2014  w j a c nash talbot feature

De retour à Yorkton

Huit ans plus tard, deux joueurs de la LNH revivent leur Défi mondial junior A 2006

Karlen Herauf
|
14 décembre 2014
|

Pour les joueurs, les partisans, les dépisteurs, la Ligue de hockey junior canadienne et vraiment tout le monde touché, c’était le plongeon vers l’inconnu.

Les meilleurs joueurs des dix ligues juniors A du Canada n’avaient jamais auparavant rivalisé sur la scène internationale, mais tout ceci s’apprêtait à changer lorsque Yorkton et Humboldt, Sask., ont accueilli le Défi mondial junior A 2006.

Il y avait toutefois une chose que les 44 joueurs représentant le Canada savaient, c’est qu’il s’agissait de leur chance de revêtir l’uniforme rouge et blanc d’Équipe Canada et de jouer pour leur pays, et c’est ce qui comptait.

« Presque tous les enfants canadiens rêvent de jouer au hockey professionnel dans la LNH, » déclare le gardien de but des Rangers de New York Cam Talbot, qui a connu ses premières heures de gloire avec Canada Est en Saskatchewan. « Représenter son pays est, je crois, un pas de plus, car très peu de gens ont l’occasion de porter la feuille d’érable. »

« Faire ce que j’ai accompli a été pour moi tout un honneur et une période que je n’oublierai jamais. »

À la différence des Défis mondiaux juniors A récents, où les joueurs canadiens sont invités à un camp de sélection où ils doivent compétitionner pour se tailler une place au sein de la formation de Canada Est ou de Canada Ouest, les formations d’alors étaient tout simplement déterminées avant le tournoi en 2006; un bon début de saison était le laissez-passer suffisant pour y participer.

Donc pour Talbot, qui était alors un gardien de but des Red Wings de Hamilton de l’OHL, il n’y eut pas de camp avec les nerfs à vif, pas d’attente angoissante pour savoir s’il était des heureux 22 élus. Il n’y avait qu’un simple coup de fil.

« D’avoir été choisi par Canada Est a probablement été le moment le plus intense de ma carrière à cette période, » confie-t-il. « Mon entraîneur m’a appelé pour m’en informer et m’a dit pour conclure la conversation que la composition de la formation ne serait annoncée que dans trois ou quatre jours, donc de rester discret. Je me demandais à ce moment comment faire pour ne pas annoncer la plus importante nouvelle de ma carrière. »

Malheureusement, ce ne sont pas tous les joueurs qui ont reçu un tel appel. Du moins pas au début.

Pour Riley Nash, une recrue de 17 ans des Silverbacks de Salmon Arm de la BCHL, il y eut d’abord une déception, suivie de quelques jours d’attente.

Mais lorsque Cody Danberg est arrivé blessé juste avant le début du tournoi, ce fut Nash qui reçut un coup de fil pour se joindre à la formation de Canada Ouest.

« Nous avions quelques jours de congé, je suis donc retourné à la maison pour voir mes parents, et j’ai reçu l’appel alors que j’étais là, » précise l’avant des Hurricanes de la Caroline, en rigolant de son rôle de « joueur de quatrième trio » essayant d’aider son équipe par n’importe quel moyen.

« Ce fut un honneur d’avoir passé près d’être choisi, donc de pouvoir agir comme remplaçant, de porter la feuille d’érable et représenter mon pays était évidemment super. »

Les deux joueurs admettent s’être présentés au Défi mondial junior A avec un peu de papillons dans le ventre alors qu’ils se préparaient à affronter l’inconnu et à sauter sur la patinoire contre le Bélarus, l’Allemagne, la Russie et la Slovaquie qui se joignaient aux deux formations canadiennes en Saskatchewan.

« Une fois rendus au tournoi, nous y avons rencontré plusieurs joueurs de fort calibre », se souvient Nash. « J’avais 17 ans et je n’avais jamais joué contre des jeunes du Bélarus ou de la Russie ou de tels pays, c’était donc très stimulant de découvrir leurs styles de jeux. »

Et alors que c’était grisant de participer à une compétition internationale pour la première fois, le souvenir le mieux gravé dans la mémoire de Talbot et de Nash a sans contredit été de remporter la médaille d’or; Canada Est et Canada Ouest n’ont pas subi la défaite en route pour une finale toute canadienne.

Les formations canadiennes étaient toutes deux dirigées par des choix de première ronde du repêchage d’amateurs 2007 de la LNH – Kyle Turris (3e au total par Phoenix) pour l’Ouest et Brendan Smith (27e au total par Detroit) pour l’Est.

Et aujourd’hui, un peu plus de huit ans plus tard, sept joueurs qui ont obtenu l’or le 12 novembre 2006 se sont retrouvés dans la LNH - Nash, Turris, Justin Fontaine et Evan Oberg de Canada Est, et Talbot, Smith et Will Acton de Canada Est.

Naturellement, tous se sentaient nerveux le jour du match, mais aussi à la fois stimulés et fiers. Le match télédiffusé nationalement était la plus importante scène que les joueurs avaient connue jusqu’à ce point de leur carrière, ils jouaient pour leur pays et pour une médaille d’or.

Dès le début, il semblait que le match ne serait rien d’autre que le couronnement de Canada Ouest, laquelle a pris une avance de 4-0 avant même le milieu du deuxième vingt grâce à deux buts marqués par Jordie Johnston, et les deux autres par Tyler McNeely et Casey Pierro-Zabotel.

Mais Canada Est ne s’est pas laissée abattre et a réagi avec deux buts comptés par David Kostuch et un par Jeff Terminesi, réduisant l’écart à un seul but dans les dernières minutes de la rencontre, mais seulement pour voir s’évanouir leurs espoirs de médaille d’or, alors que Canada Ouest l’a emporté 4-3.

« Le match n’a pas commencé comme nous l’avions espéré, » commente Talbot à propos de la finale. « Mais nous avons réagi. Nous pensions avoir compté le but égalisateur avec une ou deux minutes à jouer dans le match, mais leur gardien de but a saisi la rondelle de sa mitaine juste au moment où elle s’apprêtait à traverser la ligne des buts. »

« Ce moment crève-cœur est gravé dans ma mémoire. Malheureusement, ça n’a pas fonctionné comme nous le souhaitions; mais seulement d’avoir pu jouer pour la médaille d’or de notre pays a été une fantastique expérience et j’en suis très reconnaissant. »

Pour Nash, ses souvenirs sont un peu plus positifs.

« Mes grands-parents étaient dans les gradins. Je sais qu’ils étaient extrêmement fiers et qu’ils appréciaient autant cette expérience que moi si ce n’était pas plus, » rajoute-t-il en riant. « Ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance de devenir un champion. Le succès ne sourit pas toujours, je regarde donc ce moment comme une des expériences les plus agréables et les plus mémorables que j’ai vécues. »

Huit ans plus tard, les deux étant bien établis comme joueurs de la LNH, Nash et Talbot ont plus que de bons souvenirs. Ils regardent leur expérience au Défi mondial junior A et reconnaissent les leçons qu’ils en ont tirées et qui ont contribué à leur faire réaliser leur rêve de jouer au hockey professionnel.

« Le tournoi m’a appris qu’il y a d’excellents joueurs en grand nombre dans notre milieu et qu’il faut travailler et avoir confiance en soi, » déclare Nash. « Il n’y a pas de temps pour douter de soi, de son équipe ou du système; il faut donner son meilleur, y croire et foncer. Habituellement, quand on donne son meilleur dans un domaine, ça donne des résultats. »

Talbot abonde dans le même sens. « Vous ne savez jamais ce qui peut arriver si vous travaillez fort. D’avoir grandi dans une petite place (Caledonia, Ontario) puis d’avoir été choisi pour représenter mon pays est pour moi un rêve devenu réalité; je crois que tout le dur travail que j’ai fourni menait à cet objectif et qu’aujourd’hui, il paie ses dividendes. »

« Si vous travaillez assez fort et espérez avec beaucoup de volonté, certains rêves deviennent réalité. C’est ce que je n’ai jamais cessé de faire et c’est probablement une des raisons pourquoi je suis ici aujourd’hui. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
CMJ 2022 : CAN 4 – SWE 3 (match préparatoire)
Gaucher et McTavish ouvrent la marque à 34 s d’intervalle, et le Canada résiste à la Suède.
2022 CHG: TCH 3 - E.U. 1 – (Prélim.)
Šprynar marque le but gagnant et la Tchéquie passe en demi-finale.
2022 CHG: SVK 0 – SUI 0 (prélim.) OT
Cedzo marque deux buts dans la victoire en prolongation sur la Suisse.
2022 CHG: CAN 3 – SWE 0 (prélim.)
Ratzlaff signe un jeu blanc et le Canada termine premier du Groupe A.
Horaire