jennifer wakefield action shot

Aucun regret

Après un séjour de trois ans en Suède, Jennifer Wakefield voit le hockey et la vie différemment

Jason La Rose
|
27 octobre 2017
|

Ce devait être un bref détour au retour de Sotchi, une occasion pour Jennifer Wakefield de passer un mois ou deux à décompresser après les Olympiques et de faire l’expérience d’un mode de vie différent à l’étranger.

Il y a trois ans et demi de cela.

Wakefield a trouvé un nouveau toit en Suède, devenant une membre essentielle du HC de Linköping de la Riksserien, la ligue offrant le plus haut niveau de hockey féminin au pays, et aimant vivre en Scandinavie.

« J’ai reçu une très belle offre pour jouer dans le Nord de la Suède immédiatement après les Olympiques [de Sotchi], et au lieu de rentrer chez moi et de rejoindre mon équipe de la LCHF ou de prendre une année de congé, pourquoi ne pas visiter l’Europe », dit-elle. « J’avais une belle occasion d’y passer un mois, et j’ai tellement aimé ça que je ne suis jamais vraiment revenue.

« J’ai toujours pris les choses une année à la fois; nous avons utilisé chaque année comme point de repère dans mon développement pour décider s’il valait la peine que je revienne ou si [Hockey Canada] voulait que je joue à domicile, mais ils étaient satisfaits. J’avais beaucoup de plaisir et je rencontrais plusieurs personnes remarquables, alors j’ai décidé de continuer à retourner. »

La jeune femme originaire de Pickering, Ont., a entrepris son aventure en Suède auprès du HC de Piteå de la troisième division féminine avant de se joindre à l’IK Guts, une équipe masculine de la cinquième division, puis à Linköping en 2014-2015.

Elle est passée au HC de Borås de la troisième division masculine pour amorcer la saison 2015-2016 avant de s’engager à temps complet auprès de Linköping peu après le début de la saison.

Wakefield a connu beaucoup de succès avec Linköping, tant sur le plan individuel que collectif. Après avoir remporté le championnat de la Riksserien en 2015, où elle a terminé au premier rang des pointeuses de la ligue lors des éliminatoires, elle a accumulé un total impressionnant de 55 points en seulement 18 matchs en 2015-2016 tout en aidant Linköping à se qualifier à nouveau pour la finale de la Riksserien, et elle a été la meilleure buteuse l’an dernier avec 34 buts. Au total, elle a accumulé 90 buts et 130 points en 63 matchs en saison régulière.

Il n’est donc pas surprenant qu’elle n’ait pas eu à remettre sa décision en question.

« Je ne regrette pas du tout ma décision [de jouer en Suède]. Je cherchais quelque chose de différent et d’unique, et je pense que c’est ce que la Suède m’a apporté de mieux; j’ai pu continuer à jouer à un niveau avancé, et j’ai aussi appris beaucoup de choses à l’extérieur du hockey. »

Voilà sans doute l’aspect le plus important de cette expérience pour la joueuse de 28 ans — elle a eu l’occasion d’aller au-delà de sa zone de confort et de voir et de faire des choses dont la plupart ne peuvent que rêver.

Habiter et jouer en Suède a permis à Wakefield de mettre son indépendance à l’épreuve et de s’éloigner des horaires préétablis qui avaient dirigé sa vie avant les Jeux de Sotchi.

« J’avais un horaire à respecter puisque j’étais à l’université, ensuite j’ai été centralisée en vue de Vancouver, puis je suis retournée à l’université avant d’être centralisée pour Sotchi », dit-elle. « Je n’avais pas ce cadre-là l’année après les Olympiques; j’avais donc plus de temps libre pour faire ce que je voulais, explorer différents pays et être plus indépendante. »

Que ce soit une fin de semaine à Oslo pour faire du ski, un marché de Noël en Allemagne, être entraîneure lors d’un tournoi de hockey en Italie, ou parcourir l’Europe en vacances qui lui a permis de « s’immerger dans la culture plus qu’en simple touriste », Wakefield a fait de son séjour en Suède une expérience culturelle en plus d’une expérience sportive.

« Cela m’a ouvert les portes pour voir comment diverses cultures vivent quotidiennement et constater quelles sont les normes », dit-elle. « Je suis chanceuse d’être entourée de gens d’un si grand nombre de pays, et c’est assez cool d’observer leur façon de voir la vie. C’est intéressant de voir leur façon de percevoir les choses comparativement aux Nord-Américains. »

Et... pour la suite?

Tout comme elle l’a fait au cours des trois dernières années, Wakefield ne regarde pas trop loin devant elle; elle se concentre sur PyeongChang et une deuxième médaille d’or olympique, et elle se préoccupera de la saison 2018-2019 et la suite, en temps et lieu.

« Nous verrons dans quelle direction le vent soufflera, soit vers l’Europe ou l’Amérique du Nord. »

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire