Sites affiliés expand
Hockey Canada logo

Une force tranquille

Grâce à sa présence rassurante et à sa capacité de communiquer avec les joueurs, Bob Agnew est un ambassadeur respecté du hockey à Morden

Quinton Amundson
|
01 November 2019

Dans tout le tumulte de l’organisation d’événements communautaires, Clare Agnew se sent toujours plus en confiance lorsque Bob, son frère plus jeune, est à ses côtés.

« Je me sens toujours à l’aise et sûre de moi quand il est dans la pièce », dit Clare, directrice des services communautaires à Morden, au Manitoba. « Je peux toujours compter sur lui, et il me calme et me soutient. »

Si vous consultez les personnes qui connaissent bien Bob Agnew – ses amis, les membres de sa famille, les joueurs qu’il a dirigés et ses employés – vous entendrez certainement des éloges au sujet de la présence apaisante de l’homme de 53 ans en toute situation.

Selon Bob, ce trait de personnalité, qui lui sert bien dans son travail de directeur du bureau de Winkler de l’assurance publique du Manitoba – un poste qu’il occupe depuis 16 ans –, l’a aidé à tisser des liens avec différentes générations de joueurs de hockey.

Il est d’avis que le fait d’établir des relations interpersonnelles est un élément clé d’une méthode d’entraînement efficace.

« C’est en grande partie une question de s’intéresser aux autres », estime Bob, qui a commencé sa carrière d’entraîneur auprès de l’équipe pee-wee à Morden en 1988. « Une fois qu’un joueur vous fait confiance et qu’il est à l’aise avec vous, il devient beaucoup plus facile pour vous de lui enseigner le hockey et pour lui, de l’apprendre. »

Mark Thiessen, un ami de Bob depuis 45 ans, affirme que les joueurs « gravitent toujours vers Bob ».

« Il écoute ce que les joueurs disent et veulent dire, puis leur donne ses conseils en fonction de ça », explique Mark, qui a occupé un poste d’entraîneur aux côtés de Bob pour les Flyers de Winkler en 2009-2010 et l’équipe senior A des Redskins de Morden en 2013-2014. « C’est toujours très facile de parler avec lui. Certains jeunes aiment une approche sévère, qu’il peut adopter au besoin, mais c’est plutôt quelqu’un qui est calme et à l’écoute. »

Entraîneur adjoint pour l’équipe bantam AAA des Hawks de Pembina Valley cette saison, Bob n’a aucun problème à donner de son temps pour soutenir ses joueurs, peu importe ce dont ils ont besoin. Passer du temps avec les jeunes lui donne de l’énergie.

Les faits saillants de carrière n’ont rien à voir avec un match ou un tournoi en particulier. Sa plus grande fierté réside dans les relations qu’il a cultivées.

« Je vois encore des jeunes que j’ai dirigés au hockey mineur il y a plusieurs années, et je chéris le fait de pouvoir continuer à échanger avec eux. Certains des enfants que j’ai dirigés quand j’étais plus jeune sont maintenant eux-mêmes entraîneurs, ce que je trouve génial. J’en suis même au point où le fils de l’un des enfants que j’ai dirigés au sein de l’équipe pee-wee participera aux essais pour faire partie de mon équipe cette année. »

Morden, Pembina Valley, Thompson et Winkler ne sont que quelques-unes des communautés où Bob a fait sa marque au cours de sa longue carrière au hockey. En plus d’agir à titre d’entraîneur, Bob a aidé des équipes pour la tenue d’essais, l’évaluation des joueurs et la conception de plans d’entraînement.

Il a suivi le parcours classique d’une personne qui adopte le hockey pour la vie : sa passion pour ce sport est née sur les étangs gelés et dans l’entrée de la maison familiale lorsqu’il était tout jeune. Il y avait bon nombre de participants disponibles pour les joutes familiales – Clare et Bob sont les deux plus jeunes parmi les six enfants de Bill et de Barb Agnew.

L’un des plus beaux souvenirs d’enfance de Clare est la course qu’elle a proposée à Bob sur une patinoire extérieure, où elle patinerait de l’avant, tandis que lui aurait à le faire à reculons – Bob a eu raison de sa grande sœur ce jour-là.

Des années après ces batailles amicales sur la glace, Clare et Bob font maintenant du bénévolat ensemble. Ils appuient activement la Marche de l’espoir à Morden et ils ont participé à des événements de hockey comme le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2010 et la Coupe Esso 2017. Ils seront également de la partie au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2019, qui a lieu prochainement.

Bob, qui donne aussi de son temps pour soutenir des événements de balle-molle féminine, de curling et de golf, soutient que le bénévolat est devenu une seconde nature pour lui.

« Je ne m’arrête pas vraiment à penser à ce que je fais – je le fais, c’est tout. S’il y a un événement qui vient en ville, ça va de soi que je vais donner mon nom et apporter mon aide. Pour moi, ça fait partie de la vie dans une petite ville. »

Mark Thiessen et Clare sont tous deux ravis que Bob soit toujours prêt à aider, lui qui est un ambassadeur respecté du hockey à Morden et au sein de la communauté dans son ensemble.

Annonce des sites hôtes pour trois tournois de l’automne 2024

L’Ontario accueillera le Défi mondial des M17, tandis que le Championnat national féminin des M18 et la Coupe de parahockey s’amènent dans les Maritimes

NR.037.24
|
28 May 2024

CALGARY, Alberta –Hockey Canada a annoncé les communautés qui accueilleront trois de ses tournois de l’automne, soit le Défi mondial des M17 2024, le Championnat national féminin des M18 2024 et la Coupe de parahockey 2024.

« Ces événements sont au cœur du développement des athlètes et des membres du personnel entraîneur, d’arbitrage et de soutien au hockey masculin, au hockey féminin et au parahockey, et nous sommes heureux d’annoncer leur tenue prochaine en Ontario, au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard », a déclaré Pat McLaughlin, chef de l’exploitation et vice-président directeur de la stratégie. « Ces compétitions offrent une excellente occasion de bâtir des souvenirs inoubliables et de laisser un legs durable dans chacune des communautés. »

Le Défi mondial des M17 2024 aura lieu du 1 er au 9 novembre à Sarnia, en Ontario. Il s’agira de la septième édition du tournoi dans la province, et la deuxième à Sarnia depuis la première en 2014.

Le Championnat national féminin des M18 2024 se déroulera du 3 au 9 novembre à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick, ce qui marquera la toute première fois que l’événement est présenté dans le Canada atlantique. Ce sera l’occasion pour la population locale de voir la relève du hockey féminin de près.

Après sa conquête du titre à domicile au Championnat mondial de parahockey 2024 plus tôt ce mois-ci, l’équipe nationale de parahockey du Canada affrontera trois autres nations à la Coupe de parahockey 2024, qui aura lieu du 8 au 14 décembre à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. Ce cinquième passage du tournoi dans la ville reconnue comme le berceau de la Confédération coïncidera avec le 50 e anniversaire de l’organisme ParaSport & Recreation PEI.

Il est possible de s’inscrire dès maintenant afin de recevoir toute l’information sur les billets ou de s’abonner au Cercle des initiés de Hockey Canada pour un accès prioritaire aux billets et d’autres offres spéciales.

« Ces tournois sont souvent des occasions uniques autant pour les athlètes que pour leurs familles et les partisans et partisanes », a exprimé Dean McIntosh, vice-président des partenariats stratégiques et de l’impact communautaire. « Les comités hôtes de ces trois marchés de hockey exceptionnels ont toute ma confiance. Avec toute la passion pour le hockey dans chacune de ces communautés, que ce soit dans les gradins ou parmi les bénévoles, toutes les conditions sont réunies pour que ces événements connaissent un succès retentissant. »

Au printemps, le titre du Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada sera décerné à laCoupe Esso 2025, qui se déroulera du 20 au 26 avril à Lloydminster, en Alberta, tandis que le Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada se tiendra du 21 au 27 avril à l’occasion de la Coupe TELUS 2025 à Chilliwack, en Colombie-Britannique.

Les communautés hôtes pour les 2025 de la Coupe du centenaire, présentée par Tim Hortons, et du 2024 Défi mondial junior A, seront annoncées à une date ultérieure.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivez-nous sur Facebook, X et Instagram .

Voir plus

Ontario Rouge remporte l’or au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2023

Le Québec obtient une huitième médaille d’argent; la C.-B. remporte le bronze à domicile

NR.080.23
|
12 November 2023

DAWSON CREEK, Colombie-Britannique – Ontario Rouge a remporté une sixième médaille d’or consécutive au Championnat national féminin des moins de 18 ans, en battant le Québec 3-2 en prolongation à l’Ovintiv Events Centre samedi soir.

Ontario Rouge a remporté une 13e médaille d’or en 14 éditions du championnat national depuis le tournoi inaugural en 2001, tandis que le Québec a obtenu une huitième médaille d’argent, et une première depuis 2016.

Mackenzie Alexander (Toronto, ON/Etobicoke, M22 élite de l’OWHA) a inscrit le but en or en s’emparant d’un retour lors d’un jeu de puissance d’Ontario Rouge après seulement 25 secondes de jeu en prolongation. Avec ce but, elle s’est hissée au sommet des buteuses (cinq) et des pointeuses (neuf) du tournoi à égalité avec d’autres joueuses.

Après une première période sans but, Rosalie Tremblay (Sherbrooke, QC/Collège de Stanstead, JWHL) a inscrit le Québec au tableau à 4 min 01 s de la deuxième période. Claire Murdoch (Toronto, ON/Burlington, M22 élite de l’OWHA) et Alexander ont fait mouche en avantage numérique à un peu plus de deux minutes d’intervalle pour donner une première avance à Ontario Rouge, puis Victoria Veilleux (Saint-Georges, QC/Champlain-Lennoxville, RSEQ) a nivelé le pointage pour le Québec avec 4 min 18 s à faire dans le match, forçant la tenue d’une prolongation.

« J’ai juste été chanceuse de me retrouver au bon endroit pour pousser la rondelle dans le filet », a commenté Alexander à propos de son but en prolongation. « Nous formons un groupe tissé tellement serré, c’est un honneur incroyable de gagner l’or avec ces filles. C’est un vraiment rêve devenu réalité. »

Marilou Grenier (Québec, QC/Québec, LHEQ M18) a réalisé 43 arrêts dans une performance sensationnelle devant la cage des médaillées d’argent, tandis que Hannah Clark (Oshawa, ON/Etobicoke, M22 élite de l’OWHA) a repoussé 16 tirs sur 18 dans la victoire d’Ontario Rouge.

« Avant la prolongation, j’ai dit aux filles qu’on allait gagner, que tout était sous contrôle », a confié l’entraîneur-chef d’Ontario Rouge, Joe Butkevich. L’expérience a été phénoménale, du comité hôte aux bénévoles. C’est une petite communauté ici où on se sent bien ici, tout le monde voulait faire connaître Dawson Creek cette semaine, et c’est réussi. »

La Colombie-Britannique bat l’Alberta pour gagner la médaille de bronze

Plus tôt aujourd’hui, la Colombie-Britannique a remporté sa troisième médaille de bronze au cours des quatre derniers tournois, en prenant la mesure de l’Alberta au compte de 3-1. Après les buts de Chloe Primerano (North Vancouver, BC/RHA Kelowna, CSSHL) et de Hannah Dods (Chilliwack, BC/Fraser Valley, BCEHL) pour les hôtes en deuxième période, Claire Carruthers (Crossfield, AB/Edmonton, AFHL) a réduit l’écart à un filet pour l’Alberta lors d’une attaque massive à 4 min 24 s du troisième vingt. Danica Maynard (Osoyoos, BC/RHA Kelowna, CSSHL) a inscrit un but d’assurance en supériorité numérique au cours des cinq dernières minutes pour permettre à la Colombie-Britannique de gagner le bronze sur sa patinoire.

« Ça a été vraiment amusant de côtoyer de nouvelles coéquipières, tout le monde a fait preuve de tellement de positivisme. Les petits détails ont été importants; nous avons travaillé ensemble, et nous nous sommes imposées aujourd’hui », a commenté la capitaine Gracie Graham (Kelowna, BC/RHA Kelowna, CSSHL). « C’était incroyable d’avoir la foule derrière nous, ce n’est pas tous les jours qu’on peut vivre une telle expérience. C’était du bon temps. »

Il s’agit de la quatrième médaille de bronze de la Colombie-Britannique au championnat national depuis 2017.

À l’issue de la partie pour la médaille d’or, l’équipe des étoiles du tournoi a été annoncée :

Joueuse par excellence : Sara Manness (La Salle, MB/Burlington, M22 élite de l’OWHA)
Meilleure avant : Morgan Jackson (Courtenay, BC/Shawnigan Lake, CSSHL)
Meilleure défenseure : Rosalie Breton (Saint-Bernard, QC/Limoilou, RSEQ)
Meilleure gardienne de but : Hannah Clark
Joueuse ayant le meilleur esprit sportif : Mackenzie Alexander

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada et le Championnat national féminin des moins de 18 ans 2023, veuillez consulter le HockeyCanada.ca ou suivre les médias sociaux FacebookX et Instagram, de même que le mot-clic #NationalM18.

Voir plus
Maxim et Rosalie Tremblay.

Les sœurs Tremblay font encore équipe

Maxim et Rosalie Tremblay, qui ont grandi dans une famille sportive, sont prêtes à faire leur marque avec Équipe Québec au Championnat national féminin des moins de 18 ans à Dawson Creek

Eric Lavoie
|
05 November 2023

Les habitués du hockey féminin se souviendront des sœurs Lamoureux, Jocelyne et Monique, qui ont évolué au sein de l’équipe nationale féminine des États-Unis pendant 14 ans. Il y a aussi les sœurs Potomak, Sarah et Amy, qui ont grimpé les échelons d’Équipe Canada depuis leur participation au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2013 avec la Colombie-Britannique.

Après trois ans d’absence, le Championnat national féminin des moins de 18 ans est de retour cette semaine à Dawson Creek, en Colombie-Britannique. Et un autre duo de sœurs attirera certainement les regards pendant les matchs du Québec : Maxim et Rosalie Tremblay du Collège de Stanstead.

Les deux sont des jeunes étoiles montantes de la scène québécoise avec chacune un style bien à elle.

« Max, c’est une joueuse très puissante avec un bon tir, qui est capable de créer des chances pour notre équipe et qui joue bien dans les trois zones », lance Rosalie, la sœur cadette de 15 ans. « Comme personne, elle est très enthousiaste, parfois elle manque de patience, mais elle arrive toujours à atteindre ses buts par son travail. »

« Rosa est plus une fille qui crée des jeux, qui va avoir la belle passe sur le but gagnant, mais on se rejoint sur le fait que les deux, on travaille fort et on est vraiment compétitives », décrit Maxim, âgée de 17 ans. « Sur le plan personnel, c’est une fille drôle, toujours positive, et ça peut même en être fatigant parfois », ajoute-t-elle en souriant.

Le sport est roi chez les Tremblay

Natives de Sherbrooke, Maxim et Rosalie ont eu la chance de jouer au sein de la même formation des Harfangs du Triolet lors de la saison 2018-2019. Rosalie, alors âgée de 10 ans, avait été surclassée pour faire partie de cette équipe M13 AAA. Les deux ont connu une année faste qui s’est conclue avec une conquête de la Coupe Dodge, le championnat provincial de Hockey Québec.

On pourrait penser que la plus jeune a patiné dans les traces de la plus vieille sur les patinoires de l’Estrie, mais c’est plutôt Rosalie qui a été la première à jouer au hockey.

« Je suis allée à environ deux entraînements sur glace quand j’avais sept ans et j’ai arrêté le hockey après, confie Maxim. Ensuite, Rosa a commencé à jouer et pendant deux ou trois ans, j’allais la voir, alors que moi, je jouais plus au soccer et au basketball. Vers l’âge de 10 ou 11 ans, j’ai recommencé le hockey. »

La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre… Le sport, c’est dans leurs gènes.

D’abord, il y a eu leur père Yannick qui a connu une longue carrière au hockey junior majeur, universitaire et semi-professionnel de 1994 à 2014. Même si les deux filles ne conservent pas tant de souvenirs frais à leur mémoire de la carrière de leur père, elles ont toujours une oreille attentive quand il a des conseils pour elles.

« C’est sûr que d’avoir quelqu’un avec autant d’expérience à la maison, ça aide et on dirait que pour moi, c’est plus facile de le croire que si le conseil me vient de monsieur madame Tout-le-Monde », explique Rosalie.

Quant à leur mère, Karine Desrosiers, elle a été une joueuse de basketball de haut niveau qui a atteint les rangs universitaires dans les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval. Son parcours a influencé Rosalie, qui a foulé les courts jusqu’à une sélection au sein de la délégation de l’Estrie en vue des Jeux du Québec tenus à Laval l’été dernier. Comme sa mère aux Jeux du Québec en 1991, Rosalie a porté fièrement le dossard numéro 5.

Une expérience non négligeable

Si le nom de Rosalie n’est peut-être pas encore si connu des amateurs et amatrices du hockey féminin canadien, celui de Maxim n’est sûrement pas si étranger pour plusieurs. Après avoir participé aux Jeux du Canada en février dernier au sein d’Équipe Québec, qui s’est inclinée contre l’Ontario au match pour la médaille de bronze, Maxim a été sélectionnée par l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada en août pour une série de trois matchs contre les États-Unis à Lake Placid.

Maxim compte bien se servir de ce bagage d’expériences pour guider ses coéquipières québécoises dans un tournoi de haut calibre et de courte durée.

« Ça va m’aider moi et mon équipe, et la rivalité entre le Canada et les États-Unis, ça m’a fait un peu penser à celle entre le Québec et l’Ontario, je pense que je peux faire comprendre à mes coéquipières que tout se joue sur la glace et amener de l’énergie. ».

Deux fières Spartans

La réputation du programme de hockey féminin du Collège de Stanstead n’est plus à faire. Plusieurs excellentes joueuses des Spartans ont participé à des camps d’équipes nationales féminines et à des championnats mondiaux avec Équipe Canada.

Maxim et Rosalie jouent et étudient à Stanstead depuis trois ans, et cette saison, c’est la première fois que les deux font partie ensemble de l’équipe des M19. Rosalie est la seule hockeyeuse née en 2008 au sein de cette formation. Au Championnat national féminin des moins de 18 ans cette semaine, les Spartans sont aussi représentées par trois autres joueuses : Maélie Pion, Charlotte Labrèche et Jamie Arsenault.

« Ça démontre qu’on vient d’un bon programme et c’est toujours plaisant de se retrouver avec des filles qu’on connaît, vu qu’on part quand même 12 jours, ça nous met plus à l’aise », exprime Maxim, qui jouera pour pour l’Université Colgate, dans l’État de New York, à compter de la saison 2025-2026.

Rosalie est presque la plus jeune joueuse du tournoi à Dawson Creek. Même si elle sait qu’elle pourra toujours compter sur sa grande sœur pour la guider au fil des défis qui se présenteront devant elle, la cadette ne s’en fait pas outre mesure d’avoir à affronter des joueuses qui seront pour la plupart âgées de deux ans de plus qu’elle.

« L’âge n’a jamais été un facteur qui m’intimidait », précise-t-elle en toute confiance. « Je me suis toujours mesurée aux autres en fonction de mon talent. Je n’aurai pas peur de démontrer ce dont je suis capable de faire malgré mon âge. »

Parole de Maxim et de Rosalie, les Tremblay sont prêtes à laisser leur marque à Dawson Creek.

Voir plus
Hockey Canada confirme les hôtes pour sept événements

Hockey Canada confirme les hôtes pour sept événements

Cinq provinces accueilleront des tournois nationaux et internationaux en 2023-2024

NR.050.23
|
27 July 2023

CALGARY, Alb. – Hockey Canada a confirmé les dates et les communautés hôtes pour sept événements qui se tiendront pendant la saison 2023-2024, dont le Championnat national féminin des moins de 18 ans, qui sera de retour.

« C’est un plaisir aujourd’hui pour Hockey Canada d’annoncer la tenue de sept événements au cœur du développement des athlètes et des membres du personnel entraîneur et de soutien au hockey masculin, au hockey féminin et au parahockey », a déclaré Pat McLaughlin, chef de l’exploitation à Hockey Canada. « Nous souhaitons que ces tournois aident à rejoindre de nouveaux partisans et partisanes, à créer des souvenirs inoubliables pour la population canadienne et à apporter des retombées positives dans chaque communauté bien longtemps après le couronnement des équipes championnes. »

Le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2023 sera disputé du 2 au 11 novembre à Charlottetown et à Summerside, à l’Île-du-Prince-Édouard. La province accueille l’événement pour la toute première fois depuis la création du tournoi, il y a 37 ans.

Le Championnat national féminin des moins de 18 ans 2023, qui met en vedette quelques-unes des meilleures jeunes joueuses de hockey au Canada, se tiendra du 5 au 11 novembre à Dawson Creek, en Colombie-Britannique. La dernière édition du tournoi dans la région de Peace remonte à 2012.

L’équipe nationale de parahockey du Canada et trois autres fédérations rivaliseront pour l’or à la Coupe de parahockey 2023 du 3 au 9 décembre à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick. C’est la quatrième fois que Quispamsis sera l’hôte d’un événement de Hockey Canada.

Les meilleurs joueurs du Canada et d’ailleurs seront sous les projecteurs au Défi mondial de hockey junior A 2023, du 10 au 17 décembre à Truro, en Nouvelle-Écosse. Le tournoi est de retour au Canada atlantique pour la quatrième fois, dont une deuxième à Truro.

Au printemps, le titre du Championnat national féminin des clubs de M18 du Canada sera décerné à la Coupe Esso, qui se déroulera du 21 au 27 avril à Vernon, en Colombie-Britannique, tandis que le Championnat national masculin des clubs de M18 du Canada se tiendra du 22 au 28 avril à Membertou, en Nouvelle-Écosse.

Les meilleurs clubs de hockey junior A ont rendez-vous à Oakville, en Ontario, où ils se disputeront le titre de la Coupe du centenaire 2024. Les Blades d’Oakville accueilleront le championnat national du 9 au 19 mai.

« C’est un grand plaisir pour nous d’annoncer la liste des communautés qui accueilleront les événements de Hockey Canada en 2023-2024 », a affirmé Dean McIntosh, vice-président des partenariats stratégiques et de l’impact communautaire. « L’appui que nous avons reçu des comités hôtes a été formidable, et il ne fait aucun doute que les participants et participantes, les bénévoles, les partenaires et le public vivront une expérience fantastique à chacun de ces tournois. »

Les renseignements pour l’achat de billets sont affichés ici. Les horaires des événements seront annoncés à une date ultérieure.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca, ou suivre les médias sociaux Facebook, Twitter et Instagram.

Voir plus
Kevin Raphaël

Jouer au hockey pour une bonne cause

La septième édition de la Classique KR a permis d’amasser plus de 50 000 dollars pour Leucan afin d’aider les jeunes atteints du cancer

François Lafleur
|
16 August 2022

Le 6 août dernier a eu lieu la septième édition de la Classique KR.

L’événement tenu cette année au Centre d’excellence Sports Rousseau a pour but de venir en aide aux jeunes atteints du cancer et à leur famille en amassant des dons au profit de Leucan. Pour la toute première fois, le total accumulé a dépassé les 50 000 dollars.

Chaque année, plusieurs joueurs et joueuses de hockey professionnel se joignent à des personnalités québécoises pour disputer des matchs de hockey.

« Je voulais réunir le monde artistique et ma passion pour le hockey et en faire un événement pour Leucan », explique Kevin Raphaël, l’organisateur de la Classique. « Mon amie Laurence m’a inspiré. Elle a maintenant 13 ans… Je l’avais rencontrée pour la première fois quand elle avait 5 ans. Elle a battu la leucémie. On se parlait tous les jours lorsqu’elle combattait la maladie. À chaque édition, elle vient faire la mise au jeu protocolaire et c’est très spécial. Je suis très choyé de pouvoir organiser cet événement chaque année. »

Cette année, trois matchs étaient au programme : un de hockey féminin en début de journée, une partie disputée à 3 contre 3 puis une rencontre opposant des joueurs professionnels à des artistes québécois.

Un horaire de la sorte n’aurait pas été possible la première année.

« Lors de la première édition, on était 11 personnes au Colisée de Laval », raconte Raphaël, qui s’est fait connaître du public québécois en publiant des vidéos à saveur humoristique au sujet des Canadiens. « Cette année, on avait vendu plus de 1 200 billets. On a atteint notre objectif de 50 000 dollars qu’on voulait recueillir cette année, ce qui est incroyable. Au début, il n’y avait qu’un seul match. Maintenant, il y en a trois. Plein de choses font en sorte que ça grossit et c’est dorénavant une journée complète de hockey. »

La classique continuera d’évoluer au cours des prochaines années, comme le confirme le principal intéressé.

« L’an prochain, mon objectif est d’ajouter du parahockey », confie celui qui est aussi animateur à la télévision. « La Classique KR, c’est plus que du hockey, c’est de l’inclusion. Oui, il y a du hockey féminin, mais je veux aller encore plus loin. Je veux que ce soit encore plus gros afin qu’il y ait quatre matchs l’an prochain. Pourquoi pas cinq l’année suivante? Je veux qu’à compter de huit heures le matin, les gens viennent s’amuser. Il y a de la barbe à papa, un barbecue, de la musique… C’est vraiment plaisant. »

La journée est plaisante également pour ceux et celles qui y participent. Pour certains athlètes, dont Zachary Fucale, l’événement est inscrit au calendrier estival depuis quelques années déjà.

« La journée est plaisante pour les joueurs parce qu’on rencontre de nouvelles personnes, des personnalités québécoises, des joueurs d’autres équipes », affirme le médaillé d’or au Championnat mondial junior de 2015. Il y a FouKi, des comédiens… Quand on saute sur la glace avec eux, c’est plaisant. On éprouve beaucoup de plaisir même s’il y a un peu de compétition. Je ne refuserai jamais de participer à une journée de hockey. »

À l’opposé de Fucale, Samuel Montembeault en était à une toute première participation. Le gardien de but était très heureux de prendre part à l’événement.

« C’est pour une bonne cause », de dire celui qui a fait partie de l’équipe canadienne au Mondial junior 2016. « On ramasse des fonds pour Leucan donc je suis très content d’être ici. Kevin, c’est une super bonne personne. J’avais déjà participé à un tournoi avec lui il y a quelques années. On avait pu passer un peu de temps ensemble. Pendant la saison, il m’écrit tout le temps pour prendre de mes nouvelles et me féliciter. »

« Je suis content que Sam soit présent, confirme Raphaël. Il était blessé à une main. Je suis heureux que les gars qui étaient présents dès la première édition participent toujours. On a aussi Daniel Sprong, Joe Veleno, Jean-Sébastien Dea, Pierre-Luc Dubois… On a plusieurs excellents athlètes professionnels. Sans oublier les artistes : Max Gibeault de District 31, et Handsome JF, commentateur pour Impact, l’une des plus grosses compagnies de lutte. Steve Bégin et Stéphane Richer sont des entraîneurs. C’est fou! »

La Classique KR prend de l’ampleur au fil des années et cela se fait sentir aux quatre coins de la LNH.

Son créateur peut d’ailleurs en témoigner : lorsque vient le temps d’envoyer les invitations, les joueurs sont déjà bien au fait de l’objectif ainsi que de l’ambiance positive qui entoure l’événement.

« C’est tellement facile de demander aux personnalités parce qu’ils savent maintenant ce qu’est la Classique KR, note l’organisateur. Je me rappellerai toujours que lorsque j’étais à Dallas une fois, les gars des Islanders étaient là et Mathew Barzal était venu me voir. Il me connaissait en raison de la Classique! Les gars se parlent de cet événement entre eux même dans les vestiaires pendant la saison. »

En ce qui concerne l’attaquant des Ducks Maxime Comtois, c’est lui-même qui a pris l’initiative de contacter Raphaël afin de manifester son intérêt.

« Lors des dernières éditions, j’étais probablement disponible, mais j’avais choisi de passer mes étés en Californie, explique le joueur de 23 ans. Comme j’ai décidé de revenir au Québec cette année, j’ai appelé Kevin pour lui demander quand aurait lieu sa Classique. Je voulais participer, c’est important pour moi. C’est un événement plaisant. On se connaît tous. »

La Classique KR a été télédiffusée cette année – une première pour l’événement. Comptant ajouter du parahockey au programme de la huitième édition, Kevin Raphaël ne manque pas d’inspiration, lui qui souhaite continuer à encourager l’essor du hockey.

S’il a une idée en tête, il fera tout en son possible pour qu’elle se concrétise.

« Honnêtement, j’ai rarement vu quelqu’un avec autant de positivisme autour de lui, conclut Fucale. Que ce soient les personnes, les causes qu’il soutient, les projets… Tout ce qu’il fait, c’est pour améliorer les choses autour de lui. C’est pour ça que je le respecte! J’encourage tout ce qu’il fait. Je ferais n’importe quoi pour lui parce qu’il ferait la même chose pour nous. C’est pour ça que je suis ici pour soutenir son événement. »

Le rendez-vous est déjà pris pour 2023.

Voir plus
Marie-Philip Poulin, Ann-Renée Desbiens & Mélodie Daoust

Un début d’année faste pour le Québec au hockey

En ce jour de Fête nationale du Québec, soulignons quelques moments de personnalités québécoises gravitant dans le monde du hockey qui ont marqué la première moitié de l’année 2022

François Lafleur
|
24 June 2022

Bonne Saint-Jean tout le monde!

Avant ou après une bonne poutine au dîner et les feux d’artifice en soirée, prenons le temps aujourd’hui pour revenir sur des exploits accomplis par des personnalités québécoises qui ont brillé à l’échelle provinciale, nationale ou internationale depuis le début de l’année!

ÉQUIPE NATIONALE FÉMININE

Commençons par l’équipe qui a ramené l’une des quatre médailles d’or aux Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Beijing. Marie-Philip Poulin a de nouveau mené la charge en inscrivant six buts et 11 passes en sept parties, dont une performance de trois points lors du match pour la médaille d’or face aux États-Unis. Notons aussi la superbe tenue d’Ann-Renée Desbiens devant le filet, comme en témoignent sa moyenne de buts alloués de 1,80 et son pourcentage d’arrêts de 0,940 en cinq rencontres.

Quelques mois plus tôt, Mélodie Daoust a mené le Canada vers un 11 e titre au Championnat mondial féminin en obtenant six buts et autant de mentions d’aide en sept parties. En plus d’être sélectionnée à l’équipe d’étoiles du tournoi, Daoust a aussi été nommée Joueuse par excellence de la compétition.

Plus récemment, Alexia Aubin et Karel Préfontaine ont contribué à la conquête de la médaille d’or au Championnat mondial féminin des M18. Aubin a terminé à égalité au premier rang des meilleures pointeuses de son équipe avec cinq points, tandis que Préfontaine en a obtenu quatre.

ÉQUIPE NATIONALE MASCULINE

En ce qui concerne l’équipe qui a participé au Championnat mondial masculin présenté en Finlande, elle était menée par Thomas Chabot qui avait été nommé capitaine de la formation. Pierre-Luc Dubois, l’un des capitaines adjoints, a conclu le tournoi parmi les meilleurs pointeurs grâce à ses sept buts et six passes.

À Beijing, lors des Jeux olympiques, Maxim Noreau et David Desharnais ont été des éléments clés de la formation canadienne. Noreau a terminé la compétition avec une récolte d’un but et trois mentions d’aide , alors que Desharnais a obtenu une passe.

ÉQUIPE NATIONALE PARALYMPIQUE

Lors du tournoi de parahockey aux Jeux paralympiques, Antoine Lehoux a obtenu une mention d’aide. Le joueur de 28 ans en était à une première participation aux Jeux puisqu’il n’avait pas été sélectionné en 2018.

Dominic Larocque a obtenu deux jeux blancs - dont un partagé - en quatre rencontres. Il s’agissait d’une la troisième présence aux Jeux paralympiques pour le gardien de but.

CHAMPIONNATS NATIONAUX

À la Coupe TELUS, les Cantonniers de Magog se sont rendus jusqu’en finale du tournoi à Okotoks, en Alberta . Tirant de l’arrière par deux buts contre les Flyers de Moncton dans les dernières minutes du match, la formation du Québec est parvenue à créer l’égalité alors qu’il ne restait que quelques secondes à jouer au temps réglementaire. La prolongation s’est toutefois soldée par un revers pour les hommes de Stéphane Robidas.

Du côté de la Coupe du Centenaire, présentée par Tim Hortons, le Collège Français de Longueuil a accédé aux demi-finales avant de s’incliner face aux Bandits de Brooks qui allaient éventuellement remporter les grands honneurs de ce tournoi de hockey junior A, qui a eu lieu à Estevan, en Saskatchewan.

Enfin, les Remparts du Richelieu ont représenté le Québec à la Coupe Esso . La formation n’a toutefois pas été en mesure de se qualifier pour le tour éliminatoire.

LAURÉATS ET LAURÉATES DE TROPHÉES

Plusieurs personnalités québécoises ont été récompensées pour leurs efforts dans le monde du hockey.

Pierre Verville a remporté le prix du Bénévole de l’année après avoir été un administrateur à la Fédération québécoise de hockey sur glace (FQHG) pendant plus de 50 ans.

Joël Bouchard s’est vu décerner le prix Gordon-Juckes remis à une personne qui a contribué de façon marquée au développement du hockey amateur au Canada, à l’échelle nationale.

Mélodie Daoust a remporté le prix Isobel-Gathorne-Hardy qui récompense une personne qui s’est démarquée par son engagement, son leadership, sa participation communautaire et sa promotion des valeurs du hockey féminin.

N’oublions pas non plus Patrice Bergeron qui a mis la main sur le trophée Frank-J-Selke pour la cinquième fois de sa carrière, ce qui constitue un record. Cet honneur est remis annuellement au meilleur attaquant défensif de la LNH.

OFFICIELS ET OFFICIELLES

Élizabeth Mantha est devenue la première femme à arbitrer un match de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) le 26 février dernier. Quelques mois plus tôt, l’arbitre de 31 ans avait fait partie d’un groupe de 10 femmes qui ont été affectées à des matchs de la Ligue américaine de hockey (AHL). Au cours de sa saison, Mantha s’est aussi rendue aux Jeux olympiques d’hiver et a d’ailleurs été nommée l’une des deux arbitres en vue du match pour la médaille de bronze.

Olivier Gouin a pris part à ses deuxièmes Jeux en tant qu’arbitre, se rendant lui aussi jusqu’au match pour la médaille de bronze.

UNE PORTION D’UN MATCH MONDIAL EN SOL QUÉBÉCOIS

Le 6 mars dernier, du côté de la Place Bell à Laval, a eu lieu le volet canadien du Match mondial de hockey féminin . La rencontre a opposé les Remparts du Richelieu aux Amazones de Laval-Montréal et s’est terminée par un verdict nul de 4 à 4.

HOMMAGE À DEUX LÉGENDES

Enfin, il était impossible de ne pas revenir sur le décès de deux grands joueurs québécois.

Le 15 avril, Mike Bossy s’est éteint à l’âge de 65 ans. Il a contribué aux quatre conquêtes consécutives de la coupe Stanley par les Islanders de New York dans les années 1980. L’ailier droit originaire de Montréal est le seul joueur dans l’histoire de la LNH à avoir marqué 50 buts lors de neuf saisons de suite. Bossy a aussi représenté le Canada à deux reprises, soit aux éditions 1981 et 1984 de la Coupe Canada. Il y a accumulé 13 buts et 7 aides en 15 matchs. Bossy a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1991 avant d’être nommé parmi les 100 plus grands joueurs de la LNH en marge des célébrations du Centenaire de la ligue en 2017.

Guy Lafleur a rendu l’âme à l’âge de 70 ans une semaine après le décès de Bossy . Il a remporté la coupe Stanley à cinq occasions avec les Canadiens de Montréal avant de conclure sa carrière avec les Rangers de New York et les Nordiques de Québec. Natif de Thurso, il est devenu le premier joueur dans l’histoire de la LNH à récolter 50 buts et 100 points lors de six saisons consécutives. Lafleur a fait partie des équipes canadiennes à la Coupe Canada en 1976 et 1981, de même qu’au Championnat mondial de 1981. Il y a totalisé quatre buts et 14 mentions d’aide en 21 rencontres. Après sa première retraite, le Temple de la renommée du hockey lui a ouvert ses portes en 1988 et, tout comme Bossy, il figure parmi les 100 plus grands joueurs de la LNH.

Quel début d’année pour les personnalités du hockey québécois ! Les prochains mois seront tout aussi plaisants à suivre.

Profitez du beau temps, et bonne Fête nationale!

Voir plus
Iginla family

Chez les Iginla, le hockey est une affaire de famille

Jouant dans l’ombre de leur célèbre père, Jade et Tij Iginla sont impatients de tracer leur propre voie au hockey

Jonathan Yue
|
18 June 2022
Aussi loin qu’elle se souvienne, le hockey a toujours fait partie de la vie de Jade Iginla. Que ce soit en regardant son père jouer dans la LNH et sur la scène internationale avec le Canada, ou simplement en pratiquant le sport avec ses deux jeunes frères, le hockey n’était jamais bien loin.

« J’ai grandi dans un foyer de hockey, alors c’était forcément autour de nous, explique la jeune femme de 17 ans. J’ai eu la chance de voir jouer mon père, de l’avoir comme modèle et de profiter de ses conseils; ç’a fait toute une différence. Évidemment, il est d’abord et avant tout mon père, mais sa connaissance du hockey m’a toujours été très utile, et j’en suis reconnaissante. »

Nul besoin de présenter Jarome Iginla aux amateurs de hockey canadiens : il a passé 20 saisons dans la Ligue nationale de hockey, marqué 625 buts et été intronisé au Temple de la renommée du hockey à l’automne dernier.

Il a aussi fait sa marque avec Équipe Canada, récoltant 47 points en 47 matchs répartis sur sept tournois. Il a remporté l’or au Championnat mondial junior de l’IIHF, au Championnat mondial de l’IIHF et aux Jeux olympiques d’hiver, ainsi qu’un titre de la Coupe du monde de hockey.

Jade est la plus récente membre de la famille Iginla à évoluer sous les projecteurs du hockey international : elle a porté l’unifolié pour la première fois lors du Championnat mondial féminin des M18 2022 de l’IIHF.

Après avoir raté la ronde préliminaire en raison d’une blessure au haut du corps, Jade a disputé son premier match pour le Canada lors du quart de finale du tournoi contre la Slovaquie. Elle a marqué trois points (un but et deux aides) en trois rencontres, ouvrant la marque lors de la victoire en demi-finale contre la Finlande et obtenant une mention d’aide sur le but qui a donné à son équipe une avance de 2-0 lors du match de la médaille d’or, au terme duquel le Canada a remporté un sixième titre mondial.

Même si elle souhaite suivre les traces de son père, Jade veut vivre ses propres expériences.

« Représenter le Canada amène son lot de fierté, affirme celle qui étudiera à l’Université Brown l’automne prochain. Mon père a joué un rôle immense dans ma famille et dans ma vie, mais je veux aussi paver mon propre chemin avec le programme canadien et au hockey. »

Jarome a toujours été fier des succès et du développement de sa fille au fil des ans, que ce soit dans le hockey mineur avec Girls Hockey Calgary, avec la RHA Kelowna dans la Canadian Sports School Hockey League, et maintenant avec Hockey Canada.

Il est important pour lui de continuer à appuyer Jade en tant que parent tout en partageant ses connaissances et son expérience avec elle lorsque le besoin se fait sentir.

« C’est super de la voir progresser, avoir du succès et surmonter les obstacles, soutient-il. C’est différent de se retrouver de l’autre côté, mais je suis ravi de constater sa passion et de la voir représenter son pays. Elle est très honorée de s’être rendue jusqu’ici, et nous sommes vraiment fiers d’elle. »

S’ajoute aussi au récit de hockey de la famille Tij Iginla, qui deviendra le prochain membre à se joindre au programme de Hockey Canada lorsqu’il participera au camp national de développement des moins de 17 ans cet été.

Sélectionné au neuvième rang du Repêchage des espoirs de la WHL par les Thunderbirds de Seattle, Tij, 15 ans, espère poursuivre la tradition d’excellence de la famille.

« J’ai vraiment hâte de me frotter à des joueurs de haut niveau de partout au pays lors du camp de développement des M17, confie-t-il. Jade m’a beaucoup inspiré au Mondial féminin des M18, et elle montre le bon exemple pour mon frère (Joe, 13 ans) et moi.

« Mon frère, ma sœur et moi avons eu la chance de voir mon père représenter le Canada tout au long de sa carrière et de voir le but en or de 2010. Nous voulons faire comme lui. »

Jarome est heureux de savoir que sa famille a pu vivre ces moments ensemble grâce au hockey, et que ça ne fait que commencer.

« J’ai toujours été reconnaissant que nos enfants aiment le hockey et le sport en général, indique-t-il. C’est une passion que j’ai pu leur transmettre et grâce à laquelle j’ai pu passer du temps avec eux. Nous sommes très chanceux. »

Voir plus

Une communauté unie autour d’une Canadette

Quand Amy St. John a été gravement blessée après un tragique accident en décembre dernier, sa famille de hockey a soutenu sa mère et ses quatre frères et sœurs

Katie Brickman
|
26 May 2022

Lorsqu’une tragédie a frappé l’une des leurs, la communauté du hockey de Brampton s’est ralliée.

En décembre dernier, Amy St. John, des Canadettes de Brampton, une équipe de la division M15, a été grièvement blessée après avoir été frappée puis traînée par un autobus scolaire alors qu’elle se rendait à l’école.

La gardienne de but âgée de 12 ans a été transportée d’urgence à l’hôpital Sick Kids de Toronto, mais a dû être transférée à St. Michael’s en raison de l’ampleur de ses blessures. Ayant subi une blessure par écrasement à l’arrière du bassin ainsi que d’importantes lésions nerveuses à la jambe gauche, elle a dû avoir recours à une chirurgie reconstructive.

Lorsque Tina Kelloway, vice-présidente de l’Association de hockey féminin des Canadettes de Brampton (BCGHA) a appris l’accident, elle a immédiatement communiqué avec la mère d’Amy, Joelle, pour savoir comment l’Association pouvait venir en aide à sa famille.

« J’étais dévastée et encore aujourd’hui, quand j’y pense, j’ai envie de pleurer, s’attriste Kelloway. Je connais Amy depuis des années, car elle a gravi les échelons de nos divisions de nos ligues maison. Elle a toujours eu beaucoup de plaisir à jouer au hockey : je ne l’ai jamais vue à l’aréna sans sourire.

« Je ne peux imaginer à quel point ça doit être difficile pour Amy et sa famille. Quelle horrible histoire. »

Joelle ne peut plus travailler car elle doit prendre soin d’Amy, qui est la plus jeune de cinq enfants.

Pour pallier aux difficultés financières découlant des soins médicaux et de physiothérapie qu’a reçus et que doit continuer de recevoir Amy, les membres des Canadettes ont rapidement uni leurs forces pour trouver un moyen d’aider les St. John.

« Une autre maman et moi avons lancé une page de collecte de fonds, mais nous avons demandé à la ligue de contribuer en la faisant connaître, explique Jill Hartling, responsable des Canadettes. Les filles étaient complètement sous le choc et toute l’équipe a immédiatement voulu aider. »

Pour Noël, les membres de la formation ont remis à Amy un panier-cadeau rempli de produits de beauté et de matériel d’artisanat afin de lui remonter le moral.

« Amy était à la maison quand nous sommes allées porter le panier. C’était bien de lui parler et de voir comment elle allait, poursuit Hartling. Notre équipe s’est ralliée autour de la famille St. John, et Amy était dans nos pensées pendant toute la saison. »

La ligue avait déjà organisé une levée de fonds en 2018 pour une autre joueuse qui avait subi un accident et s’est servie de cette expérience dans le cadre de la campagne pour Amy et sa famille. Chaque printemps, la BCGHA tient son tournoi de Pâques, qui est l’un des plus importants tournois de hockey pour filles au monde. Cette année, 380 formations y ont pris part.

Tout au long de l’événement, les Canadettes ont tenu une vente aux enchères par écrit où étaient vendus des souvenirs sportifs et ont raconté l’histoire d’Amy afin de solliciter des dons.

« La majorité des équipes présentes au tournoi ont fait un don ou participé à la vente aux enchères, indique Kelloway. Ç’a fait chaud au cœur de constater tout le soutien offert par la communauté. Nous avons pu récolter beaucoup d’argent grâce à nos activités. »

Joueuses, équipes et personnes anonymes de la région du Grand Toronto ont versé des dons. Au cours des derniers mois, la ligue et la famille St. John ont ressenti toute la solidarité de la communauté du hockey.

« Ça montre à quel point les acteurs du monde du hockey sont exceptionnels et toujours prêts à se serrer les coudes, affirme Kelloway. Je suis soufflée par la générosité des équipes, des joueuses et des familles. Tous ces gens qui viennent en aide à une personne qu’ils n’ont jamais rencontrée, c’est tout simplement incroyable. Cette histoire fait ressortir le côté positif et attentionné de la communauté. Après ces dernières années de pandémie, ça fait du bien. »

Bien qu’Amy ait fait preuve de force et de détermination pendant sa récupération, son pronostic est toujours inconnu. Kelloway et la BCGHA espèrent que les sommes amassées permettront à la famille St. John d’obtenir toute l’aide dont elle a besoin.

Dans une déclaration écrite, Joelle a exprimé à quel point elle et les siens ont été touchés : « Je traverse des moments extrêmement difficiles, mais je suis très émue de l’amour et du soutien que nous donnent les Canadettes. Elles se sont immédiatement ralliées autour de ma famille et moi. Quand on a un enfant qui est victime d’un tel accident, tout change, et sa guérison devient la priorité absolue. Je suis infiniment reconnaissante. »

La campagne de financement pour Amy St. John est toujours en cours.

Voir plus

Hockey Canada annonce les hôtes pour six événements

Six tournois auront lieu dans six provinces de novembre 2022 à mai 2023

NR.021.22
|
11 May 2022

CALGARY, Alb. – Hockey Canada a annoncé les dates et les communautés hôtes pour six événements qui se tiendront pendant la saison 2022-2023, dont le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans, la Coupe de parahockey Canadian Tire et le Défi mondial junior A, qui seront de retour pour la première fois depuis 2019.

Les communautés de Langley et Delta, en Colombie-Britannique, accueilleront le Défi mondial de hockey des moins de 17 ans 2022 du 5 au 12 novembre, permettant ainsi à la région métropolitaine de Vancouver de voir l’élite de la relève à l’œuvre.

La Coupe de parahockey Canadian Tire 2022 aura lieu à Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, du 27 novembre au 3 décembre. Il s’agira d’une première destination dans les Maritimes depuis 2016 pour cet événement.

Véritable vitrine pour les meilleurs joueurs de niveau junior A au Canada et à l’international, le Défi mondial junior A 2022 se tiendra à Cornwall, en Ontario, du 11 au 18 décembre.

Deux des championnats nationaux de Hockey Canada retrouveront leur calendrier habituel d’avril en 2023. La Coupe Esso s’amorcera à Prince Albert, en Saskatchewan, le 23 avril, tandis que la Coupe TELUS prendra son envol le 24 avril à Saint-Hyacinthe, au Québec.

La Coupe du centenaire 2022, présentée par Tim Hortons, aura lieu à Portage la Prairie, au Manitoba, en mai 2023, ce qui marquera une quatrième édition manitobaine du Championnat national junior A du Canada.

« Nous sommes ravis d’annoncer les communautés hôtes pour six événements de la saison 2022-2023, et nous avons hâte de présenter certains des plus grands événements de hockey au monde à différents endroits au pays », a affirmé Dean McIntosh, vice-président des événements et propriétés à Hockey Canada. « La tenue d’événements de cette ampleur ne serait pas possible sans nos incroyables partenaires locaux, que nous remercions pour leur appui tout au long des préparatifs menant à chacun des tournois. »

Les billets sont maintenant en vente pour le Défi mondial junior A 2022 à Cornwall, en Ontario, au HockeyCanada.ca/Billets. Les dates de mise en vente pour les autres événements seront annoncées plus tard.

Pour de plus amples renseignements sur Hockey Canada, veuillez consulter le HockeyCanada.ca, vous abonner au Cercle des initiés de Hockey Canada ou suivre les médias sociaux Facebook, Twitter et Instagram.

Voir plus

S’épauler dans les moments difficiles

Des conditions météorologiques jamais vues ont causé des inondations et des glissements de terrain en C.-B., mais la communauté du hockey s’est unie pour les habitants et membres des équipes affectés

Shannon Coulter
|
17 January 2022

La communauté du hockey est unique en son genre. Dans les moments difficiles, les familles de hockey de partout au pays ont prouvé à maintes reprises qu’elles sont prêtes à se retrousser les manches pour venir en aide à leur collectivité.

Quand des averses sans précédent ont frappé le sud-ouest de la Colombie-Britannique en novembre, plusieurs associations de hockey locales se sont unies pour soutenir les communautés touchées par les inondations et glissements de terrain dévastateurs. Voici quelques exemples de l’aide apportée par certaines associations et équipes.

Association de hockey mineur de Summerland

Le Posse de Princeton est peut-être un rival de longue date des Jets de Summerland, mais cette rivalité a été mise de côté pour le bien de la communauté après une inondation destructrice. Quand l’équipe des M9 de Summerland a accueilli le Posse, des joueurs, parents et membres du personnel ont organisé une collecte de denrées pour les remettre à des familles du Posse. De plus, l’équipe a préparé des sacs-cadeaux pour chaque joueur de Princeton comprenant des cartes Pokemon et de hockey.

« Un vrai moment canadien. »

Association de hockey mineur Greater Vernon

Après avoir accueilli les Centennials de Merritt, l’équipe de développement C des M11 des Junior Vipers de Vernon a invité ses adversaires à manger de la pizza dans le vestiaire. Des joueurs des Vipers ont aidé à préparer le vestiaire avant le match, espérant que ce petit geste ferait sentir aux joueurs des Centennials que les autres communautés de la Colombie-Britannique sont là pour eux.

L’association a encore une fois fait preuve de bonté quand les Hawks d’Abbotsford, qui devaient se rendre à Vernon pour un tournoi, ont dû annuler leurs plans de voyage en raison des inondations. Selon la page Facebook de l’Association de hockey mineur Greater Vernon (GVMHA), des participants et spectateurs au tournoi ont uni leurs efforts afin d’amasser 1 000 $ pour les Hawks avant le temps des fêtes.

« Nous sommes tellement fiers de ces gestes de bonté et de bienveillance. MERCI! »

Vees de Penticton — Ligue de hockey de la Colombie-Britannique

Après une victoire signée lors d’une fin de semaine à Trail, en Colombie-Britannique, les Grizzlies de Victoria se sont rendus à Penticton pour ce qui devait être un séjour d’une nuit. Cependant, en raison de la tempête historique, l’équipe a dû rester là-bas au lieu de revenir à la maison.

En raison du séjour prolongé et inattendu, les membres des Vees de Penticton se sont levés et ont donné aux Grizzlies l’accès à un vestiaire et à leur patinoire pour s’entraîner pendant qu’ils étaient en ville.

« Quand le match commence, on veut battre l’autre équipe, mais on est des partenaires et on voulait faire en sorte que leur séjour soit le plus paisible possible », a commenté le président, entraîneur-chef et directeur général des Vees, Fred Harbinson, à CTV News.

« Les gars retournent à la maison après une fin de semaine prolongée sur la route en raison des conditions routières. Merci pour tout à la Ville de Penticton, aux citoyens, aux Vees de Penticton, au Penticton Lakeside Resort et à la communauté locale des affaires. »

Association de hockey mineur de Squamish

Après l’annulation d’un match de l’équipe des M13 A2 des Eagles de Squamish contre Chilliwack en raison de la tempête, les joueurs ont décidé d’organiser une collecte de denrées. Le club s’est réuni près d’une épicerie locale pour encourager les clients à aider à remplir un filet de hockey avec des denrées pour venir en aide aux victimes des inondations de la vallée du Fraser.

Avec l’appui d’une cuisine communautaire de Cloverdale pour la distribution, les Eagles ont amassé 530 $ et préparé plusieurs paniers de denrées pour les gens touchés par les inondations à Chilliwack.

« Une équipe de hockey de Squamish vient en aide aux victimes des inondations à Chilliwack. »

Association de hockey mineur de Mission

Quand les Stars de Mission ont entendu parler des inondations sans précédent, l’association a organisé une collecte. L’événement d’une durée de quatre heures au centre communautaire a permis d’amasser des denrées, des draps, des vestes d’hiver, des bas et des articles de toilette pour redonner aux communautés dans le besoin.

« L’Association de hockey mineur de Mission organise une collecte. »

Association de hockey mineur Ridge Meadows

L’équipe des M18 C1 de l’Association de hockey mineur de Ridge Meadows se préparait pour un tournoi de hockey à Abbotsford quand les inondations ont fait rage. Quand l’équipe a constaté les répercussions dévastatrices à Abbotsford, elle a décidé de faire un don de 300 $ au Abbotsford Disaster Relief Fund pour venir en appui aux familles de hockey et autres personnes affectées par les inondations.

« Nous sommes vraiment fiers de notre équipe des M18 C1 qui a fait un don au hockey mineur d’Abbotsford au nom du Abbotsford Disaster Relief Fund lors de son dernier match. Nous sommes une famille de hockey. »

Association de hockey mineur de Cloverdale

L’Association de hockey mineur de Cloverdale avait planifié un tirage moitié-moitié pour son équipe des M21 en décembre. Après les tempêtes dévastatrices de novembre, l’association a voulu organiser une levée de fonds pour contribuer aux efforts d’aide. L’association a annoncé que 25 % des profits de ses tirages moitié-moitié allaient servir à aider les victimes.

« Notre tirage moitié-moitié se fera EN LIGNE! Il aura lieu le 22 décembre à 18 h. Bien que nos tournois soient une occasion importante pour tenir nos collectes de fonds, nous voulons aussi aider les victimes des récentes inondations. Ainsi, 25 % de nos profits iront aux victimes. »

Association de hockey mineur North Delta

L’Association de hockey mineur North Delta a décidé d’organiser une collecte de bouteilles pour soutenir les habitants de Merritt, en Colombie-Britannique, évacués en raison des inondations. Tam Manery, dont le tournoi du fils à Merritt a été annulé, est celui qui est à l’origine de cette idée.

Malgré une température peu clémente durant la collecte, les parents et les joueurs ont aidé à recueillir et classer les bouteilles. L’association a confirmé que les gens ont été généreux avec leurs dons en bouteille et en argent, et que tous les profits étaient destinés à une cause importante.

« Merci à tous! »

Merci à ces clubs de hockey et à tout le monde qui a aidé dans les communautés de leur coin en épaulant des gens dans des moments difficiles. Les effets positifs de votre implication dans la communauté nous inspirent tous à contribuer à changer les choses.

Vous avez une idée d’histoire pour la Communauté? Faites-nous-en part!

Voir plus

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

[email protected]

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

[email protected]

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

[email protected]

 

Videos
Photos
play_logo
FHC : Rêves devenus réalité à Membertou
play_logo
CMM : Faits saillants – SWE 4, CAN 2 (médaille de bronze)
play_logo
CMM : Faits saillants – SUI 3, CAN 2 TB (demi-finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 6, SVK 3 (quart de finale)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, CZE 3 Prol. (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Retour sur un parcours endiablé à Riga
play_logo
Coupe du Centenaire : Faits saillants – Collingwood 1, Melfort 0 (Match pour le médaille d'or)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 3, SUI 2 (ronde préliminaire)
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 5, FIN 3 (ronde préliminaire)
play_logo
ENM : Fierté et passion derrière le banc
play_logo
CMM : Faits saillants – CAN 4, NOR 1 (ronde préliminaire)
play_logo
Canucks de Calgary (AJHL) c. Mustangs de Melfort (SJHL) | Coupe du centenaire
Horaire
HC Logo
Edmonton, Alb., Canada
août 3 - 10