22 mars 2013

Réflexions d'une recrue :
Un blogue sur le Championnat mondial de hockey sur glace féminin 2013 de l'IIHF

VENDREDI 22 MARS : PLUSIEURS « PERSONNES OCCUPÉES » SERONT AU MONDIAL FÉMININ

par Tracy Gagnon

Il y a quelques semaines, je me suis trouvée au milieu de la salle lors d’une séance d’orientation du Championnat mondial de hockey sur glace féminin 2013 de l’IIHF entourée de gens heureux, débordant d’enthousiasme à l’idée d’agir comme bénévole au tournoi.

J’ai ensuite appris qu’il s’agissait de la moitié des bénévoles pour le tournoi de cette année.

Mon esprit débordait de questions, mais une me tracassait. Avant même que je le réalise, je l’ai posée à la personne la plus près de moi : POURQUOI? Pourquoi avez-vous décidé d’être bénévole?

Je sais que j’assistais à la réunion à des fins d’orientation, mais mon côté journaliste a pris le dessus, puisque j’avais mon meilleur ami avec moi, mon enregistreur numérique. Je devais absolument savoir pourquoi ces gens étaient prêts à donner volontairement de leur temps libre.

C’est que ces personnes ne sont pas du genre à écouter des reprises de l’émission Les Docteurs ou encore à faire la grasse matinée. Ce sont des gens occupés!

Ce sont des gens qui travaillent, qui ont des enfants, des parents âgés, des vies fort occupées. Ce sont des étudiants avec des travaux à remettre, des emplois à temps partiel, des activités sportives et autres. Ce sont des gens à la retraite qui sont probablement plus occupés maintenant qu’ils l’étaient lorsqu’ils étaient sur le marché du travail.

Il y a sans doute quelque chose de vrai dans ce que Benjamin Franklin a dit il y a 300 ans : « Si vous voulez faire faire quelque chose, demandez à une personne occupée. »

J’ai interviewé plus de 20 personnes occupées dans le but de trouver un trait commun chez les bénévoles. En regardant autour de moi et en parlant aux gens, je n’étais pas certaine d’en trouver un. La salle renfermait des représentants de toutes sortes de la race humaine : des jeunes et des moins jeunes; des hommes et des femmes en proportions égales; des sociables et des timides; des chauffeurs d’autobus, des médecins, des employés du gouvernement, des employés des secteurs public et privé; des personnes de toutes les races, croyances et couleurs. L’ONU serait fière!

Mais j’ai trouvé des traits communs. J’ai pu répondre par moi-même à la question « Pourquoi » qui me tracassait tant – et j’espère pouvoir éclaircir ceux parmi vous qui se demandent aussi « pourquoi » les gens font du bénévolat.

Par exemple, Robert Earle (un chiropraticien offrant ses services à l’équipe médicale) et Sian Williams (un étudiant voulant œuvrer au sein de l’équipe des services aux invités de marque au kiosque d’information)

Heather O’Neil (voulant assurer notre sécurité comme membre de l’équipe de la sécurité) et Allison Milaknis (responsable des salons comme membre de l’équipe des services aux bénévoles) ont toutes les deux affirmer qu’il était important pour elles de trouver une façon de « redonner à la communauté ».

Il y en a d’autres comme Jamie Shinkewski (un étudiant en journalisme œuvrant au sein de l’équipe des publications), Meagan White (affectée au salon d’Équipe Canada) et Karen Harrington (une porte-parole pour l’événement) qui le font parce qu’ils « aiment le hockey ».

Et il y en a encore d’autres comme Ed Duncan (chauffeur de navette au sein de l’équipe du transport) et sa femme Sylvia Duncan (affectée aux services aux invités de marque au kiosque d’information) qui veulent « faire ce qu’ils peuvent pour appuyer le hockey féminin ».

Sylvia était aussi d’accord avec Rosemary Bugnet (prête à faire n’importe quoi comme bénévole) qui voulait simplement « faire partie de l’excitation entourant le tournoi ».

D’autres comme Judy Moodie (membre du service des TI) veulent rencontrer les gens qui « viendront à Ottawa des quatre coins du monde » pour assister à l’événement.

Puis, il y a ceux à l’esprit plus pratique comme Sandy McCallum (membre de l’équipe de l’accréditation) qui savent qu’un événement de cette envergure « ne peut avoir lieu sans bénévoles ».

Et Dave Brisson (responsable de l’équipe des statistiques et des résultats) qui connaît l’importance de compiler les statistiques pour « les équipes, les médias et tous ceux que le sport intéresse. »

Évidemment, la réalité est que les gens se portent bénévole pour plus d’une raison.

Valerie Hughes (directrice de l’événement et hacheuse de laitue autodésignée) résume bien le tout : « Parce que c’est amusant. Tu as l’occasion de rencontrer des gens fantastiques, tu es exposée à des choses auxquelles tu ne serais pas nécessairement exposée en assistant simplement aux matchs, tu établis de bons contacts, du fait du réseautage, et tu as l’occasion de vivre quelque chose d’unique dans la ville, voir dans la vie. Après tout, la chance d’accueillir un championnat mondial ne se présente pas très souvent. »

Et la chance de pouvoir compter sur quelqu’un comme Valerie Hughes non plus. Elle aussi est une des raisons pour laquelle des gens ont décidé de faire du bénévolat au championnat mondial. Des personnes comme Bugnet et Stephanie Vance (membre de l’équipe des statistiques et des résultats) ont dit que Valerie était la raison pour laquelle elles sont bénévoles.

« Je pense que la vraie raison, c’est que j’aime vraiment travailler avec Val Hughes », a déclaré Rosemary. « Elle est fantastique. Elle est si calme quand tout devient chaos et c’est une excellente motivatrice. J’ai travaillé avec Val à l’Université Carleton et je dois admettre que lorsqu’elle m’a demandé si je voulais faire du bénévolat, je n’ai pas hésité à répondre “Bien sûr!”, car c’était Val après tout! »

Mais dans les faits, pour rassembler une armée de bénévoles dévoués, vous avez besoin de grands chefs de file. Ils sont comme une arme secrète. Et Val s’est entourée de la crème de la crème. Elle et son équipe de direction feront tout ce qu’il faut (incluant hacher de la laitue à 7 heures) pour faire du championnat mondial féminin une expérience inoubliable pour les spectateurs, les joueuses et même les bénévoles.

Je sais que Val et les membres de son équipe de direction seraient décontenancés par ces derniers paragraphes, car aucun d’entre eux ne le fait pour la notoriété. Mais je peux le faire et je le fais, car ils le méritent indubitablement!

Si vous croisez des personnes qui assument un rôle de chef de file à cet événement (lisez mon dernier blogue), dites-leur un gros MERCI au passage!

D’ici là, cette armée de bénévoles enthousiastes envahira bientôt l’aréna PBS et le Sportsplex de Nepean sous la direction de la générale Val pour accueillir le monde.

« Ensemble, nous allons vivre chaque instant! », a déclaré Val lors de la séance d’orientation.

Votre recrue au hockey,
Tracy


À propos de Réflexions d’une recrue :
Tracy Gagnon est une bénévole du service des médias pour le Championnat mondial de hockey sur glace féminin 2013 de l’IIHF. Néophyte avouée, Tracy, avec l’aide d’autres bénévoles qui consacrent généreusement de leur énergie et de leur temps à faire de cet événement un succès, va nous amener dans les coulisses de l’aréna PBS à Ottawa, Ont., du Sportsplex de Nepean, et partout entre les deux, pour nous initier à tout ce qu’il faut pour accueillir un championnat mondial d’envergure dans la capitale nationale – tout cela, vu à travers les yeux d’une recrue.

Vidéos
Nouvelles récentes
Le plus populaire
Close
Credit