wwc team japan fans

Soutien des partisans de l'Extrême-Orient

Avant et pendant le tournoi, sur la patinoire et à l'extérieur de celle-ci, les Britanno-Colombiens ont pris soin de l'équipe du Japon à l'occasion du Championnat mondial féminin 2016 de l’IIHF

Allie Moore
|
1 avril 2016
|

Puisque le tournoi a lieu chez elle, l'équipe nationale féminine du Canada est sans aucun doute l'équipe favorite de la foule à l'occasion du Championnat mondial féminin 2016 de l’IIHF, mais une autre équipe obtient une bonne dose d'attention.

Au McArthur Island Sport & Event Centre, des douzaines de partisans présents dans les gradins portent les chandails rouges et noirs et ornés du soleil levant de l’équipe japonaise, et ils manifestent leur présence au moyen de tambours et de drapeaux.

« J'ai fait faire des chandails spécialement pour cet événement; vous ne pouvez habituellement pas acheter des chandails de hockey du Japon nulle part ailleurs », explique George Uyeda, le meneur du groupe. À titre de membre de l'Association des Canadiens d'origine japonaise de Kamloops et de coordonnateur de l'Association culturelle japonaise canadienne de Kamloops, il a profité de cette occasion pour encourager le Japon dans sa localité.

Environ 1 000 personnes d'origine japonaise habitent la ville et ses environs, et l'association culturelle japonaise canadienne de Kamloops est fière de représenter la culture japonaise.

« Le comité organisateur a communiqué avec nous et nous a demandé si nous voudrions appuyer l'équipe japonaise, et j'étais vraiment content de prendre part à cet événement », mentionne Uyeda.

Un groupe traditionnel de tambours japonais (taiko) était présent à plusieurs matchs du Japon en ronde préliminaire ainsi qu'à la rencontre entre le Canada et les États-Unis qui a eu lieu lundi au Sandman Centre; à cette occasion, le groupe a offert une performance entre les périodes.

Pour Uyeda, il s'agit d'une occasion unique de combiner sa passion pour le hockey et la fierté qu'il ressent à propos de ses origines.

« Je suis un grand amateur de hockey. J'ai joué au hockey mineur, au hockey junior et au niveau senior, et je joue actuellement avec un groupe d'anciens joueurs à Kamloops », ajoute-t-il. « C'est un grand honneur pour nous de les voir ici. Il est possible que nous n'ayons plus jamais l'occasion de les revoir dans notre localité. C'est une bonne façon de faire connaître Kamloops. »

Même si le Japon n'obtient pas de résultats positifs sur la glace face à une opposition féroce, Uyeda est tout de même très heureux de voir jouer l'équipe japonaise. « L'équipe travaille très fort, et toute la communauté japonaise en est très fière. »

Cette fierté s'étend jusqu'à Salmon Arm, une ville de la Colombie-Britannique située une heure à l'est de Kamloops, où les Japonaises ont tenu leur camp préparatoire en vue du championnat la semaine dernière. Roy Sakaki, de l'association de hockey mineur de Salmon Arm (SAMHA), était très enthousiaste à l'idée d’accueillir l'une ou l'autre des huit équipes.

« Nous avions la glace pour accueillir un camp préparatoire, et voilà, ce sont les Japonaises qui se sont installées ici, ce qui était vraiment une belle surprise. »

L'équipe s'est entraînée deux fois par jour au Shaw Centre, et elle cherchait des adversaires pour jouer un match avant le tournoi, alors Sakaki a organisé un match hors concours contre les Lakers de Thompson‑Okanagan de la Ligue de hockey midget AAA féminin de la Colombie-Britannique. Il a agi en tant qu'arbitre au cours de la partie, en compagnie de son compatriote d'origine japonaise, Jeff Fukomoto, et de l'arbitre en chef Matt Davies de la SAMHA.

« On disait que j'avais un parti pris, peu importe l'équipe à laquelle j’imposais une pénalité », raconte Sakaki en riant. « J'ai été très impressionné par la qualité du patinage – nous avons vu pendant toute la semaine que l'équipe japonaise était agile et très rapide. Notre équipe féminine midget leur a livré une chaude lutte. »

Après la partie, les équipes ont mangé ensemble, ce qui a permis de combiner les cultures.

« C'était très spécial d'accueillir ici l'équipe du Japon », explique Sasaki. « Il n'y a pas beaucoup de multiculturalisme ici, alors c'était une belle occasion pour la collectivité et pour toutes les personnes touchées de profiter d'un tel échange culturel. »

Le fait de recevoir les Japonaises à Salmon Arm a ravivé des souvenirs à Sakaki. « En 1960, l'équipe masculine du Japon a été mise sur pied en vue des Jeux olympiques d'hiver de Squaw Valley, et elle a fait un arrêt à Kamloops. Je me souviens que les Japonais avaient joué un match au Memorial Arena – je leur avais remis un bâton qui avait été signé par les membres des Maple Leafs de Toronto. C'est donc très spécial de pouvoir accueillir une autre équipe japonaise après toutes ces années. »

Les partisans ont prouvé qu'ils apprécient les Japonaises, si l'on se fie aux chandails, aux affiches et aux drapeaux. Après tout, c'est une question de fierté, tant sur la glace qu'à l'extérieur de celle-ci.

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF 2020-2021 : Les coulisses du camp
Jetez un coup d’œil sur ce qui s’est passé à l’extérieur de la patinoire, en coulisse du camp de l’équipe féminine.
ENF 2021 : ROUGES 4 – BLANCS 3 PROL. (jeu dirigé no 3)
Ella Shelton joue les héroïnes en prolongation, et les Rouges battent les Blancs.
ENF 2021 : BLANCS 2 – ROUGES 1 (jeu dirigé no 2)
Ella Shelton a marqué le but gagnant en fin de match, et les Blancs ont battu les Rouges.
2020-2021 ENP: ROUGES 5 – BLANCS 0 (jeu dirigé no 3)
James Dunn a inscrit un autre tour du chapeau pour mener les Rouges à un balayage des séances de jeu dirigé.
Horaire