Le Blogue de Tessa Bonhomme

Tessa Bonhomme, médaillée d’or des Jeux olympiques d’hiver 2010 et membre de l’équipe nationale féminine du Canada à la Coupe des 4 nations, parle de son expérience à St. John's et Clarenville, Terre-Neuve-et-Labrador, à hockeycanada.ca.

Samedi 6 novembre 2010

Plusieurs choses se sont passées depuis mon dernier blogue, des choses amusantes, évidemment! Vendredi soir, une soirée d’accueil a eu lieu à l’hôtel au cours de laquelle le maire de St. John’s, Ivan Court, et des représentants de Hockey Terre-Neuve-et-Labrador nous ont accueillies. Nous nous sommes bien amusées à parler avec des équipes de jeunes hockeyeuses qui assistaient à la réception avec leurs parents. Je ne sais qui était plus excité, elles ou nous!   

Lors de la réception, une drôle d’histoire est survenue à l’une de nos joueuses francophones, Annie Guay, qui est née et a grandi à Rouyn-Noranda au Québec. Habituellement, lorsque de jeunes francophones se joignent à notre programme, leur anglais est assez restreint. Des joueuses comme Danielle Goyette, Charline Labonté, Caroline Ouellette et Marie-Philip Poulin ont appris l’anglais en jouant avec Équipe Canada. Comme vous pouvez l’imaginer, au début, il est parfois difficile de saisir exactement ce qu’elles disent, surtout à cause de leur fort accent français. Les joueuses anglophones se sentent mal de ne pouvoir comprendre ce qu’elles disent et cela est aussi frustrant pour les francophones, car nous sommes rarement capables de suivre leurs conversations. Et bien, mademoiselle Annie Guay s’est trouvée dans nos souliers. À la réception, elle se trouvait à une table avec le maire de Clarenville, Fred Best, et elle a entrepris une conversation avec d'autres invités à la table. Il n’aura fallu qu’une phrase pour qu’Annie réalise qu'elle n’avait aucune idée de ce que l’homme disait. Son accent terre-neuvien était très prononcé et Annie trouvait qu’il parlait très vite. Les gens autour de la table ont dû répéter la phrase environ six fois avant qu’elle comprenne qu’on lui demandait si elle était impatiente de jouer à Clarenville! C’est fascinant de constater le nombre de dialectes et d’accents qui existent au Canada sans tenir compte que nous avons deux langues officielles – fantastique n’est-ce pas? Quel pays merveilleusement diversifié nous avons!  

Les deux derniers jours à St. John’s ont été assez frisquets. Heureusement, nous avons un manteau chaud et douillet de Nike. Mais samedi matin, le soleil était au rendez-vous! Nous avons donc décidé de mettre le nez dehors pour profiter de l’air frais et faire du lèche-vitrine. La plupart d’entre nous avaient enfilé leur manteau Nike et une tuque pour les enlever après avoir fait trois pas à l’extérieur de l’hôtel. Je peux confirmer que j’avais des gouttes de sueur au front en me baladant sur la rue Duckworth! En nous promenant au bord de l’eau, nous avons constaté que presque tout le monde ici a un chien. Je ne sais pas s’il y avait un parc à chiens dans les parages, mais à chaque deux ou trois pas, j’étais tentée de m’arrêter pour me procurer un chiot!

Nous avons dû retourner à l’hôtel pour nous préparer à notre dernier entraînement avant notre match hors concours. L’entraînement fut tout aussi amusant et vif que les précédents. Après l’entraînement, la surface de la glace a été refaite puis nous sommes retournées pour jouer à cinq contre cinq, sur la moitié de la patinoire, avec des jeunes filles des quatre coins de Terre-Neuve-et-Labrador. Je faisais partie de l’équipe des rouges et je ne voudrais pas me vanter, mais nous formions ce qui ressemblait à une équipe d’étoiles. Notre jeune gardienne n’est sûrement qu’à un an ou deux de percer la formation canadienne! Elle avait un jeu blanc alors qu’il ne restait que quelques minutes, puis Annie Guay l’a déjouée du côté du gant bloqueur. Mais Hayley Wickenheiser n’allait pas laisser Guay s’en tirer ainsi. Elle a décoché un puissant tir des lignes hachurées, effrayant Gillian Apps qui gardait le filet en remplacement de Shannon Szabados. Quel esprit de compétition! Cela peut vous paraître un peu fou et vous avez raison! Nous jouions contre des joueuses atomes et pee-wee et la coupe Stanley ne pointait nulle part à l’horizon, mais nous prenions tout de même ces matchs au sérieux. C’est sans doute pour cela que nous sommes des athlètes; nous sommes de fières compétitrices prêtes à tout pour gagner!

Les membres d’Équipe Canada qui ont fait les fanfaronnes lors des matchs cinq contre cinq ont été mises à l’amende pour un excès de zèle et l’argent recueilli ira à la recherche contre le cancer de la prostate puisque nous sommes en MOVEMBER, le mois de la moustache! J’espère que vous laissez pousser la vôtre pour une grande cause!

Salut à tous!
À bientôt,
Tess

Twitter: @tessab25
Facebook: Tessa Bonhomme

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, relations médias

ÉQUIPES

INFOS GÉNÉRALES

HOCKEY FÉMININ

Coupe 4 nations 2010
Équipe Joueur G
CAN Marie-Philip Poulin 4
CAN Meaghan Mikkelson 4
CAN Rebecca Johnston 4
CAN Natalie Spooner 4
USA Meghan Duggan 3
Coupe 4 nations 2010
Équipe Joueur A
CAN Meghan Agosta 7
CAN Caroline Ouellette 5
CAN Haley Irwin 5
CAN Jennifer Wakefield 5
CAN Vicki Bendus 5
Coupe 4 nations 2010
Équipe Joueur P
CAN Haley Irwin 8
CAN Meghan Agosta 8
CAN Jennifer Wakefield 7
CAN Vicki Bendus 7
CAN Rebecca Johnston 7
Coupe 4 nations 2010
Équipe Joueur %Arr MOY
USA Jessie Vetter 0.963 1.00
USA Molly Schaus 0.959 1.42
CAN Kim St-Pierre 0.955 1.00
CAN Shannon Szabados 0.937 1.29
SWE Kim Martin 0.932 3.00