Le point de vue de Pounder – Jeudi 6 février

D’abord… un rêve

Une jeune fille regardait la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver, a tourné son regard vers sa grand-mère avec de grands yeux et le cœur rempli d’espoir et a dit : « Je vais y aller un jour. » Il aura fallu attendre presque 20 ans avant de se rendre aux Olympiques, une aventure qui a été provoquée par la réponse de sa grand-mère : « Si c’est ce que tu veux, crois en toi et donne tout ce que tu peux. Tu ne le sauras jamais tant que tu n’essaieras pas. » Cette petite fille, c’était moi!

D’abord… un rêve

Presque 20 ans plus tard, en 2002 (et plus tard en 2006), j’ai fait mon entrée dans le stade olympique avec mes coéquipières. Il y avait tellement une grande dose d’énergie dans l’édifice, je me sentais basculer. La même énergie qui avait jailli de mon téléviseur et nourri mon rêve. Mes cheveux étaient dressés sur ma tête et j’étais au bord des larmes avec un sentiment démesuré de fierté d’être Canadienne. La seule chose à laquelle je pensais, c’était au moment où j’étais assise sur le divan de ma grand-mère, alors que je l’ai regardée, il y a tellement d’années, pour lui dire : « Grand-maman, je vais y aller un jour. » Puis, j’ai entendu le mot auquel je rêvais depuis presque deux décennies : CANADA!

D’abord… un rêve

L’esprit olympique est contagieux et unit les collectivités. Il va bien au-delà du sport et guide le cœur des gens d’âges, de cultures et de parcours différents. Il nous pousse à travailler plus fort et à croire en notre potentiel. Pendant deux semaines, nous sommes liés et inspirés sur le plan émotionnel. Pendant combien de temps nos cheveux resteront-ils droits sur notre tête après une performance forte en émotions? Combien de fois dirons-nous à nos enfants de se relever après être tombés?

D’abord… un rêve

Je n’oublierai jamais le sentiment d’enfiler le chandail canadien par-dessus ma tête. Chaque fois, ce fut un privilège et un honneur. Plusieurs de mes anciennes coéquipières amorcent leur aventure olympique. Ces dames ont travaillé à peaufiner leurs habiletés pour elles-mêmes, leurs coéquipières et notre pays. Demain, Hayley Wickenheiser mènera le Canada et ses coéquipières à la cérémonie d’ouverture à Sotchi. Même si leurs épaules seront lourdes en raison des attentes, ce sera un moment rempli de sourires, de larmes et d’un incroyable sentiment de fierté. Vivez votre moment chères dames. Le Canada est fier de vous!

D’abord… un rêve

Merci grand-maman!

Videos
Photos
Close
Credit  
Close
Photo Credit: