Se frayer son propre chemin
Ne possédant pas l’expérience des grands matchs de ses coéquipières, Sarah Nurse a dû s’y prendre autrement pour être candidate à l’équipe olympique
Jason La Rose
|
6 octobre 2017
|

Il n’existe aucun plan détaillé de la façon d’accéder aux Jeux olympiques d’hiver.

Certaines joueuses y consacrent beaucoup de temps, acquérant de l’expérience lors d’événements importants comme la Coupe des 4 nations et le Championnat mondial féminin de l’IIHF avant de faire leur entrée sur la plus grande scène du sport.

D’autres y parviennent un peu plus rapidement, profitant de leur talent brut pour concrétiser leur rêve olympique même si elles ont à peine atteint l’âge de la majorité.

Et d’autres, comme Sarah Nurse, font les choses à leur manière, empruntant un parcours différent vers Équipe Canada.

La jeune femme de 22 ans ne possède pas une feuille de route internationale aussi reluisante que certaines de ses coéquipières, mais elle se trouve pourtant sur la glace à Calgary parmi les 28 candidates qui visent l’un des 23 postes au sein de l’équipe nationale féminine du Canada en vue des Olympiques de PyeongChang en février.

Nurse est l’une de seulement quatre joueuses de la centralisation – avec la médaillée d’or olympique de 2014 Mélodie Daoust, Amy Potomak et Micah Zandee-Hart – qui n’ont jamais joué à un Mondial féminin. Elle ne compte que quatre présences avec l’équipe senior à son actif, les quatre à la Coupe des 4 nations 2015.

Mais la native de Hamilton, Ontario, a tout de même reçu une éducation internationale quoique loin des projecteurs braqués sur le hockey. Nurse croit que ce qu’elle a fait au cours des dernières années – à l’intérieur du programme national et à l’extérieur de celui-ci – lui a permis de rester en lice pour l’équipe olympique.

« Je crois certainement avoir emprunté un parcours différent en faisant partie de [l’équipe nationale féminine de développement du Canada] plutôt que de l’équipe senior au cours des dernières années », dit Nurse. « Il y avait certaines choses sur lesquelles Hockey Canada voulait que je me concentre; je pense avoir fait un assez bon travail pour développer ces habitudes et ces petits détails, et c’est ce qui m’a permis d’être ici. »

Elle fait partie intégrante du programme de développement depuis 2014, jouant 21 matchs au cours des trois dernières saisons et remportant l’or et l’argent à la Coupe des nations tout en accumulant une moyenne de presque un point par match (7-12—19 en 21 PJ).

Elle a également profité de sa participation à un programme universitaire qui connaît du succès à l’Université du Wisconsin, où elle a atteint le Frozen Four de la NCAA à chacune de ses quatre saisons et où elle a été nommée à la deuxième équipe des étoiles américaines à sa dernière année l’an passé.

Les succès individuels et collectifs sont donc au rendez-vous. Il suffit maintenant de passer à l’étape suivante où elle se retrouve parmi les meilleures.

« Je ne pense pas [que de ne pas avoir joué à des événements majeurs] que cela me désavantage; ça me place simplement dans une situation différente », affirme Nurse. « D’autres filles ont eu des occasions différentes des miennes, et c’est correct, mais je pense que nous sommes maintenant sur un terrain de jeu égal, et nous avons les prochains mois pour nous préparer aux Olympiques. »

L’élément clé est ce terrain de jeu égal. À la centralisation, on ne vous demande pas « Qu’est-ce que tu as fait pour moi dernièrement? », mais plutôt « Que peux-tu faire pour moi maintenant? », et Nurse sait exactement ce qu’elle peut offrir à Équipe Canada.

Elle a joué au sein du premier trio, elle a marqué des buts (deuxième meilleure buteuse de la NCAA en 2016-2017 avec 25 buts), elle a été parmi les six dernières d’une formation et elle s’est concentrée sur son jeu défensif. De plus, son expérience lui permet de comprendre la pression qui existe lors de camps de sélection et de matchs pour un championnat national, et tout ce qui peut se produire entre les deux.

Elle est comme une femme à tout faire.

« J’ai appris que je suis une joueuse polyvalente », dit Nurse. « J’ai joué plusieurs rôles différents pour Équipe Canada depuis mes débuts, et je crois que ma progression montre aux entraîneurs que je peux jouer différentes positions, et peu importe la position ou la situation qu’ils me confient, je veux être capable d’affronter ces situations et d’exceller. »

L’occasion de participer aux Olympiques se présente une fois tous les quatre ans et il est possible qu’elle ne se représente plus. Pour Nurse, et le reste de ses coéquipières, il n’est pas question de se dire « Et si… ».

Tout ce qu’elle voulait, c’était une occasion, et maintenant qu’elle l’a...

« C’est extrêmement important de profiter de toutes les occasions de porter la feuille d’érable. Je veux cette opportunité, je veux cette occasion. »

Pour plus d'informations :

Lisa Dornan
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 / 403-510-7046 (mobile)
ldornan@hockeycanada.ca

 

Morgan Bell
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-669-1261 (mobil)
mbell@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
C4N 2017 : USA 5 – CAN 1 (Match pour la médaille d’or)
Meghan Agosta réduit l’écart à un but, mais les É.-U. gagnent 5-1.
M17 2017 : CZE 2 – CAN-Blancs 1 (Bronze)
Toman et Teply marquent, et les Tchèques gagnent le bronze.
M17 2017 : USA 6 – CAN-Rouges 4 (Médaille d’or)
Quatre points pour Hughes, une cinquième médaille d’or pour les É.-U.
M17 2017 : RUS 5 – FIN 4 (5e place)
Cinq joueurs ont marqué, 10 ont obtenu des points, et Canada Blancs passe en demi-finale.
Horaire
Close
Credit