Souvenirs d’Innsbruck
Quatre ans après avoir joué le rôle de capitaine d’Équipe Canada aux premiers Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver, Joe Hicketts se remémore des souvenirs
Jason La Rose
|
18 février 2016
|

Le hockey international n’a pas de secret pour Joe Hicketts. En fait, au cours des cinq dernières saisons, personne n’a porté l’uniforme rouge et blanc plus souvent que le défenseur originaire de Kamloops, C.-B., qui a disputé 35 matchs lors de six événements différents.

Lesquels? Deux participations au Championnat mondial junior de l’IIHF (2015, 2016) et une au Championnat mondial des M18 de l’IIHF (2014), à la Coupe commémorative Ivan Hlinka des M18 (2013), au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans (2013) et aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver (2012).

Tandis qu’un autre cycle des Jeux olympiques de la jeunesse prend fin et qu’une nouvelle génération de joueurs d’Équipe Canada brille sur les plus grandes scènes du sport, Hicketts a une occasion de se remémorer sa propre expérience olympique.

« Il y a les souvenirs qu’on a et les amitiés qu’on se forge et ça se passait dans un environnement que je n’avais jamais connu auparavant », analyse Hicketts, qui joue présentement sa quatrième saison à la ligne bleue des Royals de Victoria de la WHL. « Lorsqu’on a la chance de faire non seulement partie d’une équipe de hockey mais d’une équipe olympique, représenter ton pays, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

Le contingent canadien dont Hicketts était le capitaine aux premiers Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver n’aurait pu avoir une dimension plus nationale; les 17 joueurs à Innsbruck, Autriche, provenaient des 10 provinces du pays et de 12 des 13 divisions membres de Hockey Canada.

Cette réalité, selon Hicketts, s’est avérée l’un des plus gros défis, soit de devenir une équipe en peu de temps.

« Se regrouper avec 16 autres gars qui jouent tous à des niveaux différents dans différentes ligues, on ne savait pas vraiment à quoi nous attendre », explique-t-il. « Mais une fois la barrière de la langue tombée, surtout avec les joueurs de l’Est du Canada, nous avons eu beaucoup de plaisir. »

Le plaisir a mené au succès sur la glace. Après un échec en lever de rideau du tournoi aux mains de la Russie, les Canadiens ont tour à tour vaincu les États-Unis, l’Autriche et la Finlande, ce qui a mis la table pour une demi-finale contre les Finlandais.

Dans une bataille défensive marquée par un total combiné de 36 tirs et de trois buts, la Finlande a inscrit le but de la victoire avec moins de cinq minutes à écouler pour l’emporter 2-1. Le Canada a ainsi participé au match pour la médaille de bronze au cours duquel le joueur de Humboldt, Sask., Reid Gardiner, a obtenu cinq points dans un triomphe de 7-5 contre la formation américaine menée par Jack Eichel.

« Lorsque tu joues pour une équipe nationale, la fierté t’envahit. Tu veux y aller et gagner », fait remarquer Hicketts, qui a récolté cinq mentions d’aide en six parties. « Bien sûr, nous étions déçus de perdre en demi-finale, mais nous avons tout de même ramené une médaille… le fait de la voir sur ta table de chevet, ça rappelle de beaux souvenirs. »

Les Jeux olympiques de la jeunesse représentaient quelque chose que les joueurs n’avaient jamais vécu auparavant ou qu’ils n’ont peut-être jamais connu depuis. Le hockey n’était qu’une pièce d’un immense casse-tête multisport; 1 059 athlètes provenant de 70 pays ont pris part à 63 événements dans 15 disciplines.

Avec tant à voir et à faire, les joueurs ont eu de nombreuses occasions d’élargir leurs horizons.

« Il y a tous ces autres événements qui ont lieu, tu veux y assister et rencontrer des gens des autres pays, te promener dans le village, voir d’autres personnes, voir comment elles vivent. C’est excitant de croiser quelqu’un avec qui tu as un lien et qui vient d’un autre coin de la planète », exprime Hicketts. « Tout cela ne nous a pas trop éloignés de notre jeu sur la glace, mais ça nous donnait des possibilités pour nos temps libres. »

C’est ainsi que pour Hicketts, les Jeux olympiques de la jeunesse ont été différents des cinq autres événements internationaux auxquels il a pris part.

Lors d’un championnat mondial, les joueurs ont peu de chance de sortir de leur « bulle d’Équipe Canada » et de s’imprégner de l’événement. Dans une compétition de courte durée, les joueurs n’ont pas vraiment autre chose en tête que le prochain match.

Ce n’était pas le cas à Innsbruck.

« J’ai vécu deux semaines mémorables », confie Hicketts. « J’ai eu la chance d’y aller avec un autre jeune de Kamloops, Ryan Gropp, avec qui j’avais joué dans le hockey mineur. Vivre cet événement avec lui a été vraiment spécial. De la cérémonie d’ouverture à la cérémonie de clôture, voir la flamme s’allumer et s’éteindre, j’en ai encore des frissons à y repenser. »

Mais par-dessus tout, cependant, les Jeux olympiques de la jeunesse ont préparé Hicketts à son avenir dans le hockey international, ce qui lui a permis d’être à l’aise au sein du programme d’Équipe Canada et avec les nuances du jeu.

Deux médailles d’or et 23 points plus tard, il semble que ça l’a aidé.

« Je pense qu’une telle expérience te permet de comprendre le hockey international, avec des officiels internationaux et une patinoire internationale et de voir à quel point le sport est différent si tu compares avec ton équipe de club », explique Hicketts. « Dans une compétition à court terme, ton équipe doit se regrouper rapidement et c’est important d’apprendre à un jeune âge que tu dois être prêt à sacrifier tes succès personnels pour le bien du groupe. »

Pour plus d'informations :

Lisa Dornan
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 / 403-510-7046 (mobile)
ldornan@hockeycanada.ca

 

Morgan Bell
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-669-1261 (mobil)
mbell@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
ENF 2017-18 : CAN 9 – AIR 1 (Hors concours)
Saulnier et Johnston ont 2B dans la victoire du Canada à la série Esso.
ENF 2017-18 : NOR 4 – CAN 0 (Icebreaker)
Geneviève Lacasse a réalisé 22 arrêts, mais le Canada s’est incliné 4-0.
ENF 2017-18 : CAN 3 – ROY 1 (Icebreaker)
Poulin a marqué deux fois en troisième dans un gain du Canada.
ENF 2017-18 : CAN 4 – FLA 1 (Icebreaker)
Le but gagnant de Saulnier donne un premier gain au Canada.
Horaire
Close
Credit