jack quinn draft feature

Faire son propre chemin

Comparativement à la plupart de ses pairs, Jack Quinn a suivi un parcours unique, mais il a abouti au même endroit – en première ronde du repêchage 2020 de la LNH

Paul Edmonds
|
6 octobre 2020
|

Il y a toujours beaucoup d’anticipation en vue de la journée du repêchage.

Pour ceux qui y participent, c’est un passage obligé dans la réalisation de leur but de jouer dans la Ligue nationale de hockey et une reconnaissance de nombreuses années consacrées à s’entraîner et à se préparer.

Mais quand ce crescendo est retardé en raison d’un virus qui a interrompu le hockey pendant des mois, l’attente s’étire au point de devenir insupportable.

« Je suis vraiment excité », a avoué Jack Quinn, sélectionné huitième au total par les Sabres de Buffalo, avant le repêchage. « Ça fait un bout que j’attends ce moment. J’ai simplement hâte de vivre cette journée avec ma famille, mes amis et mes coéquipiers. J'ai hâte que ça aboutisse enfin. »

Si, pour la plupart, la saison 2019-2020 – voire 2020 dans son ensemble – laisse un goût amer et peut-être même désagréable en bouche en raison des ravages de la COVID-19 à l’échelle mondiale, Quinn en gardera potentiellement un souvenir différent.

En fait, ce fut une période charnière marquée par la progression sur le plan de son développement au hockey.

Avant cette saison, la valeur de Quinn en vue du repêchage était considérablement moindre. On entendait rarement son nom quand il était question de la cuvée de 2020, contrairement à d’autres Canadiens tels qu’Alexis Lafrenière et Quinton Byfield, ou à son coéquipier avec les 67’s d’Ottawa, Marco Rossi, qui figurent eux aussi parmi les choix les plus convoités.

Et ce n’est rien de bien étonnant quand on regarde son parcours au hockey. À l’inverse de la plupart de ceux pressentis comme étant des choix de première ronde, Quinn n’a jamais fait partie du Programme d’excellence de Hockey Canada.

Le produit de l’Association de hockey mineur Muskrat a joué au hockey bantam AA (maintenant la division M15) à l’âge de 13 ans et de 14 ans à Renfrew, en Ontario, à environ 20 minutes de Cobden, sa ville d’origine. Ensuite, il a disputé deux saisons, respectivement dans les rangs midget AAA (M18) et junior A, pour les Lasers de Kanata. C’est lors de cette deuxième saison, en 2017-2018, qu’il s’est taillé une place au sein de l’équipe des recrues étoiles de la Ligue de hockey du Canada central (CCHL), en plus de décrocher les titres de Recrue de l’année et de Meilleur espoir.

Ces accolades étaient de mise, puisqu’il a continué d’enchaîner les buts et de s’améliorer tout au long de cette période, comme l’illustrent ses récoltes de 28 buts et 52 points en 45 matchs dans la division midget AAA et de 21 buts et 46 points en 49 matchs dans la division junior A.

Au cours de sa saison avec les Lasers dans la CCHL, les 67’s – qui avaient sélectionné Quinn en deuxième ronde de la sélection prioritaire 2017 de la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL) – lui ont accordé une audition de huit matchs qui lui a permis d’obtenir un poste à temps plein avec l’équipe en 2018-2019.

C’est ce parcours somme toute sans éclat qui a mené Quinn au hockey junior majeur et à sa position actuelle sur la liste des meilleurs espoirs de tous les services de repêchage notoires de la LNH.

« J’ai pensé que j’aurais pu avoir la chance de jouer pour Hockey Canada en cours de route », a raconté Quinn. « Mais ça ne s’est pas concrétisé, et j’étais à l’aise avec ce dénouement. En fin de compte, le fait de passer inaperçu et d’avoir à me prouver a tout aussi bien fonctionné. »

À sa première saison complète dans l’OHL, Quinn a inscrit 12 buts et 32 points en 61 matchs au sein d’une équipe des 67’s qui a obtenu la meilleure fiche en saison régulière – des statistiques ordinaires, il va sans dire.

Mais étant né le 19 septembre 2001, quatre jours après la date limite pour le repêchage 2019 de la LNH, Quinn n’allait être admissible qu’en 2020. Il a donc sagement profité de cette année supplémentaire pour poursuivre sa progression vers le statut de joueur élite.

« Ça m’a beaucoup aidé », a-t-il admis. « J’ai vu le tout plutôt comme une opportunité et un avantage. Je savais que je devais connaître une grosse année. Je pense que je me suis fixé des objectifs élevés. J’ai eu une excellente année au cours de laquelle j’ai continué de m’améliorer. »

Il dit vrai. Quinn a connu une première campagne incroyable, et sa saison n’a donné nul autre choix aux dépisteurs que de faire grimper son nom au classement des espoirs, surtout pendant la portion 2020.

Durant sa saison, il a marqué 52 buts et produit à un rythme supérieur à un point par match – soit 89 points en 62 matchs.

Toutefois, aux yeux de Quinn, sa transition de son statut de joueur admissible au repêchage parmi tant d’autres à celui de choix de première ronde s’est amorcée à l’été 2019, sous la gouverne de l’entraîneur-chef d’Ottawa, André Tourigny.

Outre son poste derrière le banc des 67’s, Tourigny était l’un des adjoints de la formation médaillée d’or du Canada au Championnat mondial junior 2020 de l’IIHF l’hiver dernier et il a été nommé entraîneur-chef pour l’édition 2021.

Un point à améliorer sur lequel Tourigny a insisté auprès de Quinn était la nécessité d’attaquer le centre de la glace pour acheminer la rondelle au filet et augmenter son pourcentage de tirs.

Ça a fonctionné.

« Dès le camp d’entraînement, j’étais un joueur transformé », a dit Quinn. « Mon travail en saison morte y était pour beaucoup. Converger vers l’intérieur et devenir plus dur à affronter étaient mes objectifs, et André a été très bon pour me talonner dans mes efforts. Après quelques mois pendant la saison, j’ai senti que j’ai vraiment pris mon erre d’aller et je me suis constamment amélioré par la suite. »

« Pour moi, c’était une question d’état d’esprit. Je ne me rendais pas vraiment compte que je ne faisais pas ces choses-là. Après ces ajustements, j’ai remarqué que j’obtenais beaucoup plus de chances de marquer. »

Ce n’est pas seulement Quinn qui a remarqué le changement. Les dépisteurs l’ont vu également.

Dans deux rapports de match différents pour Elite Prospects, un service de dépistage international qui pressentait Quinn comme un choix à mi-chemin de la première ronde, la dépisteuse de l’OHL Rachel Doerrie a écrit ce qui suit :

« On aurait dit que la rondelle le suivait ce soir, que ce soit dans ses batailles gagnées le long des bandes, ses attaques au centre ou sa présence devant le filet. »

« Il a eu un impact positif sur le match à chacune de ses présences, offensivement et défensivement. Sa performance d’aujourd’hui me prouve que Quinn peut être choisi à mi-chemin de la première ronde. »

À l’amorce de la semaine du repêchage, tous les services de dépistages qui ont fait des projections prévoyaient une sélection en première ronde pour Quinn, y compris le Bureau central de dépistage de la LNH, qui lui a réservé le septième échelon au total parmi les patineurs nord-américains.

Dans les moments qui ont précédé le grand jour, le joueur de six pieds et 175 livres a eu des discussions avec une longue liste d’équipes de la LNH, à plusieurs reprises dans certains cas.

Quinn a soutenu que la fréquence des communications avec certaines équipes ne voulait rien dire en soi, mais il sait désormais qu’il entamera sa carrière professionnelle avec l’organisation des Sabres.

Et il ne fait aucun doute qu’il sera prêt.

Pour plus d'informations :

Dominick Saillant
Directeur, communications
Hockey Canada
514-895-9706
[email protected]

 

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire