loren gabel feature
La petite nouvelle
Après avoir fait son chemin à l’université, Loren Gabel attire l’attention sur la scène internationale au Championnat mondial féminin de l’IIHF
Katie Brickman
|
11 avril 2019
|

Les échecs n’ont jamais empêché Loren Gabel de réaliser ses rêves.

L’athlète de 21 ans participe à son premier Championnat mondial féminin de l'IIHF en Finlande, après une saison mouvementée au cours de laquelle elle a fait ses débuts avec l’équipe nationale féminine du Canada il y a seulement six mois, à la Coupe des 4 nations, à Saskatoon, Sask.

Gabel n’a pas perdu de temps pour faire sa marque sur la scène internationale. La joueuse de Kitchener, Ont., a inscrit le premier but du Canada en lever de rideau du tournoi dans une victoire contre la Suisse et a récolté deux buts et une aide face à l’équipe hôte de la Finlande en conclusion de la ronde préliminaire.

« C’est un immense honneur de faire partie de quelque chose qui est tellement plus grand que moi », philosophe-t-elle. « C’est la concrétisation d’un rêve de me retrouver ici. J’ai travaillé pour cela toute ma vie. »

En 2014, Gabel a été ignorée par l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada et en 2016, elle n’a pas été sélectionnée par l’équipe nationale féminine de développement du Canada. Ce sont ces dénouements qui ont poussé Gabel à ne pas lâcher.

« Il y aura des hauts et des bas et c’est important de continuer d’aller de l’avant, sachant que tu as des rêves et des objectifs qui seront réalisés un jour », confie Gabel. « Il faut persévérer beaucoup dans la vie. Le fait d’avoir été retranchée deux fois m’a fait réfléchir et travailler sur des aspects de mon jeu que je devais améliorer. »

Gabel n’a jamais cessé de croire en elle et de travailler sur la glace comme à l’extérieur pour devenir une meilleure joueuse. Elle a d’ailleurs pris des centaines de tirs avec la machine de tir RapidShot sur les lieux de l’entreprise de ses parents, le G&G Skate Training Centre, à Kitchener.

Peu importe ce qu’elle a fait, ça a fonctionné. Les occasions ratées de Gabel ont été une source de motivation pour devenir l’une des plus prolifiques marqueuses du hockey féminin et connaître deux des saisons les plus impressionnantes des dernières années dans la NCAA.

En plus d’avoir gagné deux championnats nationaux de suite avec l’Université Clarkson, Gabel a remporté deux titres de Joueuse de l’année de l’ECAC, elle a été nommée deux fois à la première équipe des étoiles américaines et elle a dominé la NCAA au chapitre des buts cette saison (40 en 38 parties).

Elle a terminé sa quatrième année en devenant seulement la huitième joueuse canadienne à gagner le prix Patty-Kazmaier remis à la meilleure joueuse de hockey féminin de la NCAA, ce qui lui a permis d’attirer toute l’attention de Hockey Canada.

« Mes quatre années à Clarkson ont été une expérience incroyable que je n’oublierai jamais. J’ai réalisé un rêve en remportant deux championnats consécutifs », lance-t-elle. « Mes partenaires de trio et coéquipières m’ont poussée chaque jour à devenir une meilleure joueuse. »

Pour Matt Desrosiers, entraîneur-chef de Gabel à Clarkson et entraîneur adjoint d’Équipe Canada, il n’est pas surprenant qu’elle démontre ses habiletés et sa confiance sur la plus grande scène du hockey.

« Elle a travaillé excessivement fort pour se rendre là. Durant ses quatre années à Clarkson, elle a fait d’immenses pas pour s’améliorer », fait remarquer Desrosiers. « Elle a trimé dur pour commencer à récolter les fruits de ses efforts. »

Gabel a toujours eu cette capacité à marquer des buts, mais elle voulait devenir une joueuse plus complète. Le fait d’être meilleure dans les trois zones lui a permis de créer plus d’occasions en attaque et elle en a profité.

« Elle a toujours eu cette capacité. Je pense qu’elle est devenue tellement meilleure dans cet aspect du jeu au fil des ans », commente Desrosiers. « Lorsqu’elle est arrivée à sa première année à Clarkson, elle était une jeune talentueuse en offensive et elle a marqué quelques buts. »

« Elle devait apprendre quelques aspects du jeu défensif et comprendre que cela l’aiderait sur le plan offensif. Elle a commencé à jouer davantage sur 200 pieds et cela l’a aidée à améliorer de beaucoup ses prouesses offensives. Son attitude et sa volonté d’écouter et de tenir compte des rétroactions sur son jeu l’ont aidée à devenir une marqueuse de l’élite. »

Gabel est humble quand on lui dit qu’elle marque aux moments opportuns et elle en profite pour donner le crédit aux joueuses qui l’entourent.

« Je ne dirais pas que je marque des buts aux moments opportuns… des choses arrivent et soudainement tu te trouves au bon endroit au bon moment », explique-t-elle. « Je ne pourrais pas marquer autant de buts sans l’aide de mes coéquipières et de mes partenaires de trio. Je pense plutôt que je saisis mes chances quand je peux. J’essaie de prendre beaucoup de tirs au filet et j’espère que certains touchent la cible. C’est ce qui est arrivé cette année. »

Marquer des buts, c’est la clé dans un tournoi de courte durée comme le Championnat mondial féminin de l'IIHF. C’est l’une des raisons pourquoi Gabel a été choisie malgré une expérience limitée de 12 matchs à l’international.

Mais Desrosiers pense – et les Canadiens ont pu le constater – que Gabel est prête à relever le défi.

« C’est difficile de trouver des marqueuses de l’élite. Loren a un brillant avenir si elle continue de progresser et de s’améliorer comme elle le fait », dit-il. « Si elle réussit, elle sera une joueuse de l’élite d’Équipe Canada pour longtemps. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-777-4567
Cellulaire : 905-906-5327
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
Bureau : 403-284-6427
Cellulaire : 403-612-2893
[email protected]

 

Videos
Photos
ENF 2019-2020 : CAN 5 – USA 3 (Match 2)
Clark réussit un tour du chapeau et le Canada balaie la série.
CNFM18 2019 : ON-R 3 – SK 1 (Or)
Campbell obtient deux points au match pour la médaille d’or.
CNFM18 2019 : QUE 2 – ON-B 1 PROL. (Bronze)
Lussier donne une médaille de bronze au Québec en prolongation.
DM17 2019 : CAN Rouges 6 – SWE 2 (5e place)
Nadeau a inscrit deux buts dans un gain de Canada Rouges.
Horaire