Sites affiliés expand
Hockey Canada logo

Souvenirs de Stoney Creek : Brianne Jenner

Des anciennes joueuses des Sabres partagent certains de leurs moments favoris

21 April 2014

BRIANNE JENNER
Carrière avec les Sabres de Stoney Creek – 2005-2008
Statistiques de tous les temps – 176BP 139B 87A 226P
Prix/honneurs – capitaine adjointe, 2007-2008, meilleure buteuse de la PWHL (29) en 2007-2008
Équipe actuelle – Université Cornell (ECAC)

Historique avec Hockey Canada
2014 – Équipe nationale féminine – Jeux olympiques d’hiver – médaille d’or
2013 – Équipe nationale féminine – Championnat mondial de hockey sur glace féminin de l’IIHF – médaille d’argent
2013 – Équipe nationale féminine – Coupe des 4 nations – médaille d’or
2012 – Équipe nationale féminine – Championnat mondial de hockey sur glace féminin de l’IIHF - médaille d’or
2011 – Équipe nationale féminine – Coupe des 4 nations – médaille d’argent
2010 – Équipe nationale féminine – Coupe des 4 nations – médaille d’or
2010 – Équipe nationale féminine des moins de 22 ans – Coupe MLP – médaille d’or
2009 – équipe nationale féminine des moins de 18 ans – Championnat mondial féminin des M18 de l’IIHF – médaille d’argent
2009 – Équipe nationale féminine – Coupe Hockey Canada – médaille d’argent
2008 – Championnat national féminin des moins de 18 ans – Ontario Rouge - médaille d’or
2008 – Équipe nationale féminine des moins de 18 ans – Championnat mondial féminin des M18 de l’IIHF – médaille d’argent
2007 – Championnat national féminin des moins de 18 ans – Ontario Rouge - médaille d’or
2007 – Jeux d’hiver du Canada – Ontario – médaille d’or
2005 (nov.) – Championnat national féminin des moins de 18 ans – Ontario Bleu – sixième place

Souvenirs de Stoney Creek
« L’année où nous avons remporté le titre de la ligue et les éliminatoires de la PWHL ainsi que le titre provincial de l’OWHA a été une année assez particulière; il était très palpitant de faire partie de la formation, parce que très peu d’équipes ont réussi cet exploit. »

« J’ai appris à jouer aux deux extrémités de la patinoire à Stoney Creek. La PWHL est une ligue de haut calibre et on ne peut pas se permettre de n’être qu’une joueuse talentueuse. Lorsqu’on arrive en catégorie junior, il faut être une joueuse complète et responsable. Je crois que les Sabres ont été pour moi une excellente porte d’entrée dans cette ligue et que cette formation m’a appris à m’accomplir comme joueuse et m’a montré comment jouer dans un système. Ça a été un très bon apprentissage pour me préparer pour le niveau suivant. »

« Diane Boles, l’entraîneure en chef, m’a recrutée alors que je jouais dans une équipe de garçons. Elle a toujours eu des attentes élevées à notre endroit. Nous sentions toujours qu’elle voulait que nous nous perfectionnions et que nous nous poussions plus loin; elle cherchait à ce que nous donnions le meilleur de nous-mêmes. Elle s’informe encore de nous. Elle a nous a envoyé à Laura Fortino et à moi des fleurs avant un de nos matchs hors concours en Autriche, juste avant les Olympiques. Elle se soucie vraiment des joueuses qui passent dans son programme. »

Dans mes propres mots : Emerance Maschmeyer

La gardienne de l’équipe nationale féminine se confie sur sa vie avec sa partenaire Geneviève Lacasse, la fondation d’une famille, son rôle de pionnière dans la LPHF et l’importance d’être soi-même

Emerance Maschmeyer
|
15 June 2024

Geneviève et moi avions décidé de ne pas faire de coming out officiel. Nous avions plutôt simplement choisi de publier des photos de notre mariage en juillet dernier. Nos proches – les personnes les plus importantes dans nos vies – étaient déjà au courant de notre relation.

Nous étions sceptiques à l’idée d’en faire une grosse histoire d’affirmation. Nous avons pensé que publier des photos de notre mariage serait une façon amusante de dire : « C’est nous. Nous sommes maintenant mariées ». Comme n’importe qui le ferait. Nous étions rendues là. Nous voulions le dire, sans peur. La vague d’amour et de soutien qui a suivi notre publication était si grande, et ça a été très inspirant d’en constater l’impact.

Nous avons une plateforme et une influence. Plusieurs suivent nos aventures. Les personnes qui sont derrière nous sans hésitation, nous les voulons dans nos vies. Nous tenons à maintenir un lien avec elles. Pour les autres, ce n’est pas plus grave que ça.

Nous savions que notre dévoilement pourrait avoir une influence. Une influence positive. Nous espérions pouvoir aider d’autres personnes qui vivent une situation similaire. Je crois qu’on avait le courage, à notre âge, d’aller de l’avant pour raconter notre histoire. Nous avons tout le soutien dont nous avons besoin. Après coup, pour nous, la question était de savoir comment nous pouvions aider les autres maintenant.

Annoncer publiquement notre relation nous a libérées d’un énorme poids qui, sans qu’on en soit conscientes, pesait sur nos épaules. Aujourd’hui, je sens vraiment que nous sommes ouvertes à l’idée d’engager des conversations à propos de notre relation. Nous n’avons pas peur d’être nous-mêmes. Tout ça a été une aventure gratifiante pour nous. Ça fait seulement un an que nous avons officialisé notre union, et nous nous amusons tellement depuis. Nous sommes un couple. Et les gens le savent.

Geneviève et moi avons commencé à nous fréquenter en 2015. Ça n’a pas été trop long avant que je parle à ma sœur de notre relation. Geneviève était la première femme dans ma vie. Donc, avant de l’annoncer à toute ma famille, je voulais m’assurer que notre couple soit solide. C’est ce que j’aurais fait pour n’importe quelle relation.

J’étudiais à Harvard à ce moment. Mes coéquipières et amis à l’école l’ont su assez rapidement. Je voulais le dire à ma famille, mais je voulais l’annoncer en personne. Je ne tenais pas à en faire toute une histoire. Mais je sais bien aussi que, encore à ce jour dans notre société, une personne est hétérosexuelle jusqu’à preuve du contraire. Il faut faire un coming out, raconter son histoire. Je voulais l’annoncer de la façon la plus normale possible, mais je me devais d’avoir des conversations en personne avec ma famille aussi.

Un an après le début de notre fréquentation, j’ai commencé à en parler. Je l’ai dit à mes parents, un à la fois. J’ai fait le tour de ma famille, qui est nombreuse, donc des conversations, il y en a eu beaucoup! J’étais jeune (j’avais 20 ans), donc je ressentais pas mal de nervosité, mais mes proches m’ont manifesté un si grand soutien. J’ai retenu de chacune de mes discussions que ma famille était là pour moi et qu’elle allait m’aimer coûte que coûte. Je sais que ce n’est pas tout le monde qui a cette chance, mais je suis vraiment bénie des dieux d’avoir une famille qui me soutient quoi qu’il arrive. Tout le monde était juste heureux que je sois en amour.

Nous avons hésité à en parler publiquement, mais ça n’avait rien à voir avec notre orientation sexuelle. C’était plus en raison de notre implication avec l’équipe nationale féminine. Nous n’étions pas vraiment friandes à l’idée que les nouvelles autour de nous soient à propos de notre relation ou de notre orientation. Nous voulions qu’elles portent sur le hockey et nos performances.

C’est assurément un défi lorsqu’on pratique la même profession que sa partenaire. Au début, nous avons convenu que, à plus d’un égard, notre relation devait primer sur le reste. Mais il nous fallait aussi réserver une place de choix à notre carrière au hockey. Non pas d’une manière égoïste, mais plutôt… Si tu fais tout ce que tu peux pour être sélectionnée à une équipe et que tu es disposée à jouer, et que je fais tout ce que je peux pour être sélectionnée à une équipe et que je suis disposée à jouer, et bien notre couple ne fait pas partie de l’équation dans ce cas. Ce sont des facteurs externes qui décideront de notre sort… le personnel entraîneur et de dépistage.

Nous étions ensemble dans cette même aventure. Sur le plan individuel, nous ne ménagions pas les efforts et faisions tout notre possible pour arriver à nos fins. Mais une fois une décision rendue, il n’y avait aucune rancœur entre nous. Nous pouvions éprouver de l’empathie si l’une s’était démarquée par rapport à l’autre, mais en fin de compte, si l’une d’entre nous était désignée pour défendre la cage, nous étions là pour nous épauler.

Nous avons eu quelques obstacles en cours de route. Je n’ai pas été choisie pour les Jeux olympiques de 2018. Elle, oui. Le contraire s’est produit pour les Jeux de 2022. J’étais de l’aventure, mais pas elle. Ça nous a donné de la très belle matière pour apprendre de notre relation. La première fois, quand c’est moi qui ai subi le couperet, nous n’avions pas vraiment les aptitudes pour bien réagir. Je caressais ce grand rêve de jouer aux Jeux olympiques. Alors, que dire à sa partenaire, à celle qui y va, ou à celle qui n’y va pas? C’était une situation complexe à gérer pour nous. Nous nous soutenions mutuellement, alors nous avons senti qu’il valait mieux nous abstenir de parler de hockey. Pour le bien de notre couple.

La deuxième fois, pour les Jeux de Beijing, nous avons appris comment en parler. Nous avons appris à dialoguer dans des circonstances périlleuses. À nous ouvrir franchement à l’autre. Il aurait été préférable que ces situations ne se produisent jamais, mais en fait, elles ont contribué à solidifier notre relation. Nous avons acquis les aptitudes pour bien nous épauler l’une l’autre à travers les tempêtes et communiquer de la bonne façon. Nous avons pris conscience de l’importance de toujours faire mieux dans ces moments.

Au début de l’année 2023, quelques mois après notre mariage, nous avons appris que nous allions avoir un enfant. Par chance, nous avons des amies qui avaient déjà suivi un traitement de fertilité. Nous avons pu leur poser une tonne de questions. Faire plusieurs recherches sur le sujet. Nous vivions au Québec, et heureusement, des mesures financières sont en place pour aider. Et la fécondation s’est faite assez rapidement. Nous en sommes très reconnaissantes.

Ça a été une belle expérience. Nous sommes très heureuses de fonder notre famille et d’accueillir notre petit garçon. Nous attendons ce moment depuis si longtemps. Étant donné nos carrières sur la glace, ce n’était pas une possibilité, surtout sans les salaires et la sécurité financière d’une ligue professionnelle. Mais aujourd’hui, je joue dans la LPHF, et Geneviève occupe un emploi stable à titre de responsable des commandites et des ventes de la ligue. Il y a longtemps que nous avions goûté à une telle sécurité et stabilité. Nous sommes emballées de fonder notre famille.

Nous souhaitons que notre garçon grandisse auprès de femmes fortes. Et nous sommes certaines qu’il sera un être respectueux des femmes et que lorsqu’il verra des athlètes féminines, il ne verra que des athlètes tout court.

Le dévoilement du sexe de notre bébé est un souvenir récent qui me revienten mémoire constamment! J’étais assise dans l’autobus avec Emily Clark lors d’un voyage cette année, et nous nous sommes mises à discuter de la façon dont nous pourrions l’annoncer Geneviève et moi. Des idées ont germé. Puis, nous avons réalisé qu’une course à obstacles avec l’équipe pourrait être très amusante. Nous sommes passés d’un duel Clark contre Jenner, à un duel Équipe gars contre Équipe fille.

Geneviève et moi, nous voulions vivre l’effet de surprise, donc nous avons donné aux autres membres de l’équipe le lien vers la confirmation du sexe de notre bébé. Un jour, après un entraînement, Clarky et Jenner ont expliqué le déroulement de la course. Tout a si bien fonctionné!

La dernière année a été un vrai tourbillon. Le mariage, l’annonce de la création de la LPHF, ma signature avec Ottawa, la nouvelle de notre enfant, le lancement de la ligue, la conquête d’un autre championnat… c’est difficile de croire que tout cela s’est passé dans les 11 derniers mois seulement.

C’est tellement incroyable, l’élan que nous donne la LPHF, l’appui des partisans et partisanes, le soutien de partout, les investissements et la visibilité. Et la croissance que nous avons connue à notre première saison seulement. Mais la fierté que j’ai ressentie chaque fois que j’ai sauté sur la glace avec mes coéquipières à Ottawa cette saison… je n’ai pas de mots pour décrire à quel point c’est spécial.

Évidemment, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre l’équité et la parité, mais nous avons fait quelques pas de géant au cours des dernières années. Même à l’échelle locale, il y a un effet d’entraînement généré par la LPHF pour que les femmes s’initient au sport et continuent de le pratiquer.

À nos matchs, je vois des jeunes (pas seulement des petites filles, mais aussi des petits garçons) qui nous perçoivent simplement comme des athlètes qui pratiquent le hockey. Ces jeunes ne nous considèrent pas comme des joueuses de hockey féminin. Garçons et filles voient simplement leur avant ou cerbère modèle. On n’entend pas : « Tu es ma gardienne de but favorite… au hockey féminin. » C’est fantastique de voir l’évolution de l’état d’esprit. Et il y a tant de jalons à venir.

Puisque c’est le Mois de la fierté, un événement qui a une grande signification pour moi, je voulais conclure sur ce sujet.

Individuellement, tout le monde peut faire une introspection et trouver des pistes d’amélioration. Je pense que souvent, des présomptions sont faites lorsque deux personnes se rencontrent pour la première fois. Mais nous pouvons faire mieux en laissant l’autre raconter son histoire au lieu de l’étiqueter en lui disant : « Tu es ceci ou tu es cela. » Il peut être intimidant d’être soi-même. Les idées préconçues sont un frein.

Malheureusement, il y aura toujours de la haine sur Internet. À l’ère des médias sociaux, c’est inévitable. Mais je pense qu’autant que possible, nous devons nous accrocher à l’amour et au soutien, et veiller à ce que les voix bienveillantes, aimantes et encourageantes l’emportent sur les voix négatives.

En tant que personne en couple avec une personne du même sexe, je suis parfois un peu timide ou hésitante de montrer la vraie version de moi-même. Mais aux personnes de notre communauté, je dis : soyez aussi braves que possible. Soyez vous-mêmes. Si vous participez aux conversations et que vous laissez aller votre vraie personnalité, les mentalités commenceront à changer lentement. Une personne à la fois.

Nous avançons dans la bonne direction. Et c’est ensemble que nous continuerons de le faire.

Voir plus

Annonce des sites hôtes de la Coupe Esso et de la Coupe TELUS en 2025

L’Alberta et la Colombie-Britannique accueilleront les championnats nationaux des clubs de M18 du Canada

NR.029.24
|
30 April 2024

CALGARY, Alberta – Hockey Canada a dévoilé le nom des sites qui accueilleront les championnats nationaux des clubs de M18 du Canada en 2025. C’est à Lloydminster, en Alberta, qu’aura lieu la Coupe Esso, tandis que la Coupe TELUS se tiendra sur la côte Ouest, dans la région de Fraser Valley, en Colombie-Britannique.

Du 20 au 26 avril, les Steelers de Lloydminster de la Ligue de hockey féminin de l’Alberta (AFHL) accueilleront cinq équipes championnes régionales au Centennial Civic Centre à l’occasion du Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada. Ce sera la cinquième fois que la Coupe Esso sera disputée en Alberta, et une première pour la ville située à la frontière avec la Saskatchewan.

Les Thunderbirds de Fraser Valley, qui évoluent pour leur part dans la Ligue de hockey élite de la C.-B. (BCEHL), en seront à une première participation à la Coupe TELUS, qui sera disputée du 21 au 27 avril au Chilliwack Coliseum. Le Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada sera donc de retour en Colombie-Britannique pour la première fois depuis 2017.

« L’organisation d’un championnat national est un travail colossal, et nous sommes reconnaissants envers les comités organisateurs locaux, Hockey Alberta et Hockey Colombie-Britannique, qui travailleront de concert avec notre équipe pour s’assurer d’offrir des événements de première classe à Lloydminster et à Chilliwack le printemps prochain », a commenté Pat McLaughlin, chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie à Hockey Canada. « Les championnats nationaux des clubs de M18 du Canada ont permis au fil des ans de voir des athlètes parmi l’élite s’illustrer à l’échelle nationale avant de poursuivre leur chemin à l’international. Il n’y a aucun doute à notre esprit, les gens en Alberta et en Colombie-Britannique seront réjouis de voir tout ce talent à l’œuvre dans un an. »

Il est possible de s’inscrire dès maintenant afin de recevoir toute l’information sur les billets pour la Coupe Esso 2025 et la Coupe TELUS 2025 à mesure qu’elle sera connue, et de s’inscrire au Cercle des initiés de Hockey Canada pour un accès prioritaire aux billets et d’autres offres spéciales.

« Ces tournois sont souvent les occasions d’une vie pour les participants et participantes, leurs familles et les partisans et partisanes », a déclaré Dean McIntosh, premier vice-président de la génération de revenus, de l’expérience client et de l’impact communautaire à Hockey Canada. « Grâce à la générosité d’Esso et de TELUS, nous serons en mesure de cimenter le legs de ces deux événements dans deux marchés de hockey extraordinaires, et nous en sommes très heureux. Nous tenons à remercier toutes les communautés qui ont manifesté leur intérêt pour la tenue de ces championnats nationaux l’an prochain, et avons bien hâte d’accueillir les meilleurs clubs de M18 du pays au printemps. »

Les Rebels de Regina ont remporté leur tout premier titre national lors de la Coupe Esso 2024 à Vernon, en Colombie-Britannique, tandis que les Cantonniers de Magog ont gagné le deuxième titre de leur histoire lors de la Coupe TELUS 2024 à Membertou, en Nouvelle-Écosse. TSN et RDS, les diffuseurs officiels de Hockey Canada, ont présenté les deux matchs pour la médaille d’or.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux FacebookX et Instagram.

Voir plus

Les Rebels de Regina gagnent la Coupe Esso 2024

Le Storm de North York repart avec la médaille d’argent; les Jr. Oilers d’Edmonton remportent le bronze

NR.027.24
|
27 April 2024

VERNON, C.-B. – Les Rebels de Regina ont remporté leur premier titre à la Coupe Esso, coiffant le Storm de North York 2-1 dans une finale enlevante samedi après-midi pour mettre la main sur la médaille d’or au Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada.

Berlin Lolacher (Pilot Butte, SK), nommée meilleure avant du tournoi, a marqué le premier but à mi-chemin de la deuxième période en déjouant la gardienne du StormJamie Sanford (Toronto, ON). Sanford s’est avérée difficile à battre, arrêtant 47 des 49 tirs de Regina.

« C’est un sentiment incroyable, a déclaré Lolacher. Je n’ai pas de mots pour décrire ce sentiment. Après la médaille de bronze de l’an dernier, nous n’avions qu’un seul objectif, gagner ce tournoi. Et nous y voici… C’est merveilleux. »

La Joueuse par excellence du tournoi, Stryker Zablocki (Prince Albert, SK) , a inscrit le but gagnant deux minutes seulement après que Lolacher ait brisé la glace.

« Cette semaine, nous n’avions qu’une chose en tête, passer du bronze à l’or, a ajouté Zablocki. La Saskatchewan fait souvent figure de négligée, mais nous sommes là, et il n’y a pas d’autre groupe de filles avec lesquelles je préférerais compétitionner. J’aime cette équipe, ces filles, et nous nous souviendrons toujours de ce qu’on ressent en ce moment. Je suis très fière des efforts que nous avons déployés pour en arriver là, au titre de championnes nationales… C’est spécial. »

Lily Paisley (Mount Albert, ON)a réduit l’écart du Storm à un but en s’imposant en supériorité numérique en fin de match, mais la gardienne des Rebels Hannah Tresek (Regina, SK)a fermé la porte par la suite, réalisant quatre arrêts tandis que les dernières minutes de jeu s’écoulaient. Tresek a réussi 26 arrêts au total.

Les Jr. Oilers d’Edmonton battent les Lakers de Thompson-Okanagan 1-0 (PROL.) pour gagner le bronze

Plus tôt aujourd’hui, Edmonton a rebondi après un revers de 4-1 contre North York en demi-finale pour remporter le bronze, la cinquième médaille de bronze du club à la Coupe Esso, dans une victoire en prolongation de 1-0 sur l’équipe hôte des Lakers de Thompson-Okanagan.

La capitaine Layla Matthew (Edmonton, AB)a marqué le but de la victoire après un peu plus de quatre minutes de jeu en prolongation.

Mackenzie Gould-Sharpe (Red Deer, AB) a bloqué 12 tirs pour signer le jeu blanc. Les Jr. Oilers, qui ont terminé en tête du classement de la ronde préliminaire, ont dominé les Lakers 32-12 au chapitre des tirs au but.

Après le match, les prix du tournoi suivants ont été remis à la Coupe Esso :

Meilleure gardienne de but : Jorja Burrows (New Glasgow, NS / Northern Selects)
Meilleure défenseuse : Ciara Lang (Edmonton, AB / Jr. Oilers d’Edmonton)
Meilleure avant : Berlin Lolacher (Pilot Butte, SK / Rebels de Regina)
Joueuse ayant le meilleur esprit sportif : Sydney Bowness (Toronto, ON / Storm de North York)
Bourse d’études de la Coupe Esso : Lily Roberts (Vernon, BC / Lakers de Thompson-Okanagan)
Joueuse par excellence : Stryker Zablocki (Prince Albert, SK / Rebels de Regina)

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et la Coupe Esso 2024, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram , de même que le mot-clic #CoupeEsso.

Voir plus

Aperçu du Mondial masculin des M18 : Canada c. Suède

Jeudi 25 avril | 12 h HE | Vantaa, Finlande | Ronde préliminaire

Jason La Rose
|
25 April 2024

Le Championnat mondial des M18 2024 de l’IIHF débute jeudi en Finlande, et l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans du Canada affronte la Suède en ronde préliminaire au Trio Areena de Vantaa.

Dernier match de chaque équipe

Les Canadiens ont joué leur dernier duel préparatoire mardi, une victoire de 4-3 en prolongation contre la Norvège à Vantaa. Matthew Schaefer a inscrit le but gagnant à 2 min 18 s de la prolongation pour l’unifolié, qui a vu les Norvégiens marquer deux fois en cinq secondes au milieu de la troisième période pour rattraper une avance de deux buts en faveur de la délégation canadienne. Schaefer a terminé la rencontre avec une récolte d’un but et une aide, tout comme Ryder Ritchie.

Les Suédois ont conclu leur calendrier préparatoire lundi. Leo Sahlin Wallenius a touché la cible à deux reprises, et Love Härenstam a bloqué 26 tirs pour signer un jeu blanc de 4-0 aux dépens de la Lettonie à Vierumäki. Jack Berglund et Melvin Fernström ont été les autres buteurs pour la Suède, et Alexander Zetterberg a récolté deux mentions d’aide.

Dernière rencontre entre les deux équipes

Les nations rivales ont croisé le fer pour la dernière fois en demi-finale du Mondial masculin des M18 il y a un an. Les Suédois l’avaient emporté 7-2 en route vers la médaille d’argent. Macklin Celebrini et Angus MacDonell avaient fait mouche au premier tiers pour les Canadiens, mais une deuxième période de quatre buts pour les Suédois s’est révélée déterminante.

À surveiller

Ce n’est pas la première fois que Porter Martone porte le chandail à la feuille d’érable. En effet, au cours des 17 derniers mois, le capitaine du Canada a participé au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans, au Championnat mondial des M18 de l’IIHF (à titre de joueur surclassé) et à la Coupe Hlinka-Gretzky, y récoltant respectivement l’argent, le bronze et l’or ainsi qu’une fiche de 12 buts et 23 points en 19 matchs. L’avant des Steelheads de Mississauga, qui a inscrit 71 points (33-38—71) à sa deuxième saison dans l’OHL, est un nom à surveiller au repêchage 2025 de la LNH (il n’est pas admissible cette année puisqu’il est né le 25 octobre).

Sahlin Wallenius était le deuxième Suédois au classement final du Bureau central de dépistage de la LNH en prévision du repêchage 2024 de la ligue, pointant au septième rang des patineurs répertoriés à l’international. Il a obtenu une moyenne de près d’un point par match à la défensive de l’équipe des M20 des Växjö Lakers cette saison (11-31—42 en 43 parties jouées). Lunis Eriksson a lui aussi attiré l’attention du Bureau central de dépistage, qui le classe dixième parmi les patineurs de l’étranger. Il a passé la majeure partie de la saison chez les professionnels au sein des Djurgårdens IF, inscrivant 11 points (3-8—11) en 29 rencontres dans la HockeyAllsvenskan.

Rétrospective

Les deux pays sont pratiquement au coude à coude dans l’histoire du Championnat mondial des M18 de l’IIHF. Les Canadiens ont un mince avantage, ayant remporté 11 duels contre 10 pour les Suédois.

Parmi les victoires les plus récentes, citons celles de l’édition 2021 au Texas. Shane Wright avait inscrit un tour du chapeau et Brandt Clarke avait ajouté deux buts et deux aides dans un gain de 12-1 en ronde préliminaire, tandis que Connor Bedard avait obtenu trois buts et Wright, un but et trois aides, dans un triomphe de 8-1 en demi-finale .

Fiche de tous les temps : le Canada mène 11-10 (1-1 en PROL. ou TB)
Buts pour le Canada : 83
Buts pour la Suède : 67

Voir plus
Callie Dach.

S’inscrire dans la lignée familiale

Le hockey compétitif étant profondément ancré chez les Dach, Callie entend poursuivre à son tour la tradition familiale en laissant sa marque à la Coupe Esso

Katie Brickman
|
23 April 2024

Pour Callie Dach, jouer au hockey sur la patinoire extérieure était un rite de passage. Cette semaine, elle a l’occasion de poursuivre une autre tradition familiale, soit celle du hockey de haut niveau, elle qui tentera de remporter la Coupe Esso avec son équipe, les Jr. Oilers d’Edmonton, à Vernon, en Colombie-Britannique.

« C’est une expérience formidable, d’autant plus que j’ai la chance de la vivre avec mes coéquipières », exprime l’arrière de 17 ans.

La joueuse de 5 pi 9 po originaire de Fort Saskatchewan est la sœur cadette de Kirby et Colton Dach, qui ont tous deux porté l’unifolié au Championnat mondial junior de l’IIHF. Kirby évolue maintenant avec les Canadiens de Montréal, tandis que Colton – un espoir des Blackhawks de Chicago – a passé la saison au sein des IceHogs de Rockford dans la Ligue américaine de hockey (AHL).

Le hockey a toujours été un élément rassembleur pour Callie et ses frères. Les trois ne sauraient compter les heures passées sur la patinoire extérieure, que ce soit dans leur cour arrière ou sur le lac.

« Le hockey m’aide à me rapprocher de mes frères, ça nous unit. J’aime bien avoir ça en commun avec eux. Leur réussite a été une grande source de fierté pour ma famille et moi. Quel bonheur de savoir qu’ils ont réalisé leur rêve, après tous ces efforts. »

Callie s’est mise à jouer au hockey organisé dès l’âge de cinq ans. Comme bien des enfants qui ne sont pas les aînés, elle voulait faire comme ses grands frères.

« En allant toujours à la patinoire et en les observant, j’ai eu envie de suivre leurs traces, de devenir aussi bonne qu’eux ou presque et de me mesurer à eux à chaque occasion. »

Dale et Hillary Dach se réjouissent de ce que vivent leurs enfants grâce au hockey. Mais au-delà des succès individuels, les deux soulignent tout le bien que le sport a apporté dans la vie de chacun et chacune.

« C’est le sentiment d’appartenir à un groupe, de travailler collectivement à l’atteinte d’un but commun, décrit Dale. Les réalisations, les hauts et les bas… Ce sont des expériences formatrices qui nous enseignent à gérer le succès, mais aussi à composer avec l’adversité. Le hockey a permis à nos enfants de rencontrer bien des gens. J’ai joué aussi durant ma jeunesse, et je sais que certaines rencontres que l’on fait en cours de route sont pour la vie. Aucun doute, ce sport a été marquant dans mon parcours et dans celui de notre famille. »

Les Jr. Oilers d’Edmonton sont de retour à la Coupe Esso après dix ans d’absence ou presque, elles qui ont déjà remporté trois médailles de bronze lorsqu’elles portaient le nom du Thunder. Fortes d’une fiche de 21-7-2, Dach et ses coéquipières ont conclu la saison au deuxième rang de la Ligue de hockey féminin de l’Alberta (AFHL), notamment grâce aux prouesses de leurs gardiennes.

« On forme un groupe très bien équilibré, et les filles sont là pour les bonnes raisons, reprend Callie. On sent l’engagement, la conviction de chacune. La culture et l’identité de l’équipe y sont pour beaucoup, c’est certain. Un lien spécial nous unit. Le hockey est une sorte d’exutoire pour moi, et je me considère chanceuse de faire partie de cette équipe. C’est ma deuxième famille, en quelque sorte. »

Les parents de Callie feront le voyage de neuf heures jusqu’à Vernon pour encourager les Jr. Oilers et espèrent voir l’équipe réussir après tous les efforts que leur fille a consacrés.

« Nous sommes si fiers de Callie, poursuit Dale. Nous avons hâte de la voir à l’œuvre, elle et son équipe, à la Coupe Esso. Les occasions comme celle-là sont rares. Bien des familles n’auront jamais la chance de vivre ça. Il s’agit d’apprécier chaque moment et d’en profiter au maximum, sans oublier de s’amuser. »

Il faut dire que la mère et le père de famille ont l’habitude de la compétition, les deux ayant fait du sport compétitif durant leur jeunesse. Dale jouait au hockey, tandis que Hillary était skieuse. En exposant leurs enfants au sport, le but n’était pas forcément de les faire atteindre les plus hauts sommets, mais plutôt de développer leur éthique de travail.

« Nous avons toujours enseigné à nos enfants l’importance de donner le meilleur de soi-même, autant dans le sport qu’à l’école ou au travail », soutient Dale.

Voilà une leçon que Callie s’est assurée d’appliquer au fil des ans afin de parfaire ses habiletés. Elle estime d’ailleurs avoir fait de bons progrès autant à l’offensive qu’à la défensive.

« Ma force, c’est mon jeu défensif. J’aime bien aller récupérer la rondelle dans les coins de la patinoire et effectuer des sorties de zone. À l’offensive, je dirais que mon tir est ma meilleure qualité. »

Callie s’est engagée auprès du Northern Alberta Institute of Technology en vue de la saison prochaine, et sa famille sera là pour l’appuyer dans cette nouvelle étape.

« Nous savons à quel point elle est déterminée, conclut Dale. Nous sommes très fiers d’elle et avons bien hâte de voir ce que lui réserve l’avenir. »

Voir plus
North York Storm after winning the OWHA Provincials.

Parcours vers la Coupe Esso 2024 : Storm de North York

Les championnes de l’Ontario forment l’une des équipes les plus jeunes à Vernon, mais elles espèrent tout de même épater la galerie à leur première présence au tournoi national

Shannon Coulter
|
20 April 2024

Se qualifier pour la Coupe Esso est un exploit remarquable. Ce l’est encore plus lorsqu’il y a 51 autres équipes sur votre chemin, comme c’est le cas dans l’Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA).

Après être passée tout près de se qualifier pour la Coupe Esso l’an dernier — pliant l’échine au match pour la médaille d’or du championnat provincial de l’OWHA. Face aux Sabres de Stoney Creek, l’équipe qui a remporté les grands honneurs au tournoi national par la suite, le Storm de North Yorka connu une autre solide saison. Et cette fois, elle a obtenu son laissez-passer pour le Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada.

Le Storm a présenté un dossier de 17-2-2 en saison régulière pour terminer en quatrième place du classement de la région Sud de l’OWHL. Après avoir défait les Central York Panthers, les Aeros de Toronto, les Lady Wolves de Sudbury et les championnes de la Coupe Esso 2022, le Lightning de Durham West, en séries éliminatoires, le Storm a vaincu les Aces de Stratford 3-2 en tirs de barrage pour gagner le championnat de la région Sud de l’OWHL.

Le Storm a poursuivi sur son élan des séries éliminatoires de la ligue lors du tournoi provincial, ne concédant que quatre buts au fil d’un parcours parfait, pour confirmer sa place à la Coupe Esso.

North York sera l’une des plus jeunes équipes sur la glace à Vernon, avec une moyenne d’âge de 14,86 ans. Toutefois, les équipes de l’Ontario ont eu beaucoup de succès ces dernières années. Les deux dernières équipes championnes de la Coupe Esso, Stoney Creek et Durham West, provenaient de cette province, et la région n’a jamais terminé plus bas qu’en quatrième place dans l’histoire du tournoi.

PARCOURS VERS VERNON

Association de hockey féminin de l’Ontario

Éliminatoires : 2-0-2 – 1 re place dans la région Q (a fait match nul avec les Wildcats de Toronto Leaside 2-2; a battu les Dolphins d’Etobicoke 3-0; a battu les Sharks de Scarborough 4-0; a fait match nul avec les Aeros de Toronto 1-1)
Ronde préliminaire : 3-0-0 – 1 re place dans le groupe A (a battu l’Avalanche d’Ancaster 6-0; a battu les Flames de Clarington 3-0; a battu les Devilettes de London 4-0)
Quart de finale : a battu les Lady Wolves de Sudbury 3-1
Demi-finale : a battu les Ravens de Waterloo 3-1
Finale : a battu les Twisters de North Halton 5-2

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-N) : 17-2-2 (4 e de la région Sud de l’OWHL)
Buts pour : 77 (2 e de la région Sud de l’OWHL)
Buts contre : 35 (à égalité en 16 e place de la région Sud de l’OWHL)
Plus longue série de victoires : 9 (9 déc. - 4 févr.)

Trois meilleures pointeuses :
- Demi Lazarou – 13G, 12A, 25P
- Anabella Van Berkel – 14G, 7A, 21P
- Lily Paisley – 12G, 7A, 19P

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 8-0-2
Buts pour : 34
Buts contre : 7

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

Première participation

Voir plus
Intrépide de l'Outaouais

Parcours vers la Coupe Esso 2024 : Intrépide de l’Outaouais

Après avoir raté la qualification à la Coupe Esso par un but en prolongation l’année dernière, l’Intrépide est de retour, prête à concourir sur la scène nationale pour la toute première fois

Shannon Coulter
|
19 April 2024

Le parcours de l’Intrépide de l’Outaouais vers la Coupe Esso l’an dernier a pris fin sur un but en prolongation.

Après avoir terminé troisième en saison régulière, l’équipe de l’Outaouais a obtenu la meilleure fiche à la Coupe Chevrolet 2023 et est restée parfaite jusqu’à la finale, avant de s’incliner 4-3 en prolongation aux mains des Étoiles de Laurentides-Lanaudière.

Mais cette année, l’Intrépide est revenue plus forte et meilleure que jamais.

Depuis son adhésion à la Ligue de hockey d’excellence du Québec (LHEQ), en 2018-2019, l’équipe a lentement grimpé dans les classements. Cette saison, l’Intrépide a terminé au sommet de la LHEQ pour la première fois dans l’histoire de l’équipe avec une fiche de 25-2-1.

L’équipe a transposé son succès en saison régulière à la Coupe Chevrolet et n’a accordé que trois buts en quatre matchs pour finir par affronter Laurentides-Lanaudière en finale du championnat provincial. Cette fois, l’Intrépide a blanchi les Étoiles 2-0 pour accéder à la Coupe Esso 2024 à Vernon, une première participation pour l’Outaouais.

Laurence Lafleur a contribué à mener l’Intrépide jusqu’à la scène nationale; la joueuse de 16 ans a terminé au sommet du classement de la LHEQ cette saison, avec 42 buts et 59 points, avant d’ajouter 4 buts et 9 points en séries éliminatoires.

PARCOURS VERS VERNON

Coupe Chevrolet
Ronde préliminaire : a battu les As de Québec 2-1, a battu les Amazones de Laval-Montréal 10-0
Quart de finale : a battu les Harfangs de Sherbrooke 3-1
Demi-finale : a battu les As de Québec 3-1
Finale : a battu les Étoiles de Laurentides-Lanaudière 2-0

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-DP) : 25-2-1 (1 re de la LHEQ)
Buts pour : 130 (1 re de la LHEQ)
Buts contre : 43 (2 e de la LHEQ)
Plus longue série de victoires : 11 (21 janv. - 31 mars)

Trois meilleures pointeuses :
- Laurence Lafleur – 42B, 17A, 59P (1 re de la LHEQ)
- Kélia Gilbert – 15B, 18A, 33P (5 e de la LHEQ)
- Geneviève Godin – 16B, 15A, 31P (6 e de la LHEQ)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 5-0
Buts pour : 20
Buts contre : 3

Trois meilleures pointeuses :
- Laurence Lafleur – 4B, 5A, 9P
- Maya de Beaumont– 4B, 2A, 6P
- Kélia Gilbert – 2B, 4A, 6P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

Première participation

ENGAGEMENTS UNIVERSITAIRES

Gabrielle Brochu – Cégep Heritage
Paige Dubeau – Collège Dawson
Kélia Gilbert – Cégep Limoilou
Geneviève Godin – Collège Champlain
Laurence Lafleur – Collège Champlain
Élyssa Lalonde – Collège Champlain
Anabelle Legault – Cégep Heritage
Anabelle Monfils – Collège Dawson
Jade Poulin – Cégep Heritage
Gabrielle Roy – Collège John-Abbott

Voir plus
Northern Selects pose on the ice after winning the 2024 Atlantic Regional.

Parcours vers la Coupe Esso 2024 : Northern Selects

Les championnes de l’Atlantique continuent de dominer leur région et sont prêtes à revenir sur la scène nationale pour une troisième année consécutive

Shannon Coulter
|
18 April 2024

Fortes d’une attaque percutante et d’une défensive efficace, les Northern Selects demeurent une force redoutable.

Le club est de retour à la Coupe Esso pour une troisième année de suite, ayant terminé au quatrième rang l’an dernier. À Prince Albert, les Selects ont présenté une fiche de 2-3 en ronde préliminaire, avant d’être blanchies 3-0 en demi-finale par les Sabres de Stoney Creek, qui allaient remporter le titre national, puis de s’incliner 5-1 contre les Rebels de Regina au match pour la médaille de bronze.

Sept joueuses de l’équipe actuelle étaient de l’édition du Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada l’an dernier, dont Kendall Doiron, 15 ans. Celle qui a obtenu le titre de Joueuse ayant le meilleur esprit sportif de la Coupe Esso 2023 a mené la charge en saison régulière chez les Selects avec 64 points (34-30—64) en 32 matchs, poursuivant sur sa lancée de 2022-2023 (18-13—34 en 24 affrontements).

Northern pourrait bien miser cette année sur la formation la plus talentueuse offensivement de ses trois participations au tournoi. Doiron, Hali-Rose MacLean et Brooke Williams ont terminé au deuxième, troisième et quatrième rang de la Ligue de hockey féminin majeur des Maritimes (MMFHL), et Aylee Glenn a terminé huitième. En comparaison, les Selects avaient deux joueuses parmi les dix meilleures l’an dernier, et trois en 2021-2022.

Les Selects n’ont perdu que deux matchs en saison régulière, en partie grâce au fantastique duo de gardiennes de but composé de Jorja Burrows et de Madeleine Kerr. Il s’agit d’une troisième participation à la Coupe Esso pour Burrows, qui a présenté une fiche de 17-2 en saison régulière, dont cinq jeux blancs, une moyenne de buts alloués de 1,15 et un pourcentage d’arrêts de 0,951. La cerbère de 17 ans a également représenté Équipe Atlantique au Championnat national féminin des M18 en novembre dernier, aux côtés de la gardienne d’Équipe Canada, Rhyah Stewart. Kerr est une recrue des Selects, mais elle a tout de même eu un impact important devant le filet. Elle a obtenu une fiche de 12-0, dont quatre jeux blancs, une moyenne de buts alloués de 0,92 et un pourcentage d’arrêts de 0,947 en saison régulière.

Les Selects cherchent à devenir les premières représentantes de l’Atlantique à mettre la main sur une médaille à la Coupe Esso.

LEUR PARCOURS VERS VERNON

Ligue de hockey féminin majeur des Maritimes
Demi-finale de la Nouvelle-Écosse : ont battu les Lynx du Cap-Breton 3-0 (12-1, 7-0, 6-0)
Finale de la Nouvelle-Écosse : ont battu les Penguins de Dartmouth 3-1 (2-3, 2-1, 5-0, 4-1)

Championnat régional de l’Atlantique
Ronde préliminaire : 3-0-1 – 2 e place (ont battu le Tri-Pen Ice 6-0, ont battu les Western Warriors 10-2, ont perdu contre les Eastern Stars 1-0, ont battu les Western Flames 4-0)
Championnat : ont battu les Eastern Stars 5-2

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-N) : 28-2-1 (1 res de la MMFHL)
Buts pour : 173 (1 res de la MMFHL)
Buts contre : 35 (1 res de la MMFHL)
Plus longue série de victoires : 19 (23 sept.-16 déc.)

Trois meilleures pointeuses :
- Kendall Doiron – 34B, 30A, 64P (2 e de la MMFHL)
- Hali-Rose MacLean – 33B, 22A, 55P (3 e de la MMFHL)
- Brooke Williams – 21B, 24A, 45P (4 e de la MMFHL)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 10-2
Buts pour : 64
Buts contre : 10

Trois meilleures pointeuses :
- Kendall Doiron – 14B, 7A, 21P
- Hali-Rose MacLean – 11B, 9A, 20P
- Laci Boyd – 6B, 14A, 20P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

2023 – Northern Selects | 4 e place | 2-3 | 13BP, 19BC
2022 – Northern Selects | 4 e place | 2-3 | 14BP, 12BC
2018 – Northern Selects | 5 e place | 1-4 | 12BP, 19BC

ENGAGEMENTS UNIVERSITAIRES

Jorja Burrows – Université St. Francis Xavier

Voir plus
Regina Rebels
© Darryl Gershman/Ice Wave Media

Parcours vers la Coupe Esso 2024 : Rebels de Regina

Un heureux mélange de jeunesse et d’expérience pourrait mener les championnes de l’Ouest et médaillées de bronze en titre de la Coupe Esso à une autre réussite sur la scène nationale

Shannon Coulter
|
17 April 2024

Médaillées de bronze il y a un an à Prince Albert, les Rebels de Regina sont de retour à la Coupe Esso avec la ferme intention de devenir championnes.

Regina, qui finit au sommet de la Ligue de hockey féminin M18 AAA de la Saskatchewan (SFU18AAAHL) ou parmi les premières toutes les saisons depuis 2018-2019, en sera à une quatrième participation au Championnat national féminin des clubs de M18. N’ayant perdu que trois matchs en saison régulière, les Rebels sont invaincues depuis le 24 novembre et s’amènent à Vernon fortes d’une séquence de 26 victoires consécutives.

Pour la deuxième année de suite, les jeunes talents abondent au sein des Rebels. L’équipe compte huit recrues : cinq avants, une défenseure et une gardienne de but. L’édition 2022-2023 des Rebels comptait neuf joueuses de première année, et douze qui faisaient partie de l’équipe à la Coupe Esso l’année dernière.

Regina a une équipe douée sur le plan offensif, menée par l’avant de l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans , Stryker Zablocki. Après avoir inscrit deux buts et cinq passes à ses débuts au Mondial féminin des M18, la native de Prince Albert, en Saskatchewan, a terminé au premier rang des pointeuses de la SFU18AAHL. Zablocki a obtenu 40 buts et 25 mentions d’aide en saison régulière, puis a ajouté 11 buts et 6 aides durant les éliminatoires.

La production offensive ne se limite toutefois pas aux efforts de Zablocki. Berlin Lolacher (15-25—40) et Brooklyn Nimegeers (10-30—40) ont terminé parmi les cinq meilleures pointeuses de la ligue, et Avery Gottselig, Addison Greve, Kadence Dansereau et Ashley Breitkreuz, parmi les 20 meilleures.

Devant le filet, les Rebels misent sur le meilleur duo de gardiennes de but de la Saskatchewan. Hannah Tresek, qui était de la formation l’an dernier, a dominé la SFU18AAAHL avec une fiche de 17-1, une moyenne de buts alloués de 1,43 et un pourcentage d’arrêts de 0,940, tandis que la recrue Adriana Bashnick a terminé troisième avec une fiche de 10-2, une moyenne de buts alloués de 1,84 et un pourcentage d’arrêts de 0,915.

LEUR PARCOURS VERS VERNON

Ligue de hockey féminin M18 AAA de la Saskatchewan
Demi-finale : ont battu les Sharks de Battlefords 2-0 (5-4, 5-4)
Finale : ont battu les Hounds de Notre Dame 2-0 (7-3, 4-1)

Championnat régional de l’Ouest
Championnat : ont battu l’Ice de Winnipeg 2-0 (4-3 PROL., 3-1)

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-VP-DP-D) : 26-1-0-3 (1 res de la SFU18AAAHL)
Buts pour : 151 (1 res de la SFU18AAAHL)
Buts contre : 50 (1 res de la SFU18AAAHL)
Plus longue série de victoires : 20 (24 nov. - 4 mars)

Trois meilleures pointeuses :
- Stryker Zablocki – 40B, 25A, 65P (1 re de la SFU18AAAHL)
- Berlin Lolacher – 15B, 25A, 40P (4 e de la SFU18AAAHL)
- Brooklyn Nimegeers – 10B, 30A, 40P (5 e de la SFU18AAAHL)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 6-0
Buts pour : 28
Buts contre : 16

Trois meilleures pointeuses :
- Stryker Zablocki – 11B, 6A, 17P
- Berlin Lolacher – 4B, 5A, 9P
- Brooklyn Nimegeers – 1B, 4A, 5P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

2023 – Rebels de Regina | médaille de bronze | 3-2 | 21BP, 16BC
2013 – Rebels de Regina | 4 e place | 3-2 | 17BP, 11BC
2010 – Rebels de Regina | 4 e place | 3-2 | 12BP, 10BC

ENGAGEMENTS UNIVERSITAIRES

Ashley Breitkreuz – Université Trinity Western
Avery Gottselig – Université de la Saskatchewan
Emily Karpan – Université Trinity Western
Berlin Lolacher – Université Mercyhurst
Brooklyn Nimegeers – Université de Princeton
Stryker Zablocki – Université Northeastern

Voir plus

Parcours vers la Coupe Esso 2024 : Jr. Oilers d’Edmonton

Pour la première fois en près de 10 ans, les Jr. Oilers d’Edmonton sont de retour sur la scène nationale grâce à leurs gardiennes

Nicholas Pescod
|
16 April 2024

Autrefois une équipe pratiquement abonnée à la Coupe Esso, les Jr. Oilers d’Edmonton reviennent au Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada après une absence de près de 10 ans.

De la création de la Coupe Esso en 2009 à 2015, les Jr. Oilers (alors connus sous le nom de Thunder) ont établi un record de sept participations consécutives. Cette séquence comprend des participations au match pour la médaille d’or en 2011 et 2014, de même que des médailles de bronze en 2010, 2012 et 2013.

Neuf ans plus tard, l’équipe est de retour. Comment y est-elle parvenue? Elle a connu une superbe saison régulière où elle a terminé au deuxième rang de la Ligue de hockey féminin de l’Alberta (AFHL) avec une fiche de 21-7-2, remportant notamment ses huit derniers matchs. L’équipe a également pointé en deuxième place pour le nombre de buts inscrits, forte d’une récolte de 104 buts en 30 matchs, en plus de partager le premier rang pour le nombre de buts alloués, soit 41.

 La force de frappe des Jr. Oilers est provenue principalement de l’avant Daniella Martorana (15-18—33) et de la défenseure Ella Lloyd (17-14—31), qui a fini en tête de l’AFHL pour le plus grand nombre de points parmi les arrières.

Devant le filet, Ella Dunham-Fox (7-3, 1,14 MOY., 0,944 % ARR.) et Mackenzie Gould-Sharpe (12-3, 1,15 MOY., 0,943 % ARR.) ont été sensationnelles. La paire se suit aux premier et deuxième rangs pour la moyenne de buts alloués et le pourcentage d’arrêts, et Gould-Sharpe occupe aussi la troisième place pour le nombre de jeux blancs (5).

 Les Jr. Oilers ont survolé la ronde préliminaire du championnat provincial de l’Alberta en conservant une fiche parfaite de 3-0. Et c’est grâce à une victoire à l’arraché de 2-1 contre les Chiefs de Red Deer, la seule formation à avoir devancé Edmonton en saison régulière, que l’équipe s’est emparée du titre de l’AFHL. Edmonton n’a accordé que quatre buts en quatre matchs éliminatoires.

Ce championnat s’est avéré assorti d’une participation au tournoi national lorsque les Lakers de Thompson-Okanagan, équipe hôte de la Coupe Esso, ont remporté le titre de Ligue de hockey élite de la C.-B., permettant ainsi aux Jr. Oilers de mettre le cap sur Vernon en tant que représentantes du Pacifique.

LEUR PARCOURS VERS VERNON

Ligue de hockey féminin de l’Alberta
Ronde préliminaire : 1re place – ont battu le Fire de Calgary 3-1, le Slash de St. Albert 2-1 et les Chiefs de Red Deer 3-1
Match de championnat : ont battu les Chiefs de Red Deer 2-1

SAISON RÉGULIÈRE

Fiche (V-D-DP) : 21-7-2 (2es de l’AFHL)
Buts pour : 104 (2es de l’AFHL)
Buts contre : 41 (à égalité au 1er rang de l’AFHL)
Plus longue série de victoires : 8 (2-25 févr.)
Trois meilleures pointeuses :
- Daniella Martorana – 15B 18A 33P (3e de l’AFHL)
- Ella Lloyd – 17B 14A 31P (4e de l’AFHL)
- Tayla Lamabe – 15B 11A 26P (6e de l’AFHL)

ÉLIMINATOIRES

Fiche : 4-0
Buts pour : 10
Buts contre : 4
Trois meilleures pointeuses :
- Claire Carruthers – 2B 3A 5P
- Ciara Lang – 2B 1A 3P
- Tayla Lamabe – 2B 0A 2P

HISTORIQUE AU CHAMPIONNAT NATIONAL

2015 – Thunder d’Edmonton | 5e place | 2-3 | 9BP, 10BC
2014 – Thunder d’Edmonton | médaille d’argent | 3-4 | 16BP, 18BC
2013 – Thunder d’Edmonton | médaille de bronze | 6-1 | 23BP, 18BC
2012 – Thunder d’Edmonton | médaille de bronze | 3-4 | 15BP, 12BC
2011 – Thunder d’Edmonton | médaille d’argent | 6-1 | 26BP, 12BC
2010 – Thunder d’Edmonton | médaille de bronze | 3-4 | 17BP, 18BC
2009 – Thunder d’Edmonton | 4e place | 2-4 | 17BP, 14BC

ENGAGEMENTS UNIVERSITAIRES

Claire Carruthers – Université St. Francis Xavier
Callie Dach – Northern Alberta Institute of Technology
Aeryn Flanagan – Université de la Saskatchewan
Mackenzie Gould-Sharpe – Collège Lakeland
Camryn Karaki – Southern Alberta Institute of Technology
Ella Lloyd – Université Northeastern
Layla Matthew – Université Clarkson
Riley Scorgie – Université Cornell
Maren Stachniak – SUNY Cortland

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
BFL : Hommage aux meilleures derrière le banc
play_logo
FHC : Le Fonds d’aide en action – Simon
play_logo
FHC : Rêves devenus réalité à Membertou
play_logo
CMM : Faits saillants – SWE 4, CAN 2 (médaille de bronze)
play_logo
CMM : Faits saillants – SUI 3, CAN 2 TB (demi-finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 6, SVK 3 (quart de finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, CZE 3 Prol. (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Retour sur un parcours endiablé à Riga
play_logo
Coupe du Centenaire : Faits saillants – Collingwood 1, Melfort 0 (Match pour le médaille d'or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 3, SUI 2 (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, FIN 3 (ronde préliminaire)
play_logo
ENM : Fierté et passion derrière le banc
Horaire
HC Logo
Oakville, Ontario, Canada
juill. 19 - 23
HC Logo
Windsor / Plymouth, ON / MI
juill. 28 - août 3
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10