2021  n w t  sarah  nurse
© pam_tenwestphotography

Construire sa marque

Le hockey est peut-être son premier amour, mais Sarah Nurse adore aussi montrer son authenticité et sa personnalité à ses abonnés des médias sociaux

Shannon Coulter
|
24 août 2021
|

Pour Sarah Nurse, la journée commence comme on s’y attendrait de la part de n’importe quelle athlète de haut niveau. Le hockey étant sa priorité absolue, elle entame sa journée par une séance de musculation, qu’elle fera suivre d’une séance matinale de patinage.

C’est par la suite que sa journée se démarque de celle des autres athlètes. L’athlète de 26 ans participera à des réunions pour discuter de partenariats sur les médias sociaux, prendra part à des appels vidéo, filmera des vidéos et créera de nouveaux concepts.

« Je pense que les médias sociaux représentent un outil incroyablement puissant, dit-elle. Tout le monde les utilise, et ils font vraiment partie de notre quotidien. »

Sarah a toujours aimé créer du contenu. À l’école, elle faisait souvent du montage vidéo à partir de contenu original qu’elle créait.

« J’aime exprimer ma créativité depuis que je suis toute petite, dit-elle. Je trouve ça vraiment agréable. J’aborde toujours le contenu en pensant à ce qui me plaît. Je veux créer des choses que j’aimerais regarder – je me dis que si ça m’ennuie, les autres vont s’ennuyer aussi. »

Qu’il s’agisse de partager son quotidien, de montrer un look mode amusant ou de parler d’un sujet qui la passionne, Sarah n’hésite pas à montrer sa personnalité en ligne. Sa capacité à réseauter et son entregent lui ont fait découvrir le monde des partenariats avec les marques.

« Quand j’ai compris qu’il y avait des organisations, des marques et des partenariats qui s’alignaient sur mes valeurs, ma mission et mes objectifs, j’ai voulu plonger », raconte-t-elle.

Bien qu’elle soit présente sur plusieurs réseaux sociaux, en ce moment, elle aime particulièrement TikTok, une plateforme hautement créative et divertissante.

« J’ai l’impression que TikTok est tout simplement un endroit où on peut se laisser aller et s’amuser, explique-t-elle. On publie tout ce qu’on veut, et on peut devenir viral. On a la possibilité de voir et de rencontrer des gens du monde entier. Pour moi, TikTok, c’est LA plateforme en ce moment. »

Son amour pour TikTok est partagé par plusieurs de ses coéquipières, dont Emily Clark. Si cette dernière, qui a connu Sarah lorsqu’elles jouaient toutes deux pour l’Université du Wisconsin, aime autant l’application, c’est parce qu’elle peut mettre son sens de l’humour et sa personnalité de l’avant dans les vidéos qu’elle réalise avec l’équipe nationale féminine du Canada.

« Quand on tourne une vidéo, on s’amuse comme des folles, dit Emily. C’est une façon agréable de montrer qu’on n’est pas seulement coéquipières, mais aussi des amies. Pour le public, la possibilité de voir qu’on est tricotées presque aussi serrées qu’une famille, c’est précieux. »

L’amitié entre Emily et Sarah est évidente sur leurs profils TikTok. Les deux attaquantes ont lancé une série intitulée On the Mini Mic with 20 and 26pour faire découvrir aux partisans les coulisses du Championnat mondial féminin 2021 de l’IIHF.

« Un jour, Emily est venue me voir et m’a dit qu’elle avait un minimicro, raconte Sarah. Je lui ai répondu que j’en avais un à la maison, moi aussi… et on s’est demandé comment on pourrait les utiliser d’une manière amusante. »

Sarah et Emily sont toutes deux très enthousiastes à l’idée de faire évoluer la série vidéo tout au long du tournoi, notamment en faisant participer d’autres coéquipières ou même des entraîneurs.

« C’est juste une façon amusante pour nous de partager notre tribune, explique Emily. Et comme ça semble être populaire, attendez-vous à d’autres épisodes! »

Grâce à ce projet collaboratif, Emily dit qu’elle apprend beaucoup sur la façon de renforcer sa présence en ligne. Elle admire vraiment la confiance de Sarah et sa volonté de se mettre de l’avant sur les réseaux sociaux.

« C’est véritablement une compétence. Ça se travaille, mais il faut s’y mettre, explique-t-elle. Je pense que Sarah a une gigantesque longueur d’avance sur le reste du monde du hockey. Honnêtement, elle m’en apprend beaucoup sur les différentes façons de créer du contenu, sur la manière de saisir les occasions qui se présentent à nous et sur la façon de mieux rejoindre les gens. Et sur le temps qu’il faut consacrer à tout ça. »

Pour ce qui est des partenariats, Sarah dit qu’elle se fie à son instinct pour savoir si elle doit donner le feu vert à une nouvelle collaboration avec une marque. L’un de ses partenariats préférés est celui qu’elle a noué avec Tim Hortons et Barbie.

« Lorsqu’on m’a présenté ce projet, j’étais tellement excitée, dit-elle. Ils m’ont dit qu’ils allaient faire une Barbie à mon image! C’était vraiment cool. Je n’en aurais jamais rêvé quand j’étais petite. »

« C’est exceptionnel de pouvoir combiner deux choses que j’aime. Il y a eu tellement de fois où j’ai été considérée comme rien d’autre qu’une athlète, où on m’a dit que je ne pouvais pas aimer le rose ni les Barbie, parce que ce n’est pas pour les athlètes. Voir la fusion de ces deux univers, c’était vraiment spécial. »

Une poupée Barbie unique a été fabriquée pour Sarah. « Elle me ressemble comme deux gouttes d’eau! », affirme-t-elle. Ce partenariat se conjugue parfaitement aussi avec son objectif d’être un modèle pour la relève, particulièrement pour les jeunes hockeyeuses noires.

« Souvent, les enfants pensent qu’ils ne peuvent pas faire quelque chose parce qu’ils n’arrivent pas à s’imaginer le faire, explique-t-elle. C’est pourquoi la représentation est si importante. Il faut être en mesure de s’imaginer faire ce qu’on veut faire. Si je peux être le modèle ne serait-ce que d’une seule enfant, je serai comblée. J’espère vraiment qu’au cours des prochaines années et des prochaines décennies, il y aura de plus en plus de jeunes filles noires qui décident de jouer au hockey. »

Pour Sarah, un des aspects les plus passionnants des médias sociaux est le lien privilégié qu’elle a avec ses admirateurs. Il y a des années, les athlètes ne disposaient que des médias traditionnels, comme les journaux et la télévision, pour communiquer et faire valoir leur personnalité. Pour Sarah, les réseaux sociaux offrent une occasion exceptionnelle de montrer au monde qui elle est.

« Je veux que les gens sachent que, oui, je joue au hockey. J’aime le hockey. Mais j’ai aussi d’autres passions. »

Hockey, mode ou conseils de beauté, peu importe : ce que Sarah aime, c’est tisser des liens avec ses abonnés au moyen de commentaires et de messages. Pour elle, l’essentiel, c’est de rester authentique et sincère dans toutes ses publications.

« Avec les médias sociaux et le contenu, mon seul but, c’est de m’amuser, dit-elle. Si on trouve quelque chose de drôle, si quelqu’un dans l’équipe trouve quelque chose de drôle, on se l’envoie dans notre conversation de groupe. C’est toujours plaisant. »

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
ENP 2021-2022 : BLANCS 3 – ROUGES 2 TB (intraéquipe)
Le but en tirs de barrage de Dolan mène les Blancs à un gain.
ENP 2021-2022 : ROUGES 4 - BLANCS 1 (Intraéquipe)
Deux buts et deux aides pour McGregor dans un gain des Rouges.
CMF 2021 : CAN 3 – USA 2 PROL. (médaille d’or)
Poulin donne un 11e titre mondial au Canada en prolongation.
CMF 2021 : CAN 4 – SUI 0 (demi-finale)
Daoust marque encore et à deux reprises, et le Canada jouera pour l’or.
Horaire