Sites affiliés expand
Hockey Canada logo

Comme papa

Braden Haché a un avenir prometteur à la ligne bleue, mais il a commencé à redonner au hockey en suivant les traces de son père en tant qu’arbitre

Quinton Amundson
|
23 July 2019

Conrad Haché a ressenti un profond sentiment de fierté quand il a vu son fils Braden revêtir l’uniforme rayé d’un arbitre de hockey pour la première fois.

Il pouvait constater que son fils suivait ses traces. Conrad, directeur de l’arbitrage de la Ligue de hockey de l’Ontario depuis 2007, a été un officiel dans la Ligue nationale de hockey de 1994 à 2001.

Depuis ses débuts dans ce rôle un samedi matin il y a quelques saisons dans sa ville d’origine de Newmarket, Ont., le plus jeune Haché a arbitré près de 50 matchs dans les catégories novice et atome, tout en poursuivant sa carrière de joueur, qui a le vent dans les voiles.

Après avoir brillé dans le midget mineur AAA avec l’Express de York Simcoe la saison dernière, Haché a été choisi en quatrième ronde de la sélection prioritaire 2019 de l’OHL, 63e au total, par les Frontenacs de Kingston. Il a aussi reçu une invitation au camp national de développement des moins de 17 ans, qui se déroule cette semaine à Calgary.

La passion de son père pour l’arbitrage l’a poussé à ajouter cette corde à son arc.

« Mon père adorait tellement le travail d’arbitre que ça m’a inspiré à le devenir aussi », explique le défenseur de 16 ans.

Bien que le jeune Haché ait été pris au dépourvu par des insultes de parents au début, son père, qui a lui-même commencé à arbitrer quand il avait 14 ans, fait remarquer que son fils a rapidement développé une solide présence sur glace dans le rôle d’officiel.

« Il a une bonne carapace et il comprend si bien toutes les facettes du jeu qu’il accomplit du bon boulot », commente Conrad.

Devenir un arbitre a eu impact sur la carrière de joueur de Haché. Même s’il ne s’identifie pas comme quelqu’un qui conteste régulièrement les décisions des arbitres, il explique que le fait d’être un arbitre l’encourage à manifester encore plus de respect envers les officiels.

Une meilleure discipline sur glace et un lien renforcé avec son père sont deux des cadeaux que l’arbitrage a donnés à Braden. Être entouré de jeunes joueurs de hockey avec les yeux ronds comme des billes en est un autre.

« C’est superbe de me retrouver avec ces jeunes et d’avoir l’occasion de leur enseigner des trucs comme les mises au jeu et les hors-jeu », confie-t-il. « Leur passion et leur énergie m’envahissent. »

En plus d’accomplir ses tâches liées à l’arbitrage, Haché redonne au sport en enseignant aux plus jeunes à des camps de hockey et à des programmes d’apprentissage du patinage.

« Le sport nous apporte tellement qu’il est important de redonner », explique son père. « Si tu peux redonner à un si jeune âge, c’est encore mieux, car les plus jeunes se tournent vers toi. Certains des joueurs de la catégorie novice étaient tellement excités quand ils ont su qu’il allait être repêché, car ils le connaissaient seulement en tant qu’arbitre. »

Haché n’est pas certain à quel point il pourra arbitrer souvent la saison prochaine. À 16 ans, il est maintenant admissible à arbitrer des matchs pee-wee, mais sa priorité sera sa possible saison recrue avec les Frontenacs de l’OHL.

Qu’il soit sur la glace ou non la saison prochaine, Haché est reconnaissant d’avoir une autre option au hockey pour toute la vie, comme ce fut le cas pour son père.

Clarke poursuit son ascension

Du petit village de Drake jusqu’aux Jeux olympiques d’hiver, Alex Clarke ne cesse d’abaisser les barrières et d’inspirer la relève en arbitrage par son parcours unique au hockey

Jonathan Yue
|
08 April 2024

Alex Clarke fait partie de l’élite de l’arbitrage et est parmi les officielles les plus respectées au monde. Mais n’eût été une vache un peu de mauvais poil, l’histoire aurait pu être bien différente.

Printemps 2015. Clarke, qui porte alors son nom de jeune fille, Alex Blair, vient d’être repêchée au 53e rang par l’Inferno de Calgary dans la défunte Ligue canadienne de hockey féminin. Puis survient une vilaine blessure au genou, subie sur la ferme familiale par un coup de patte d’une vache, qui vient changer tous ses plans.

« Je n’ai pas pu m’entraîner de l’été – en tout cas, pas comme j’aurais dû », se rappelle Clarke, qui a joué trois saisons avec les Gold Wings de Weyburn dans la Ligue de hockey féminin M18 AAA de la Saskatchewan (SFU18AAAHL) avant d’évoluer en division III de la NCAA au Collège de St. Scholastica, au Minnesota. « On a dû faire une croix sur le camp d’entraînement de l’Inferno et les essais à l’automne. »

Si la porte se fermait sur sa carrière de hockeyeuse, une autre n’allait pas tarder à s’ouvrir.

« Je savais que je voulais rester dans le domaine du hockey. J’avais déjà songé au métier d’entraîneuse, mais à 22 ans, je me voyais mal derrière le banc d’une équipe, à devoir organiser ma vie autour d’un calendrier précis. Je me suis donc tournée vers l’arbitrage. »

Depuis, Clarke gravit les échelons à une vitesse folle. Originaire de la Saskatchewan, ou plus précisément du petit village de Drake (population : 197), elle a arbitré dans la SFU18AAAHL et la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan (SJHL), mais aussi à l’échelle nationale lors de la Coupe Esso et à l’international au Championnat mondial féminin de l’IIHF.

Elle est devenue en 2021 la première femme juge de lignes dans la Ligue de hockey de l’Ouest, en plus d’avoir été la première femme arbitre plus tôt cette saison-ci. Le 5 décembre 2021, elle faisait partie du groupe d’officiels lors d’un match de la Ligue américaine de hockey (AHL), une première pour une femme dans le circuit.

« Ma passion pour le hockey, c’est ce qui me pousse à faire ce que je fais. Quand je suis sur la glace, je ne pense à rien d’autre. Je m’amuse. Et je le fais en bonne compagnie.

« Le succès amène un peu plus de reconnaissance, et ça me convient très bien. En tant que seule femme à arbitrer dans certaines ligues, je suis peut-être perçue comme une pionnière par certaines personnes. J’en suis consciente et je prends ce rôle très au sérieux. »

L’AHL souhaitait la bienvenue à Alex Clarke le 5 décembre 2021.

Ces dernières années ont été particulièrement mouvementées pour Clarke, qui a atteint le sommet du hockey international en 2022 en agissant comme juge de lignes lors des Jeux olympiques d’hiver à Beijing. Il y a quelques mois, elle a fait ses débuts dans la Ligue professionnelle de hockey féminin (LPHF), le nouveau circuit professionnel chez les femmes. Et plus récemment, elle a arbitré durant le Défi 3-contre-3 de la LPHF pendant la fin de semaine du Match des étoiles de la LNH à Toronto.

« Ça s’est fait naturellement, du moins de mon point de vue », décrit Clarke à propos de sa progression en tant qu’officielle. « Mis à part la saison 2021-2022, où je me promenais beaucoup d’une ligue à une autre, j’ai suivi un cheminement assez semblable à celui des joueuses. On m’observe, on m’évalue. Et quand on me juge prête à passer au prochain niveau, je fais le saut. J’ai vécu plein d’expériences positives, sans jamais me sentir dépassée par les événements. »

Inspirer la relève

Malgré un parcours pour le moins atypique jusqu’à l’arbitrage, Clarke n’y changerait absolument rien.

« Quand j’ai commencé à envisager la chose, j’ai été accueillie à bras ouverts par les gens à Hockey Saskatchewan. Ils ont pris connaissance de mon historique comme joueuse, puis m’ont invitée à un camp en arbitrage. Un accueil tellement chaleureux, dès mon arrivée. Je me suis toute de suite sentie à ma place. »

Comme officielle, Clarke veut montrer qu’il existe plus d’une voie pour s’impliquer au hockey et espère avoir plus d’occasions d’accompagner les jeunes qui s’intéressent à l’arbitrage.

« Mon conseil à quiconque s’intéresse au métier serait de garder une bonne ouverture d’esprit. Dans mon cas, c’est l’amour du sport et la volonté de m’améliorer qui m’ont poussée à me lancer. Mais c’est un processus qui prend souvent des tournures inattendues. »

Avec l’essor du hockey féminin au cours des dernières années, Clarke comprend l’importance de donner le bon exemple sur la glace, même à titre d’officielle. À son avis, l’engouement créé par la LPHF a déjà un énorme impact.

« Ma fille de quatre ans et demi commence déjà à être influençable », explique Clark, qui est aussi mère d’un garçon. « Cette saison, j’ai amené la famille au Match des étoiles de la LNH. De voir la réaction de ma fille, de l’entendre parler de Natalie Spooner et de Sarah Nurse, c’est formidable. Son intérêt pour le hockey s’est décuplé, et c’est parce qu’elle voit plus de femmes comme des exemples à suivre.

« Je pense que ça rejoint bien des gens. Les jeunes peuvent désormais voir des femmes, des mamans sur la glace et dans les arénas. Il y a plus d’égalité, on voit que c’est possible pour n’importe qui de réaliser ses objectifs. »

De plus en plus de ligues incluent les femmes en arbitrage, comme ce fut le cas de l’AHL. Clarke espère continuer de contribuer à cet élan pour que les femmes soient encore plus nombreuses à passer au stade suivant. Sa participation à la fin de semaine du Match des étoiles de la LNH l’amène à penser qu’on n’est peut-être pas si loin du jour où des femmes arbitreront dans la grande ligue chez les hommes.

« Ça peut être dans deux ans ou dans dix ans, qu’importe. Si je peux apporter ma contribution pour qu’une officielle y accède, je le ferai avec grand plaisir. Que ce soit moi ou quelqu’un que je pourrai accompagner et inciter à repousser les limites, je serai heureuse. Ce que je souhaite au bout du compte, c’est aider à faire avancer notre profession et inspirer la prochaine génération. »

Sur le plan individuel, ce que vise Clarke à long terme, c’est une affectation aux Jeux olympiques de 2026 à Milan, en Italie. Mais en attendant, toute son attention est tournée vers le Championnat mondial féminin 2024 de l’IIHF à Utica, dans l’État de New York.

« Je veux être du match pour la médaille d’or. Il y a de la compétition parmi les officielles aussi. Comme les joueuses, on vise toutes une place en finale. Mais l’important, c’est de m’amuser et de m’améliorer tout en rendant mes consœurs meilleures aussi. »

Voir plus

Personnel d’arbitrage choisi pour les championnats de hockey d’U SPORTS

Hockey Canada nomme 26 officielles et officiels pour les championnats de hockey masculin et féminin d’U SPORTS

Dan Hanoomansingh
|
12 March 2024

Vingt-six officielles et officiels – 13 arbitres et 13 juges de lignes – ont été sélectionnés par Hockey Canada pour les championnats de hockey d’U SPORTS.

Les tournois se dérouleront en parallèle du 14 au 17 mars : la Coupe U en hockey masculin se tiendra à Toronto, tandis que le Championnat de hockey féminin aura lieu à Saskatoon.

Les championnats de 2024 seront arbitrés par une équipe chevronnée forte d’une grande expérience au niveau national et international. Pour la Coupe U en hockey masculin, on compte notamment Mark Pearce (North Vancouver, BC), qui a arbitré les matchs pour la médaille d’or lors de l’édition 2022 de la Coupe U et du Championnat mondial junior 2024 de l’IIHF. Du côté du championnat féminin, on trouve Alexandra Clarke (Drake, SK), Stéphanie Gagnon (Princeville, QC) et Cianna Lieffers (Cudworth, SK), qui ont porté l’uniforme zébré aux Jeux olympiques.

« Hockey Canada aimerait féliciter toutes les personnes sélectionnées pour arbitrer aux championnats d’U SPORTS », a affirmé Dan Hanoomansingh, responsable des officiels à Hockey Canada. « Les championnats universitaires sont l’occasion pour les meilleures formations amateurs de s’affronter dans le cadre d’un tournoi exigeant à simple élimination. Ces arbitres et juges de ligne œuvrent au plus haut niveau amateur et ont continué à parfaire leur art pendant la saison en vue de cet événement. »

Nom Membre régional, provincial ou territorial Rôle
Coupe U – hockey masculin (Toronto, ON)
Nick Albinati Hockey Colombie-Britannique Juge de lignes
Nick Arcan Fédération de hockey de l’Ontario Juge de lignes
Birkhoff Birkhoff Fédération de hockey de l’Ontario Juge de lignes
Josh DeYoung Hockey Nouvelle-Écosse Arbitre
Danny Emerson Fédération de hockey de l’Ontario Arbitre
Maxime Ferland Hockey Québec Juge de lignes
Jesse Gour Hockey Québec Arbitre
Troy Murray Hockey Saskatchewan Arbitre
Mark Pearce Hockey Colombie-Britannique Arbitre
Luke Pye Fédération de hockey de l’Ontario Juge de lignes
Championnat de hockey féminin d’U SPORTS (Saskatoon, SK)
Ali Beres Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Juge de lignes
Jennifer Berezowski Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Arbitre
Melissa Brunn Hockey Colombie-Britannique Juge de lignes
Hayley Butz Hockey Alberta Arbitre
Alexandra Clarke Hockey Saskatchewan Juge de lignes
Marie-Éve Couture Hockey Québec Arbitre
Brandy Dewar Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Arbitre
Stéphanie Gagnon Hockey Québec Juge de lignes
Audrey-Anne Girard Hockey Québec Arbitre
Laura Gutauskas Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Juge de lignes
Amy Laroche Hockey Colombie-Britannique Juge de lignes
Cianna Lieffers Hockey Saskatchewan Arbitre
Amy Martin Hockey Manitoba Arbitre
Shauna Neary Hockey Nouvelle-Écosse Arbitre
Sophie Thomson Hockey Nouvelle-Écosse Juge de lignes
Erin Zach Association de hockey féminin de l’Ontario (OWHA) Juge de lignes

Marc Maisonneuve (Gatineau, QC) sera l’entraîneur en arbitrage pour la Coupe U en hockey masculin. Pour le Championnat de hockey féminin d’U SPORTS, l’entraîneuse en arbitrage sera Vanessa Stratton (Windsor, ON).

Voir plus

Troquer son bâton pour un sifflet

Même si elle a commencé à jouer au hockey tardivement, Ali Beres ne s’est pas empêchée d’atteindre ses buts et de devenir l’une des meilleures jeunes juges de lignes par la suite

Katie Brickman
|
08 March 2024

Quand Ali Beres se fixe un objectif, c’est presque assuré qu’elle va le réaliser.

Passant de la ringuette au hockey, Ali a enfilé l’uniforme zébré après sa carrière de hockeyeuse au sein du réseau U SPORTS et s’est mise aussi à la pratique d’autres disciplines. Peu importe ce qu’elle entreprend, la détermination qu’elle a lui permet de toujours viser de nouveaux buts.

« Je suis chanceuse, car le sport a occupé une grande partie de ma jeunesse », lance la femme de 27 ans. « Je me sens vraiment privilégiée d’œuvrer dans le sport au niveau où je suis rendue et d’avoir eu plein de belles occasions. »

Ali a grandi en Colombie-britannique à environ 30 minutes de Vancouver, dans le village de Lions Bay. Comme aucun programme de hockey féminin n’y était offert, sa sœur Maegan et elle ont dû se rabattre sur la ringuette. C’est à l’âge de 13 ans qu’Ali a commencé à pratiquer le hockey avec l’intention de jouer au niveau universitaire.

La transition de la ringuette vers le hockey a forcé Ali à acquérir de nouvelles aptitudes, notamment dans le maniement du bâton et les tirs.

« Quand on passe de la ringuette au hockey, il y a des aptitudes et des connaissances à ajouter à son bagage », confirme-t-elle.

Elle a appris du personnel entraîneur qu’elle avait un manque à gagner par rapport à ses pairs du même âge et qu’elle perdait son temps. Toutefois, son désir de bien faire l’a poussée à participer à des camps de développement des habiletés et à tirer des centaines de rondelles dans le garage familial pour être en mesure de jouer.

« Je me souviens de cette conversation. J’avais 14 ans. Ce moment a été marquant et m’a permis de devenir la personne que je suis aujourd’hui. J’ai appris que si je veux réaliser quelque chose absolument et que je multiplie les efforts avec détermination, je peux atteindre mes objectifs. Surtout, il ne faut jamais lâcher quand on aime ce qu’on fait. »

Cet amour et cette passion l’ont aidée à avoir du succès au hockey; elle a joué pour la Colombie-Britannique au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2013 et pour l’Université Western de London, en Ontario, où elle a remporté un titre national d’U SPORTS en 2015, une médaille d’argent au championnat national et deux titres du réseau du Sport universitaire de l’Ontario (SUO).

À la fin de son parcours universitaire, elle s’est mise à penser à la suite des choses. Elle savait qu’elle voulait demeurer dans le monde du hockey et elle s’est tournée vers un aspect du jeu qu’elle avait déjà apprivoisé, soit l’arbitrage.

« Je ne me sentais pas prête à accrocher mes patins après mon stage universitaire. L’aréna était ma deuxième maison depuis que j’avais trois ans. Dès la fin de mon dernier match, j’ai été prise par les émotions. Je savais que j’allais devoir trouver un emploi et arrêter de jouer. Je me suis souvenue que j’adorais l’arbitrage quand j’étais jeune. »

Ali a décidé qu’elle voulait enfiler un autre chandail, faire partie d’une nouvelle équipe et voir jusqu’où l’arbitrage allait la mener. Après l’université, elle a obtenu à nouveau une certification d’officielle en Ontario.

« J’ai enfilé les matchs avec différentes personnes et appris le plus possible, raconte-t-elle. J’ai constaté que plusieurs me devançaient dans le programme et été témoin de leurs réalisations. J’ai dit à mes mentors que j’aimerais un jour obtenir les mêmes affectations. »

Depuis sa transition vers l’arbitrage, Ali a eu l’occasion de faire partie du Programme d’excellence des officiels de Hockey Canada (POE), un cheminement qui permet aux arbitres et juges de lignes d’atteindre leurs objectifs de haut niveau.

Depuis, elle a été une juge de lignes à quelques événements importants, dont le Championnat mondial féminin des M18 2014 de l’IIHF (division 1B) et la Bataille de la rue Bay de la Ligue professionnelle de hockey féminin, un match qui a opposé Toronto à Montréal il y a quelques semaines.

« Je suis vraiment reconnaissante de toutes les occasions que j’ai eues grâce à l’arbitrage. J’aime mon rôle, car ça me permet de rester investie dans le hockey. C’est intense… Il y a de la pression et un esprit de compétition. Notre rôle est de veiller au franc-jeu et à la sécurité. »

Sans le soutien de sa famille, et en particulier de Maegan, Ali n’arriverait pas à concilier son métier d’ingénieure de solutions au sein d’une société d’approvisionnement avec son rôle d’officielle et de triathlonienne.

« Nous sommes comme de meilleures amies et notre esprit compétitif a toujours été très fort. Nous avons toujours cherché à nous pousser l’une et l’autre. Nos parents nous ont inculqué de fortes valeurs. Malgré la compétition, nous nous sommes toujours épaulées et savions que le succès de l’une n’empêchait pas le succès de l’autre. »

Comme Ali, Maegan avait des ambitions au hockey qu’elle voulait atteindre. En plus de jouer dans la NCAA au sein du Collège de Boston et dans la Premier Hockey Federation pour le Six de Toronto, elle a remporté une médaille d’argent avec le Canada au Championnat mondial féminin des M18 2017 de l’IIHF.

« Nous avons toujours été proches, et elle est devenue un excellent modèle pour moi, explique Maegan. En tant que petite sœur, j’en suis venue à prendre ma grande sœur comme idole. Quand j’avais beaucoup de succès pendant ma carrière de hockeyeuse, elle était la personne la plus proche de moi et je comptais toujours sur elle pour obtenir des conseils et du soutien. »

Pour jouer à un haut niveau, il est important d’être en bonne forme physique, mais pour Ali, ça lui permet également de rester saine mentalement et de garder un bon équilibre avec sa vie professionnelle. Quand elle n’arbitre pas, Ali participe à des triathlons, un sport dont elle est rapidement tombée amoureuse.

« Les joueuses donnent leur 100 %, donc nous devons faire la même chose pour les suivre, commente Ali. Je trouvais ça un peu ennuyant au gym. Pour sortir de ma zone de confort, je me suis inscrite à une compétition Ironman 70.3 (aussi connue sous le nom de demi-Ironman), et je suis devenue accro.

Tandis qu’Ali continue de se fixer des objectifs, comme participer aux Jeux olympiques à titre d’officielle, sa sœur sait que c’est sa détermination qui la mènera si loin.

« Une fois qu’elle a un objectif en tête, elle fera tout en son pouvoir pour l’atteindre, explique Maegan. Je suis vraiment fière d’elle, de ce qu’elle a accompli et de sa transition de joueuse de hockey à officielle. J’ai hâte de voir jusqu’où elle ira. »

Voir plus

Officielles et officiels choisis pour les camps de la haute performance

Quatre-vingt-onze arbitres et juges de lignes participeront au Programme d’excellence des officiels en 2023-2024

Dan Hanoomansingh
|
29 January 2024

Près de 100 arbitres et juges de lignes de partout au pays ont été choisis pour participer aux camps du Programme d’excellence des officiels (PEO) de Hockey Canada.

Soixante et un officielles et officiels ont été sélectionnés en vue des camps de dépistage régionaux, et trente autres participeront au prestigieux camp de sélection de la haute performance nationale. De plus, le volet féminin du Programme d’excellence des officiels se poursuit pour une deuxième année.

« Nous sommes ravis d’offrir à nos meilleurs arbitres et juges de lignes la possibilité de concourir sur la scène nationale », a déclaré Dan Hanoomansingh, responsable des officiels à Hockey Canada. « Nos camps régionaux permettent à ces officiels et officielles de s’initier au niveau de compétition national et les préparent à lutter pour des affectations à l’échelle nationale au niveau des M18.

« Nous sommes très heureux du maintien du volet féminin du Programme d’excellence des officiels pour une deuxième année et nous sommes reconnaissants du soutien de la Fondation Hockey Canada, notre partenaire principale, sans qui cette initiative serait impossible. »

C’est par l’intermédiaire du PEO que les arbitres et juges de lignes du pays parviennent à être sélectionnés pour des affectations aux événements nationaux et internationaux d’envergure. Les objectifs du programme sont les suivants : fournir un cheminement de développement aux arbitres et aux juges de lignes qui aspirent à l’élite; offrir un entraînement favorisant le perfectionnement aux arbitres et aux juges de lignes de l’élite; préparer les officielles et officiels pour des compétitions nationales et internationales; aider Hockey Canada à prendre des décisions éclairées en vue des compétitions nationales et internationales. Les officiels et officielles accèdent au PEO grâce aux camps de dépistage régionaux, en fonction des affectations des programmes de leur membre respectif.

Les 30 personnes qui seront du camp de sélection de la haute performance nationale prendront part à un programme intensif de quatre jours visant à les aider à acquérir les outils nécessaires pour réussir au niveau élite. Elles ont été soumises à un processus d’évaluation échelonné sur plusieurs mois, recevant notamment des commentaires des programmes et des ligues de leur membre respectif, qui a mené à leur sélection définitive par Hockey Canada.

« Il faut des années de travail acharné et de dévouement à l’art de l’arbitrage avant de recevoir une invitation au camp de sélection de la haute performance nationale, a déclaré Hanoomansingh. Ces arbitres et juges de lignes ont travaillé sans relâche pour perfectionner leurs compétences et sont maintenant prêts à rejoindre notre groupe d’officiels et d’officielles de haut niveau et à rivaliser avec l’élite mondiale. »

Une fois le camp terminé avec succès, les arbitres et juges de lignes viendront se greffer au programme de la haute performance et lutteront pour une place aux championnats nationaux junior A et senior, ainsi que pour des affectations à l’international.

Camp de sélection de la haute performance nationale (Calgary, Alberta, du 1er au 4 février)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Josh Albinati

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Gillian Allan

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Tara Benard-Rae

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Ali Beres

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Brian Birkhoff

Fédération de hockey de l’Ontario

Juge de lignes

Mathieu Boudreau

Hockey Québec

Arbitre

Hayley Butz

Hockey Alberta

Arbitre

Cynthia Côté

Hockey Manitoba

Arbitre

Elizabeth Dornstauder

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Maxime Ferland

Hockey Québec

Juge de lignes

Audrey-Anne Girard

Hockey Québec

Arbitre

Nick Grenier

Hockey Manitoba

Juge de lignes

Alex Homer

Hockey Alberta

Arbitre

Darby Hucaluk

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Chad Ingalls

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Ryan Jenken

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Yannick Jobin-Manseau

Hockey Québec

Arbitre

Brendan Kane

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

William Kelly

Hockey Québec

Arbitre

Anthony Lapointe

Hockey Québec

Juge de lignes

Amy Laroche

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Jarrod Lucoe

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Bob Millette

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Harrison O’Pray

Hockey Nouveau-Brunswick

Arbitre

Luke Pye

Fédération de hockey de l’Ontario

Juge de lignes

Wyatt Rapsky

Hockey Manitoba

Arbitre

Jack Robinson

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Ty Skene

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Mason Stewart

Hockey Alberta

Arbitre

Brennan Walker

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Le personnel du camp de la haute performance nationale est composé de Hanoomansingh, Dr. David Hancock, Megan Howes, Steve Lidstone, Pat Malloy, Kevin Muench, Todd Robinson et Vanessa Stratton.

Camp des femmes de la région de l’Atlantique (Halifax, Nouvelle-Écosse, du 14 au 17 septembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Brianna Bolivar

Hockey Nouvelle-Écosse

Arbitre

Bailey Carr

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Juge de lignes

Lauren Clark

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Rachel Hopkins

Hockey Terre-Neuve-et-Labrador

Arbitre

Shannon Ivey

Hockey Terre-Neuve-et-Labrador

Arbitre

Jenna Leighton

Hockey Nouvelle-Écosse

Arbitre

Blaire MacKinnon

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Alexis Ouellet

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Leah Rideout

Hockey Terre-Neuve-et-Labrador

Juge de lignes

Mykaela Sherry

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Jennifer Stewart

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Megan Sullivan

Hockey Nouveau-Brunswick

Juge de lignes

Les entraîneuses en arbitrage sont Gabrielle Ariano-Lortie, Meghan MacTavish et Shauna Neary.

Camp des hommes de la région de l’Ouest (Calgary, Alberta, du 26 au 29 septembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Ethan Crawford

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Kaden Fiacco

Hockey Saskatchewan

Juge de lignes

Michel Fournier

Hockey Manitoba

Juge de lignes

Cameron Fynney

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Josh Grimm

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Cameron Halter

Hockey Alberta

Juge de lignes

Brandon Koop

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Matthew Lattimer

Hockey Alberta

Juge de lignes

Carson McDonald

Hockey Manitoba

Arbitre

Carter McKnight

Fédération de hockey de l’Ontario

Juge de lignes

Shane Steenhoek

Fédération de hockey de l’Ontario

Arbitre

Jesse Wood-Schatz

Hockey Alberta

Arbitre

Les entraîneurs en arbitrage sont Hanoomansingh, CJ Senkow et Colin Watt.

Camp des hommes de la région de l’Est (Sherbrooke, Québec, du 26 au 29 octobre)

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Alex Allain

Hockey Nouveau-Brunswick

Juge de lignes

Maxime Carré

Hockey Québec

Juge de lignes

Simon Cholette

Hockey Québec

Arbitre

Antoine Dénommé

Hockey Québec

Arbitre

Justin Deveau

Hockey Nouvelle-Écosse

Arbitre

Nicolas Gaudet

Hockey Nouveau-Brunswick

Arbitre

William Kelly

Hockey Québec

Arbitre

Joey Kramar

Hockey Est de l’Ontario

Juge de lignes

Julien Lapointe

Hockey Québec

Arbitre

Olivier Lapointe

Hockey Québec

Juge de lignes

Cole Sellers

Hockey Nouvelle-Écosse

Juge de lignes

Kalib Snow

Hockey Île-du-Prince-Édouard

Arbitre

Les entraîneurs en arbitrage sont François Fortin, Marc Maisonneuve, Peter Moraitis et Kirk Wood.

Camp des femmes de la région centrale (Montréal, Québec, du 11 au 13 novembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Laurie-Anne Éthier

Hockey Québec

Juge de lignes

Catherine Fournier

Hockey Québec

Arbitre

Bailey Kennedy

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Daphnée Lemay

Hockey Québec

Arbitre

Raphaëlle Locas

Hockey Québec

Arbitre

Michelle Ngan

Hockey Québec

Juge de lignes

Francesca Pedulla

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Abiguèle Perreault

Association de hockey féminin de l’Ontario

Arbitre

Hailey Perreault

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Shadei Saadé

Hockey Québec

Arbitre

Marlowe Schott

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Evelyn Wilson

Association de hockey féminin de l’Ontario

Juge de lignes

Les entraîneuses en arbitrage sont Ariano-Lortie, Stéphanie Campbell et Theresa Llorente.

Camp des femmes de la région de l’Ouest (Regina, Saskatchewan, du 7 au 10 décembre)

Nom

Membre régional, provincial ou territorial

Rôle

Karissa Alford

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Emma Benoit

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Cassidy Brand

Hockey Alberta

Juge de lignes

Hailey Cromie

Hockey Manitoba

Juge de lignes

Julianne Desjardins

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Lindsey Ducharme

Hockey Alberta

Juge de lignes

Dana Edamura

Hockey Colombie-Britannique

Arbitre

Jessica Hammer

Hockey Alberta

Juge de lignes

Emily Hill

Hockey Alberta

Arbitre

Annika Kohlman

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Taylor Pearson

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Kassandra Speicher-Cook

Hockey Colombie-Britannique

Juge de lignes

Katie Watson

Hockey Saskatchewan

Arbitre

Les entraîneuses en arbitrage sont Stratton et Ashley Desjardins.

Voir plus

Canada Blancs remporte les grands honneurs au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023

Les États-Unis obtiennent l’argent, médaille de bronze pour la Suède

NR.079.23
|
12 November 2023

CHARLOTTETOWN, PE – Pour la première fois depuis 2015, Canada Blancs a mis la main sur la médaille d’or au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans, venant à bout des États-Unis 2-1 en prolongation dans la finale samedi soir à l’Eastlink Centre de Charlottetown.

La troupe canadienne a pris les devants tôt dans le match, après que Joby Baumuller (Wilcox, SK/Brandon, WHL) eut redirigé la passe d’Ethan Czata (Brampton, ON/Niagara, OHL) derrière le gardien Patrick Quinlan.

Canada Blancs a conservé son avance d’un but jusqu’à 9 min 49 s en troisième période, lorsque Charlie Trethewey a touché la cible sur le jeu de puissance. Les rivaux nord-américains se sont ensuite échangé les occasions de marquer, mais il a fallu la prolongation pour trancher le débat. C’est devant une salle comble que Cameron Schmidt (Prince George, BC/Vancouver, WHL) a finalement battu Quinlan du revers sur une échappée, après qu’il eut récupéré une rondelle libre en zone neutre.

« Je n’ai pas vraiment réfléchi, a commenté Schmidt. J’ai décidé d’y aller du revers, et la rondelle s’est frayé un chemin jusque dans le filet. Notre équipe a été formée rapidement, mais on a su tisser des liens dès le départ. Ça nous a souri à la fin. On est liés pour la vie, maintenant. Quelle expérience incroyable! »

« Nous avons parlé de l’importance de nous améliorer à chaque match », a décrit l’entraîneur-chef d’Équipe Canada Blancs John Dean (Don Mills, ON/Sault Ste. Marie, OHL). « J’ai eu la chance de connaître un match qui s’était avéré très difficile au Mondial des M18. On apprend aussi comme entraîneur. Lors de ce tournoi, nous avions perdu le premier match 8-1, pour ensuite remporter la médaille de bronze. J’avais pris la peine d’observer l’entraîneur-chef Jeff Truit, pour savoir comment gérer son équipe dans une telle situation, comment garder son calme. La leçon est simple : tout ne se joue pas au premier match. Le message au groupe ici, c’était que nous allions nous améliorer chaque jour. Cinq prolongations, une seule victoire en temps réglementaire... Les gars sont arrivés en finale et avaient déjà vécu toutes les situations possibles – des avances gâchées, des remontées, des tirs de barrage, des victoires en prolongation, des entraîneurs parfois en colère, parfois contents. Ils sont passés par toute la gamme des émotions, et je n’aurais pas pu leur souhaiter mieux. Il y a de belles leçons à tirer d’une expérience comme celle-là. »

 

Quatrième place pour la Tchéquie

Lors du match pour la médaille de bronze samedi après-midi, la Suède a profité d’une deuxième période où elle a inscrit trois buts pour s’imposer contre la Tchéquie par la marque de 6-3.

La Tchéquie détenait une mince avance d’un but au premier entracte grâce au filet en avantage numérique de Tomas Poletin. Milton Gästrin a cependant marqué avec un joueur en moins à mi-chemin en deuxième pour niveler la marque. La Suède a ajouté deux autres buts avant la fin de la période médiane et menait 3-1 après 40 minutes de jeu.

Les Tchèques ont marqué deux fois dans un intervalle d’à peine une minute, mais c’est le but d’Ivar Stenberg à 3 min 39 s qui allait s’avérer celui de la victoire.

À l’issue de la partie pour la médaille d’or, l’équipe des étoiles du tournoi a été annoncée : Émile Guité (Chambly, QC/Chicoutimi, LHJMQ) de Canada Blancs, Gavin McKenna (Whitehorse, YT/Medicine Hat, WHL) de Canada Rouges, et Will Moore (Ithaca, NY) des États-Unis forment le groupe d’avants; Matthew Schaefer (Stoney Creek, ON/Erie, OHL) de Canada Blancs et Charlie Trethewey (Woodbine, MD) des États-Unis sont les deux défenseurs sélectionnés; et Jack Ivankovic (Mississauga, ON/Mississauga, OHL) de Canada Blancs a été choisi comme gardien de but.

Pour de plus amples renseignements sur le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook et X.

Voir plus

« Mon superpouvoir »

William Lacelle est peut-être malentendant, mais ça ne l’a pas empêché de se tailler une place devant le filet au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans

Nicholas Pescod
|
03 November 2023

William Lacelle n’est pas un gardien de but ordinaire.

Le Québécois de 15 ans a même quelque chose que plusieurs athlètes de haut niveau n’ont pas.

« Je l’appelle mon superpouvoir », mentionne-t-il.

William fait ainsi référence à son trouble de l’audition – une surdité complète de l’oreille gauche, et partielle à 50 % de la droite – qui l’a aidé, à plus d’un égard, à se démarquer comme gardien de but des Lions du Lac St-Louis dans la Ligue de développement du hockey des M18 AAA du Québec.

« Je tourne mon handicap en avantage, comme un superpouvoir. »

Joueur de l’année de la LDHM18AAAQ la saison dernière, il déploiera ses talents lors du Défi mondial de hockey des moins de 17 ans, à Charlottetown et Summerside (Î.-P.-É.), en tant que membre d’Équipe Canada Rouges.

« C’est un honneur simplement de représenter le Canada et, par le fait même, le Québec », affirme celui qui n’aura 16 ans qu’au lendemain de Noël, ce qui en fait le plus jeune des 44 joueurs portant l’unifolié au tournoi. « C’est une sensation extraordinaire. »

Né à Baie-D’Urfé, dans l’ouest de l’île de Montréal, William a ce qu’on appelle une perte auditive neurosensorielle dans les deux oreilles, causant des problèmes auditifs, particulièrement dans les environnements bruyants.

« J’ai eu ça toute ma vie, dit-il. Ça fait partie de mon identité. »

Enfant, il pratique le patinage artistique avant de passer, vers sept ans, au hockey. Il joue d’abord comme défenseur, mais ça ne dure pas.

« Je bloquais tout le temps les tirs. Mon père s’est rendu à l’évidence que j’avais une prédisposition pour le rôle de gardien, et c’est comme ça que j’ai commencé à garder les buts. »

« William adorait être gardien de but, se rappelle son père Stephen Lacelle. Je lui ai acheté des petites jambières, et on s’exerçait ensemble, dans la rue. Ce n’est pas mêlant, il en mangeait. »

Un an plus tard, William est devant le filet à temps plein, et bien vite son père réalise qu’il voit le jeu différemment des autres.

« Je l’emmenais voir des matchs, et il voyait des choses qu’on ne remarque pas à son âge, raconte Stephen. Après les matchs où il était devant le filet, il pouvait évoquer un numéro de joueur et me dire “papa, c’est le gars qui a du ruban vert sur la poignée de bâton”. Aucun autre enfant ne voyait ça. Chez lui, c’était inné. »

« Ce n’est pas un handicap, c’est un superpouvoir »

William vient de connaître sa meilleure saison à ce jour, avec une fiche de 18-4 et la meilleure moyenne de buts alloués de la ligue (1,55), ce qui a aidé les Lions à atteindre la demi-finale de la LDHM18AAAQ, où ils ont perdu contre le Séminaire Saint-François, qui a fini par remporter le titre national. William a également permis au Québec de décrocher la médaille de bronze aux Jeux d’hiver du Canada en février. Ensuite, il a été le premier gardien repêché dans la LHJMQ en 2023, sélectionné au 10e rang par l’Océanic de Rimouski. Ce n’est pas tout : au printemps dernier, il a reçu une bourse de 2 700 $ des Canadiens de Montréal pour ses réussites sportives et scolaires.

« C’est impressionnant de voir à quelle vitesse les astres s’alignent pour lui, lance Stephen. Pour un garçon de 15 ans, c’est inspirant, et un peu vertigineux. Si vous m’aviez dit il y a sept ou huit ans que tout cela arriverait, je ne vous aurais pas cru. »

Or ça n’a pas toujours été facile pour William, qui a dû faire preuve de persévérance pour gravir les échelons du hockey et changer les mentalités au sujet de sa condition.

« Aujourd’hui, les gens autour de moi comprennent mon problème, et ils ont fini par l’accepter. Mais au début, ça les dérangeait que je répète tout le temps “quoi?” parce qu’il me fallait entendre deux fois ce qu’ils disaient. C’était éprouvant pour eux et pour moi. »

« Ç’a été tout un défi pour lui, surtout à l’école, ajoute Stephen. Mais nous étions là pour l’aider, et il a eu accès à un réseau de soutien formidable, notamment des professionnels dans un centre de réhabilitation à Montréal, en plus de ses professeurs et d’autres intervenants au primaire et au secondaire. »

En grandissant, William a su tourner en atout ce que plusieurs considéreraient comme un désavantage.

« Quand j’effectue un arrêt, les joueurs de l’autre équipe ont beau m’insulter après le sifflet, je ne les entends pas. Je suis juste concentré sur le jeu et j’essaie de gagner. Je fais attention aux détails, je trouve des stratégies. »

L’une de ces stratégies est la communication avec ses coéquipiers et ses entraîneurs, sous forme verbale ou visuelle.

« Je m’assure toujours d’avoir bien compris les directives de mes entraîneurs. Disons, par exemple, qu’on explique le plan de match. J’irai voir l’entraîneur par la suite pour m’assurer d’avoir entendu précisément ce qu’il fallait. C’est vraiment juste une question de rigueur. »

« Les entraîneurs de tous les niveaux ont été fantastiques, reconnaît Stephen. On prenait soin d’avertir les entraîneurs en début de saison pour qu’ils soient au courant de la situation. On ne demandait pas un traitement de faveur, on voulait seulement qu’ils sachent que William était malentendant. »

Une autre stratégie est la lecture sur les lèvres, que William maîtrise en français et en anglais.

« J’ai pas mal grandi dans un milieu bilingue, c’est la raison pour laquelle j’ai pu m’adapter à la langue utilisée d’une équipe à l’autre. Je lis beaucoup sur les lèvres, et je pense que c’est un avantage. »

La partie n’est pas jouée pour autant.

« Quand c’est très bruyant sur la glace et qu’il y a toutes sortes de bruits mélangés, je peux avoir de la misère à entendre certaines indications de mes coéquipiers. La lecture sur les lèvres m’est alors très utile. »

Aux jeunes athlètes malentendants, William conseille surtout d’apprendre à bloquer le bruit.

« Ignorez les propos négatifs à votre sujet, et continuez d’avancer. J’ai eu à faire face aux moqueries, et le mieux, c’est de les ignorer. Allez sur la glace et montrez ce que vous pouvez faire. Ce n’est pas un handicap, c’est un superpouvoir. »

Voir plus

Annonce des formations canadiennes en vue du Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023

Quarante-quatre joueurs sont nommés à Équipe Canada Blancs et à Équipe Canada Rouges

NR.072.23
|
23 October 2023

CALGARY, Alb. – Hockey Canada a annoncé les 44 joueurs qui porteront les couleurs de Canada Blancs et de Canada Rouges au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023, qui aura lieu du 2 au 11 novembre à Charlottetown et à Summerside, Î.-P.-É.

Les joueurs qui représenteront le pays ont été choisis par Byron Bonora (Brooks, Alb.), dépisteur en chef des M17, et Dave Brown (Niagara-on-the-Lake, Ont./Erie, OHL), responsable des M17 pour le groupe de gestion du Programme d’excellence, avec l’appui des dépisteurs régionaux Rob Simpson (Ontario), Pierre Cholette (Québec), Darren Sutherland (Atlantique) et Darrell Woodley (Ontario).

« Cet été, nous avons d’abord fait découvrir notre Programme d’excellence à 66 jeunes athlètes, qui ont notamment appris comment se préparer à une compétition internationale de courte durée, a exprimé Benoit Roy (Sudbury, Ont.), premier responsable des activités hockey à Hockey Canada. « Nous sommes reconnaissants de l’engagement et de l’appui de notre personnel de soutien pour faire en sorte que nos équipes soient prêtes à compétitionner à compter du 2 novembre. Nous ne pourrions être plus heureux pour les 44 joueurs sélectionnés qui représenteront le pays à ce tournoi prestigieux et nous croyons qu’ils nous donneront la meilleure chance de compétitionner pour une médaille d’or. »

Hockey Canada est également ravie de saluer les dix membres du personnel de soutien de Canada Blancs et de Canada Rouges.

Les équipes canadiennes seront en action au jour d’ouverture du tournoi, le 2 novembre. Canada Blancs accueillera la Tchéquie à la Credit Union Place de Summerside à 12 h HA, puis Canada Rouges se mesurera à la Finlande à 19 h HA au Eastlink Centre de Charlottetown. Canada Blancs et Canada Rouges croiseront le fer dans le seul duel canadien de la ronde préliminaire le 3 novembre à Summerside.

TSN et RDS, les diffuseurs officiels de Hockey Canada, présenteront les matchs pour des médailles; veuillez consulter votre programmation locale pour plus de détails. Les matchs de la ronde préliminaire, les quarts de finale et les demi-finales seront webdiffusés au HockeyCanada.ca .

Pour voir de près certains des meilleurs jeunes joueurs de la scène internationale s’affronter à l’Île-du-Prince-Édouard, il est possible de se procurer des billets dès maintenant. Des forfaits de billets sont en vente à partir de 120 $; veuillez cliquer ici pour en acheter.

À titre de legs de l’événement, les profits nets tirés de la vente des billets seront remis à Charlottetown et à Summerside et serviront à appuyer le hockey local au sein des deux communautés.

Depuis le premier Défi mondial de hockey des moins de 17 ans en 1986 (alors connu sous le nom de Coupe Esso du Québec), plus de 2 000 joueurs ayant pris part au tournoi ont été repêchés dans la LNH, y compris 16 premiers choix au repêchage depuis 2001 (Ilya Kovalchuk, 2001; Rick Nash, 2002; Marc-André Fleury, 2003; Alexander Ovechkin, 2004; Erik Johnson, 2006; Patrick Kane, 2007; John Tavares, 2009; Taylor Hall, 2010, Ryan Nugent-Hopkins, 2011; Nathan MacKinnon, 2013; Aaron Ekblad, 2014; Connor McDavid, 2015; Auston Matthews, 2016; Jack Hughes, 2019; Alexis Lafrenière, 2020; Owen Power, 2021).

Pour en savoir plus sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca, ou suivre les médias sociaux Facebook X et Instagram.

Voir plus

Annonce du personnel entraîneur pour le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023

John Dean et Carl Mallette à la barre des deux formations canadiennes

NR.066.23
|
06 October 2023

CALGARY, Alb. – Hockey Canada fera appel à six entraîneurs de la Ligue canadienne de hockey (LCH) pour diriger les équipes nationales des moins de 17 ans du Canada au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023, qui aura lieu le mois prochain à Charlottetown et à Summerside, à l’Île-du-Prince-Édouard.

John Dean (Don Mills, Ont./Sault Ste Marie, OHL) et Carl Mallette (Montréal, Qc/Victoriaville, LHJMQ) agiront à titre d’entraîneur-chef pour Équipe Canada Blancs et Équipe Canada Rouges, respectivement.

Les adjoints Eric Bouchard (Montréal, Qc/Shawinigan, LHJMQ) et Brennan Sonne (Maple Ridge, C.-B./Saskatoon, WHL) se joindront à Dean derrière le banc d’Équipe Canada Blancs.

Du côté d’Équipe Canada Rouges, les entraîneurs adjoints seront Matt Anholt (Prince Albert, Sask./Lethbridge, WHL) et Norm Milley (Toronto, Ont./Ottawa, OHL).

« Le programme des moins de 17 ans est la première étape du Programme d’excellence de Hockey Canada, et nous sommes heureux d’accueillir des entraîneurs de la LCH pour initier les meilleurs jeunes joueurs du pays », a mentionné Scott Salmond (Creston, C.-B.), premier vice-président des activités hockey. « Chacun de ces entraîneurs possède un bagage unique d’aptitudes, combinant des expériences sur la scène internationale et au hockey junior. Aucun doute, le groupe que nous avons formé nous aidera à présenter un tournoi de classe mondiale pour tout le monde. »

Dean a été à la barre des Greyhounds de Sault Ste. Marie dans la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL) au cours des cinq dernières saisons (2018-2023). Avant de se joindre aux Greyhounds, il a passé trois saisons (2014-2017) dans un rôle d’entraîneur adjoint du Battalion de North Bay dans l’OHL. Il a aussi été entraîneur adjoint et entraîneur-chef des Rangers de North York dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario (OJHL) (2009-2014) ainsi que directeur général adjoint et entraîneur-chef des Patriots de Toronto dans l’OJHL (2017-2018). Il a fait ses débuts à l’international lors du Défi mondial junior A 2017 en tant qu’entraîneur vidéo d’Équipe Canada Est, et a remporté une médaille de bronze avec l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans du Canada au Championnat mondial des M18 2023 de l’IIHF.

Mallettea dirigé les Tigres de Victoriaville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) lors des trois dernières saisons (2020-2023) après avoir passé trois campagnes (2017-2020) en tant qu’entraîneur adjoint de l’équipe. Il a également occupé un poste d’adjoint avec Équipe Canada Rouges lors du Défi de la capitale 2021 et avec Équipe Canada Noirs lors du Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2022.

Anholt entame sa troisième saison à titre d’entraîneur adjoint des Hurricanes de Lethbridge dans la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL). Il était auparavant entraîneur en habiletés et en développement chez les Hurricanes. Avant le début de la campagne 2021-2022, Anholt a ajouté à son rôle les fonctions de directeur général adjoint et travaille depuis aux côtés de son père Peter Anholt, directeur général des Hurricanes.

Bouchard a été nommé entraîneur adjoint des Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ en juin dernier. Il en est à sa deuxième saison dans le circuit, lui qui a passé la campagne 2022-2023 comme adjoint avec les Foreurs de Val-d’Or. Avant son passage à Val-d’Or, il a été entraîneur-chef du Collège Français de Longueuil (2019-2022) dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHJAAAQ), remportant le titre d’Entraîneur de l’année en 2019-2020 et en 2021-2022.

Milley a occupé le poste d’entraîneur adjoint des 67’s d’Ottawa au cours des six dernières campagnes (2017-2023) et a fait ses débuts à l’international comme adjoint avec Équipe Canada Blancs lors du Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2022. Son parcours en tant qu’entraîneur s’est amorcé après une carrière de joueur professionnel de 17 ans marquée par des séjours dans la LNH, l’AHL et la DEL en Allemagne. Il a porté les couleurs du Canada à quatre occasions, soit lors de la Coupe des quatre nations 1998 et trois fois à la Coupe Deutschland (2009, 2011, 2013).

Sonneentreprend sa troisième saison comme entraîneur-chef des Blades de Saskatoon dans la WHL après avoir passé quatre campagnes (2017-2021) à titre d’entraîneur-chef des Ducs d’Angers dans la Ligue Magnus, en France, et trois campagnes (2014-2017) en tant qu’adjoint avec les Silvertips d’Everett dans la WHL. L’an dernier, il a remporté le trophée Dunc-McCallum à titre d’Entraîneur de l’année de la WHL.

L’Eastlink Centre de Charlottetown accueillera 12 matchs du Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023, dont les deux matchs pour des médailles et deux duels mettant chacun en vedette une équipe canadienne le 4 novembre.

Dix matchs seront disputés à la Credit Union Place de Summerside, à commencer par un affrontement entre Équipe Canada Blancs et la Tchéquie le 2 novembre, ainsi qu’un face-à-face entièrement canadien le 3 novembre.

Les billets sont en vente maintenant, et des forfaits sont offerts à partir de 120 $. Cliquez ici pour réserver vos sièges.

Les matchs pour les médailles seront diffusés sur TSN et RDS, les diffuseurs officiels de Hockey Canada. Les matchs de la ronde préliminaire, les quarts de finale et les demi-finales seront webdiffusés en direct au HockeyCanada.ca .

Pour en savoir plus sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook , X et Instagram .

Voir plus

58 arbitres et juges de lignes du pays à l’international

Les personnes sélectionnées seront en action à des événements de l’IIHF cette saison

Dan Hanoomansingh
|
14 September 2023

Près d’une soixantaine d’arbitres et de juges de lignes représenteront le Canada sur la scène internationale au cours des prochains mois.

La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a remis des certifications à 58 officiels et officielles — 29 arbitres et 29 juges de lignes — pour des compétitions internationales de la saison 2023-2024. Les affectations exactes seront annoncées par l’IIHF au fil de la saison. La liste comprend Michael Campbell (Surrey, BC), Alexandra Clarke (Weyburn, SK), Stéphanie Gagnon (Princeville, QC), Cianna Lieffers (Saskatoon, SK), Elizabeth Mantha (Montréal, QC), Lacey Senuk (St. Albert, AB) et Justine Todd (Alliston, ON), qui ont porté l’uniforme zébré aux Jeux olympiques. De plus, 11 officiels et officielles qui ont reçu leur première certification de Hockey Canada feront leurs débuts lors de compétitions mondiales cette saison.

« Hockey Canada est toujours fière de ses arbitres et juges de lignes qui représentent le pays à l’international », a exprimé Dan Hanoomansingh, responsable des officiels à Hockey Canada. « Ceux et celles qui ont une telle occasion y vivent un moment phare de leur carrière. Les arbitres et juges de lignes qui obtiennent une certification de l’IIHF travaillent fort pendant des années pour obtenir cette chance, et leur poste est toujours convoité par d’autres. Tout le crédit leur revient, à eux ainsi qu’aux membres, dont les programmes contribuent au développement des officiels et officielles. »

Olivier Gouin (Laval, QC), Brett Iverson (Richmond, BC) et Dustin McCrank (Guelph, ON), qui ont goûté à l’expérience des Jeux olympiques, ne figurent plus sur la liste cette saison. Même chose dans le cas des arbitres Jeff Ingram (Langley, BC), Kyle Kowalski (Edmonton, AB) et Mathieu Menniti (Verdun, QC), ainsi que des juges de lignes Marc-Antoine Beaulieu (Laval, QC), Nicolas Boivin (Saint-Jean-sur-Richelieu, QC), Cody Huseby (Sylvan Lake, AB) et Marie-Pierre Jalbert (Montréal, QC).

« Hockey Canada tient à les féliciter pour leurs réalisations à l’extérieur du pays, a ajouté Hanoomansingh. Pendant des années, ils ont montré l’exemple au sein de notre programme et inspiré nos plus jeunes. Nous remercions les arbitres et juges de lignes qui continueront d’être en action dans nos diverses ligues de leur apport continu envers l’arbitrage ici au pays. À ceux et celles qui accrochent leur sifflet pour entamer un autre chapitre de leur vie, nous leur souhaitons la meilleure des chances. »

Un total de 15 officiels et officielles — 7 arbitres et 8 juges de lignes — participeront au programme « From Good to Great » de l’IIHF au cours de la saison 2023-2024. Ce programme lancé cette année est conçu pour les arbitres et juges de lignes qui, aux yeux des fédérations nationales, ont le potentiel pour un jour être en action dans des compétitions internationales.

« C’est une initiative fantastique de l’IIHF, et nous sommes contents pour nos officiels et officielles qui en feront partie, a commenté Hanoomansingh. C’est toujours un ajustement de passer du niveau national à international. Cependant, ce programme leur permettra de connaître les attentes sur la scène internationale, ce qui les aidera à connaître du succès dès leur première affectation. »

Deux Canadiens et deux Canadiennes feront partie du personnel entraîneur des officiels de l’IIHF cette saison : Todd Anderson (Calgary, AB), Kevin Muench (Moose Jaw, SK), Jacqui Palm (Newmarket, ON) et Vanessa Stratton (Windsor, ON).

Le Programme des officiels de Hockey Canada s’adresse à toute personne qui s’intéresse à l’arbitrage, des programmes locaux à la compétition internationale. Les 13 membres de Hockey Canada proposent un cheminement qui permet à quiconque de s’investir dans ce domaine, de nourrir sa passion pour le hockey et d’atteindre ses objectifs. Pour de plus amples renseignements sur le Programme des officiels de Hockey Canada, visitez le hockeycanada.ca/officiels.

OFFICIELS ET OFFICIELLES DU CANADA QUI ONT OBTENU UNE CERTIFICATION POUR DES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX DE LA SAISON 2023-2024

Arbitres
Nom (membre) Événement (lieu)
Brayden Arcand (Hockey Alberta) --
Grace Barlow (Hockey C.-B.) --
Jennifer Berezowsk (Association de hockey féminin de l’Ontario) --
Adam Bloski (Hockey Saskatchewan) --
Taylor Burzminski (Hockey Alberta) --
Dominic Cadieux (Hockey Québec)
--
Michael Campbell (Hockey C.-B.)
--
Marie-Ève Couture (Hockey C.-B.)
--
Brandy Dewar (Association de hockey féminin de l’Ontario)
--
Tanner Doiron (Hockey Î.-P.-É.)
--
Béatrice Fortin (Hockey Québec)
--
Jesse Gour (Hockey Québec)
--
Mike Langin (Hockey C.-B.)
--
Cianna Lieffers (Hockey Saskatchewan) --
Elizabeth Mantha (Hockey Québec)
--
Amy Martin (Hockey Manitoba) --
Troy Murray (Hockey Saskatchewan) --
Shauna Neary (Hockey Nouvelle-Écosse)
--
Mark Pearce (Hockey C.-B.)
--
Lacey Senuk (Association de hockey féminin de l’Ontario)
--
Michelle Stapleton (Hockey Saskatchewan) --
Tyson Stewart (Hockey Est de l’Ontario)
--


Juges de lignes
Nom (membre)
Événement (lieu)
Nick Albinati (Hockey C.-B.)
-- 
Maxime Bédard (Hockey Québec)
--
Ali Beres (Association de hockey féminin de l’Ontario)
-- 
Brian Birkhoff (Fédération de hockey de l’Ontario)
--
Melissa Brunn (Hockey C.-B.)
--
Jessica Chartrand (Hockey Québec)
--
Alexandra Clarke (Hockey Saskatchewan) --
Joanie Duchesneau (Hockey Québec)
--
Jérémy Faucher (Hockey Québec)
--
Maxime Ferland (Hockey Québec)
-- 
Stéphanie Gagnon (Hockey Québec)
--
Mitchell Gibbs (Hockey C.-B.)
-- 
Laura Gutauskas (Association de hockey féminin de l’Ontario)
--
Chad Huseby (Hockey Alberta) --
Anthony Lapointe (Hockey Québec)
--
Brett Mackey (Hockey C.-B.)
--
Shawn Oliver (Hockey Est de l’Ontario)
--
Sophie Thomson (Hockey Nova Scotia) --
Justine Todd (Association de hockey féminin de l’Ontario)
--
Tarrington Wyonzek (Hockey Saskatchewan) --
Erin Zach (Association de hockey féminin de l’Ontario)
--

Programme « From Good to Great » de l’IIHF

Nom (membre) Rôle
Gillian Allan (Association de hockey féminin de l’Ontario)
Juge de lignes
Jodi Anderson (Hockey Manitoba) Juge de lignes
Mathieu Boudreau (Hockey Québec)
Arbitre
Cynthia Côté (Hockey Manitoba) Arbitre
Pierre-Olivier Couture (Hockey Nouvelle-Écosse)
Juge de lignes
Elizabeth Dornstauder (Hockey Saskatchewan) Arbitre
Danny Emerson (Fédération de hockey de l’Ontario)
Arbitre
Adam Forbes (Hockey Saskatchewan) Arbitre
Audrey-Anne Girard (Hockey Québec)
Arbitre
Andre Grougrou (Fédération de hockey de l’Ontario)
Juge de lignes
Nathan Howes (Hockey C.-B.)
Juge de lignes
Danika Kroeker (Hockey C.-B.)
Juge de lignes
Amy Laroche (Hockey C.-B.)
Juge de lignes
Josh Miko (Hockey Manitoba) Juge de lignes
Ty Skene (Hockey Saskatchewan) Arbitre
Voir plus

Annonce de l’horaire pour le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023

L’Île-du-Prince-Édouard accueillera le tournoi international pour la première fois

NR.059.23
|
06 September 2023

CALGARY, Alb.– Hockey Canada a annoncé le format et l’horaire du Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023, qui aura lieu du 2 au 11 novembre à Charlottetown et à Summerside, Î.-P.-É.

Six équipes prendront part à l’événement de cette année : Équipe Canada Blancs, Équipe Canada Rouges, les États-Unis, la Finlande, la Suède et la Tchéquie. Chaque équipe disputera cinq matchs au cours de la ronde préliminaire, du 2 au 7 novembre. Les quarts de finale et les demi-finales se tiendront les 9 et 10 novembre.

Les matchs pour les médailles de bronze et d’or seront présentés le 11 novembre, respectivement à 12 h et à 17 h HA.

« Depuis le lancement de cet événement en 1986, plus de 2 000 choix au repêchage de la Ligue nationale de hockey ont pris part au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans », a déclaré Breanne Ferris, responsable des événements et des propriétés à Hockey Canada. « Nous avons hâte de célébrer la première édition du tournoi à l’Île-du-Prince-Édouard avec les amateurs et amatrices de hockey du Canada atlantique. »

Chaque équipe foulera la glace au moins une fois à Charlottetown et à Summerside pour ainsi permettre aux deux communautés de voir les plus grandes étoiles montantes du hockey à l’œuvre.

L’Eastlink Centre de Charlottetown accueillera 12 matchs, dont les deux matchs pour des médailles et deux duels mettant chacun en vedette une équipe canadienne le 4 novembre.

Dix matchs seront disputés à la Credit Union Place de Summerside, à commencer par un affrontement entre Équipe Canada Blancs et la Tchéquie le 2 novembre, ainsi qu’un face-à-face entièrement canadien le 3 novembre.

« Nos bénévoles, les membres du comité organisateur ainsi que le public se réjouissent d’accueillir le monde à l’Île-du-Prince-Édouard », a exprimé Tanner Doiron, coprésident du tournoi. « Cette expérience servira de tremplin aux meilleurs jeunes joueurs de la planète qui aspirent à la LNH. L’accueil d’un événement de cette envergure suscite l’enthousiasme non seulement dans les deux villes hôtes, mais dans toute la province. Notre groupe travaille sans relâche en vue d’assurer la réussite de cet événement, et le soutien de nos partisans et partisanes et de nos bénévoles nous inspire confiance. »

Les billets sont en vente maintenant, et des forfaits sont offerts à partir de 120 $. Cliquez ici pour réserver vos billets.

Les matchs pour les médailles seront diffusés sur TSN et RDS, les diffuseurs officiels de Hockey Canada. Les matchs de la ronde préliminaire, les quarts de finale et les demi-finales seront webdiffusés en direct au HockeyCanada.ca .

Pour en savoir plus sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux Facebook , X et Instagram .

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
ENM : Nash le DG mise sur son parcours
play_logo
Grads de Navan (CCHL) c. Canucks de Calgary (AJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Bombers de Sioux Lookout (SIJHL) c. Mustangs de Melfort (SJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Flyers de Winkler (MJHL) c. Timberwolves de Miramichi (MHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Blades d’Oakville (HST) c. Flyers de Winkler (MJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Canucks de Calgary (AJHL) c. Cubs du Grand Sudbury (NOJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Collège Français de Longueuil (LHJQ) c. Blues de Collingwood (OJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
CMPH : Faits saillants – CAN 2, USA 1 (médaille d’or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, DEN 1 (ronde préliminaire)
play_logo
ENP : Bonne fête des Mères de la part d’Équipe Canada!
play_logo
Grads de Navan (CCHL) c. Cubs du Grand Sudbury (NOJHL) | Coupe du centenaire
play_logo
Bombers de Sioux Lookout (SIJHL) ) c. Timberwolves de Miramichi (MHL) | Coupe du centenaire
Horaire
HC Logo
Oakville, ON
mai 9 - 19
HC Logo
Prague & Ostrava, Tchéquie
mai 10 - 26
HC Logo
Prague & Ostrava, Tchéquie
mai 10 - 26
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10