2015 rbc cup building terriers 640

Bâtir une équipe gagnante

Un regard détaillé sur la construction des Terriers de Portage

Paul Edmonds
|
9 mai 2015
|

La construction d’une équipe de hockey digne de remporter le championnat national junior A n’a fait l’objet d’aucun manuel. Il n’existe pas de grandes lignes, ni d’instructions d’assemblage ou de schémas que l’on peut consulter sur Google.

Il y a évidemment des étapes à suivre, mais les personnes ou petits groupes qui mettent sur pied des formations capables de remporter un championnat le font habituellement selon leur propre méthode, un peu comme le font les enthousiastes de la rénovation domiciliaire.

Où les choses se compliquent, c’est après la mise sur papier du plan lorsque le processus se met en branle. Avoir la patience et la confiance pour mettre votre stratégie en œuvre et éviter de reconsidérer vos méthodes sont sans doute l’étape la plus importante de l’ensemble du projet.

« Nous savions quel était notre processus », dit Blake Spiller, entraîneur-chef et directeur général des Terriers de Portage, équipe hôtesse de la Coupe RBC 2015. « Qu’il ait été le bon ou le mauvais, nous avons poursuivi vers notre objectif. Vous devez faire vos classes. Et si une question survenait, nous retournions toujours à la structure qui avait été établie. »

Depuis qu’ils se sont vu octroyer les droits d’accueil de la Coupe RBC il y a presque deux ans, Spiller et son groupe ont entrepris la construction d’une équipe capable de rivaliser.

En tant qu’hôte, vous devez vous assurer que votre équipe sera en mesure de tenir la route, même si, au début de la saison regroupant 129 équipes réparties dans 10 ligues partout au pays, Portage était la seule assurée de prendre part au tournoi.

Par conséquent, les Terriers avaient tout ce qu’il fallait pour amorcer leur parcours au début de la saison. Au bout du compte, ils auront dominé toutes les formations de la Ligue de hockey junior du Manitoba (MJHL) en accumulant une fiche record de 53-3-4 en raison régulière et une fiche parfaite de 12-0 en séries éliminatoires, en route vers leur cinquième titre de la ligue en huit ans.

Spiller admet que le succès de son équipe cette saison a pris naissance il y a quelques années avec des assises solides et un œil tourné vers la Coupe RBC de cette année. Parmi les joueurs de sa formation championne de la MJHL cette saison, 13 font partie de l’organisation depuis les deux dernières années. Parmi eux, l’avant Zack Waldvogel, natif de Portage, qui en est à sa quatrième année. Celui-ci a été le meilleur pointeur de l’équipe – et de la ligue – avec 78 points en 60 matchs.

C’est ce genre de statistiques qui a permis aux Terriers, avant même la première mise au jeu cet hiver, d’élaborer un plan pour pallier à leurs faiblesses, combler les lacunes et trouver les renforts nécessaires. De là, il a été facile de déterminer les améliorations à apporter et de passer à l’action.

« Nous ne voulions pas aller chercher 12 gars cette année », dit Spiller. « Je pense que nous avons voulu procéder à quelques retranchements au fil de la saison dernière, et cette année, nous voulions ajouter quelques pièces manquantes qui, selon nous, nous donneraient une chance de gagner. »

La familiarité des plus de douze joueurs de retour cette année a offert une base solide aux Terriers sur laquelle ils pouvaient bâtir en vue du championnat. En retour, cela a donné l’occasion à Spiller et à son personnel de déterminer quelles décisions ils allaient prendre et quel serait l’impact de ces décisions sur l’amélioration de l’équipe.

En plus de leur noyau de joueurs, les Terriers voulaient s’assurer que leur équipe allait regrouper des joueurs de talent, d’expérience et de caractère. Ces trois qualités figuraient au sommet de la liste des critères des joueurs qu’ils recherchaient pour compléter le groupe de retour au début de la saison.

« Nous aimions notre noyau de joueurs au début de la saison », dit Spiller. « Nous voulions ajouter des gars de qualité. Et c’est ce qui s’est produit. »

Un des ajouts importants à la formation de Portage avant le début de la saison régulière l’automne dernier a été Tanner Jago, originaire de Brandon au Manitoba.

Le joueur de 20 ans avait passé la saison précédente dans les rangs juniors aux États-Unis après deux ans auprès des Flyers de Winkler où il avait été nommé Recrue de l’année de la MJHL en 2011-12.

En Jago, les Terriers obtenaient un défenseur de l’élite possédant une importante expérience chez les juniors. De plus, ils ramenaient un joueur dans sa province d’origine.

« Tanner a été un important morceau », dit Spiller. « Nous avons travaillé fort pour l’avoir. Ce fut long. Mais une fois que nous l’avons obtenu, les choses ont semblé tomber en place. »

Après s’être engagé à jouer pour les Terriers avant le début de la saison, Jago a été nommé capitaine de l’équipe et il a atteint des sommets en carrière au chapitre des buts (17), des aides (36) et des points (53).

De plus, après avoir décidé de se joindre à Portage à sa dernières saison chez les juniors, son engagement et sa présence ont fait en sorte que Spiller et compagnie ont pu recruter d’autres vétérans du junior A ayant des racines manitobaines comme Garick Gray et Landon Peel.

« Les joueurs parlent », dit Marlin Murray, entraîneur-chef et directeur général des Kings de Dauphin qui ont accueilli la Coupe RBC en 2010 et atteint la finale avant de plier l’échine devant les Vipers de Vernon. « Une fois qu’un ou deux s’engagent à jouer chez vous, le recrutement des autres se fait presque tout seul. Ça vous donne de la crédibilité et attire l’attention d’autres joueurs qui cherchent un endroit où jouer. »

Au fur et à mesure que la saison avançait, ce sentiment a sans aucun doute fait des vagues au hockey junior, tant dans la MJHL que dans la Ligue de hockey de l’Ouest.

Les Terriers se sont ensuite affairés à apporter d’autres améliorations, incluant des transactions au sein de leur propre ligue, et ce, jusqu’à la date limite des transactions, le 10 janvier. Ils ont aussi ajouté d’autres joueurs du junior majeur.

« Nous sommes allés chercher des gars que nous connaissions », admet Spiller. « Nous ne voulions pas courir de risque. »

Bien que le nombre permis de joueurs de 20 ans varie d’une ligue à l’autre au Canada, la MJHL permet aux équipes d’en avoir neuf au sein de leur formation pour les matchs. S’assurer d’avoir le nombre maximal permis de joueurs de 20 ans est un facteur important de la construction d’une équipe capable de rivaliser pour la Coupe RBC.

« Vous devez avoir la force d’un groupe plus vieux le plus possible et avoir des gars d’expérience », affirme Spiller dont les Terriers ont participé à la Coupe RBC trois fois au cours des 11 dernières années (2005, 2011 et 2012).

Mais puisque le hockey est de nature cyclique, l’entraîneur-chef de Portage affirme que bâtir une équipe capable de devenir championne nationale ne doit pas se faire en hypothéquant l’avenir de l’organisation. Il dit qu’un équilibre entre le présent et le futur est essentiel.

« Nous avons fait du bon travail pour bâtir notre équipe sans vendre notre avenir. »

Et enfin, le dernier ingrédient d’une équipe hôtesse de la Coupe RBC capable de faire bonne figure est peut-être l’expérience pratique de l’architecte lui-même.

Maintenant à sa neuvième saison comme entraîneur-chef et directeur général – et après de nombreuses années comme entraîneur adjoint des Terriers –, Spiller admet que ses bras droits et lui n’auraient peut-être pas été prêts pour ce processus plus tôt dans leur carrière.

« Je ne pense pas que nous aurions voulu faire ceci il y a 10 ans, car ça ne faisait pas assez longtemps que j’étais ici », dit-il. « Nous savions comment nous voulions le faire. Il n’y a pas de manuel. Même si vous croyez avoir assemblé une bonne équipe, les astres doivent néanmoins s’aligner pour que vous ayez une chance. »

Mais l’un de ses adversaires provinciaux croit qu’il a fait un excellent travail pour bâtir un aspirant au titre.

« Blake devrait avoir beaucoup de mérite pour l’équipe qu’il a bâtie », a dit Murray. « Je la considère comme une des favorites en tant qu’équipe hôte. Il ne sera pas facile pour les autres équipes de se rendre là et de les battre à domicile. »

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire