nwu18t japan gala feature
Des guerrières empreintes d’humilité
L’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada a trouvé une inspiration en or dans la culture guerrière du Japon
Quinton Amundson
|
17 juin 2019
|

Howie Draper et son personnel ont fait des recherches en ligne pour formuler une identité de groupe qui propulserait l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada vers une médaille d’or au Championnat mondial féminin des M18 2019 de l’IIHF.

Idéalement, la notion de formation de l’esprit de corps devait établir un lien avec la culture japonaise, puisque la ville d’Obihiro, située dans le nord du Japon, accueillait le tournoi à huit équipes.

Ils ont obtenu leur réponse en trouvant des renseignements sur l’onna-bugeisha, un type de guerrières japonaises qui ont accompagné des hommes samouraïs sur le champ de bataille à des moments cruciaux.

Ces combattantes étaient vénérées pour l’honneur, la loyauté, la générosité, la résilience et l’humilité dont elles faisaient preuve en se portant à la défense des familles et de l’honneur.

« Nous avons pris cette image numérique d’une guerrière onna-bugeisha et décidé qu’elle serait celle qui nous mènerait dans notre bataille au Japon », explique Draper, entraîneur-chef de la troupe canadienne.

Chacune des joueuses devait incarner une onna-bugeisha.

« Nous devions être le reflet d’une guerrière empreinte d’humilité », affirme la capitaine, Maggie MacEachern. « Le respect, l’honnêteté, l’optimisme et le courage sont des caractéristiques de ce type de guerrière. Chaque jour, nous choisissions un nouveau mot et nous nous efforcions d’incarner cette valeur le plus possible. »

Grâce à un groupe tissé serré et à deux victoires en trois matchs dans une série estivale contre les États-Unis, Équipe Canada semblait bien placée pour connaître du succès au Japon.

La formation canadienne a eu un autre signe que la gloire pointait à l’horizon quand les joueuses ont rencontré le kannushi (prêtre) du sanctuaire Tarumaesan – Tarumaesan signifie « lieu d’énergie positive » – qu’elle a visité pour effectuer le Hatsumōde, un rituel du Nouvel An japonais pour souhaiter la santé, la joie et le succès.

« Il est venu à notre rencontre et quelques danseurs ont interprété une danse du succès pour nous », confie Draper. « Il nous a bénis et à la fin de son discours, il a dit : "Vous allez gagner" ».

Équipe Canada a concrétisé la prédiction du kannushi. Cependant, l’obtention de l’ultime victoire sur le champ de bataille glacé n’a pas été facile.

À la manière des guerrières onna-bugeisha qui affilaient la lame de leur naginata pour se préparer à un duel, les Canadiennes ont amorcé leur préparation pour la ronde éliminatoire avec deux matchs qui se sont soldés par un écart d’un but. Après avoir vaincu la Suède 2-1, le Canada a baissé pavillon 3-2 devant les États-Unis.

« Le sentiment de goûter à l’échec est quelque chose dont tu as besoin pour forger un plan qui rendra ton équipe meilleure dans l’espoir de connaître du succès dans l’avenir », analyse Draper.

Le seul triomphe convaincant du Canada a été obtenu en conclusion de la ronde préliminaire au compte de 5-1 contre la Russie, mais le match revanche entre les deux troupes en demi-finale a été plus difficile à gagner. Après 60 minutes de jeu, les deux contingents étaient nez à nez 3-3.

MacEachern a avoué avoir été « très nerveuse » à l’amorce de la prolongation. Elle était l’une des quatre seules vétérantes – avec Alexie Guay, Julia Gosling et Grace Shirley – qui avaient vu leur rêve de conquérir l’or être anéanti au Mondial de 2018, à la suite d’un revers de 4-3 aux mains des Américaines en demi-finale.

« Je ne l’avais pas oublié », lance-t-elle. « Chaque fois que je me retrouvais au banc, je me disais que c’était notre chance. Si je voulais changer le résultat de l’année précédente, ça devait commencer maintenant. »

Le cran de MacEachern et des autres vétérantes a déteint sur les membres de première année de l’équipe.

« Dès que la ronde des médailles a pris son envol, nos meneuses se sont levées », explique Maddi Wheeler. « Elles voulaient fournir cet effort supplémentaire et je pense que cela a aidé les plus jeunes joueuses comme moi à être aussi bonnes qu’elles. »

Danielle Serdachny a été l’héroïne de la demi-finale, inscrivant le but vainqueur à la 44e seconde de la prolongation pour envoyer les Canadiennes au match pour la médaille d’or.

Le Canada a fait preuve de la même ténacité qu’une onna-bugeisha encore une fois en finale; en retard par un but au commencement de la troisième période, Anne Cherkowski a nivelé la marque à 2-2 avec moins de neuf minutes à écouler dans la partie pour forcer la tenue d’une prolongation.

« C’était un groupe qui, pour quelconque raison que ce soit, devait trouver un moyen de l’emporter », commente Draper. « Quand vous avez une telle troupe d’athlètes, de bonnes choses ont tendance à survenir. »

Et elles ont réussi. À seulement 1 min 34 s de la prolongation, pendant un jeu de puissance du Canada, Wheeler a transporté la rondelle sur l’aile droite pour ensuite marquer sur son propre retour et permettre du même coup aux Canadiennes de retourner sur la plus haute marche du podium pour la première fois depuis 2014.

« Je me souviens juste d’avoir vu la rondelle pénétrer avant de lancer mes gants et de prendre Alexie Guay dans mes bras, puis toutes nos autres coéquipières se sont empilées les unes sur les autres », raconte Wheeler. « C’était incroyable. »

MacEachern a vécu toute une gamme d’émotions durant le match pour la médaille d’or.

« Entre la troisième période et la prolongation, c’était vraiment stressant. Je ne pense pas avoir déjà été aussi nerveuse de jouer. Puis il y a eu ce sentiment d’euphorie quand Maddi Wheeler a touché le fond du filet. Nous avons toutes célébré et je ne me souviens même pas ce qui est arrivé. Nous étions toutes là à crier. C’était tellement cool. »

Pour plus d'informations :

à déterminer
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
403-777-4567 / 905-906-5327 (mobile)
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-612-2893 (mobile)
[email protected]

 

Videos
Photos
AAEC : La concrétisation d’un rêve pour KPMG
Pour une 10e année, l’Association des anciens d’Équipe Canada et KPMG se sont associées pour offrir un match de rêve à des clients à Calgary.
CMM 2019 : FIN 3 – CAN 1 (Médaille d’or)
Theodore marque, mais le Canada se contente de l’argent à Bratislava.
CMM 2019 : CAN 5 – CZE 1 (Demi-finale)
Matt Murray fait 40 arrêts et mène le Canada en finale.
CMM 2019 : CAN 3 – SUI 2 PROL. (Quart de finale)
Severson marque à la fin et Stone compte en prol. dans un gain du Canada.
Horaire
Close
Credit