est pas à craindre en possession de la rondelle, peu importe les prouesses de l’équipe en territoire défensif.

Les Buffaloes ont dominé l’AEHL avec une récolte de 199 buts en 38 matchs, soit 29 buts - presque un but par match - de plus que St. Albert, qui a accumulé le deuxième plus haut total. Cooper Williams et Caleb Matthews ont été les meneurs à l’attaque, Williams terminant la saison au premier rang des buteurs avec 29, tandis que Matthews a terminé au premier rang des pointeurs avec 50 mentions d’aide et 68 points.

Au total, sept joueurs des Buffaloes ont inscrit au moins un point par match en moyenne, et huit ont atteint le plateau des dix buts.

Calgary a établi sa mainmise sur la division Sud de l’AEHL en remportant neuf rencontres consécutives – sa plus longue série victorieuse de la saison – entre le 20 décembre et le 28 janvier. Durant cette séquence, l’équipe a marqué au total 56 buts contre ses adversaires et n’en a concédé que 16.

Les Buffaloes ont tout de même dû faire face à de l’adversité en séries éliminatoires, s’inclinant lors du premier duel de leur série de trois contre les Chiefs de Red Deer. Mais depuis, ils n’ont subi qu’un seul revers en 11 parties pour s’assurer d’une neuvième participation à la Coupe TELUS.

En huit présences au Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada, l’équipe a atteint chaque fois les demi-finales, en plus de mettre la main sur une médaille à six occasions, y compris le titre national en 1989.

LEUR PARCOURS VERS MEMBERTOU

Ligue de hockey élite de l’Alberta
Quart de finale : ont battu les Chiefs de Red Deer 2-1 (3-5, 5-1, 6-2)
Demi-finale : ont battu les Flames de Calgary 3-1 (6-1, 2-5, 3-1, 5-2)
Finale : ont battu les Kings de Sherwood Park 3-0 (4-3 2 E PROL., 2-1 3 E PROL., 6-2)

Championnat régional du Pacifique
Finale : ont battu les NE Chiefs de Vancouver 2-0 (3-2, 1-0)

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-DP) : 27-9-0-2 (1ers de l’AEHL)
Buts pour : 199 (1ers de l’AEHL)
Buts contre : 106 (2es de l’AEHL)
Trois meilleurs pointeurs :
- Caleb Matthews – 18B, 50A, 68P (1er dans l’AEHL)
- Cooper Williams – 29B, 22A, 51P (5e dans l’AEHL)
- Christian Stephanson – 17B, 28A, 45P (13e dans l’AEHL)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 10-2
Buts pour : 46
Buts contre : 25
Trois meilleurs pointeurs :
- Caleb Matthews – 11B, 14A, 25P
- Cooper Williams – 8B, 7A, 15P
- Brayden Gourley – 5B, 7A, 12P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

2019 – Buffaloes de Calgary | 4e place | 3-4-0 | 25BP, 23BC
2009 – Buffaloes de Calgary | Médaille d’argent | 3-2-2 | 29BP, 21BC
2008 – Buffaloes de Calgary | 4e place | 2-4-1 | 17BP, 22BC
2006 – Buffaloes de Calgary | Médaille d’argent | 4-3-0 | 30BP, 25BC
1998 – Buffaloes de Calgary | Médaille de bronze | 5-1-1 | 41BP, 26BC
1989 – Buffaloes de Calgary | Médaille d’or | 5-2-0 | 26BP, 18BC
1987 – Buffaloes de Calgary | Médaille de bronze | 4-3-0 | 28BP, 21BC
1985 – Buffaloes de Calgary | Médaille de bronze | 3-3-1 | 25BP, 23BC

JOUEURS REPÊCHÉS DANS LA WHL

Rhys Jamieson – Silvertips d’Everett – 2023 (2e ronde, 32e au total)
Cooper Williams – Blades de Saskatoon – 2023 (2e ronde, 41e au total)
Townes Kozicky – Cougars de Prince George – 2023 (2e ronde, 44e au total)
Caleb Matthews – Royals de Victoria – 2022 (3e ronde, 91e au total)
Christian Stephanson – Ice de Winnipeg – 2022 (7e ronde, 154e au total)
Colten Scott – Thunderbirds de Seattle – 2022 (11e ronde, 236e au total)

Voir plus
Martin Paquette officiel hors glace lors d’un match

Entretien avec Martin Paquette

Marqueur en chef provincial auprès de Hockey Québec depuis 2017, l’homme natif de Montréal donne de son temps pour structurer l’ensemble des officiels et officielles hors glace

Eric Lavoie
|
16 April 2024

« Elle tire, et c’est le but! »

« Une passe parfaite dans l’enclave… »

« Le numéro 10 des Bleus… 2 minutes pour rudesse! »

Les événements s’enchaînent à un rythme effréné pendant un match de hockey sur glace. Les buts, les mentions d’aide, les punitions… tout est comptabilisé par une personne qui doit suivre l’action en temps réel pour ne rien manquer : un marqueur ou une marqueuse.

Ce rôle fait partie de la famille des officiels et officielles hors glace.

Grâce à ce travail accompli dans l’ombre, les férus de chiffres peuvent consulter les statistiques d’un match. Et plus le niveau de hockey est élevé, plus ces statistiques sont élaborées.

Au Québec, afin de veiller à ce que le personnel hors glace ait tous les outils pour contribuer au bon déroulement du jeu dans les arénas, une équipe dévouée de marqueurs et marqueuses en chef bénévoles l’encadre.

Cette équipe dévouée est supervisée par Martin Paquette, qui occupe le poste bénévole de marqueur en chef provincial auprès de Hockey Québec. Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, Hockey Canada s’est entretenue avec lui pour faire connaître l’importance de l’équipe qu’il dirige avec toute sa passion.

HC : Martin, peux-tu expliquer brièvement ton rôle de marqueur en chef provincial auprès de Hockey Québec?

MP : Je fournis un encadrement pour la structure des officiels hors glace dans l’ensemble du Québec. Nous sommes des pionniers dans ce domaine au sein de Hockey Canada. Une telle structure n’existe pas à l’échelle nationale, comme c’est le cas pour les officiels sur glace par exemple. Nous avons des marqueurs en chef dans toutes les régions et chacune des associations locales. Je chapeaute la structure et collabore avec une équipe dynamique d’officiels hors glace à mettre en place différentes initiatives qui aident au recrutement, à la formation et à la rétention.

HC : Comment as-tu réussi à parvenir à ce poste bénévole de haut rang avec Hockey Québec?

MP : Pendant 29 ans, j’ai œuvré à Hockey Montréal, où j’ai entre autres occupé le poste de marqueur en chef régional. Plus tard, Hockey Québec a créé le poste de marqueur en chef provincial. Même si c’est un rôle bénévole, j’ai dû suivre un processus d’entrevue. J’occupe ce poste depuis maintenant presque 10 ans et je vis une expérience fantastique.

HC : Quels outils utilisez-vous au sein de la structure pour offrir une formation adéquate?

MP : Un officiel hors glace se doit de connaître les règles de jeu de base, donc nous avons monté des stages de formation en ligne et en présentiel. Nous avons conçu aussi il y a quelques années le Manuel des officiels hors glace, qui explique bien le fonctionnement de chacune des tâches. Notre objectif est de donner toutes les munitions que nous pouvons aux officiels hors glace pour qu’ils n’aient pas d’impact sur le déroulement d’un match et que tout se passe comme il se doit. Par exemple, si un marqueur doit se faire expliquer une règle de jeu par un arbitre pendant un match, cela peut donner un avantage à une équipe qui peut en profiter pour reposer ses meilleurs éléments avant un avantage numérique. C’est ce qu’on essaie d’éviter avec la formation.

HC : D’où vient ta passion pour ce domaine?

MP : J’ai joué au hockey quand j’étais jeune, mais je n’étais pas un bon patineur! J’ai toujours été passionné par les statistiques et, à 14 ans, j’ai commencé à être marqueur après avoir vu une publicité dans un journal local de Montréal. J’ai grimpé les échelons au sein du monde des officiels hors glace au fil des ans. Ce qui est fascinant au hockey, c’est que tout le monde peut regarder un même jeu sur la glace, mais personne n’aura la même vision de ce qui vient de se produire. Personnellement, j’aime porter attention à la portion statistique d’un match.

HC : Quelles sont les aptitudes qu’un marqueur ou une marqueuse doit posséder?

MP : Ça prend de la concentration, un désir d’apprendre (j’apprends encore tous les jours après toutes ces années!), le souci du détail, de la passion et un esprit d’entraide avec les officiels sur glace. Ensemble, les officiels sur glace et hors glace forment une équipe et doivent bien collaborer.

HC : En quoi le rôle de marqueur et marqueuse a-t-il évolué au fil des ans dans le système de hockey mineur?

MP : L’avènement du système informatique avec les feuilles de match en ligne que les marqueurs utilisent pendant les matchs a changé la dimension de ce rôle. L’utilisation de la technologie peut quand même représenter un élément de distraction, donc on doit rappeler à nos marqueurs de garder une bonne concentration sur le match en cours. La relation et le travail d’équipe avec les arbitres sur glace tendent à beaucoup s’améliorer aussi. Notre travail accompli ensemble est directement lié au déroulement du match.

HC : Tu as grimpé les échelons jusqu’à des mandats rémunérés avec la LHJMQ, la LPHF, la LNH et l’AHL dans la région de Montréal. Tu as un emploi à temps plein et deux jeunes filles. Pourquoi t’impliques-tu bénévolement auprès de Hockey Québec depuis toutes ces années?

MP : Je le fais tout simplement pour redonner aux autres. J’ai profité du programme pour me rendre là où je suis aujourd’hui, et mon devoir est de faire profiter les autres de mes connaissances. Si personne ne redonne au suivant quand on grimpe les échelons, les autres ne pourront pas s’améliorer. Je tiens aussi à forger un sentiment d’appartenance au sein du programme.

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, CZE 3 Prol. (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Retour sur un parcours endiablé à Riga
play_logo
Coupe du Centenaire : Faits saillants – Collingwood 1, Melfort 0 (Match pour le médaille d'or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 3, SUI 2 (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, FIN 3 (ronde préliminaire)
play_logo
ENM : Fierté et passion derrière le banc
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, NOR 1 (ronde préliminaire)
play_logo
Canucks de Calgary (AJHL) c. Mustangs de Melfort (SJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Timberwolves de Miramichi (MHL) c. Blues de Collingwood (OJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Coupe du centenaire : Frères et coéquipiers
play_logo
Grads de Navan (CCHL) c. Timberwolves de Miramichi (MHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Flyers de Winkler (MJHL) c. Canucks de Calgary (AJHL) | Coupe du centenaire
Horaire
HC Logo
Prague & Ostrava, Tchéquie
mai 10 - 26
HC Logo
Prague & Ostrava, Tchéquie
mai 10 - 26
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10