aug05 redwht
Tous réunis sous un même toit
Hockey Canada regroupe tout son avenir en un endroit, au même moment
David Brien
|
1 août 2015
|

Cette semaine, on peut dire que l’on a l’embarras du choix parmi les talents de hockey sur la glace à Calgary.

Des choix de repêchage de première ronde de la LNH? Que dites-vous de 20 (et neuf autres de deuxième ronde)? Des choix de repêchage de première ronde de la LCH? Il y en a 111, dont neuf qui ont été sélectionnés premiers au total. Des médaillés d’or du Championnat mondial junior de l’IIHF? Quatre.

Bien que ces réalisations collectives et individuelles soient considérées comme formidables aux yeux de Hockey Canada, elles ne signifient cependant pas grand-chose, du moins tant que 193 des meilleurs joueurs du pays participent à la Vitrine estivale des équipes nationales.

Le camp, qui se déroule du 29 juillet au 6 août au Markin MacPhail Centre du Parc olympique du Canada WinSport, marque la première fois que Hockey Canada regroupe ses trois camps estivaux : celui des moins de 17 ans (110 joueurs), celui des moins de 18 ans (43 joueurs) et celui des moins de 20 ans (40 joueurs).

« Du point de vue des joueurs, cela leur permet de se comparer l’un à l’autre, à la génération suivante, et de jauger où ils se situent », déclare Scott Salmond, vice-président, activités hockey et équipes nationales de Hockey Canada. « C’est un peu le même scénario du côté des entraîneurs; ils ont l’occasion de partager des idées et de prendre le pouls de ce qui se fait différemment chez les entraîneurs des autres niveaux.

« Pour nos dépisteurs, et même pour les partisans, cet événement permet de voir les meilleurs joueurs de 15 à 19 ans du pays en un seul endroit, au cours d’une même période, ce qui est vraiment une occasion unique. »

L’organisation de l’hébergement, des repas et du temps de glace pour tous ces groupes d’âge (80 membres du personnel s’ajoutent aux 193 athlètes) représente un cauchemar logistique pour le personnel de la haute performance de Hockey Canada, mais les bénéfices tirés font largement contrepoids.

Bien que chaque camp ait son propre objectif – les camps des M17 et des M20 sont strictement axés sur le développement, alors que celui des M18 vise à choisir la formation qui représentera le Canada à la Coupe commémorative Ivan Hlinka des M18 en République tchèque et en Slovaquie –, l’accent principal reste le même.

« Du côté des moins de 17 ans, il s’agit d’exposer les joueurs, de les présenter l’un à l’autre et de les initier à nos concepts », précise Salmond. « Chez les moins de 18 ans, il est davantage question d’éducation, afin que ceux-ci soient bien préparés à l’exécution quand ils se joindront aux M20. »

Somme toute, il s’agit de faire À la canadienne, une méthode née du succès dominant qu’a connu notre pays tant aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 qu’au Championnat mondial de hockey sur glace 2015 de l’IIHF.

Il faut établir une mentalité de vainqueur, une solide éthique de travail et un dévouement sans précédent à l’égard du jeu de la part de tous les joueurs, peu importe qui ils sont et quel rôle ils jouent.

Bien que la performance sur la patinoire compte toujours, Salmond, Ryan Jankowski, le directeur du personnel des joueurs, et les entraîneurs respectifs ont mis en place des composantes hors glace aidant à planifier l’avenir des joueurs auprès d’Équipe Canada.

En résumé, il y a quatre piliers principaux sur lesquels reposent les camps des équipes nationales : l’éducation, la préparation technique, la préparation physique et la création d’un milieu favorisant le succès.

« Nous voulons que nos joueurs jouent et agissent d’une certaine façon dans le cadre de notre programme et tout ça fait partie de leur évaluation », ajoute Salmond. « Nous voulons implanter une culture, créer des attentes et cultiver l’atmosphère familiale régnant au sein des équipes participant à des championnats. »

C’est pourquoi l’un des premiers messages transmis aux joueurs se présentant au camp consiste à leur dire que leur lieu d’origine, le nombre de buts qu’ils ont marqués ou l’équipe qui les a repêchés importent peu. Une fois le processus terminé, Hockey Canada sélectionnera les joueurs qui aideront ses formations à gagner et qui seront prêts à jouer leurs rôles et à accepter de faire des sacrifices pour devenir des joueurs de classe mondiale.

« Ce camp est le premier pas », poursuit Salmond. « C’est le premier pas vers la saison 2015-2016, c’est le premier pas vers le succès international et c’est le premier pas vers l’édification d’un programme d’excellence encore plus solide. La route a été longue et elle a été parsemée de changements, mais nous sommes ravis du parcours que nous empruntons. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
Camp 2019 de l’ENP : BLANCS 5 – JPN 0 (Match 5)
Dunn obtient trois buts dans un gain des Blancs face au Japon.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 5 – JAPON 0 (Match 4)
Sorley et Culmone marquent deux buts chacun et les Rouges gagnent.
Camp 2019 de l’ENP : ROUGES 1 – BLANCS 0 (Match 3)
Culmone marque et Larocque signe un jeu blanc dans un gain des Rouges.
Camp 2019 de l’ENP : CAN-W 15 – JPN 0 (Match 2)
McGregor donne la victoire aux siens avec une récolte de six points.
Horaire