brandon reid feature
De retour au bercail
Personne ne s’étonne de voir Brandon Reid, qui attribue l’essor de sa carrière professionnelle à Hockey Canada, faire son retour au sein de l’organisation comme entraîneur
David Brien
|
27 août 2015
|

Comment un ancien joueur, qui ne compte qu’une seule saison d’expérience comme entraîneur (dans la deuxième division danoise, qui plus est), peut‑il fouler la glace à titre d’entraîneur de Hockey Canada?

Brandon Reid l’ignore, mais ne se plaint de rien.

Comme en témoigne son parcours qui comprend des médailles de bronze aux Championnats mondiaux juniors 2000 et 2001 de I'IIHF ainsi qu’une deuxième place à la Coupe Spengler 2006, Reid connaît la recette du succès sur la scène internationale.

Après avoir décidé de mettre fin à sa carrière de joueur à la fin de la saison 2013-2014, il savait qu’il aurait tout de même à assouvir sa passion du hockey. Le choix logique semblait de devenir entraîneur.

Mais après avoir passé la dernière saison à la barre du Vojens IK au Danemark (où s’ajoutait à ses fonctions d’entraîneur-chef le rôle de directeur du développement des joueurs), l’ancien joueur natif de Kirkland, au Québec, voulait revenir au pays et se trouver un poste d’entraîneur dans une ligue nord-américaine.

Plus tôt cet été, il a été sollicité par Hockey Canada pour prendre part au camp de développement de l’équipe nationale sur luge du Canada, une offre qu’il a acceptée sans hésiter, surtout en raison de son expérience antérieure au sein de l’équipe canadienne.

« Hockey Canada a complètement transformé ma carrière, alors je suis très reconnaissant d’avoir l’occasion de venir en aide à l’organisation à mon tour », affirme Reid. « J’ai été en mesure de participer au Championnat mondial junior dès la première saison où j’ai voulu me joindre à l’équipe (en 2000), ce qui, selon moi, m’a permis de me démarquer [en tant que joueur] ».

« Je crois sincèrement que ma carrière aurait été tout autre si Hockey Canada ne m’avait pas donné la chance de représenter mon pays ».

Mais nous voilà de retour à la question initiale. Comment un entraîneur novice se taille-t‑il un poste avec Équipe Canada?

« Nous aimions qu’il ait autant d’expérience et qu’il soit fier d’avoir porté le chandail de cette équipe », révèle Shawn Bullock, premier responsable des activités hockey et des équipes nationales masculines à Hockey Canada.

« Il connaît nos attentes à son égard, et il a cette capacité d’enseigner à nos joueurs quelles sont les qualités d’un athlète canadien et les façons de bien représenter le Canada. Il s’intègre merveilleusement bien à l’équipe ».

On ne peut nier que Reid mérite un poste avec Équipe Canada, mais qu’en est‑il du hockey sur luge, un sport qu’il admet n’avoir vu en personne qu’une fois arrivé à Calgary? Il suffit de porter attention aux petits détails pour trouver la réponse.

Fort d’une carrière professionnelle de 13 ans qui a commencé dans l’AHL, puis la LNH (il a disputé 13 matchs dans l’uniforme des Canucks de Vancouver de 2002 à 2007), pour se poursuivre ensuite en Allemagne, en Suisse et enfin en Russie, Reid a littéralement fait le tour du monde en pratiquant le sport qu’il aime.

En plus d’avoir connu d’innombrables styles de jeu sur les glaces de dimensions olympiques, Reid possède un bagage qui lui permet d’échanger et de tisser des liens avec chacun des joueurs au camp.

« Tout au long de ma carrière, j’ai été un meneur, un joueur effacé, le meilleur marqueur, un spécialiste des mises en échec de troisième trio, et j’ai fait partie de toutes les unités spéciales », dit‑il à propos de son rôle de hockeyeur. « Il y a tellement de joueurs ici qui seront appelés à jouer des rôles différents, alors je pense qu’ils pourront bénéficier de ma présence ».

La carrière de Reid a surtout été celle d’un joueur offensif, mais il s’est peu à peu transformé en centre défensif en fin de parcours. Grâce à ces expériences cumulées, il croit pouvoir mettre à profit autant son flair offensif que sa compréhension des responsabilités défensives pour aider certains joueurs à maîtriser les subtilités du sport qui leur échappent ou qu’ils ignorent.

« Il s’agit de créer davantage d’occasions pendant un match », dit‑il. « Je sais qu’il est difficile d’obtenir 20 lancers ou plus pendant un match de hockey sur luge, alors j’espère pouvoir aider les joueurs à savoir concrétiser ces occasions en leur enseignant quelques trucs du métier que j’ai appris au fil des années ».

Plus de 15 ans après avoir été le meilleur marqueur du Canada au Championnat mondial junior 2000 de l’IIHF, Reid sait que cette expérience – même si elle s’avère unique (l’invitation comme entraîneur ne vise que le camp de développement) – se veut l’occasion à la fois de partager son parcours et de se nourrir lui-même autant que possible de ceux qui l’entourent.

Il prouve que, peu importe le nombre d’années passées à jouer au hockey, il est toujours possible d’en apprendre plus.

Pour ce faire, quoi de mieux que de rentrer au bercail.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
Série 2019 de l’EFM18 : CAN 5 – USA 4 (Match 1)
McLeod marque deux fois et le Canada amorce sa série avec un gain.
Série 2019 de l’ENFD : USA 4 – CAN 3 Prol. (Match 1)
Shirley et O’Neill forcent la prolongation, mais le Canada perd 4-3.
Coupe Hlinka-Gretzky 2019 : RUS 3 – CAN 2 (Médaille d’or)
Byfield et Foudy marquent, mais le Canada remporte l’argent.
Camp de l’ENFD 2019 : OR 3 – ROUGES 1 (Match 11)
Eldridge et O'Neill ont marqué à 61 secondes d’intervalle pour les Or.
Horaire
Close
Credit