Sites affiliés expand
Hockey Canada logo

Juge de retour en noir (et blanc)

Vingt ans après ses premiers Jeux, Lonnie Cameron est de retour

Kristen Lipscombe
|
17 February 2014

Les représentants du Canada sur la glace ne sont pas tous vêtus de rouge et de blanc aux Jeux olympiques d’hiver.

Certains d’entre eux portent le noir et le blanc, dont le juge de lignes de 50 ans Lonnie Cameron de Langley en Colombie-Britannique, qui en fait, cumule plus d’expérience aux Olympiques que plusieurs athlètes.

Deux décennies après son expérience comme recrue aux Olympiques de 1994 à Lillehammer en Norvège, il est aux commandes des décisions au plus haut niveau international à nouveau, cette fois à Sotchi.

« Qu’on m’ait choisi en 1994 a été un grand honneur pour moi », se rappelle Cameron. « Non seulement avais-je la chance de me rendre aux Olympiques, mais j’avais surtout le privilège de représenter tous les officiels du hockey amateur canadien. Et çà, ça comptait pour moi. »

À cette époque, Cameron travaillait dans la Ligue de hockey de l’Ouest, où il avait évolué pendant neuf saisons et « avait eu la chance d’agir comme officiel à deux championnats de la Coupe Memorial », en plus d’agir comme officiel sur la scène internationale, incluant à Lillehammer.

Maintenant, 20 ans plus tard, Cameron est l’un des 13 officiels de la Ligue nationale de hockey choisis par le directeur des officiels de la LNH, Stephen Walkom, pour travailler au tournoi de hockey masculin des Jeux olympiques d’hiver de 2014. Il fait partie d’un groupe de 32 officiels sur la glace à Sotchi.

« Cette fois à Sotchi, la même sensation refait surface », souligne Cameron concernant le port du chandail rayé pour une autre fois aux Olympiques. « Bien que je travaille dans la LNH comme juge de lignes, je suis un officiel canadien évoluant dans les plus hautes sphères du hockey, aux côtés de confrères officiels venus de partout au monde »

Dans une déclaration faite le 2 décembre, alors que Cameron et ses collègues apprenaient la bonne nouvelle, Konstantin Komissarov, directeur de l’arbitrage à l’IIHF, a affirmé : « Tous ces candidats sont considérés comme les meilleurs officiels de leur ligue de clubs respective. »

« Nous avons pris nos décisions en fonction de trois critères principaux : leur condition physique, leur rendement dans leurs championnats nationaux respectifs et leur capacité à travailler en équipe », précise Komissarov. L’équipe des officiels de Sotchi 2014 inclut des arbitres et des juges de lignes ayant une mixité d’expérience dans la LNH comme à l’international.

Cameron est certainement l’exemple par excellence de ces qualités, car c’est ce qu’il a exercé depuis la préadolescence, alors qu’il a commencé à faire la discipline parmi les joueurs des équipes.

« J’ai commencé à agir comme officiel à 12 ans et j’ai joué au hockey jusqu’à 20 ans », ajoute-t-il. « Après avoir joué junior dans les Prairies, je suis revenu chez moi… pour commencer l’université, et j’avais le goût de rester actif dans le milieu du hockey. Lorsque ta période comme joueur est chose du passé, il ne te reste que deux choix – devenir entraîneur ou devenir officiel. »

« J’ai donc choisi le sifflet et j’ai commencé à arbitrer des matchs de mon association locale à Victoria », ajoute Cameron.

La carrière d’officiel de Cameron n’a pas mis de temps à démarrer, car la Ligue de hockey de l’Ouest l’a repêché à 23 ans puis, un peu avant la saison 1996-1997, il a été appelé par la grande ligue.

« Comme le sont les joueurs, les officiels sont évalués chaque fois qu’ils s’avancent sur la glace », explique Cameron, y compris lors des Jeux olympiques d’hiver de 2014. « Notre travail dans son ensemble est scruté quotidiennement et à mesure que progresse le tournoi, les officiels dont le travail a été jugé supérieur sont désignés pour les matchs de la ronde des médailles. »

Les équipes de quatre officiels présentes sur la patinoire au Palais de glace Bolshoï et à l’Aréna Shaïba à Sotchi sont constituées d’un juge de lignes du milieu amateur et d’un autre de la LNH, puis d’un arbitre du milieu amateur et d’un arbitre de la LNH. Tous les officiels olympiques « souhaitent être choisis pour le match de la finale. »

« En 1994, j’ai eu la chance, en tant qu’amateur, de travailler lors de la demi-finale Russie-Suède », mentionne Cameron. « La Suède l’a remporté et a poursuivi sur sa lancée jusqu’à vaincre le Canada en finale pour la médaille d’or. »

En raison des règlements de l’IIHF, Cameron ne pouvait pas travailler lors du match pour la médaille d’or puisque son pays était de la compétition, « mais cette fois, les choses pourraient être différentes et qui sait, je pourrais être choisi! »

« Quoi qu’il en soit, c’est une formidable expérience de hockey », soutient Cameron.

Jusqu’à maintenant, Cameron a travaillé lors des matchs Slovénie-Russie, Autriche-Canada et Norvège-Autriche en ronde préliminaire. Malgré tout ce travail, il compte aussi prendre le temps de profiter de ses moments hors de la glace à ses deuxièmes Olympiques.

« Nous pourrons profiter d’une journée de congé de hockey lundi », affirme-t-il. « Quelques-uns d’entre nous planifient de nous rendre à Sotchi et de faire le tour de la ville ».

Bien que Sotchi 2014 soit une expérience complètement différente de celle de Lillehammer 1994, avec cette fois comme toile de fond « une énorme masse d’asphalte » clôturée et hautement sécurisée comparativement à cette « petite ville montagnarde où nous pouvions marcher où bon nous semblait », un aspect reste toutefois le même.
 
« C’est l’esprit du sport », dit Cameron. « C’est… un privilège de faire partie de l’équipe des officiels de Sotchi 2014 et c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

Don Sweeney et Jim Nill.

Annonce du groupe de gestion pour la Confrontation des 4 nations 2025 de la LNH

Don Sweeney nommé directeur général; Jim Nill, directeur général associé

NR.021.24
|
12 April 2024

CALGARY, Alberta – Hockey Canada a annoncé la nomination de deux directeurs généraux d’expérience de la Ligue nationale de hockey (LNH) en vue de la toute première édition de la Confrontation des 4 nations de la LNH en février prochain.

Don Sweeney (St. Stephen, NB/Boston, LNH) fera ses débuts dans un rôle de gestion à l’international à titre de directeur général. Il sera accompagné de Jim Nill (Hanna, AB/Dallas, LNH), qui fera son retour au sein du groupe de gestion du Canada pour la première fois depuis 2015, en tant que directeur général associé.

Sweeney et Nill ont aussi été nommés directeurs généraux adjoints de l’équipe olympique masculine du Canada en vue des Jeux olympiques d’hiver de 2026 à Milan et à Cortina d’Ampezzo, en Italie. Ils viendront ainsi épauler Doug Armstrong (Sarnia, ON/St. Louis, LNH), nommé directeur général en mars.

Les deux hommes de hockey ont été sélectionnés par Armstrong, responsable du groupe de gestion de l’équipe nationale masculine du Canada, par le conseiller en relations avec les joueurs Ryan Getzlaf (Regina, SK/Anaheim, LNH) et par Scott Salmond (Creston, BC), premier vice-président de la haute performance et des activités hockey. Katherine Henderson (Thunder Bay, ON), présidente et chef de la direction de Hockey Canada, et Pat McLaughlin (Saint John, NB), chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie, ont également participé au processus de sélection dans le cadre des préparatifs du comité de direction en vue des Jeux olympiques d’hiver de 2026.

« Notre préparation se poursuit pour les deux prochaines années à l’international, et je ne peux que me réjouir de la venue de Don et de Jim, qui dirigeront Équipe Canada à la Confrontation des 4 nations 2025 de la LNH, a exprimé Armstrong. Sans compter que ces deux directeurs généraux chevronnés viendront s’ajouter à notre groupe de gestion pour les Jeux olympiques de 2026. Don et Jim ont tous deux connu beaucoup de succès dans la LNH et représenteront notre pays avec fierté. Aucun doute, leur expérience sera un atout précieux lorsque viendra le moment de bâtir nos formations à l’approche de ces deux événements d’envergure en 2025 et en 2026 ».

Sweeney en est à sa neuvième saison (2015-2024) comme directeur général des Bruins de Boston. Il a gagné le trophée Jim-Gregory du directeur général de l’année dans la LNH en 2019. Sous sa gouverne, l’équipe a participé aux séries éliminatoires huit fois consécutives, remportant au passage le trophée du Président en 2020 et en 2023. Toujours avec les Bruins, il a aussi été directeur général adjoint pendant six saisons (2009-2015), directeur du développement des joueurs pendant trois saisons (2006-2009) et directeur des activités hockey pendant deux saisons (2007-2009). Comme membre de la direction, Sweeney a aidé les Bruins à atteindre la finale de la Coupe Stanley à trois occasions (2011, 2013, 2019), remportant les grands honneurs en 2011. À cela s’ajoute un séjour d’une saison (2014-2015) avec les Bruins de Providence dans la Ligue américaine de hockey (AHL) à titre de directeur général du club. Mentionnons également que Sweeney avait été nommé directeur général adjoint de l’équipe olympique masculine du Canada pour les Jeux olympiques de 2022 advenant le cas où les joueurs de la LNH auraient participé à l’événement. Il a disputé au total 1 115 parties durant ses 16 ans de carrière comme joueur dans la LNH avec les Bruins et les Stars de Dallas, participant à la finale de la Coupe Stanley en 1990 avec Boston. Il a aussi remporté une médaille d’or avec l’équipe nationale masculine du Canada lors du Championnat mondial 1997 de l’IIHF.

Nill occupe pour sa part le poste de directeur général des Stars de Dallas depuis 11 saisons (2013-2024), lui qui a été nommé Directeur général de l’année en 2023 et mené l’équipe à sept participations aux séries éliminatoires ainsi qu’à la finale de la Coupe Stanley en 2020. Il a également passé 19 campagnes avec les Red Wings de Detroit en tant que directeur général adjoint (1998-2013) et directeur du développement des joueurs (1994-1998), aidant l’équipe à accéder six fois à la finale de la Coupe Stanley (1995, 1997, 1998, 2002, 2008, 2009) et remportant la Coupe Stanley à quatre occasions (1997, 1998, 2002, 2008). Nill a aussi été directeur général des Red Wings de l’Adirondack dans l’AHL pendant une saison (1988-1989), avec qui il a mis la main sur la Coupe Calder, en plus d’avoir été dépisteur des rangs professionnels pour les Sénateurs d’Ottawa pendant trois saisons (1991-1994). À l’international, il a agi à titre de directeur du développement des joueurs (2003) et comme directeur général (2004, 2015) de l’équipe nationale masculine du Canada au Championnat mondial de l’IIHF, remportant l’or en 2004 et en 2015. Nill a joué 524 matchs en carrière dans la LNH, participant à la finale de la Coupe Stanley avec les Canucks de Vancouver en 1982, en plus d’avoir évolué au sein de l’équipe nationale masculine du Canada durant la saison 1979-1980, représentant l’unifolié lors des Jeux olympiques d’hiver de 1980.

L’identité des membres du personnel entraîneur et des six premiers joueurs qui seront de la Confrontation des 4 nations 2025 de la LNH devrait être dévoilée en juin, tandis que les autres informations concernant l’équipe olympique masculine du Canada seront communiquées ultérieurement.

La Confrontation des 4 nations 2025 de la LNH est un nouvel événement international qui opposera des joueurs du Canada, des États-Unis, de la Finlande et de la Suède qui évoluent dans la LNH. Sept matchs au total seront disputés selon les règles de la LNH au cours de l’événement, qui se tiendra en février 2025 dans deux villes nord-américaines – une au Canada et une aux États-Unis.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, l’équipe nationale masculine du Canada et l’équipe olympique masculine du Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram.

Voir plus

Clarke poursuit son ascension

Du petit village de Drake jusqu’aux Jeux olympiques d’hiver, Alex Clarke ne cesse d’abaisser les barrières et d’inspirer la relève en arbitrage par son parcours unique au hockey

Jonathan Yue
|
08 April 2024

Alex Clarke fait partie de l’élite de l’arbitrage et est parmi les officielles les plus respectées au monde. Mais n’eût été une vache un peu de mauvais poil, l’histoire aurait pu être bien différente.

Printemps 2015. Clarke, qui porte alors son nom de jeune fille, Alex Blair, vient d’être repêchée au 53e rang par l’Inferno de Calgary dans la défunte Ligue canadienne de hockey féminin. Puis survient une vilaine blessure au genou, subie sur la ferme familiale par un coup de patte d’une vache, qui vient changer tous ses plans.

« Je n’ai pas pu m’entraîner de l’été – en tout cas, pas comme j’aurais dû », se rappelle Clarke, qui a joué trois saisons avec les Gold Wings de Weyburn dans la Ligue de hockey féminin M18 AAA de la Saskatchewan (SFU18AAAHL) avant d’évoluer en division III de la NCAA au Collège de St. Scholastica, au Minnesota. « On a dû faire une croix sur le camp d’entraînement de l’Inferno et les essais à l’automne. »

Si la porte se fermait sur sa carrière de hockeyeuse, une autre n’allait pas tarder à s’ouvrir.

« Je savais que je voulais rester dans le domaine du hockey. J’avais déjà songé au métier d’entraîneuse, mais à 22 ans, je me voyais mal derrière le banc d’une équipe, à devoir organiser ma vie autour d’un calendrier précis. Je me suis donc tournée vers l’arbitrage. »

Depuis, Clarke gravit les échelons à une vitesse folle. Originaire de la Saskatchewan, ou plus précisément du petit village de Drake (population : 197), elle a arbitré dans la SFU18AAAHL et la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan (SJHL), mais aussi à l’échelle nationale lors de la Coupe Esso et à l’international au Championnat mondial féminin de l’IIHF.

Elle est devenue en 2021 la première femme juge de lignes dans la Ligue de hockey de l’Ouest, en plus d’avoir été la première femme arbitre plus tôt cette saison-ci. Le 5 décembre 2021, elle faisait partie du groupe d’officiels lors d’un match de la Ligue américaine de hockey (AHL), une première pour une femme dans le circuit.

« Ma passion pour le hockey, c’est ce qui me pousse à faire ce que je fais. Quand je suis sur la glace, je ne pense à rien d’autre. Je m’amuse. Et je le fais en bonne compagnie.

« Le succès amène un peu plus de reconnaissance, et ça me convient très bien. En tant que seule femme à arbitrer dans certaines ligues, je suis peut-être perçue comme une pionnière par certaines personnes. J’en suis consciente et je prends ce rôle très au sérieux. »

L’AHL souhaitait la bienvenue à Alex Clarke le 5 décembre 2021.

Ces dernières années ont été particulièrement mouvementées pour Clarke, qui a atteint le sommet du hockey international en 2022 en agissant comme juge de lignes lors des Jeux olympiques d’hiver à Beijing. Il y a quelques mois, elle a fait ses débuts dans la Ligue professionnelle de hockey féminin (LPHF), le nouveau circuit professionnel chez les femmes. Et plus récemment, elle a arbitré durant le Défi 3-contre-3 de la LPHF pendant la fin de semaine du Match des étoiles de la LNH à Toronto.

« Ça s’est fait naturellement, du moins de mon point de vue », décrit Clarke à propos de sa progression en tant qu’officielle. « Mis à part la saison 2021-2022, où je me promenais beaucoup d’une ligue à une autre, j’ai suivi un cheminement assez semblable à celui des joueuses. On m’observe, on m’évalue. Et quand on me juge prête à passer au prochain niveau, je fais le saut. J’ai vécu plein d’expériences positives, sans jamais me sentir dépassée par les événements. »

Inspirer la relève

Malgré un parcours pour le moins atypique jusqu’à l’arbitrage, Clarke n’y changerait absolument rien.

« Quand j’ai commencé à envisager la chose, j’ai été accueillie à bras ouverts par les gens à Hockey Saskatchewan. Ils ont pris connaissance de mon historique comme joueuse, puis m’ont invitée à un camp en arbitrage. Un accueil tellement chaleureux, dès mon arrivée. Je me suis toute de suite sentie à ma place. »

Comme officielle, Clarke veut montrer qu’il existe plus d’une voie pour s’impliquer au hockey et espère avoir plus d’occasions d’accompagner les jeunes qui s’intéressent à l’arbitrage.

« Mon conseil à quiconque s’intéresse au métier serait de garder une bonne ouverture d’esprit. Dans mon cas, c’est l’amour du sport et la volonté de m’améliorer qui m’ont poussée à me lancer. Mais c’est un processus qui prend souvent des tournures inattendues. »

Avec l’essor du hockey féminin au cours des dernières années, Clarke comprend l’importance de donner le bon exemple sur la glace, même à titre d’officielle. À son avis, l’engouement créé par la LPHF a déjà un énorme impact.

« Ma fille de quatre ans et demi commence déjà à être influençable », explique Clark, qui est aussi mère d’un garçon. « Cette saison, j’ai amené la famille au Match des étoiles de la LNH. De voir la réaction de ma fille, de l’entendre parler de Natalie Spooner et de Sarah Nurse, c’est formidable. Son intérêt pour le hockey s’est décuplé, et c’est parce qu’elle voit plus de femmes comme des exemples à suivre.

« Je pense que ça rejoint bien des gens. Les jeunes peuvent désormais voir des femmes, des mamans sur la glace et dans les arénas. Il y a plus d’égalité, on voit que c’est possible pour n’importe qui de réaliser ses objectifs. »

De plus en plus de ligues incluent les femmes en arbitrage, comme ce fut le cas de l’AHL. Clarke espère continuer de contribuer à cet élan pour que les femmes soient encore plus nombreuses à passer au stade suivant. Sa participation à la fin de semaine du Match des étoiles de la LNH l’amène à penser qu’on n’est peut-être pas si loin du jour où des femmes arbitreront dans la grande ligue chez les hommes.

« Ça peut être dans deux ans ou dans dix ans, qu’importe. Si je peux apporter ma contribution pour qu’une officielle y accède, je le ferai avec grand plaisir. Que ce soit moi ou quelqu’un que je pourrai accompagner et inciter à repousser les limites, je serai heureuse. Ce que je souhaite au bout du compte, c’est aider à faire avancer notre profession et inspirer la prochaine génération. »

Sur le plan individuel, ce que vise Clarke à long terme, c’est une affectation aux Jeux olympiques de 2026 à Milan, en Italie. Mais en attendant, toute son attention est tournée vers le Championnat mondial féminin 2024 de l’IIHF à Utica, dans l’État de New York.

« Je veux être du match pour la médaille d’or. Il y a de la compétition parmi les officielles aussi. Comme les joueuses, on vise toutes une place en finale. Mais l’important, c’est de m’amuser et de m’améliorer tout en rendant mes consœurs meilleures aussi. »

Voir plus
Doug Armstrong.

Doug Armstrong nommé directeur général pour les Jeux olympiques d’hiver de 2026

Le DG d’expérience dirigera le groupe de gestion de l’équipe nationale masculine du Canada au cours des deux prochaines saisons; Ryan Getzlaf et Scott Salmond font partie des membres du comité de direction

NR.014.24
|
15 March 2024

CALGARY, Alberta – Hockey Canada a annoncé que Doug Armstrong (Sarnia, ON/St. Louis, LNH) occupera le poste de directeur général de l’équipe olympique masculine du Canada aux Jeux olympiques d’hiver de 2026 à Milan et à Cortina d’Ampezzo, en Italie, et sera à la tête du groupe de gestion de l’équipe nationale masculine du Canada. Il supervisera la nomination des groupes de gestion qui dirigeront Équipe Canada lors de divers événements au cours des deux prochaines saisons.

En préparation des Jeux olympiques de 2026, Armstrong siégera à un comité de direction avec Ryan Getzlaf (Regina, SK/Anaheim, LNH), qui sera conseiller en relations avec les joueurs, Scott Salmond (Creston, BC), premier vice-président de la haute performance et des activités hockey, Katherine Henderson (Thunder Bay, ON), présidente et chef de la direction, et Pat McLaughlin (Saint John, NB), chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie.

Armstrong supervisera Équipe Canada lors du Championnat mondial 2024 de l’IIHF, de la Confrontation des 4 nations 2025 de la LNH et du Championnat mondial 2025 de l’IIHF. Il nommera les directeurs généraux et les gestionnaires canadiens et collaborera avec ces personnes afin de former l’équipe olympique masculine du Canada pour les Jeux olympiques de 2026. Getzlaf travaillera directement avec Armstrong et Salmond, assurant le lien entre les athlètes, le comité de direction et les groupes de gestion pour les quatre événements à venir, en plus de veiller à la compatibilité des équipes, des athlètes et du personnel.

« Les gestionnaires canadiens chevronnés au talent éprouvé sont nombreux dans la LNH, et nous estimons que Doug est la personne la mieux placée pour diriger notre équipe nationale masculine et constituer nos groupes de gestion à partir d’un groupe de gestionnaires talentueux pour chaque événement jusqu’aux Jeux olympiques de 2026 inclusivement, a déclaré McLaughlin. Doug et Ryan ont tous deux une feuille de route bien garnie dans la LNH et sur la scène internationale, et Scott joue un rôle déterminant dans la réussite des équipes nationales du Canada à tous les niveaux depuis plus de 20 ans.

« Ces trois personnes seront de précieux atouts au sein du comité de direction de Hockey Canada et contribueront à former des équipes qui feront la fierté de la population canadienne au cours des deux prochaines années. C’est un honneur et un privilège de représenter le Canada, et notre comité de direction veillera au soutien de nos joueurs et du personnel, tant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire, afin de leur permettre de réussir tout en démontrant un caractère et des valeurs à la hauteur des attentes de la population envers notre organisation et nos équipes. »

Armstrong a remporté deux médailles d’or olympiques en tant que membre du groupe de gestion de l’équipe olympique masculine du Canada (2010 et 2014) ainsi que la Coupe du monde de hockey 2016 à titre de directeur général. Il avait aussi été nommé directeur général de l’équipe olympique masculine du Canada pour les Jeux olympiques de 2022, et il aurait rempli ce mandat si les joueurs de la LNH avaient pu y prendre part. Son parcours comprend également des médailles d’or au Championnat mondial de l’IIHF en 2007 (adjoint spécial), en 2016 (conseiller principal) et en 2023 (directeur général), ainsi que des médailles d’argent aux tournois de 2008 (directeur général adjoint) et de 2009 (directeur général). En outre, il faisait partie du personnel aux éditions 2002 et 2013 du Mondial. Armstrong prend part à sa 14e saison (de 2010 à 2024) à titre de directeur général des Blues de St. Louis, où il agit également en tant que président des activités hockey. Il a gagné la Coupe Stanley en 2019 avec l’équipe ainsi que le titre de Directeur général de l’année de la LNH en 2011-2012. Il est récemment devenu le 11e directeur général de la LNH à signer 800 victoires dans le circuit, et il figure au deuxième rang pour la vitesse à laquelle il a atteint ce plateau. Auparavant, Armstrong a passé 16 ans (de 1992 à 2008) au sein de l’organisation des Stars de Dallas, avec laquelle il a remporté la Coupe Stanley comme directeur général adjoint en 1999.

Getzlaf fera ses débuts au sein du personnel de gestion d’un événement international après avoir joué pendant 17 ans avec les Ducks d’Anaheim (de 2005 à 2022), équipe dont il a été capitaine pendant 12 campagnes (de 2010 à 2022) et avec laquelle il a gagné la Coupe Stanley en 2007. Getzlaf a obtenu 1 019 points (282 buts, 737 aides) en 1 157 matchs dans la LNH et a participé à trois éditions du Match des étoiles de la ligue (2008, 2009 et 2015). Sur la scène internationale, il a remporté l’or au Championnat mondial des M18 2003 de l’IIHF, au Championnat mondial junior 2005 de l’IIHF et aux Jeux olympiques d’hiver de 2010 et de 2014, ainsi que le titre de la Coupe du monde de hockey 2016. Getzlaf a également gagné l’argent au Mondial junior 2004 et au Championnat mondial 2008 de l’IIHF, a pris part au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2002 et était le capitaine d’Équipe Canada au Mondial 2012. Il en est à sa première saison en tant que coordinateur du développement des joueurs à Anaheim.

Salmond a été promu au poste de premier vice-président des activités hockey à Hockey Canada en 2018 après avoir passé quatre ans comme vice-président des équipes nationales. Dans le cadre de ses fonctions, Salmond supervise toutes les activités des équipes masculines, féminines et de parahockey du Canada. Il a aidé le Canada à remporter l’or à deux occasions aux Jeux olympiques d’hiver (2010 et 2014), à six éditions du Championnat mondial de l’IIHF (2003, 2004, 2015, 2016, 2021 et 2023), à sept tournois du Championnat mondial junior de l’IIHF (2007, 2008, 2009, 2015, 2018, 2022 et 2023), à deux éditions du Championnat mondial des M18 de l’IIHF (2013 et 2021), à un Championnat mondial de parahockey du CIP (2017), à un tournoi des Jeux paralympiques d’hiver (2006), ainsi qu’à un championnat de la Coupe du monde de hockey (2016) et à trois titres consécutifs de la Coupe Spengler (2015, 2016 et 2017). Salmond, qui s’est joint à Hockey Canada en 2001, a constamment grimpé les échelons de la haute performance dans son cheminement au sein de l’organisation.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et l’équipe nationale masculine du Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram.

Voir plus

Personnel d’arbitrage choisi pour les championnats de hockey d’U SPORTS

Hockey Canada nomme 26 officielles et officiels pour les championnats de hockey masculin et féminin d’U SPORTS

Dan Hanoomansingh
|
12 March 2024

Vingt-six officielles et officiels – 13 arbitres et 13 juges de lignes – ont été sélectionnés par Hockey Canada pour les championnats de hockey d’U SPORTS.

Les tournois se dérouleront en parallèle du 14 au 17 mars : la Coupe U en hockey masculin se tiendra à Toronto, tandis que le Championnat de hockey féminin aura lieu à Saskatoon.

Les championnats de 2024 seront arbitrés par une équipe chevronnée forte d’une grande expérience au niveau national et international. Pour la Coupe U en hockey masculin, on compte notamment Mark Pearce (North Vancouver, BC), qui a arbitré les matchs pour la médaille d’or lors de l’édition 2022 de la Coupe U et du Championnat mondial junior 2024 de l’IIHF. Du côté du championnat féminin, on trouve Alexandra Clarke (Drake, SK), Stéphanie Gagnon (Princeville, QC) et Cianna Lieffers (Cudworth, SK), qui ont porté l’uniforme zébré aux Jeux olympiques.

« Hockey Canada aimerait féliciter toutes les personnes sélectionnées pour arbitrer aux championnats d’U SPORTS », a affirmé Dan Hanoomansingh, responsable des officiels à Hockey Canada. « Les championnats universitaires sont l’occasion pour les meilleures formations amateurs de s’affronter dans le cadre d’un tournoi exigeant à simple élimination. Ces arbitres et juges de ligne œuvrent au plus haut niveau amateur et ont continué à parfaire leur art pendant la saison en vue de cet événement. »

Nom Membre régional, provincial ou territorial Rôle
Coupe U – hockey masculin (Toronto, ON)
Nick Albinati Hockey Colombie-Britannique Juge de lignes
Nick Arcan Fédération de hockey de l’Ontario Juge de lignes
Birkhoff Birkhoff Fédération de hockey de l’Ontario Juge de lignes
Josh DeYoung Hockey Nouvelle-Écosse Arbitre
Danny Emerson Fédération de hockey de l’Ontario Arbitre
Maxime Ferland Hockey Québec Juge de lignes
Jesse Gour Hockey Québec Arbitre
Troy Murray Hockey Saskatchewan Arbitre
Mark Pearce Hockey Colombie-Britannique Arbitre
Luke Pye Fédération de hockey de l’Ontario Juge de lignes
Championnat de hockey féminin d’U SPORTS (Saskatoon, SK)
Ali Beres Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Juge de lignes
Jennifer Berezowski Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Arbitre
Melissa Brunn Hockey Colombie-Britannique Juge de lignes
Hayley Butz Hockey Alberta Arbitre
Alexandra Clarke Hockey Saskatchewan Juge de lignes
Marie-Éve Couture Hockey Québec Arbitre
Brandy Dewar Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Arbitre
Stéphanie Gagnon Hockey Québec Juge de lignes
Audrey-Anne Girard Hockey Québec Arbitre
Laura Gutauskas Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Juge de lignes
Amy Laroche Hockey Colombie-Britannique Juge de lignes
Cianna Lieffers Hockey Saskatchewan Arbitre
Amy Martin Hockey Manitoba Arbitre
Shauna Neary Hockey Nouvelle-Écosse Arbitre
Sophie Thomson Hockey Nouvelle-Écosse Juge de lignes
Erin Zach Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Juge de lignes

Marc Maisonneuve (Gatineau, QC) sera l’entraîneur en arbitrage pour la Coupe U en hockey masculin. Pour le Championnat de hockey féminin d’U SPORTS, l’entraîneuse en arbitrage sera Vanessa Stratton (Windsor, ON).

Voir plus

Troquer son bâton pour un sifflet

Même si elle a commencé à jouer au hockey tardivement, Ali Beres ne s’est pas empêchée d’atteindre ses buts et de devenir l’une des meilleures jeunes juges de lignes par la suite

Katie Brickman
|
08 March 2024

Quand Ali Beres se fixe un objectif, c’est presque assuré qu’elle va le réaliser.

Passant de la ringuette au hockey, Ali a enfilé l’uniforme zébré après sa carrière de hockeyeuse au sein du réseau U SPORTS et s’est mise aussi à la pratique d’autres disciplines. Peu importe ce qu’elle entreprend, la détermination qu’elle a lui permet de toujours viser de nouveaux buts.

« Je suis chanceuse, car le sport a occupé une grande partie de ma jeunesse », lance la femme de 27 ans. « Je me sens vraiment privilégiée d’œuvrer dans le sport au niveau où je suis rendue et d’avoir eu plein de belles occasions. »

Ali a grandi en Colombie-britannique à environ 30 minutes de Vancouver, dans le village de Lions Bay. Comme aucun programme de hockey féminin n’y était offert, sa sœur Maegan et elle ont dû se rabattre sur la ringuette. C’est à l’âge de 13 ans qu’Ali a commencé à pratiquer le hockey avec l’intention de jouer au niveau universitaire.

La transition de la ringuette vers le hockey a forcé Ali à acquérir de nouvelles aptitudes, notamment dans le maniement du bâton et les tirs.

« Quand on passe de la ringuette au hockey, il y a des aptitudes et des connaissances à ajouter à son bagage », confirme-t-elle.

Elle a appris du personnel entraîneur qu’elle avait un manque à gagner par rapport à ses pairs du même âge et qu’elle perdait son temps. Toutefois, son désir de bien faire l’a poussée à participer à des camps de développement des habiletés et à tirer des centaines de rondelles dans le garage familial pour être en mesure de jouer.

« Je me souviens de cette conversation. J’avais 14 ans. Ce moment a été marquant et m’a permis de devenir la personne que je suis aujourd’hui. J’ai appris que si je veux réaliser quelque chose absolument et que je multiplie les efforts avec détermination, je peux atteindre mes objectifs. Surtout, il ne faut jamais lâcher quand on aime ce qu’on fait. »

Cet amour et cette passion l’ont aidée à avoir du succès au hockey; elle a joué pour la Colombie-Britannique au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2013 et pour l’Université Western de London, en Ontario, où elle a remporté un titre national d’U SPORTS en 2015, une médaille d’argent au championnat national et deux titres du réseau du Sport universitaire de l’Ontario (SUO).

À la fin de son parcours universitaire, elle s’est mise à penser à la suite des choses. Elle savait qu’elle voulait demeurer dans le monde du hockey et elle s’est tournée vers un aspect du jeu qu’elle avait déjà apprivoisé, soit l’arbitrage.

« Je ne me sentais pas prête à accrocher mes patins après mon stage universitaire. L’aréna était ma deuxième maison depuis que j’avais trois ans. Dès la fin de mon dernier match, j’ai été prise par les émotions. Je savais que j’allais devoir trouver un emploi et arrêter de jouer. Je me suis souvenue que j’adorais l’arbitrage quand j’étais jeune. »

Ali a décidé qu’elle voulait enfiler un autre chandail, faire partie d’une nouvelle équipe et voir jusqu’où l’arbitrage allait la mener. Après l’université, elle a obtenu à nouveau une certification d’officielle en Ontario.

« J’ai enfilé les matchs avec différentes personnes et appris le plus possible, raconte-t-elle. J’ai constaté que plusieurs me devançaient dans le programme et été témoin de leurs réalisations. J’ai dit à mes mentors que j’aimerais un jour obtenir les mêmes affectations. »

Depuis sa transition vers l’arbitrage, Ali a eu l’occasion de faire partie du Programme d’excellence des officiels de Hockey Canada (POE), un cheminement qui permet aux arbitres et juges de lignes d’atteindre leurs objectifs de haut niveau.

Depuis, elle a été une juge de lignes à quelques événements importants, dont le Championnat mondial féminin des M18 2014 de l’IIHF (division 1B) et la Bataille de la rue Bay de la Ligue professionnelle de hockey féminin, un match qui a opposé Toronto à Montréal il y a quelques semaines.

« Je suis vraiment reconnaissante de toutes les occasions que j’ai eues grâce à l’arbitrage. J’aime mon rôle, car ça me permet de rester investie dans le hockey. C’est intense… Il y a de la pression et un esprit de compétition. Notre rôle est de veiller au franc-jeu et à la sécurité. »

Sans le soutien de sa famille, et en particulier de Maegan, Ali n’arriverait pas à concilier son métier d’ingénieure de solutions au sein d’une société d’approvisionnement avec son rôle d’officielle et de triathlonienne.

« Nous sommes comme de meilleures amies et notre esprit compétitif a toujours été très fort. Nous avons toujours cherché à nous pousser l’une et l’autre. Nos parents nous ont inculqué de fortes valeurs. Malgré la compétition, nous nous sommes toujours épaulées et savions que le succès de l’une n’empêchait pas le succès de l’autre. »

Comme Ali, Maegan avait des ambitions au hockey qu’elle voulait atteindre. En plus de jouer dans la NCAA au sein du Collège de Boston et dans la Premier Hockey Federation pour le Six de Toronto, elle a remporté une médaille d’argent avec le Canada au Championnat mondial féminin des M18 2017 de l’IIHF.

« Nous avons toujours été proches, et elle est devenue un excellent modèle pour moi, explique Maegan. En tant que petite sœur, j’en suis venue à prendre ma grande sœur comme idole. Quand j’avais beaucoup de succès pendant ma carrière de hockeyeuse, elle était la personne la plus proche de moi et je comptais toujours sur elle pour obtenir des conseils et du soutien. »

Pour jouer à un haut niveau, il est important d’être en bonne forme physique, mais pour Ali, ça lui permet également de rester saine mentalement et de garder un bon équilibre avec sa vie professionnelle. Quand elle n’arbitre pas, Ali participe à des triathlons, un sport dont elle est rapidement tombée amoureuse.

« Les joueuses donnent leur 100 %, donc nous devons faire la même chose pour les suivre, commente Ali. Je trouvais ça un peu ennuyant au gym. Pour sortir de ma zone de confort, je me suis inscrite à une compétition Ironman 70.3 (aussi connue sous le nom de demi-Ironman), et je suis devenue accro.

Tandis qu’Ali continue de se fixer des objectifs, comme participer aux Jeux olympiques à titre d’officielle, sa sœur sait que c’est sa détermination qui la mènera si loin.

« Une fois qu’elle a un objectif en tête, elle fera tout en son pouvoir pour l’atteindre, explique Maegan. Je suis vraiment fière d’elle, de ce qu’elle a accompli et de sa transition de joueuse de hockey à officielle. J’ai hâte de voir jusqu’où elle ira. »

Voir plus

Déclarations de Hockey Canada sur la participation de la LNH aux Jeux olympiques d’hiver de 2026 et de 2030 ainsi qu’à un tournoi international de la LNH en 2025

02 February 2024

CALGARY, Alberta – Les déclarations suivantes sont faites au nom de Hockey Canada concernant la décision de la Ligue nationale de hockey (LNH) et de l’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH) de participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2026 et de 2030 et d’accueillir un tournoi international opposant quatre nations en 2025, actuellement connu sous l’appellation 2025 NHL 4 Nations Face-Off :

« Plus tôt aujourd’hui, la LNH, l’AJLNH et la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) ont fait l’annonce très attendue de la participation des joueurs de la LNH aux Jeux olympiques d’hiver de 2026 et de 2030, ainsi que de la tenue d’un tournoi international de la LNH réunissant quatre nations en 2025. Hockey Canada reconnaît que le processus a nécessité de longues discussions et réflexions, et nous croyons que cette décision est dans l’intérêt fondamental non seulement d’Équipe Canada, mais aussi du hockey international dans son ensemble. 

« La participation des joueurs de la LNH sur la scène internationale en 2025 et aux Jeux olympiques marque le retour à une compétition internationale opposant les meilleurs joueurs au hockey masculin, et nous savons que cette décision sera bien accueillie dans le monde du sport ainsi que par les amateurs et amatrices de hockey du monde entier. Nous nous réjouissons de pouvoir soutenir nos équipes masculines, féminines et de parahockey dans leur parcours vers les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver. » 

  • Katherine Henderson (Thunder Bay, ON), présidente et chef de la direction à Hockey Canada et coprésidente du Caucus des sports d’hiver du Canada

« Représenter le Canada aux Jeux olympiques d’hiver constitue le summum du sport, et l’annonce de la décision de la LNH et de l’AJLNH de revenir aux Jeux olympiques et d’accueillir un tournoi international réunissant quatre nations en 2025 revêt une grande importance pour notre organisation. Nous sommes enthousiastes à l’idée de bâtir des équipes pouvant miser sur les meilleurs joueurs canadiens de la LNH de partout au pays pour la première fois depuis la Coupe du monde de hockey 2016 et de les encadrer avec des groupes de gestion, de personnel entraîneur et de personnel de soutien de haut niveau qui ne ménageront aucun effort pour aider nos athlètes à réaliser leur objectif de gagner l’or olympique.

« Nous serons ravis de collaborer avec notre personnel des activités hockey pour mettre sur pied des groupes pour le tournoi international de 2025 et les Jeux olympiques de 2026 et de 2030 qui nous donneront la meilleure chance possible de grimper à nouveau sur la plus haute marche du podium, à commencer par Milan et Cortina d’Ampezzo. »

  • Pat McLaughlin (Saint John, NB), chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie à Hockey Canada

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et l’équipe nationale masculine du Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram.

Voir plus
OIS/Joe Toth

Le Canada termine quatrième aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024

Di Iorio égalise un record grâce à son but dans la défaite du Canada aux mains de la Finlande en tirs de barrage

NR.006.24
|
31 January 2024

GANGWON, Corée du Sud L’équipe de hockey masculin du Canada a terminé au quatrième rang aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024 à la suite de sa défaite de 5-4 contre la Finlande en tirs de barrage lors du match pour la médaille de bronze au Gangneung Hockey Centre mercredi.

Alessandro Di Iorio (Vaughan, ON/Vaughan, GTHL-M16), Tynan Lawrence (Fredericton, NB/Shattuck-St. Mary’s, USHS) et Keaton Verhoeff (Fort Saskatchewan, AB/RHA Kelowna, CSSHL-M18) ont tous touché la cible en l’espace de 40 secondes pour donner une avance de 3-0 au Canada après moins de sept minutes de jeu en première période. Avec son sixième but, un sommet au tournoi, Di Iorio a égalé Ryan Gropp (2012) pour le plus grand nombre de buts inscrits par un Canadien en une seule édition des Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver.

La Finlande a répliqué au premier engagement grâce à des buts de Jiko Laitinen et de Luka Arkko, avant que Wilmer Kallio et Viljo Kahkonen frappent au deuxième tiers pour donner les devants 4-3 à la Finlande.

Mathis Preston (Penticton, BC/Okanagan Hockey Academy, CSSHL-M18) a nivelé le pointage pour le Canada avec un peu plus de six minutes à jouer en troisième période sur une passe transversale de Ryan Lin (Richmond, BC/Delta Hockey Academy, CSSHL-M18) dans l’enclave, provoquant ainsi la tenue d’une séance de tirs de barrage.

« Je suis tellement fier de notre équipe. On a très bien joué tout au long du tournoi, mais malheureusement, on n’a pas été chanceux sur quelques bonds, a affirmé Di Iorio. C’est un honneur de représenter le Canada, et tous les gars dans le vestiaire se souviendront longtemps de cette expérience. »

Carter Esler (Okotoks, AB/Okotoks, AEHL-M18) a offert une performance étincelante devant le filet du Canada, repoussant 32 tirs.

« On a bien commencé le match aujourd’hui. On a vite pris une avance de trois buts, mais la Finlande a su rebondir et semer le doute dans notre tête », a dit Markus Ruck (Osoyoos, BC/Okanagan Hockey Academy, CSSHL-M18). « On aurait aimé rentrer au Canada avec une médaille, mais les Jeux olympiques de la jeunesse ont été une expérience extraordinaire, et tout ce qu’on a vécu à Gangwon a été fantastique. »

Le Canada a terminé la ronde préliminaire au deuxième rang du groupe B après avoir vaincu la Corée du Sud et la Finlande, avant de perdre par la marque de 6-5 en tirs de barrage contre les États-Unis.

Depuis 2012, le Canada a remporté une médaille d’argent (2016) et deux médailles de bronze (2012, 2020) aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et l’équipe de hockey masculin du Canada aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver, veuillez visiter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram en utilisant les mots-clics #Gangwon2024 et #JOJ2024.

Voir plus

Officielles et officiels choisis pour les camps de la haute performance

Quatre-vingt-onze arbitres et juges de lignes participeront au Programme d’excellence des officiels en 2023-2024

Dan Hanoomansingh
|
29 January 2024

Près de 100 arbitres et juges de lignes de partout au pays ont été choisis pour participer aux camps du Programme d’excellence des officiels (PEO) de Hockey Canada.

Soixante et un officielles et officiels ont été sélectionnés en vue des camps de dépistage régionaux, et trente autres participeront au prestigieux camp de sélection de la haute performance nationale. De plus, le volet féminin du Programme d’excellence des officiels se poursuit pour une deuxième année.

« Nous sommes ravis d’offrir à nos meilleurs arbitres et juges de lignes la possibilité de concourir sur la scène nationale », a déclaré Dan Hanoomansingh, responsable des officiels à Hockey Canada. « Nos camps régionaux permettent à ces officiels et officielles de s’initier au niveau de compétition national et les préparent à lutter pour des affectations à l’échelle nationale au niveau des M18.

« Nous sommes très heureux du maintien du volet féminin du Programme d’excellence des officiels pour une deuxième année et nous sommes reconnaissants du soutien de la Fondation Hockey Canada, notre partenaire principale, sans qui cette initiative serait impossible. »

C’est par l’intermédiaire du PEO que les arbitres et juges de lignes du pays parviennent à être sélectionnés pour des affectations aux événements nationaux et internationaux d’envergure. Les objectifs du programme sont les suivants : fournir un cheminement de développement aux arbitres et aux juges de lignes qui aspirent à l’élite; offrir un entraînement favorisant le perfectionnement aux arbitres et aux juges de lignes de l’élite; préparer les officielles et officiels pour des compétitions nationales et internationales; aider Hockey Canada à prendre des décisions éclairées en vue des compétitions nationales et internationales. Les officiels et officielles accèdent au PEO grâce aux camps de dépistage régionaux, en fonction des affectations des programmes de leur membre respectif.

Les 30 personnes qui seront du camp de sélection de la haute performance nationale prendront part à un programme intensif de quatre jours visant à les aider à acquérir les outils nécessaires pour réussir au niveau élite. Elles ont été soumises à un processus d’évaluation échelonné sur plusieurs mois, recevant notamment des commentaires des programmes et des ligues de leur membre respectif, qui a mené à leur sélection définitive par Hockey Canada.

« Il faut des années de travail acharné et de dévouement à l’art de l’arbitrage avant de recevoir une invitation au camp de sélection de la haute performance nationale, a déclaré Hanoomansingh. Ces arbitres et juges de lignes ont travaillé sans relâche pour perfectionner leurs compétences et sont maintenant prêts à rejoindre notre groupe d’officiels et d’officielles de haut niveau et à rivaliser avec l’élite mondiale. »

Une fois le camp terminé avec succès, les arbitres et juges de lignes viendront se greffer au programme de la haute performance et lutteront pour une place aux championnats nationaux junior A et senior, ainsi que pour des affectations à l’international.

Camp de sélection de la haute performance nationale (Calgary, Alberta, du 1er au 4 février)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Josh Albinati

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Gillian Allan

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Tara Benard-Rae

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Ali Beres

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Brian Birkhoff

Fédération de hockey de l’Ontario

Juge de lignes

Mathieu Boudreau

Hockey Québec

Arbitre

Hayley Butz

Hockey Alberta

Arbitre

Cynthia Côté

Hockey Manitoba

Arbitre

Elizabeth Dornstauder

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Maxime Ferland

Hockey Québec

Juge de lignes

Audrey-Anne Girard

Hockey Québec

Arbitre

Nick Grenier

Hockey Manitoba

Juge de lignes

Alex Homer

Hockey Alberta

Arbitre

Darby Hucaluk

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Chad Ingalls

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Ryan Jenken

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Yannick Jobin-Manseau

Hockey Québec

Arbitre

Brendan Kane

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

William Kelly

Hockey Québec

Arbitre

Anthony Lapointe

Hockey Québec

Juge de lignes

Amy Laroche

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Jarrod Lucoe

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Bob Millette

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Harrison O’Pray

Hockey Nouveau-Brunswick

Arbitre

Luke Pye

Fédération de hockey de l’Ontario

Juge de lignes

Wyatt Rapsky

Hockey Manitoba

Arbitre

Jack Robinson

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Ty Skene

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Mason Stewart

Hockey Alberta

Arbitre

Brennan Walker

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Le personnel du camp de la haute performance nationale est composé de Hanoomansingh, Dr. David Hancock, Megan Howes, Steve Lidstone, Pat Malloy, Kevin Muench, Todd Robinson et Vanessa Stratton.

Camp des femmes de la région de l’Atlantique (Halifax, Nouvelle-Écosse, du 14 au 17 septembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Brianna Bolivar

Hockey Nouvelle-Écosse

Arbitre

Bailey Carr

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Juge de lignes

Lauren Clark

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Rachel Hopkins

Hockey Terre-Neuve-et-Labrador

Arbitre

Shannon Ivey

Hockey Terre-Neuve-et-Labrador

Arbitre

Jenna Leighton

Hockey Nouvelle-Écosse

Arbitre

Blaire MacKinnon

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Alexis Ouellet

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Leah Rideout

Hockey Terre-Neuve-et-Labrador

Juge de lignes

Mykaela Sherry

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Jennifer Stewart

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Megan Sullivan

Hockey Nouveau-Brunswick

Juge de lignes

Les entraîneuses en arbitrage sont Gabrielle Ariano-Lortie, Meghan MacTavish et Shauna Neary.

Camp des hommes de la région de l’Ouest (Calgary, Alberta, du 26 au 29 septembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Ethan Crawford

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Kaden Fiacco

Hockey Saskatchewan

Juge de lignes

Michel Fournier

Hockey Manitoba

Juge de lignes

Cameron Fynney

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Josh Grimm

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Cameron Halter

Hockey Alberta

Juge de lignes

Brandon Koop

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Matthew Lattimer

Hockey Alberta

Juge de lignes

Carson McDonald

Hockey Manitoba

Arbitre

Carter McKnight

Fédération de hockey de l’Ontario

Juge de lignes

Shane Steenhoek

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Jesse Wood-Schatz

Hockey Alberta

Arbitre

Les entraîneurs en arbitrage sont Hanoomansingh, CJ Senkow et Colin Watt.

Camp des hommes de la région de l’Est (Sherbrooke, Québec, du 26 au 29 octobre)

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Alex Allain

Hockey Nouveau-Brunswick

Juge de lignes

Maxime Carré

Hockey Québec

Juge de lignes

Simon Cholette

Hockey Québec

Arbitre

Antoine Dénommé

Hockey Québec

Arbitre

Justin Deveau

Hockey Nouvelle-Écosse

Arbitre

Nicolas Gaudet

Hockey Nouveau-Brunswick

Arbitre

William Kelly

Hockey Québec

Arbitre

Joey Kramar

Hockey Est de l’Ontario

Juge de lignes

Julien Lapointe

Hockey Québec

Arbitre

Olivier Lapointe

Hockey Québec

Juge de lignes

Cole Sellers

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Kalib Snow

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Les entraîneurs en arbitrage sont François Fortin, Marc Maisonneuve, Peter Moraitis et Kirk Wood.

Camp des femmes de la région centrale (Montréal, Québec, du 11 au 13 novembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Laurie-Anne Éthier

Hockey Québec

Juge de lignes

Catherine Fournier

Hockey Québec

Arbitre

Bailey Kennedy

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Daphnée Lemay

Hockey Québec

Arbitre

Raphaëlle Locas

Hockey Québec

Arbitre

Michelle Ngan

Hockey Québec

Juge de lignes

Francesca Pedulla

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Abiguèle Perreault

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Hailey Perreault

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Shadei Saadé

Hockey Québec

Arbitre

Marlowe Schott

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Evelyn Wilson

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Les entraîneuses en arbitrage sont Ariano-Lortie, Stéphanie Campbell et Theresa Llorente.

Camp des femmes de la région de l’Ouest (Regina, Saskatchewan, du 7 au 10 décembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Karissa Alford

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Emma Benoit

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Cassidy Brand

Hockey Alberta

Juge de lignes

Hailey Cromie

Hockey Manitoba

Juge de lignes

Julianne Desjardins

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Lindsey Ducharme

Hockey Alberta

Juge de lignes

Dana Edamura

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Jessica Hammer

Hockey Alberta

Juge de lignes

Emily Hill

Hockey Alberta

Arbitre

Annika Kohlman

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Taylor Pearson

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Kassandra Speicher-Cook

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Katie Watson

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Les entraîneuses en arbitrage sont Stratton et Ashley Desjardins.

Voir plus
Markus Ruck et Liam Ruck

Deux frères unis par le hockey

Ils ont appris à patiner ensemble et été repêchés par les Tigers de Medicine Hat; aujourd’hui, les jumeaux identiques Markus et Liam Ruck représentent leur pays aux Jeux olympiques de la jeunesse

Jonathan Yue
|
27 January 2024

Markus et Liam Ruck sont des jumeaux à part entière. Nés à huit minutes d’intervalle le 21 février 2008, les frères ont toujours été des inséparables sur la glace comme partout ailleurs.

Au fil des échelons de l’Association de hockey mineur South Okanagan dans la petite ville d’Osoyoos, en Colombie-Britannique, jusqu’à leur sélection en première ronde du Repêchage des espoirs 2023 de la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL) par les Tigers de Medicine Hat, Markus et Liam ont toujours été là l’un pour l’autre.

Les Ruck sont ce qu’on appelle en jargon médical des jumeaux miroirs, c’est-à-dire des jumeaux dont les traits sont asymétriques, en vis-à-vis. Markus est un centre gaucher qui aime fabriquer des jeux, tandis que Liam est un ailier droitier que l’on pourrait qualifier de marqueur naturel. Les deux se complètent à la perfection.

« On fait tout ensemble, sur la glace et dans la vie de tous les jours, lance Liam. À l’extérieur de la patinoire, on est compétitifs, on veut chacun avoir le dessus sur l’autre. Sur la glace, c’est différent; on se pousse l’un et l’autre pour devenir meilleurs et nous faciliter la tâche. »

« Être ensemble, ça rend tout vraiment spécial, note Markus. C’est toujours plus simple pour moi d’avoir mon jumeau à mes côtés dans toutes les sphères de ma vie. »

Maintenant, les frères font leurs débuts sur la scène internationale ensemble aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024 à Gangwon, en Corée du Sud.

« On va montrer de quel bois on se chauffe sur la scène mondiale, autant sur le plan collectif qu’individuel, témoigne Liam. On va jouer à notre façon ».

« On veut se faire un nom dans l’uniforme canadien, commente Markus. L’objectif est d’avoir du succès en équipe et de revenir avec l’or. »

Une affaire de famille

Markus et Liam ont donné leurs premiers coups de patin à l'âge de deux ans sur la glace de leur cour arrière, puis ont continué sur les patinoires publiques. À quatre ans, ils faisaient déjà des jeux ensemble en situation de match. Leur complicité et leur sens du jeu ont vite fait tourner les têtes dans leur ville natale.

« Ils sont tombés en amour avec le hockey très jeunes », confie Jim Liebel, entraîneur des jumeaux lorsqu’ils avaient de quatre à douze ans. « Ils se sont vraiment investis dans ce sport en prenant des tirs au but dans le salon et en passant des heures à l’aréna. Ils ne parlaient pas beaucoup, mais c’était évident qu’ils voulaient devenir des joueurs de hockey. Leur chimie était très spéciale à observer, ils réalisaient des jeux en devinant toujours où l’autre allait se trouver sur la glace. »

Depuis qu’ils ont chaussé les patins pour la première fois, cette chimie a toujours marqué leurs présences sur le jeu. En 2018, le duo a porté les couleurs des B.C. Junior Canucks au tournoi Brick Invitational à Edmonton. Liam a été le meilleur buteur de son équipe avec sept buts et été le meilleur pointeur (à égalité avec un autre joueur) avec dix points. Markus a obtenu quatre points, dont deux mentions d’aide sur des buts marqués par Liam.



 Avec l’équipe de M15 préparatoire de l’Okanagan Hockey Academy à Penticton, en Colombie-Britannique, la saison dernière, Liam a terminé en tête des pointeurs de la Canadian Sports School Hockey League (CSSHL) avec 90 points (53-37—90) en 27 parties, tout juste devant Markus et ses 87 points (22-65—87). Ça n’a donc pas été une surprise lorsque Liam a été sélectionné au neuvième rang du repêchage de la WHL par les Tigers de Medicine Hat douze rangs avant que les Tigers n’effectuent une transaction pour choisir Markus.

« On adore jouer ensemble, commente Markus. On prend plaisir à faire des passes-et-va, à nous remettre la rondelle entre les bâtons et les pieds pour créer des occasions à 2 contre 1, et la petite communauté ici à Osoyoos nous offre beaucoup d’heures de glace, elle nous appuie en tout temps. »

« Markus et moi, on s’épaule beaucoup, ajoute Liam. Il facilite vraiment mon travail de franc-tireur quand il me sert des passes, les chances sont au rendez-vous lorsqu’on joue sur une même unité. Nos parents passent de nombreuses heures à nous aider, et le soutien de tout le monde fait en sorte que c’est facile pour nous de nous concentrer sur notre jeu. »

Il n'y a pas que sur la surface glacée que le lien familial est fort. Le hockey est devenu une activité qui a rassemblé la famille Ruck à de nombreuses occasions.

Que ce soit lors de duels intenses de minibâtons avec leur jeune frère Landon ou lors de vacances familiales, le hockey est un élément rassembleur pour la famille. Les parents des frères, Nina et Derek, en sont bien reconnaissants.

« Nous avons parcouru le Canada et les États-Unis en famille, affirme Nina. Nous avons forgé tellement de beaux souvenirs grâce au hockey, et les gens nous demandent même parfois si nous prenons des vacances familiales et je leur réponds : "Bien sûr". Que ce soit au tournoi Brick ou au Montreal Meltdown, nous y avons vécu certains de nos plus beaux moments ensemble. »

Les Jeux olympiques de la jeunesse seront un moment de fierté pour famille et amis qui encourageront les Ruck depuis Osoyoos.

« Les jeunes à Osoyoos voient Markus et Liam comme des leaders », explique Liebel, qui sait à quel point ce sera touchant de voir les jumeaux à l’œuvre à Gangwon. « C’est une petite ville ici, et les jeunes les voient aller sur la glace et sont témoins de leur niveau d’engagement au hockey; ils sont les personnes parfaites desquelles les enfants de la communauté peuvent s’inspirer. »

Une famille qui a eu du succès à l’international

Quand Markus et Liam amorceront la ronde préliminaire du Canada le 27 janvier face à l’équipe hôte, la Corée du Sud, ce ne sera pas la première fois qu’on verra un membre de la famille Ruck avec la feuille d’érable sur son chandail. Le père a joué trois ans dans la WHL avec les Hurricanes de Lethbridge (1998-2001) avant de remporter la Coupe Allan en 2007 avec les Regals de Powell River, un an avant la naissance des jumeaux. Les Regals avaient été invités à représenter l’équipe nationale masculine du Canada à la Coupe Biélorussie, et Derek y avait joué trois matchs.

Et puis il y a eu leur petite-cousine, Taylor Ruck . Elle est une quadruple médaillée olympique (une médaille d'argent et trois de bronze) en natation, ayant représenté le Canada aux Jeux d'été de 2016 et de 2020, et elle a égalé un record des Jeux du Commonwealth avec huit médailles (une d'or, cinq d'argent, deux de bronze) en 2018 en Australie.

Avec tout ce succès dans la famille, les jumeaux espèrent continuer de faire rayonner avec fierté le nom Ruck sur la scène internationale.

« On a tous les deux rêvé de porter ce chandail, confie Liam. Plusieurs jeunes du pays caressent ce rêve; cette occasion est vraiment emballante pour notre famille et nous. »

« Depuis qu’on suit le Mondial junior et les Jeux olympiques, on a toujours voulu participer à ce genre d’événement, conclut Markus. C’est notre chance maintenant, ce sera magique. »

Voir plus

Annonce de l’équipe de hockey masculin en vue des Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024

Ryan Smith nommé entraîneur-chef; Travis Crickard et Bruce Richardson, entraîneurs adjoints

NR.098.23
|
21 December 2023

CALGARY, Alberta - Hockey Canada et le Comité olympique canadien ont annoncé la composition de l’équipe de hockey masculin du Canada qui participera aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver de Gangwon 2024.

Les membres de l’équipe de hockey masculin du Canada pour les Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver de Gangwon 2024 sont :

  • Gardiens de but : Mateo Beites (Sudbury, ON/Barrie, OMHA-M16), Colin Ellsworth (Aurora, ON/York Simcoe, OMHA-M16) et Carter Esler (Okotoks, AB/Okotoks, AEHL-M18)
  • Défenseurs : Cameron Chartrand (Saint-Lazare, QC/Bishop Kearney Selects, USHS), Callum Croskery (Oakville, ON/Oakville, OMHA-M16), Ryan Lin (Richmond, BC/Delta Hockey Academy, CSSHL-M18), Zach Nyman (Toronto, ON/Vaughan, GTHL-M16), Daxon Rudolph (Lacombe, AB/Northern Alberta, CSSHL-M18) et Keaton Verhoeff (Fort Saskatchewan, AB/RHA Kelowna, CSSHL-M18)
  • Avants : Alessandro Di Iorio (Vaughan, ON/Vaughan, GTHL-M16), Beckham Edwards (London, ON/Detroit Little Caesars, US15U), Tynan Lawrence (Fredericton, NB/Shattuck-St. Mary’s, USHS), Aiden O’Donnell (Cole Harbour, NS/Dartmouth, NSU18MHL), Mathis Preston (Penticton, BC/Okanagan Hockey Academy, CSSHL-M18), Liam Ruck (Osoyoos, BC/Okanagan Hockey Academy, CSSHL-M18), Markus Ruck (Osoyoos, BC/Okanagan Hockey Academy, CSSHL-M18), Adam Valentini (Toronto, ON/Toronto Marlboros, GTHL-M16) et Braidy Wassilyn (Puslinch, ON/Markham, GTHL-M16)

« Félicitations aux extraordinaires athlètes, entraîneurs et membres du personnel qui ont été sélectionnés pour représenter le Canada au tournoi de hockey masculin des Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024 », a déclaré Katherine Henderson (Thunder Bay, ON), présidente et chef de la direction de Hockey Canada ainsi que coprésidente du Caucus des sports d’hiver du Canada. « C’est tout un honneur de porter l’unifolié aux Jeux, et nous savons que les partisans et partisanes de partout au pays encourageront ce groupe ainsi que le reste d’Équipe Canada dans la quête de l’or à Gangwon. »

La formation a été choisie par Byron Bonora (Brooks, AB), dépisteur en chef des M17 à Hockey Canada, et Kurt Keats (Winnipeg, MB), responsable des activités hockey. Une longue liste de joueurs a été remise par les 13 membres provinciaux, territoriaux et régionaux de Hockey Canada durant l’été. Les dépisteurs régionaux Pierre Cholette (Québec), Rob Simpson (Ontario), Darren Sutherland (Atlantique) et Darrell Woodley (Ontario) ont également contribué à la sélection.

Parmi les 18 joueurs, huit sont issus de la Fédération de hockey de l’Ontario, quatre de Hockey Colombie-Britannique, trois de Hockey Alberta, un de Hockey Nouveau-Brunswick, un de Hockey Nouvelle-Écosse et un de Hockey Québec.

« Nous sommes enchantés de dévoiler la liste des 18 joueurs provenant de six membres qui auront l’occasion unique de représenter le Canada pour la première fois aux Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver », a déclaré Benoit Roy (Sudbury, ON), premier responsable des activités hockey. « Cette compétition nous permet d’initier des joueurs aux programmes de Hockey Canada et donne la chance aux athlètes de développer leurs habiletés et d’acquérir l’expérience nécessaire pour briller sur la scène internationale, tout en rivalisant pour une médaille d’or et en savourant l’expérience d’une vie à Gangwon. »

Équipe Canada a participé au tournoi de hockey masculin à chacune des éditions des Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver jusqu’ici, remportant la médaille de bronze à Innsbruck en 2012 ainsi qu’à Lausanne en 2020, en plus d’une médaille d’argent à Lillehammer en 2016.

Le tournoi de hockey masculin se déroulera du 27 au 31 janvier (jours 8 à 12) au Gangneung Hockey Centre. Équipe Canada disputera son premier match du tournoi contre le pays hôte, la Corée du Sud, le 27 janvier à 6 h HE / 3 h HP, et affrontera ensuite la Finlande le 29 janvier à 6 h HE / 3 h HP. Les demi-finales auront lieu le 30 janvier, et les duels pour des médailles se tiendront le 31 janvier.

« Félicitations aux athlètes qui ont été nommés à l’équipe de hockey masculin du Canada », a déclaré Lisa Weagle, chef de mission d’Équipe Canada pour Gangwon 2024. « Ces jeunes athlètes représentent l’avenir du hockey canadien et incarnent le talent, l’esprit sportif et l’excellence qui définissent la passion de notre nation pour ce sport. En tant que chef de mission d’Équipe Canada, le message que je veux transmettre à chacun des athlètes, c’est de jouer avec cœur, de saisir l’occasion et de représenter le Canada avec fierté. »

Les entraîneurs et membres du personnel de soutien d’Équipe Canada pour les Jeux olympiques d’hiver de la jeunesse de Gangwon 2024 sont :

  • l’entraîneur-chef Ryan Smith (Headingley, MB/Spokane, WHL)
  • l’entraîneur adjoint Travis Crickard (St. John’s, NL/Saint John, LHJMQ)
  • l’entraîneur adjoint Bruce Richardson (Montréal, QC)
  • le responsable de l’équipement AJ Murley (St. John’s, NL)
  • le thérapeute en sport Kevin Elliott (Charlottetown, PE)

Smith en est actuellement à sa deuxième saison (2022-2023) à titre d’entraîneur-chef des Chiefs de Spokane dans la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL), après avoir occupé un poste d’entraîneur associé pendant deux campagnes (2020-2022). Il a auparavant remporté une médaille d’argent en tant qu’entraîneur adjoint de Canada Rouges au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2022 ainsi que l’argent et le bronze en tant qu’adjoint de Canada Ouest aux éditions 2012 et 2013 du Défi mondial de hockey junior A respectivement.

Crickard en est à sa première saison au poste d’entraîneur-chef des Sea Dogs de Saint John dans la Ligue de hockey junior Maritimes Québec (LHJMQ), après avoir œuvré comme adjoint pendant une saison. Il a remporté une médaille d’or en tant qu’entraîneur vidéo de l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans du Canada au Championnat mondial des M18 2021 de l’IIHF, et il a été entraîneur vidéo ainsi qu’entraîneur adjoint de Canada Noirs au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans en 2016 et en 2017, respectivement, gagnant la médaille d’argent en 2016.

Richardson a tout récemment agi comme entraîneur-chef de l’Armada de Blainville-Boisbriand dans la LHJMQ pendant cinq saisons (2018-2023). Il a remporté une médaille de bronze avec l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans du Canada au Championnat mondial des M18 2023 de l’IIHF, a été entraîneur-chef de Canada Blancs au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2022 et a agi comme adjoint avec Canada Noirs au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans qui a eu lieu en novembre 2014.

Les Jeux olympiques de la jeunesse sont la plus grande compétition multisports au monde pour les jeunes athlètes de la haute performance âgés de 15 à 18 ans. Les Jeux de Gangwon 2024 commenceront le 19 janvier et se termineront le 1er février 2024, et accueilleront 1 900 athlètes. Gangwon 2024 sera la quatrième édition des Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver et la première à avoir lieu en Asie, et on y trouvera un programme sportif respectueux de la parité entre hommes et femmes regroupant 7 sports, 15 disciplines et un total de 81 épreuves.

Avant d’être confirmés comme membres d’Équipe Canada, tous les athlètes nommés sont soumis à l’approbation du comité de sélection de l’équipe du Comité olympique canadien quand toutes les nominations ont été reçues des organismes nationaux de sport.

La formation d’Équipe Canada pour les Jeux de Gangwon 2024 se trouve ici, et d’autres ressources pour les médias sont disponibles ici.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et les Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024, veuillez visiter le site HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook, X et Instagram.

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
FHC : Rêves devenus réalité à Membertou
play_logo
CMM : Faits saillants – SWE 4, CAN 2 (médaille de bronze)
play_logo
CMM : Faits saillants – SUI 3, CAN 2 TB (demi-finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 6, SVK 3 (quart de finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, CZE 3 Prol. (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Retour sur un parcours endiablé à Riga
play_logo
Coupe du Centenaire : Faits saillants – Collingwood 1, Melfort 0 (Match pour le médaille d'or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 3, SUI 2 (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, FIN 3 (ronde préliminaire)
play_logo
ENM : Fierté et passion derrière le banc
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, NOR 1 (ronde préliminaire)
play_logo
Timberwolves de Miramichi (MHL) c. Blues de Collingwood (OJHL) | Coupe du centenaire
Horaire
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10