Aujourd’hui, dans l’histoire olympique – 10 février

par Wendy Graves

1992 – CANADA 6, SUISSE 1

Eric Lindros a annoncé son arrivée à Albertville en marquant deux buts et en obtenant deux mentions d’aide dans la victoire du Canada sur la Suisse. Après une performance sans éclat lors du premier match du Canada aux Jeux deux jours auparavant, Lindros – à quelques semaines de son 19e anniversaire – a dominé par sa robustesse en appliquant plusieurs mises en échec fracassantes. 

Le Canada a aussi pu compter sur deux buts de Joé Juneau et sur les buts de Gord Hynes et Wally Schreiber.

Lindros, qui avait été repêché par les Nordiques de Québec le printemps précédent, avait refusé de se joindre à l’équipe de la LNH, optant plutôt de jouer avec l’équipe nationale. Le premier de ses huit buts aux Olympiques est survenu pendant une supériorité numérique un peu plus de trois minutes après le début du match lorsqu’il s’est faufilé jusqu’au filet pour y dévier un tir de Juneau.

Sa robustesse a fait la différence dans les matchs. « Eric était un jeune imposant et fort », a dit Hynes. « Il était excellent en deçà des lignes hachurées et devant le filet, et il intimidait tous les autres par sa présence. »    

Trois buts marqués en moins de trois minutes au début de la deuxième période ont changé l’allure du match. Juneau a réussi son deuxième en fin de période pour porter la marque à 5-0 après 40 minutes de jeu contre un adversaire à propos duquel le Canada ne connaissait à peu près rien avant de regarder des vidéos la veille. « Nous ne nous sommes certainement pas présentés au match sans préparation », a raconté Hynes. « [L’entraîneur Dave] King et son personnel nous avaient très bien préparés. »

Les Suisses ont mis fin au jeu blanc de Sean Burke au cours de la première minute de jeu du troisième tiers avant que Hynes inscrive le dernier but du match en fin de période en décochant un tir frappé qui a déjoué le gardien du côté de la mitaine.

L’attention médiatique supplémentaire accordée à Lindros n’a pas déplu à ses coéquipiers. « À l’époque, l’équipe olympique canadienne n’était pas sous le feu des projecteurs comme elle l’est aujourd’hui avec la participation des joueurs de la LNH aux Olympiques », explique Juneau. « Quand Sean Burke et Éric Lindros se sont joints à l’équipe, cela a entraîné plusieurs aspects positifs pour l’équipe, sur la patinoire et à l’extérieur de celle-ci. »  

Dans l’ensemble, les Jeux ont permis à Juneau de vivre une expérience qu’il savoure encore aujourd’hui. « Même si j’ai joué 13 ans dans la LNH et participé à deux finales pour la coupe Stanley, les Jeux olympiques de 1992 sont les faits saillants de ma carrière comme joueur au hockey. »  

AUTRE MATCH

1936 – Un des revirements les plus marquants de l’histoire du hockey olympique : la Grande-Bretagne bat le Canada 2-1 et impose un premier revers aux Olympiques au quadruple champion en titre. Edgar Brenchley a déjoué le gardien de but Dinty Moore pour marquer le but gagnant à 72 secondes de la fin du match.

Vidéos
Photos
Close
Photo Credit:  
Close
Credit