© Matthew Murnaghan/Hockey Canada Images
Il n'y a rien comme la maison
En prenant un pas de recul, Maria Dominico est allée de l'avant comme joueuse, sur la glace comme en dehors.
Wendy Graves
|
13 novembre 2016
|

De l'extérieur, il semblait que Maria Dominico avait trouvé l'endroit parfait pour jouer au hockey. Née et ayant grandi à North Bay, Ont., Dominico a déménagé à 300 kilomètres au sud à Whitby, Ont., à l'automne 2014 pour se joindre au Lightning de Durham West, une équipe intermédiaire AA basée à Ajax dans la Ligue provinciale de hockey féminin.

Dominico a adoré sa famille de pension, a aimé jouer pour son équipe et a constaté une progression dans son jeu au point d'être nommée à la formation d'Ontario Rouge pour le Championnat national féminin des moins de 18 ans 2015.

Mais il y avait quelque chose qui faisait qu'elle ne se sentait pas bien.

Ce n'était pas comme à la maison.

« J'ai dû prendre du recul et j'ai réalisé que vivre loin de North Bay et de ma famille n'était pas ce qui était de mieux pour moi. La situation ne m'a pas mise dans un bon état d'esprit », explique-t-elle. « Je suis revenue à la maison parce que je me suis aperçue que j'étais vraiment faite pour rester dans ma ville. »

Même si Dominico a eu du succès sur la glace, elle a vécu quelques difficultés en dehors. La saison de la PWHL prend fin en avril et Dominico est retournée à North Bay pour terminer son année scolaire. S'orienter vers un nouveau programme s'est avéré difficile.

« Il y a une autre raison pourquoi je suis retournée chez moi », confie-t-elle. « Je savais que je pourrais aller à l'école et travailler à atteindre mon plein potentiel. »

Retourner à la maison n'a pas été facile. Elle n'était pas certaine d'où elle jouerait au hockey.

Dominico a contacté Ray Irwin, entraîneur-chef de l'Ice Boltz de North Bay, une équipe midget AA. Irwin l'avait déjà dirigée une saison au niveau pee-wee.

« Un personnel des entraîneurs ne peut qu'être excité quand une joueuse avec autant de talent approche son équipe », lance-t-il. « Elle amène non seulement une grande expérience, mais également des habiletés. Sa présence rend notre équipe tellement meilleure. » Rivaliser avec Dominico force tout le monde à travailler plus fort. « Si elles peuvent contenir Maria à l'entraînement, elles peuvent contenir n'importe quelle joueuse de la ligue. C'était très surprenant de la voir revenir à la maison, mais aucun entraîneur au monde ne lui aurait fermé la porte.

C'est une décision qui en surface semble un pas de recul dans le niveau de hockey où elle jouait. Dominico le reconnaît – « Je comprends que la PWHL est supérieure au midget » – tout comme Irwin – « J'ai été très clair avec elle, que pour ce qui a trait au hockey, je ne croyais pas que c'était une bonne décision pour elle » –, mais en réalité, ce n'était pas vrai. Oui, le niveau de compétition de la PWHL (une ligue pour les moins de 19 ans) est supérieur. Mais la progression d'une joueuse de hockey ne se résume pas que par ses habiletés. Dominico en avait déjà énormément. C'est à propos des intangibles et à propos de se préparer pour son avenir au-delà de ce qui arrive à l'aréna.

Irwin a compris ça quand il a offert un poste dans son équipe à Dominico.

« J'ai reconnu qu'elle avait la maturité pour prendre cette décision », dit-il. « Elle savait qu'il y avait des plus et des moins à revenir dans le midget AA, mais l'école est ce qui a été considérée en priorité dans l'équation. »

Retourner à ses racines a également laissé place à une nouvelle perspective pour Dominico. Avec Durham West, elle était parmi les plus jeunes joueuses. Avec North Bay, elle est l'une des plus âgées. Irwin lui a fait savoir qu'il s'attendait à ce qu'elle s'impose et qu'elle soit une meneuse cette saison.

« Je n'avais jamais vraiment eu la chance d'avoir ce rôle et de m'imposer », affirme Dominico. « Cette réalité m'a fait sortir de ma coquille et parler davantage aux filles. Si j'étais plus jeune, je pourrais faire un pas vers l'arrière et être encore gênée. »

Elle s'est imposée comme la meneuse typique il y a un an. Dominico parle en termes élogieux de sa coéquipière d'Ontario Rouge Lindsay Agnew, la capitaine de la formation championne de la médaille d'or de l'an passé et de l'équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada en 2015-2016. Quand Dominico a inscrit son seul but du tournoi – le but gagnant en demi-finale contre la Colombie-Britannique – elle s'est dirigée directement vers Agnew pour célébrer le but.

Maintenant, c'est à son tour de mener sa troupe. Elle est l'une des quatre seules joueuses de retour avec les championnes en titre. Ayant sorti de sa coquille, Dominico profite d'une nouvelle chance de sortir encore plus de sa zone de confort et d'être une influence constante.

C'est un rôle qu'elle continuera de jouer par la suite. Elle a été active avec North Bay et l'Association de hockey District Girls depuis son retour à la maison, étant une instructrice à un camp des habiletés et servant de mentore aux jeunes joueuses de l'Ice Boltz.

Dominico a fait ça avec sa plus jeune sœur, Malory. Cette saison marque la première fois que les deux, qui ont deux ans de différence, ont été en mesure de jouer ensemble.

« Ça rend vraiment cela un peu plus spécial; ça m'a aidé à vouloir jouer à la maison », lance-t-elle. « On peut s'inspirer et apprendre l'une de l'autre. »

Deux mois après le début de la saison, Dominico est sans aucun doute heureuse de sa décision de retourner à la maison. Les études sont moins stressantes et quelques jours avant le National des M18, elle s'est engagée auprès de l'Université Nipissing.

Un pas de recul dans le temps lui a permis de faire deux pas devant vers un nouvel avenir.

Pour plus d'informations :

Lisa Dornan
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 / 403-510-7046 (mobile)
ldornan@hockeycanada.ca

 

Morgan Bell
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-669-1261 (mobil)
mbell@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
C4N 2017 : USA 5 – CAN 1 (Match pour la médaille d’or)
Meghan Agosta réduit l’écart à un but, mais les É.-U. gagnent 5-1.
M17 2017 : CZE 2 – CAN-Blancs 1 (Bronze)
Toman et Teply marquent, et les Tchèques gagnent le bronze.
M17 2017 : USA 6 – CAN-Rouges 4 (Médaille d’or)
Quatre points pour Hughes, une cinquième médaille d’or pour les É.-U.
M17 2017 : RUS 5 – FIN 4 (5e place)
Cinq joueurs ont marqué, 10 ont obtenu des points, et Canada Blancs passe en demi-finale.
Horaire
Close
Credit