tyson jost feature
© Minas Panagiotakis / HHOF-IIHF Images

De la Coupe TELUS à Équipe Canada

Six joueurs qui ont participé au Championnat national midget du Canada jouent sur la scène internationale ce printemps

David Brien
|
20 avril 2016
|

Peu importe où vous regardez ce printemps, il semble que des anciens de la Coupe TELUS portent le rouge et le blanc à des compétitions internationales.

Entre le Championnat mondial des M18 de l’IIHF, qui se déroule présentement à Grand Forks dans le Dakota du Nord, et le Championnat mondial de l’IIHF, qui aura lieu le mois prochain à Moscou et Saint-Pétersbourg en Russie, six joueurs qui ont le Championnat national midget du Canada d’inscrit à leur curriculum vitae ont répondu à l’appel d’Équipe Canada.

Tyson Jost porte le « C » de l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans du Canada seulement deux ans après avoir aidé les Rockets de l’Okanagan à remporter une médaille de bronze à la Coupe 2014, tandis que Pascal Laberge, en 2014, et Maxime Comtois, en 2015, ont tous les deux remporté l’argent avec les Grenadiers de Châteauguay.

Et parmi les 18 joueurs nommés à l’équipe nationale masculine du Canada, Sam Reinhart, Morgan Rielly et Mark Stone ont tous connu plus ou moins de succès au championnat national.

Alors quelles leçons apprises sur la plus grande scène du hockey mineur ont-ils conservées sur leur parcours?

Pour Laberge, le processus d’apprentissage a commencé avant même qu’il pose un pied sur la glace à Moose Jaw, Saskatchewan.

« Je me souviens que c’était la première fois que je montais dans un avion et que je jouais loin de chez moi », dit-il. « Quand nous sommes arrivés là, nous avons immédiatement été traités comme des professionnels.

Tu te rends compte que c’est sérieux quand c’est Hockey Canada qui s’en occupe juste par la façon dont ils traitent tout le monde. C’était sans aucun doute la première fois que j’étais traité de la sorte. L’expérience dans son ensemble a été superbe. »

Bien que Rielly soit le seul membre du groupe à avoir remporté le titre national, soulevant la Coupe TELUS avec les Hounds de Notre Dame en 2010, Laberge est passé près – ses Grenadiers ont perdu le plus long match de l’histoire du tournoi, s’inclinant devant les Mintos de Prince Albert après presque 109 minutes de jeu lors du match pour la médaille d’or en 2014.

Mais le marathon de sept jours qu’est la Coupe TELUS a appris à Laberge à prendre les choses une présence à la fois et à se concentrer sur les petits détails – sur la patinoire et à l’extérieur de celle-ci – qui permettent de connaître du succès, deux leçons qu’il applique au Mondial des M18.

Pour Rielly, le parcours vers le championnat lui a permis de se familiariser avec ce que le pays a de mieux à offrir.

« C’est jouer contre les meilleurs joueurs de ton groupe d’âge; ce fut une très belle expérience, une expérience que je n’oublierai jamais », dit le défenseur des Maple Leafs de Toronto.

« Si j’avais l’occasion de parler à quelques-uns des jeunes [à Quispamsis, Nouveau-Brunswick, cette semaine], je leur dirais de vraiment en profiter. En y repensant, c’est une superbe occasion pour les jeunes joueurs de jouer contre les meilleurs joueurs possible. »

Stone n’a certes pas connu la fin qu’il espérait – ses Thrashers de Winnipeg se sont inclinés devant Sudbury dans le match pour la médaille d’or en 2008, subissant seulement leur deuxième défaite de la saison –, mais même après huit ans, il n’hésite pas à rendre hommage à certains héros qui passent trop souvent inaperçus.

« Ce qui m’a frappé le plus, ce sont les bénévoles; tu ne réalises jamais combien de personnes doivent s’impliquer pour présenter un tournoi comme celui-là, » dit Stone qui a été le meilleur pointeur à Arnprior, Ontario. « Et le fait qu’ils rendent cette semaine si spéciale pour des jeunes de 16 et 17 ans en dit long sur leur importance. J’ai trouvé que nous avions eu beaucoup de plaisir et ce fut cool d’y repenser. »

Quant à Reinhart, son expérience à la Coupe TELUS 2011, qui s’est soldée par une défaite lors du match pour la médaille de bronze, lui a appris non seulement à s’adapter à un nouveau milieu, mais aussi à une nouvelle structure de matchs, incluant un calendrier chargé.

« Tu apprends plus ou moins à jouer dans un tournoi de cette structure et lors des étapes éliminatoires », dit-il. « Tu dois comprendre que tu dois être au sommet de ta forme pendant cette courte période de temps et aussi, à être constant. Il faut apprendre à s’adapter à des situations pendant les matchs et à l’extérieur des matchs, et c’est une chose qu’il est important de savoir.

« La structure est toujours difficile physiquement. Mais tu dois apprendre à combattre et à continuer. »

Alors que tous avaient une opinion différente de ce qu’ils ont appris à leur première expérience à un championnat national, ils ont une chose en commun : les souvenirs. Et ces souvenirs semblent converger vers la pression que représente le fait de jouer pour un titre national.

Peu importe leur préparation physique, rien ne les avait préparés à l’aspect mental du jeu.

Pour des joueurs encore à l’adolescence, jouer devant des foules importantes à chaque match et pour certains, à la télévision nationale lors de la finale, l’expérience complète de la Coupe TELUS était un présage de ce que leur réservait l’avenir.

« Nous avons joué devant des écoles qui venaient nous rendre visite et il y avait plein de gens qui assistaient aux matchs; ce fut ma première expérience à jouer dans un aréna plein tout le temps », se souvient Stone. « Étant un jeune de cet âge, j’étais évidemment excité de jouer mon premier match à la télé. Je crois que ce tournoi m’a vraiment aidé à me préparer pour le niveau suivant. »

« Quand tu es jeune, tu ne sais vraiment pas quoi penser de toute cette pression », ajoute Rielly. « Mais quand les caméras de télé sont là et que des gens te posent des questions pour la première fois de ta carrière, tu dois apprendre à composer avec ça et c’est là que ça commence. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire