hamelin at 2015wjc
Une tradition de la veille du jour de l'An
Qu’on soit un joueur, un partisan ou un patineur de vitesse médaillé d’or aux Jeux olympiques, il n'y a rien de tel qu'un affrontement Canada-États-Unis le 31 décembre au Championnat mondial junior de l’IIHF
David Brien
|
24 octobre 2016
|

C'était la veille du jour de l'An 2014. Le Championnat mondial junior de l’IIHF battait son plein. Le Canada allait se mesurer aux États-Unis.

Charles Hamelin savait qu'il devait y être.

« Dès que nous sommes entrés dans le Centre Bell, nous avons ressenti l'ambiance classique qui règne lors des plus grands matchs de hockey », se rappelle Charles, un athlète triple médaillé d’or en patinage de vitesse aux Jeux olympiques d’origine montréalaise. « Il y a toujours un peu de tension dans l'air avant un match Canada-États-Unis, peu importe le tournoi. »

Et peu de tournois mettent aussi bien en valeur la rivalité nord-américaine que le Mondial junior.

Pour beaucoup de personnes, le 31 décembre signifie le temps de changer de calendrier, de faire de nouvelles résolutions et de célébrer avec famille et amis la fin d'une année et le début d'une autre. Pour les partisans de hockey, surtout ceux au Canada et aux États-Unis, il y a aussi autre chose.

La première bataille entre les deux équipes la veille du jour de l'An, une victoire de 5-4 du Canada, a eu lieu au Mondial junior 1988, mais ce n'est qu'au cours des dix dernières années que l'événement est devenu un incontournable à la télévision; six des neuf rencontres au total sont survenues depuis 2006, alors que les deux équipes sont des aspirantes à la médaille d'or année après année.

Un dixième rendez-vous se tiendra cette année, lorsque le Air Canada Centre accueillera la finale du groupe B. Le Canada tentera alors d'améliorer sa fiche de 7-1-1 (l'équipe a signé six gains de suite et demeure invaincue en sept matchs depuis une défaite à Winnipeg le 31 décembre 1998).

Ces matchs sont presque toujours serrés – cinq des sept victoires du Canada la veille du jour de l'An ont été remportées par une priorité d'un seul but, dont une fois en tirs de barrage –, mais c'est celui que le Canada a gagné par le plus grand écart qui s'avère sans doute le plus mémorable.

Au Mondial junior de 2009 à Ottawa, où le Canada pouvait égaliser un record avec une cinquième médaille d'or de suite, les États-Unis avaient pris les devants 3-0 après seulement 13 minutes de jeu. Cette avance n'allait pas durer. John Tavares a touché la cible deux fois en 48 secondes afin de réduire l'écart à un but pour le Canada, Jordan Eberle a créé l’égalité avant la fin de la première période, et le Canada a finalement remporté le match 7-4, tandis que Tavares – qui serait nommé Joueur par excellence à la fin du tournoi – a complété son tour du chapeau dans un filet désert.

Mais revenons à 2015, et à l'expérience de Charles Hamelin au Mondial junior.

Il ne chausse peut-être pas le même type de patins que les joueurs de hockey, mais l'athlète olympique sait de quoi il parle lorsqu'il est question du Canada, des États-Unis et des enjeux majeurs au hockey international.

Aux Jeux olympiques d’hiver de Vancouver en 2010, Charles était sur les lieux à la Place Hockey du Canada pour assister à la conquête de l'or à domicile des équipes masculine et féminine. Quatre années plus tard, il a vu les équipes récidiver à Sotchi.

En quoi ces matchs pour la médaille d’or olympique se comparent-ils à la veille du jour de l'An et au Mondial junior? On y trouve la même intensité et – à tout le moins dans le cas des Jeux olympiques de Vancouver – une foule remplie de partisans locaux.

« Les joueurs savent ce que ça signifie de représenter leur pays et à quel point c'est important d’avoir de bonnes performances devant leurs partisans au moment des plus grands matchs », dit-il. « Comme athlète, l'appui de la foule dès les premiers instants de la rencontre procure un sentiment incroyable ».

Tout comme l'équipe nationale junior du Canada, Charles a déjà goûté à la victoire. Et il sait lui aussi qu'une victoire aux dépens des États-Unis n'en est que plus savoureuse.

Au début de sa carrière, il se mesurait fréquemment à la légende américaine du patinage de vitesse Apolo Ohno, souvent dans le cadre des événements les plus importants de leur sport. L'objectif premier demeurait toujours l'or, mais Charles est le premier à admettre qu'atteindre cet objectif tout en défaisant son rival ajoutait à son triomphe.

« Lorsqu'il me battait, ça me faisait toujours un pincement au cœur, et c'était la même chose pour lui si c'était moi qui gagnait », raconte-t-il. « Pour les Canadiens, perdre aux mains des Américains est toujours plus frustrant que toute autre défaite, et c'est quelque chose que j'ai l'impression de partager avec l'équipe nationale junior. »

Ce jour-là, au Centre Bell, Charles n'avait pas à se soucier d'une éventuelle défaite. Les Canadiens ont protégé une avance de 3-1 jusqu'à une fin de match frénétique; les équipes ont inscrit ensemble un total de quatre buts en 2 min 34 s avant la fin de la rencontre. Le Canada s'est accroché pour l'emporter par la marque de 5-3, demeurer parfait en ronde préliminaire et s'emparer de la tête du groupe A.

Quel est le souvenir le plus marquant de Charles?

« Tout le monde portait un chandail d'Équipe Canada, c'était comme une mer de rouge », affirme-t-il. « Et tout ça un 31 décembre! Souvent, les gens se cherchent une activité en famille ou une fête avec des amis. Mais, ce jour-là, 21 000 partisans de hockey se sont rendus au Centre Bell pour encourager le Canada. C'était spectaculaire de voir autant de passion de la part des partisans. »

« Que ce soit à une compétition de patinage de vitesse ou pendant un match de hockey, être un Canadien parmi une foule canadienne donne lieu à des moments fantastiques. C'est incroyable de faire partie d'une foule qui donne de l'énergie aux équipes sur la glace. »

Pour plus d'informations :

à déterminer
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
[email protected]

 

Spencer Sharkey
Coordonnateur, communications
Hockey Canada
403-777-4567 / 905-906-5327 (mobile)
[email protected]

 

Katie Macleod
Coordonnatrice, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-612-2893 (mobile)
[email protected]

 

Videos
Photos
CMM 2019 : CAN 8 – GER 1 (Préliminaire)
Stone compte trois buts, Mantha, deux, et le Canada bat l’Allemagne.
CNJA 2019 : BRO 4 – OTT 3 (Demi-finale)
Boyko marque et prépare le but gagnant et les Bandits iront en finale.
CNJA 2019 : PG 2 – OAK 1 (Demi-finale)
Neaton réussit 32 arrêts et aide les Spruce Kings à passer en finale.
CMM 2019 : CAN 5 – FRA 2 (Préliminaire)
Mantha marque deux autres buts et le Canada gagne un troisième match.
Horaire
Close
Credit