tyler mcgregor feature
L’essor de Tyler McGregor
Seulement cinq ans après avoir pris place dans une luge pour la première fois, Tyler McGregor est devenu l’un des joueurs clés de l’équipe nationale sur luge du Canada, tant sur la glace qu’à l’extérieur des patinoires
David Brien
|
18 janvier 2016
|

À quel point Tyler McGregor a-t-il connu un bon début de saison 2015-2016?

Lorsque l’équipe nationale sur luge du Canada s’est rendue à Turin, en Italie, en vue du Tournoi international de hockey sur glace sur luge 2015 au début de décembre, la fiche en carrière de McGregor au sein d’Équipe Canada comptait neuf buts et 13 mentions d’aide, pour un total de 22 points en 47 matchs répartis sur trois saisons.

McGregor a presque surpassé ces chiffres en un seul tournoi – il a accumulé 11 buts et 10 mentions d’aide en six matchs en Italie, ce qui lui a permis d’aider le Canada à remporter l’or en effectuant par le fait même un bond impressionnant sur la liste des meilleurs pointeurs de tous les temps.

Il faut dire que les bonds impressionnants, McGregor en a l’habitude.

À 21 ans seulement, il fait rapidement sa marque au hockey sur luge canadien. Sa feuille de route comprend déjà une médaille d’or au Championnat mondial de hockey sur luge 2013 du CIP, une médaille de bronze aux Jeux paralympiques d’hiver de 2014 à Sotchi et une médaille d’or à Turin, auxquelles s’ajoutent des médailles d’or (2013) et de bronze (2015) au Défi mondial de hockey sur luge.

Et, au fil de ces expériences sur la scène internationale, ce joueur originaire de Forest, en Ontario, poursuit son développement sur glace et hors glace.

« Tyler continue simplement de progresser comme joueur », affirme Ken Babey, entraîneur-chef de l’équipe nationale sur luge du Canada. « Il continue d’améliorer tous les aspects de son jeu, qu’il s’agisse de faire des passes, de prendre des tirs [ou] de se déplacer. Il fait preuve de beaucoup de passion et de caractère et il a vraiment un style de jeu à la canadienne; il n’a pas peur d’aller dans les coins et il donne toujours son meilleur à chaque présence. »

Ce sont ces mêmes qualités que McGregor possédait en tant que joueur hautement prisé au niveau midget mineur avec le Jr. Sting de Lambton avant qu’un cancer diagnostiqué en 2009 n’entraîne l’amputation de sa jambe gauche au-dessus du genou et ne mette fin à ses rêves de hockey debout.

En 2011, McGregor essayait le hockey sur luge pour la première fois avec le Blizzard de London. En janvier 2012, il faisait ses débuts au sein de l’équipe nationale de développement sur luge, pour ensuite devenir un membre à temps plein de l’équipe nationale à l’automne suivant.

Sa carrière ne fait que progresser depuis.

Même si Turin a marqué son éclosion en tant que joueur, il est le premier à admettre qu’il n’aurait pu y arriver seul.

« Chaque fois que tu connais un tournoi comme le mien en Italie, tu dois saluer le travail de tous ceux qui t’entourent, et j’ai eu la chance de me trouver parmi des joueurs très talentueux », déclare-t-il. « Surtout à ce niveau, les efforts individuels se font plutôt rares, alors je dois remercier mes coéquipiers qui ont également connu un tournoi spectaculaire en Italie. »

Le jeu relevé de McGregor a notamment inspiré la recrue d’Équipe Canada Dominic Cozzolino, qui a terminé son premier tournoi au sein de l’équipe nationale avec 14 points (six buts, huit passes) en six matchs.

Mais comment expliquer cette soudaine hausse de la production offensive? Selon McGregor, tout s’explique grâce à la bonne vieille recette du travail acharné.

En un peu plus de trois ans seulement au sein d’Équipe Canada, il a constaté que la vitesse et le niveau de jeu de ce sport augmentent constamment, et il sait que sans entraînement, rien n’est garanti – surtout pas son poste dans la formation.

« J’ai toujours travaillé fort quand je ne suis pas avec l’équipe, et ça m’a toujours semblé important de le faire », estime-t-il. « Ce sport est encore relativement nouveau pour moi, donc je dois m’assurer de continuer à développer mes habiletés, et ça commence enfin à porter fruit. »

Puisque l’équipe nationale sur luge du Canada n’est pas un programme centralisé – il n’a été réuni avec l’équipe qu’à quelques reprises chaque année pour des camps au cours de ses premières saisons – McGregor a passé beaucoup de temps par lui-même à améliorer ses habiletés et son jeu.

Après chaque camp et chaque tournoi, McGregor rentre chez lui au sud-ouest de l’Ontario avec une liste de conseils et d’astuces qu’il met à profit dans ses temps libres. Tous les efforts qu’il investit dans son jeu ne passent d’ailleurs pas inaperçus.

« Ce qu’il fait exige beaucoup de discipline et de dévouement – et il ne fait aucun doute qu’il possède ces qualités, parce que chaque fois qu’il revient, il s’est encore amélioré. Ça paraît qu’il s’entraîne souvent », soutient Babey.

Son esprit de compétition et son éthique de travail impeccable ont permis à McGregor de s’attirer le respect de ses coéquipiers et de ses entraîneurs. Malgré lui, il est devenu naturellement l’un des meneurs de l’équipe, même aux yeux des joueurs vétérans.

Si vous lui en parlez, il sera le premier à vous dire qu’il ne fait que sauter sur la glace et jouer. Mais son entraîneur est d’un autre avis, ce qui explique en grande partie le fait que McGregor ait mérité l’honneur d’être l’un des capitaines adjoints d’Équipe Canada.

« Je n’aurais jamais pensé que ce serait le cas », révèle-t-il au sujet de la lettre qu’il porte sur son chandail d’Équipe Canada, « surtout compte tenu du groupe de joueurs que nous avons ici. C’est incroyable, parce que je pense vraiment que chacun des joueurs de cette équipe mérite d’être considéré comme un meneur. Donc, cette reconnaissance et cette marque de confiance de la part de mes coéquipiers comptent beaucoup pour moi. »

« Il montre autant aux vétérans qu’aux recrues qu’il faut travailler fort. Son approche au hockey sur luge et son professionnalisme hors glace illustrent ce que cela signifie de jouer à la canadienne », croit Babey.

En seulement trois ans de carrière au sein d’Équipe Canada, il a été désigné capitaine adjoint et il est tout près d’inscrire son nom sur la liste des 10 meilleurs pointeurs de tous les temps de l’équipe nationale sur luge du Canada. Il ne fait aucun doute que nous assistons à l’essor de Tyler McGregor.

Et, vraisemblablement, le meilleur est encore à venir.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
Série 2019 de l’EFM18 : CAN 5 – USA 4 (Match 1)
McLeod marque deux fois et le Canada amorce sa série avec un gain.
Série 2019 de l’ENFD : USA 4 – CAN 3 Prol. (Match 1)
Shirley et O’Neill forcent la prolongation, mais le Canada perd 4-3.
Coupe Hlinka-Gretzky 2019 : RUS 3 – CAN 2 (Médaille d’or)
Byfield et Foudy marquent, mais le Canada remporte l’argent.
Camp de l’ENFD 2019 : OR 3 – ROUGES 1 (Match 11)
Eldridge et O'Neill ont marqué à 61 secondes d’intervalle pour les Or.
Horaire
Close
Credit