gage goncalves feature
© Chris Mast / Everett Silvertips

Tirer profit de son moment

Non repêché dans la WHL, Gage Goncalves a fait son propre chemin jusqu’au camp estival de développement Sport Chek de l’équipe nationale junior du Canada

Jason La Rose
|
28 juillet 2020
|

Peyton Krebs, Bowen Byram, Matthew Robertson, Taylor Gauthier, Braden Schneider et Dylan Cozens ont tous été des choix de première ronde du repêchage bantam 2016 de la WHL.

Gage Goncalves a été ignoré.

Byram, Cozens, Krebs, Alex Newhook, Thomas Harley, Philip Tomasino, Jakob Pelletier et Ryan Suzuki ont été sélectionnés au premier tour du repêchage 2019 de la LNH.

Goncalves n’a jamais entendu son nom.

Mais même s’il a pris un chemin différent de celui de ses pairs, l’athlète originaire de Mission, C.-B., partagera du temps d’écran avec les joueurs ci-dessus – la crème de la crème du hockey junior – cette semaine, au camp estival de développement Sport Chek de l’équipe nationale junior du Canada.

« C’est ma première expérience avec Hockey Canada et toute ma vie, j’ai rêvé de pouvoir travailler avec eux, surtout pour le Mondial junior », confie Goncalves. « Ce sera une expérience vraiment cool de voir ce qui se passe sur Zoom pendant le camp virtuel. »

Son histoire en est une de persévérance, de refus de prendre un « non » pour une réponse et de tirer profit des minces ouvertures qui se sont présentées à lui.

« Je joue avec un sentiment d’amertume, j’essaie de prouver à tout le monde qu’ils ont eu tort chaque fois que je saute sur la glace », commente Goncalves. « Je pense que ça démontre ma résilience et à quel point j’ai éclos sur le tard, mais quand j’ai eu ma chance, j’en ai profité et j’ai commencé à attirer les regards. »

L’athlète de 18 ans a été une révélation des Silvertips d'Everett cette saison, terminant troisième de son équipe au chapitre des points, avec 71 (33 buts, 38 aides) en 60 parties. Ce fut un pas de géant par rapport à sa saison recrue, au cours de laquelle il a fait vibrer les cordages une seule fois en 67 matchs.

Sa production offensive lui a également permis de faire état de ses prouesses en tirs de barrage, et il n’a pas raté sa première chance.

« Je pense que ma mentalité a changé beaucoup et j’ai augmenté le poids de ma charpente », explique Goncalves à propos de sa transformation. « J’ai joué un rôle de "plombier" sur un trio d’énergie qui devait limiter les occasions de l’adversaire [la saison passée]. Je voulais simplement aider l’équipe à gagner. Il y a deux ans, nous avions plusieurs marqueurs de but, alors je pense que j’ai vraiment aidé ma troupe en jouant ce rôle. »

« Cette saison, je suis revenu en voulant être le gars qui jouerait bien dans les deux sens de la patinoire. Je voulais jouer en avantage numérique, en désavantage numérique, me faire confier des mises au jeu avec deux minutes à jouer. Je voulais aider, peu importe la situation. Je me fais vraiment une fierté d’essayer d’être le meilleur joueur de l’équipe dans tous les aspects, mentalement et physiquement. »

Cette approche a permis aux Silvertips de présenter le deuxième meilleur dossier de la Ligue de hockey de l’Ouest et à Goncalves d’obtenir un peu d’attention de la LNH, un an après avoir été ignoré au repêchage – son nom paraissait au 80e rang parmi les patineurs nord-américains sur la liste finale du classement du Bureau central de dépistage de la LNH. À la mi-saison, il occupait le 92e échelon.

La pandémie de COVID-19 a anéanti tout espoir des Silvertips de faire un long bout de chemin en séries éliminatoires et de se hisser encore plus haut sur les listes en vue du repêchage, mais il est tout de même content de son travail accompli.

« Je pense qu’on aurait pu vraiment faire des flammèches », dit-il. « Nous avions une équipe avec beaucoup de profondeur. Je crois qu’on se serait rendu loin et ça m’aurait aidé un peu pour le classement, mais je n’ai aucun contrôle là-dessus. J’ai le sentiment que j’ai fait tout ce que je pouvais pour montrer aux équipes de la LNH ce que je pouvais faire et j’ai confiance. »

Un produit de l’AHM de Mission, Goncalves sait comment gagner; avec son équipe là-bas, il a atteint le championnat provincial division 1 des M15 de la C.-B., il a remporté le championnat de la Canadian Sports School Hockey League (bantam préparatoire) avec la Yale Hockey Academy en 2016 et il a gagné le titre de la Ligue de hockey midget majeur de la C.-B. avec les Thunderbirds de Fraser Valley en 2018, la même année qu’il a terminé deuxième pointeur de la BCMML.

C’est également la saison au cours de laquelle il s’est joint aux Silvertips; il a participé à deux camps d'entraînement après n’avoir pas été réclamé au repêchage, il a été ajouté à leur liste de protection au début de la saison 2017-2018, puis il a signé avec eux peu de temps après Noël, faisant ses débuts dans la WHL le 7 janvier 2018.

Goncalves n’est pas le premier joueur à avoir un impact après que toutes les équipes de la WHL ont levé le nez sur lui au repêchage de la WHL – Shane Doan, Darcy Tucker, Dan Hamhuis et celui qui sera intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2020, Jarome Iginla, sont des noms qui viennent immédiatement en tête – et il ne sera pas le dernier.

Alors la prochaine fois qu’un joueur fera face aux mêmes obstacles que Goncalves a franchis, sur quoi devront-ils se concentrer?

« Il faut juste continuer de faire confiance au processus », lance-t-il. « Si tu n’arrêtes pas de travailler sur tes habiletés et que tu progresses de jour en jour, ton temps va venir. Tu obtiendras seulement une ou deux occasions et elles seront très importantes pour toi. Alors, concentre-toi à progresser. Sois un véritable élève du hockey et tire profit de ton moment. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

 

Videos
Photos
ENF : Merci Mel Davidson
Revivez les souvenirs de la longue carrière marquée de succès de Mel Davidson avec Hockey Canada.
Essor du hockey : Match mondial féminin à St. John’s
Quarante joueuses se sont réunies dans un contexte de hockey, de culture et de renforcement de l’autonomie.
ENF 2019-2020 : USA 3 – CAN 1 (Match 4)
Larocque marque, mais le Canada perd le dernier match au Canada.
ENF 2019-2020 : CAN 3 – USA 2 PROL. (Match 3)
Victoria Bach donne une première victoire au Canada en prolongation.
Horaire