Prendre du galon
Ancien d'Équipe Canada, joueur de longue date dans la LNH et ancien entraîneur dans la LNH et l'AHL, Luke Richardson ajoute à sa feuille de route à la Coupe Spengler
Chris Jurewicz
|
30 décembre 2016
|

Ce ne sont pas les expériences uniques et mémorables sur la scène internationale qui manquent à Luke Richardson.

En 1987, alors qu'il avait 17 ans, Richardson était membre de l'équipe nationale junior du Canada au Championnat mondial junior de l’IIHF, un tournoi qui a pris fin par l'infâme bataille à Piestany, une bagarre générale contre l'Union soviétique qui a entraîné la disqualification des deux équipes.

Sept ans plus tard, le défenseur - à la suite de la septième de ses 20 saisons dans la LNH - a aidé le Canada à remporter l'or au Championnat mondial de 1994 après une disette de 33 ans pour le pays.

Il a ajouté une médaille d'argent au Mondial de 1996, mais il a dû ensuite attendre vingt ans pour sa prochaine expérience auprès d'Équipe Canada – après avoir été entraîneur adjoint à la Coupe Deutschland en novembre, Richardson est derrière le banc comme entraîneur-chef du Canada à la Coupe Spengler 2016.

« Ça a été fantastique », a dit Richardson au téléphone après un entraînement d'Équipe Canada. « J'ai pris un peu d'expérience le mois dernier à la Coupe Deutschland comme entraîneur adjoint (le Canada a remis une fiche de 2-1 pour terminer au deuxième rang).

« Ces tournois se déroulent très rapidement. Il y a beaucoup de choses qui surviennent en quelques jours et tu dois apporter des changements sur le vif. Tu dois simplement être prêt à ça; j'ai eu la chance de vivre l'expérience à la Coupe Deutschland et je crois que cela m'a beaucoup aidé ici à ma première présence comme entraîneur-chef avec Hockey Canada.

« Je m'y plais beaucoup. (Mardi soir) l'ambiance était fantastique. Nous avons battu le club local de Davos et cela a quelque peu calmé l'enthousiasme à l'aréna, ce qui a fait notre affaire. »

Richardson a pris part à plus de 1 400 matchs dans la LNH de 1987 à 2008 avec Toronto, Edmonton,

Philadelphie, Columbus, Tampa Bay et Ottawa avant d'entreprendre sa carrière comme entraîneur.

De 2008 à 2012, il a passé quatre saisons en partie comme entraîneur adjoint des Sénateurs dans la LNH et quatre saisons complètes comme entraîneur-chef des Senators de Binghamton de l'AHL, le meilleur club-école d'Ottawa.

À la Coupe Spengler, Richardson travaille aux côtés de l'entraîneur associé Dave King et de l'entraîneur adjoint Gordie Dwyer.

Le natif d'Ottawa a joué pour King lorsque ce dernier était entraîneur-chef des Blue Jackets de Columbus au début des années 2000 et le duo a travaillé ensemble à la Coupe Deutschland où King était l'entraîneur-chef et Richardson, un adjoint.

« C'est un entraîneur pédagogue; il enseigne très bien le jeu », a dit Richardson à propos de King. « J'ai eu la chance de jouer pour lui pendant un an et j'ai des liens avec lui, ce qui est bien. Être membre de son personnel à la Coupe Deutschland a été une bonne chose. En parlant avec Hockey Canada, j’ai su qu’on voulait me donner l'occasion d'être entraîneur-chef ici et c'est ce que je voulais, mais j'ai pensé que c'était tout à fait naturel de garder Dave comme entraîneur associé pour m'aider en raison de son expérience, non seulement au hockey international, mais expressément à ce tournoi.

« Il est venu ici souvent comme entraîneur et c'est un gars qui a formé des équipes pour Hockey Canada. Son expérience a été inestimable pour moi. »

La Coupe Spengler comporte plusieurs défis uniques et un de ceux-là, mais non le moindre, est d'assembler une équipe faite de Canadiens jouant auprès de différents clubs en Europe et en Amérique du Nord.

Cette année, l'équipe regroupe surtout des joueurs de la KHL et de la Ligue nationale A suisse, ainsi qu'un joueur de l'AHL, un de l'ECHL et un des rangs universitaires canadiens qui ont franchi l'Atlantique, de même que deux vétérans de la LNH qui ne font actuellement partie d'aucune équipe de club (Gregory Campbell et Mason Raymond).

Les joueurs ne disposent pas de beaucoup de temps pour apprendre le système ou pour se souder. Malgré cela, Richardson dit qu'Équipe Canada se trouve en excellente position grâce au travail effectué par la direction d'Équipe Canada, incluant le directeur général Sean Burke et le responsable des activités hockey Shawn Bullock.

L'équipe est arrivée en Suisse quelques jours avant Noël et Hockey Canada a fait un travail exceptionnel pour inclure les femmes, les enfants, les parents et d’autres membres des familles des joueurs.

« C'est difficile », dit-il. « Les joueurs arrivent alors qu'ils sont au milieu de leur saison, habitués à jouer à leur façon ici en Europe et nous essayons de leur faire jouer le bon vieux style canadien », dit Richardson. « C'est un système un peu différent, mais un qu'ils ont sans doute tous déjà joué. Il suffit donc pour eux de retrouver leurs habitudes pour qu'ils jouent comme nous le voulons. »

Pour plus d'informations :

Lisa Dornan
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 / 403-510-7046 (mobile)
ldornan@hockeycanada.ca

 

Morgan Bell
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-669-1261 (mobil)
mbell@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
C4N 2017 : USA 5 – CAN 1 (Match pour la médaille d’or)
Meghan Agosta réduit l’écart à un but, mais les É.-U. gagnent 5-1.
M17 2017 : CZE 2 – CAN-Blancs 1 (Bronze)
Toman et Teply marquent, et les Tchèques gagnent le bronze.
M17 2017 : USA 6 – CAN-Rouges 4 (Médaille d’or)
Quatre points pour Hughes, une cinquième médaille d’or pour les É.-U.
M17 2017 : RUS 5 – FIN 4 (5e place)
Cinq joueurs ont marqué, 10 ont obtenu des points, et Canada Blancs passe en demi-finale.
Horaire
Close
Credit