bonhomme retirement
Où sont-ils maintenant? Tessa Bonhomme
La médaillée d'or olympique de 2010 découvre le sport sous un autre angle, devant les caméras de télévision
Wendy Graves
|
29 juin 2016
|

Tessa Bonhomme a toujours su profiter des occasions qui se présentent à elle.

S'attaquer à une course à obstacles conçue expressément pour vous projeter dans l'eau à l'émission Wipeout Canada? Pourquoi pas!

Troquer ses patins de hockey pour des patins de figures et participer à Battle of the Blades? Non seulement l'a-t-elle fait, mais elle a remporté la compétition.

C'est donc sans surprise que Tessa a accepté l'invitation de TSN à couvrir les Jeux olympiques d’hiver de 2014. Sa déception d'avoir été libérée de l'équipe nationale féminine du Canada a cédé sa place à l'excitation d'un nouveau défi à relever.

« Je rêvais d'aller aux Jeux olympiques, mais je rêvais aussi de les couvrir, et c'était l'occasion parfaite de le faire », affirme Tessa. « J'ai eu la chance de vanter quelques-unes de mes meilleures amies et leurs habiletés au hockey, en plus de commenter leur victoire. »

Tessa avoue que l'occasion d’animer à la télévision s'est présentée d'elle-même pendant le tournage de Battle of the Blades en 2011. La chaîne Leafs TV lui a offert un poste à temps partiel, idéal pour alléger le fardeau financier de son déménagement à Toronto et conserver un horaire d'entraînement équilibré avec l'équipe nationale féminine du Canada et les Furies de Toronto dans la Ligue canadienne de hockey féminin.

« C'est plaisant de se trouver une autre passion dans un domaine plutôt différent », avoue-t-elle. « Je reste captivée par le sport, et le hockey fait toujours partie de mon quotidien, même si ce n’est plus au niveau compétitif. »

Tessa a pris sa retraite d'Équipe Canada en septembre 2014. En plus de sa médaille d’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2010, elle a remporté l’or deux fois au Championnat mondial féminin de l’IIHF et six fois à la Coupe des 4 nations.

Elle s'est jointe à TSN à temps plein, où elle occupe un poste régulier de chef d'antenne de l'émission SportsCentre (après sa couverture des Jeux olympiques, Tessa a été embauchée comme animatrice pour la couverture des Internationaux de France.) Ce rôle lui a demandé d'en apprendre davantage sur d'autres sports, tout en lui permettant de demeurer près de son sport de prédilection.

« Mes souvenirs des Jeux olympiques d'hiver de 2014 diffèrent de ceux des filles de l'équipe, mais ils sont tout de même remplis d'émotions, parce que j'étais tellement investie dans leur parcours et les histoires que je racontais à leur sujet », se remémore-t-elle. « Quand les événements ont lieu, ça me donne l'impression de faire en quelque sorte encore partie de l'équipe. »

« Des expériences uniques comme celle-là... C'est clair que je veux couvrir le hockey, donc c'était un moment important pour moi d'être à l'antenne pendant l'émission en direct après la finale de la Coupe Stanley cette année. »

Le passage d'athlète à personnalité de la télévision s'est avéré plus difficile que Tessa ne l'anticipait. Les rôles étaient inversés, et c'était désormais à elle de poser les questions, plutôt que d'y répondre. La stimulation sensorielle – un témoin lumineux rouge lui indiquant qu'elle est en ondes, tandis que des voix dans sa tête, celles de son directeur de production et de son réalisateur, lui parlent, le tout pendant qu'elle s'adresse à la caméra – a d’abord été trop grande.

« Je pensais qu'il s'agirait simplement de jaser de hockey », dit-elle. « Mais, je ne sais pas pourquoi, lorsque la lumière rouge s'allume, tout est différent. Il faut apprendre à verbaliser ses connaissances et à se servir de ses expériences pour les partager de la bonne manière. Je suis en apprentissage encore à ce jour. »

Une autre sensation nouvelle l'attendait cette année au Mondial féminin à Kamloops, en Colombie-Britannique. Elle portait une accréditation de média plutôt qu'un laissez-passer pour les joueuses. Tessa avoue que l'envie de jouer – surtout lorsqu'un match où le pointage est de 0-0 se rend en prolongation – s'empare d'elle encore à l'occasion. Cela dit, cette envie demeure plutôt passagère.

« Je pense à tous les efforts qui ont été nécessaires pour atteindre ce niveau, et, tout d'un coup, j'ai mal au dos, mes genoux grincent et je me rends compte que je suis plus heureuse devant la caméra », s'exclame-t-elle en riant.

Elle aime revivre certaines expériences à travers le regard de jeunes joueuses et faire connaître leurs histoires. « Je suis ici pour faire la promotion du hockey féminin, donc c'est bien d'avoir passé par là, ça me permet de m'appuyer sur ma carrière. »

Tessa contribue aussi à la promotion des sports en tous genres en tant qu'ambassadrice du projet Place aux jeux Kraft Heinz. L'initiative remettra des fonds à des communautés partout au pays pour leur permettre de rajeunir les installations de jeu dans leur quartier.

« Il n'y a pas de meilleur endroit pour être un enfant que sur un terrain de jeu, que ce soit un terrain de soccer, un terrain de basketball, une patinoire extérieure ou un bon vieux terrain de jeu », déclare Tessa, qui, dans le cadre de son rôle, rendra visite aux finalistes. « C'est important que les enfants aient accès à des endroits comme ça qui leur permettent de rester des enfants aussi longtemps que possible. J'ai tellement de beaux souvenirs d'enfance sur un terrain de jeu ou un terrain de soccer. Ce serait triste qu'un jeune grandisse sans avoir l'occasion de se créer lui aussi de tels souvenirs. »

Pour plus d'informations :

à déterminer
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
403-777-4567 / 905-906-5327 (mobile)
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-612-2893 (mobile)
[email protected]

 

Videos
Photos
AAEC : La concrétisation d’un rêve pour KPMG
Pour une 10e année, l’Association des anciens d’Équipe Canada et KPMG se sont associées pour offrir un match de rêve à des clients à Calgary.
CMM 2019 : FIN 3 – CAN 1 (Médaille d’or)
Theodore marque, mais le Canada se contente de l’argent à Bratislava.
CMM 2019 : CAN 5 – CZE 1 (Demi-finale)
Matt Murray fait 40 arrêts et mène le Canada en finale.
CMM 2019 : CAN 3 – SUI 2 PROL. (Quart de finale)
Severson marque à la fin et Stone compte en prol. dans un gain du Canada.
Horaire
Close
Credit