© Glenbow Archives
Là où aucune autre équipe n'avait été auparavant
Il y a 50 ans, les Miners de Drumheller sont devenus la première équipe de hockey du « monde libre » à jouer en Allemagne de l'Est
Paul Edmonds
|
19 janvier 2017
|

C'était une série de hockey de la Guerre froide avec très peu de motivation politique, ce qui était certainement unique à l'époque dans cette partie de la planète.

Aucune attention spéciale n'y avait été apportée, même si une équipe canadienne devait passer le rideau de fer pour y prendre part. Et les résultats importaient peu sur le plan bureaucratique.

En d'autres mots, il n'y avait aucune similitude avec la Série du siècle de 1972, qui a marqué l'histoire.

Pour un groupe d'Albertains, qui venaient juste de gagner le championnat de la Coupe Allan, le seul autre objet qu'ils avaient en leur possession, autre que leur équipement pour cette série de deux matchs en Allemagne de l'Est, était de la gomme.

Double menthe, plus précisément.

Plusieurs échantillons.

« On nous avait dit d'apporter de la gomme ici », confie Jack Yucytus, un défenseur des Miners de Drumheller, une formation qui après avoir remporté la Coupe Allan 1966 en six parties contre les Beavers de Sherbrooke avait été invitée par l'Association canadienne de hockey amateur (maintenant Hockey Canada) le Noël suivant pour jouer deux matchs hors concours en Allemagne de l'Est.

Ces matchs servaient d'échauffement aux Canadiens qui étaient en début de voyage en Europe pour entre autres représenter le pays à la Coupe Ahearne en Suède.

« La gomme était très populaire là-bas », ajoute Yucytus. « Bien sûr, l'équipe en avait apporté des paquets parce qu'ils étaient si faciles à traîner. Les jeunes l'appréciaient. »

En tant que champions de hockey senior, les Miners ont joué deux matchs en Allemagne de l'Est à Dresde et Weiswasser et ils étaient considérés comme étant la première équipe provenant du « monde libre » à jouer au hockey en Allemagne de l'Est, contrôlée alors par un régime communiste.

Ils ont remporté les deux matchs (3-2 et 2-0) hors concours avant de se diriger vers Stockholm et la Finlande pour poursuivre leur tournée de hockey.

À l'époque Yucytus était un mari et un père de 35 ans qui travaillait à temps plein pour Union Oil (aujourd'hui 76, une division de Phillips 66 Company); il dirigeait la division de la paie. C'est ce partage entre le travail et le hockey qui l'a contraint à rater la photo de championnat de l'équipe.

Mais le hockey senior avec les Miners a permis à Yucytus de continuer de jouer au hockey avec passion de façon compétitive dans sa province natale pour demeurer dans le hockey élite et profiter de quelques avantages.

Cependant, le voyage en Europe avec les Miners ne représentait rien de nouveau pour l'athlète de Calgary; Après avoir complété sa carrière de hockey junior quelques années plus tôt à Lethbridge et à la suite d'une participation à un camp d'essai des agents libres des Rangers de New York avec environ 70 autres joueurs à Winnipeg, il s'était aventuré de l'autre côté de l'Atlantique. Il a joué plusieurs années dans des pays comme l'Allemagne de l'Ouest, l'Angleterre et l'Écosse avant de retourner à la maison.

« J'ai célébré mon 20e anniversaire là-bas », dit-il.

Mais même en ayant vécu quelques expériences culturelles significatives en Europe de l'Ouest, le séjour de hockey en Allemagne de l'Est était différent, mais éclairant et cordial.

« C'était rustique là-bas », se souvient-il. « Mais les gens ont été formidables et ils nous ont bien traités. »

Puisque les deux matchs en Allemagne de l'Est avaient été disputés juste avant Noël et que les Miners venaient de la région froide des Prairies, les joueurs étaient bien préparés pour l'hiver européen.

En fait, ils portaient leurs manteaux d'équipe de la Baie D'Hudson, un parka d'hiver de laine épais, chaud et coloré. Même en dehors de la glace, les Canadiens ne passaient pas inaperçus.

Même si leur séjour n'a pas été très long, les Miners ont goûté à l'histoire et à la culture des deux villes en tant que touristes. Ce fut particulièrement le cas à Dresde, qui est célèbre pour sa production de vaisselle précieuse de Chine et bien sûr, de bières allemandes.

Et que serait une visite en Allemagne sans un arrêt dans une brasserie? Même si pour les Miners l'insistance de leurs hôtes d'y aller le jour d'un match semblait un peu bizarre.

« Le jour du premier match, ils nous ont amenés dans une brasserie de Pilsner », lance Yucytus, aujourd'hui âgé de 85 ans, en riant. « Ça n'avait pas de sens pour nous de visiter une brasserie le jour d'un match. C'était quelque chose qui sortait de l'ordinaire et qui était très inhabituel. »

Mais de façon typiquement canadienne et en tant que vrais ambassadeurs, ils y sont allés, ne se sont jamais plaints et n'ont rien refusé.

Les parties contre l'équipe nationale de l'Allemagne de l'Est avaient lieu dehors et ont nécessité plusieurs interruptions pour retirer la neige qui s'accumulait sur la patinoire.

« On jouait 15 minutes et ils devaient faire le ménage sur la glace », raconte-t-il.

À la Coupe Ahearne, les Miners ont maintenu une modeste fiche de 1-4-1 et ont eu la vie dure après le tournoi en s'inclinant 7-4 devant l'équipe nationale junior russe. Selon Yucytus, l'expérience peut parfois avoir le dessus sur la vitesse, mais pas quand votre équipe est « un groupe de petits vieux » contre des jeunes de 20 ans.

« Ils nous ont botté le derrière », confie-t-il.

Les Miners ont terminé leur voyage en sol européen avec deux parties contre l'équipe nationale finlandaise – une à Tampere, une à Helsinki – pour clore leur tournée avec un dossier de 4-6-1.

En 2008, les Miners de Drumheller de 1965-1966 ont été intronisés au Temple de la renommée du hockey de l’Alberta. Bien sûr, ils formaient un groupe spécial si on pense à cette distinction. Et selon Yucytus, c'était également la dernière fois que les membres survivants de l'équipe s'étaient retrouvés ensemble.

Cependant, leur lien spécial a sans aucun doute été formé en raison des nombreuses heures passées ensemble à voyager en Alberta pour des matchs ou des entraînements.

Yucytus affirme que la plupart des vétérans de cette équipe des Miners venaient de Calgary, alors la route de 90 minutes quatre fois par semaine qui les séparait de Drumheller ou Hanna a permis de bâtir de bonnes relations qui se sont transportées sur la patinoire.

« Souvent, nous avions deux voitures pleines sur la route. Selon moi, c'est pour cette raison que nous avions autant de camaraderie. Nous formions le genre d'équipe où tout était au beau fixe. »

Notamment durant ce voyage spécial en Europe.

Pour plus d'informations :

Lisa Dornan
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 / 403-510-7046 (mobile)
ldornan@hockeycanada.ca

 

Morgan Bell
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-669-1261 (mobil)
mbell@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
OLY 2018 : CAN 1 – FIN 0 (Quart de finale)
Noreau compte tôt en troisième et le Canada passe en demi-finale.
OLY 2018 : CAN 5 – OAR 0 (Demi-finale)
Wakefield marque 2B et le Canada passe en finale pour la sixième fois.
OLY 2018 : CAN 4 – KOR 0 (Préliminaire)
Quatre joueurs marquent, Poulin a un JB et le Canada passe en ¼ fin.
OLY 2018 : CZE 3 – CAN 2 TB (Préliminaire)
Mason Raymond et René Bourque marquent en AN, mais le Canada subit un revers contre les Tchèques.
Horaire
Close
Credit