adriana leon 640
© Toronto Aeros et Canada Soccer/Andrew Soong
Histoire d’une athlète excellant dans deux sports
Comment le hockey mineur a aidé la vedette du soccer Adriana Leon à se qualifier pour la Coupe du monde féminine 2015
Wendy Graves
|
19 juin 2015
|

Bien avant qu’Adriana Leon ne s’avance sur le terrain devant 53 000 spectateurs au Commonwealth Stadium d’Edmonton ce mois-ci, elle avait passé de nombreuses soirées en plein cœur de l’hiver à transporter patins et bâtons dans la région du Grand Toronto.

Leon est maintenant une des meilleures joueuses de soccer au pays, une avant de l’équipe nationale féminine qui participe actuellement à la Coupe du monde féminine 2015. Mais auparavant, elle a joué au hockey comme avant avec les Flames de Vaughan, les Red Wings de Willowdale et enfin avec les Aeros de Toronto. Et elle était bonne.

« J’ai d’abord fait du patinage artistique », dit-elle, « puis à 10 ans, j’ai supplié ma mère de me laisser jouer au hockey parce que c’est vraiment ce que je voulais faire. Elle a cédé et je n’ai pas tardé à m’y mettre. »

La jeune femme originaire de King City, Ontario, a joué au hockey mineur pendant sept saisons. La compétitivité qui l’a menée sur la plus grande scène mondiale du soccer a pris naissance sur des étangs gelés au nord de Toronto lors de matchs amicaux avec ses deux frères ainés.

« Nous vivions la culture canadienne en grandissant », raconte Leon. « Chaque fois qu’il y avait de la glace, nous y allions et jouions au hockey. »

Leon a joué dans la catégorie bantam AA à Vaughan et Willowdale avant de se rendre à Toronto pour jouer midget AA. Cinq ans se sont écoulés depuis son dernier match de hockey de compétition, mais ses souvenirs des tournois les fins de semaine la font encore sourire.

« Tu peux t’absenter de l’école le vendredi et sur la route, tu as l’occasion de passer du temps avec ton équipe à l’hôtel », dit-elle. « Le simple fait de faire partie de cette culture du hockey était tellement amusant. »

Elle y a aussi connu du succès. Au cours de ses années dans le midget AA, elle a reçu le prix Future Star (future étoile) après le tournoi des Aeros de Toronto en 2008, a été nommé Joueuse par excellence du CanAm Challenge Cup Showcase en 2008 et a reçu le même honneur au Midget AA Showcase de Stoney Creek en 2008. Les Aeros ont remporté ce tournoi contre des équipes venant des quatre coins du Canada et des États-Unis et Leon avait marqué le but gagnant au moyen d’un tir sur réception, un souvenir qu’elle n’est pas prête d’oublier.

Sa dernière saison sur la glace avec les Junior Aeros en 2009-2010 s’est terminée sur une note positive. Cette année-là, Toronto a remporté le titre de la Ligue provinciale de hockey féminin et une médaille d’or aux championnats provinciaux de l’Association de hockey féminin de l’Ontario. Deux de ses coéquipières au sein de cette équipe ont poursuivi leur carrière au hockey et se sont taillé une place au sein de l’équipe nationale féminine du Canada : Jillian Saulnier et Erin Ambrose. 

« Je me souviens d’avoir joué avec [Leon] et de m’être dit “Ciel qu’elle est rapide. Je n’arrive pas à suivre” » dit Saulnier en riant. « Elle était en feu. Elle était la plus rapide sur la glace et elle était tenace en tout temps. »

« Elle était très créative – on ne la voyait jamais faire la même feinte deux fois », dit Ken Dufton qui a été l’entraîneur de Leon à ses deux dernières saisons. « Ce qui la rendait très dangereuse, c’est qu’elle était ce que j’appelle une joueuse de type spontané. Quand elle attaquait, je pense que même elle n’était pas certaine de ce qu’elle allait faire. »

« J’avais un peu de flair », dit Leon.

Avant les séances d’entraînement et les matchs, les joueuses de hockey s’échauffent souvent en jouant à garder un ballon dans les airs; elles se passent un ballon de soccer en le bottant tout en s’assurant qu’il ne touche pas au sol.

« Nous faisions des blagues en lui disant “D’accord, c’est toi contre le reste de l’équipe” parce qu’elle était tellement bonne », dit Saulnier. « Elle avait toujours un ballon de soccer dans les mains, même lorsqu’elle était à l’aréna. »

Leon se promenait toujours d’un entraînement de soccer à un entraînement de hockey et d’un match à l’autre. Participer à une variété de sports – elle a également joué au rugby dans le volet compétitif quand elle était jeune – a fait d’elle une athlète plus complète. Et non pas seulement sur le plan physique.

« Il y a tant de similitudes entre les sports – cela dépend en grande partie de ta motivation, ta volonté, ta préparation, ton éthique de travail », dit-elle. « Il est important d’avoir cela dans tous les sports, sachant que tu en as besoin dans tous les matchs auxquels tu participes. »

Toutes les coéquipières de Leon chez les Junior Aeros ont joué au hockey avec une équipe d’une institution postsecondaire. Leon aurait pu faire de même. L’Université Cornell lui a offert la possibilité de jouer au hockey et au soccer, mais ayant fait déjà beaucoup de chemin au sein de l’Association canadienne de soccer (ACS), elle s’est engagée auprès de l’Université Notre Dame. Elle a fait ses débuts avec le programme pour jeunes de l’ACS en 2009 et a participé au Championnat féminin des moins de 20 ans 2010 de la CONCACAF et à la Coupe du Monde U-20 2012 de la FIFA.

« Encore à ce jour, il s’agit d’une décision difficile – le hockey me manque beaucoup », exprime Leon. « J’aimerais encore jouer, mais j’ai dû prendre une décision. »

En janvier 2013, elle a fait ses débuts avec l’équipe nationale féminine, comptant l’unique but d’une victoire de 1-0 sur la Chine à la Coupe des Quatre-Nations.

L’ancien entraîneur de Leon n’est pas surpris de son succès. Dufton a remporté deux médailles d’or en tant qu’entraîneur adjoint de l’équipe nationale féminine du Canada et les qualités qu’il a reconnues dans ces athlètes, la motivation, l’attitude et la prise de décision, il les a vues en Leon.

« Sa passion pour le sport était si vive et vous combinez cela à une excellente attitude – rien n’est garanti, mais vous vous donnez de bonnes chances de réussir. »

Leon suit avec intérêt les succès que ses anciennes coéquipières ont aujourd’hui et elles aussi sont fières d’elle.

« Elle réussit à tant de niveaux », commente Ambrose. « Je suis vraiment heureuse d’avoir pu la connaître comme personne, comme joueuse de hockey et maintenant je la vois connaître du succès comme joueuse de soccer. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
Camp 2019 de l’ENP : BLANCS 5 – JPN 0 (Match 5)
Dunn obtient trois buts dans un gain des Blancs face au Japon.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 5 – JAPON 0 (Match 4)
Sorley et Culmone marquent deux buts chacun et les Rouges gagnent.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 1 – BLANCS 0 (Match 3)
Culmone marque et Larocque signe un jeu blanc dans un gain des Rouges.
Camp 2019 de l’ENP : CAN-W 15 – JPN 0 (Match 2)
McGregor donne la victoire aux siens avec une récolte de six points.
Horaire