Sommaire du Match

Finlande 4 - États-Unis 2

Médaille bronze
jeudi le 5 janvier 2006
12h00 PAC
Vancouver, BC
GM Place

FINIR EN BEAUTÉ : LE DOUBLÉ DE JOENSUU PERMET À LA FINLANDE
DE REMPORTER LE BRONZE AUX DÉPENS DES ÉTATS-UNIS

Par John Kurucz | Compte

Un effort tenace a permis à la Finlande de l’emporter par la marque de 4 –2 sur les États-Unis et de terminer au troisième rang, jeudi soir, à la Place GM. C’est la quatrième médaille de bronze de la Finlande au cours des cinq dernières années au Championnat mondial junior de l’IIHF.

Jesse Joensuu a ouvert la voie en marquant deux buts tandis que Lauri Tukonen a obtenu un but et une mention d’aide. Jari Sailio a marqué l’autre but de la Finlande et Lauri Korpikoski a jouté deux aides.

Bobby Ryan et Jack Johnson ont marqué pour les États-Unis.

Tuukka Rask a livré une autre belle prestation devant le filet de la Finlande, repoussant 37 de 39 tirs. Son homologue américain, Corey Schneider, a aussi été sollicité, repoussant 45 de 49 tirs.

C’est la deuxième année de suite que les Américains terminent au quatrième rang. Bien que favoris par plusieurs avant le tournoi pour remporter l’or, ils vont maintenant rentrer chez eux les mains vides, étonnamment.

La Finlande a menacé la première avec seulement 30 secondes d’écoulées dans le match. Lauri Korpikoski, toujours aussi habile, a effectué une passe au centre vers Jesse Joensuu qui se trouvait en zone privilégiée, mais Schneider a repoussé le tir avec sa jambière gauche.

Nathan Davis n’a pas tardé à rendre la pareille aux Finlandais, mais son tir du poignet décoché près de la bande à gauche a été repoussé par Rask.

Bobby Ryan a effectué un jeu brillant à la neuvième minute. Le rapide ailier a réussi à s’emparer d’une rondelle passée derrière lui et à la ramener entre ses jambes vers son bâton avant de tirer, mais là encore, Rask veillait.

Les Finlandais ont obtenu deux autres excellentes occasions de marquer au cours des deux prochaines minutes. Le duo de Korpikoski et de Joensuu s’est associé de nouveau, mais la passe vive de Korpikoski vers Joensuu au centre était trop haute et trop vive pour que Joensuu la capte.

À 12:11, une erreur de la défensive en zone finlandaise a donné lieu au premier but du match. Bobby Ryan, qui avait été laissé seul à la droite du but finlandais, a ouvert la marque en s’emparant d’un deuxième rebond pour donner une avance de 1 –0 aux États-Unis.

À 16:57, une solide mise en échec de Nate Gerbe a fait en sorte que Risto Korhonen a dû quitter le match à cause d’une blessure apparente au genou droit.

Les Finlandais ont amorcé la deuxième période avec un avantage numérique écourté d’une minute après que Jack Johnson eut été chassé à la fin de la première période pour rudesse.

La meilleure occasion de marquer des Finlandais pendant l’avantage numérique est survenue lors du tir voilé de la pointe de Seppanen, mais la rondelle a frappé Schneider directement sur la poitrine.

Puis à 3:30, TJ Oshie a franchi la ligne bleue finlandaise alors qu’un seul défenseur le séparait du but. Sa superbe feinte de l’intérieur vers l’extérieur a trompé Seppanen, mais une fois qu’il se fut démarqué, Oshie a tiré la rondelle par-dessus le filet.

Après cela, les Finlandais ont commencé à prendre le contrôle du match. À 13:32, un manque de communication entre les défenseurs américains a permis à la Finlande de marquer son premier but. Alors qu’Oshie était chassé pour avoir accroché, les Américains n’ont pas réussi à dégager la rondelle de leur zone et cette fois Sailio n’a pas raté sa chance. L’ailier finlandais, laissé seul à gauche de Schneider, a cueilli la rondelle et l’a tiré dans le but pour niveler la marque 1 –1.

Le but a semblé motiver la Finlande et à 14:51, elle prenait les devants.

Tout a commencé lorsque Korpikoski a tiré du revers à la droite du gardien, mais le rebond accordé par Schneider a dévié sur Joensuu qui arrivait à toute allure et s’est retourvée directement dans le but. La rondelle a semblé dévier sur la hanche droite de Joensuu et le jeu a été révisé. Mais après moins de deux minutes de discussion, l’arbitre Marcus Vinnerborg a pointé vers le centre de la glace et la Finlande prenait une avance de 2 –1.

Les Américains ont commencé la troisième période à vive allure. Le trio de Phil Kessel, Chris Bourque et Kevin Porter a emprisonné les Finlandais dans leur propre territoire pendant les 30 premières secondes. L’enroulé de Kessel du côté de la mitaine de Rask a été la meilleure occasion des Américains pendant cette présence sur la glace.

La Finlande a obtenu sa meilleure chance de marquer en avantage numérique, mais Lauri Tukonen n’a pu capter la passe de Sailio en provenance du coin droit.

Puis à 7 :20, Korpikoski a raté une superbe chance de donner une avance de deux buts aux siens. Le joueur de centre polyvalent suivait le jeu pendant une attaque à 2 contre 1 et a bien failli marquer en s’emparant du rebond sur un tir de Tukonen.

Pendant que Teemu Laakso était chassé pour avoir fait trébucher à 11:03, le tir de la pointe de Jack Johnson a déjoué Rask dans la partie inférieure à gauche du but pour niveler la marque 2 –2.

Mais les Finlandais n’avaient pas dit leur dernier mot.

Tukonen a profité d’un jeu raté dans le haut de la zone privilégiée à 13:20 et a décoché un tir du poignet qui a donné une avance de 3 –2 aux Finlandais.

Les Finlandais ont augmenté leur avance à 15:24. démoralisant les Américains. Placé au haut du cercle de mise au jeu à gauche, Joensuu a capté une belle passe de Korpikoski avant de décocher un tir frappé qui a déjoué Schneider qui avait la vue voilée

Les Américains n’ont pu répliquer.

Jack Johnson a toutefois décidé de saluer la foule de Vancouver avec 17 secondes à faire dans le match, saluant de la main avec sarcasme les 15 107 spectateurs sur place.

Cette victoire porte la fiche de tous les temps des Finlandais contre les Américains à 15 victoires, neuf défaites et un match nul. Bien que l’assistance était modeste (probablement puisque le match avait lieu à midi), les amateurs de Vancouver ont encouragé les Finlandais.

Il s’agit de la sixième médaille de bronze de la Finlande à ce jour.

Bien qu’ils étaient nettement surpassés à l’offensive, les Finlandais ont montré la ténacité et la détermination qui sont devenues synonymes du hockey finlandais au cours des dernières années.

Avant la fin des années 1990, les Finlandais étaient perçus comme en retard sur les superpuissances du monde du hockey comme le Canada, la Russie, la République tchèque, la Suède et les États-Unis.

Mais, récemment, les Finlandais ont bien adapté leur jeu et ils présentent maintenant un jeu qui ressemble un peu plus au style préconisé par les Canadiens, en frappant plus, en accordant une attention à la défensive et en poussant la rondelle dans le territoire pour ensuite la récupérer.

Ce pays est aussi devenu une vraie fabrique de gardiens de but comme en témoignent
Miikka Kiprusoff, Kari Lehtonen et Mika Noronen.

L’avenir est prometteur devant le filet pour la Finlande.

Antero Niittymaki se taille une belle réputation cette année avec les Flyers de Philadelphie tandis que Tuukka Rask a été un des meilleurs gardiens du Championnat mondial junior 2006 de l’IIHF.

Dans l’ensemble, ce tournoi a été une belle réussite pour le hockey finlandais.

APERÇU : FINLANDE - É-U

Par John Kurucz

Finlande : Avec trois victoires et trois défaites à leur actif, les Finlandais peuvent remercier leur gardien vedette Tuukka Rask de leur avoir assuré, à lui seul, une participation au match de la médaille de bronze aujourd’hui. À ses deux derniers matchs, le futur joueur des Maple Leafs de Toronto a repoussé 92 de 96 tirs. La victoire de la Finlande par la marque de 1 –0 sur la Suède en quart de finale lui a donné l’occasion d’essayer de remporter une médaille. Blanchis par le Canada en demi-finale, les Finlandais voudront se venger d’une défaite de 6 –5 aux mains des Américains, le 28 décembre. Avec une moyenne de buts alloués de 2,33 et un pourcentage d’efficacité de 0,937, Rask semble être le choix logique pour ce match, mais l’entraîneur-chef Hannu Aravirta pourrait fort bien décider que le jeune de 18 ans mérite un repos et il pourrait donc confier la tâche à Karri Ramo. Ramo a pris part au match précédent entre la Finlande et les États-Unis qui s’est soldé par une défaite de 6 –5 pour le bleu et blanc. Les défenseurs de la Finlande Timo Seppanen et Teemu Laakso ont contribué à l’offensive (avec quatre points chacun), mais dans l’ensemble, la défensive devra être vigilante pour contenir la puissante offensive américaine. Le centre Aki Seitsonen a mené les siens avec quatre buts et Lauri Korpikoski a été dynamique à chaque match, étant souvent affecté au jeu lors des situations-clés. Lauri Tukonen a aussi apporté une présence déterminée et robuste. En ce qui a trait aux unités spéciales, les Finlandais ont un peu de tout. Leur jeu en avantage numérique a profité de sept de ses 36 occasions, ce qui le place au quatrième rang du tournoi, mais leur jeu en désavantage est au huitième rang du tournoi, devant seulement la Norvège et la Lettonie. Si le gardien de but est à la hauteur, les Finlandais ont une chance de gagner. Et ils veulent probablement cette médaille un peu plus que les Américains.

États-Unis : Les Américains en ont fait voir de toutes les couleurs à la foule ici à Vancouver pendant le tournoi. Leur fiche de trois victoires, deux défaites et une nulle en et la preuve. Après une défaite de 5 –1 aux Russes le 3 janvier, les Américains devront essayer de se motiver pour ce match et leur mentalité voulant que ce soit l’or ou rien pourrait leur nuire. Le gardien Cory Schneider a pris part à cinq des six matchs de sa formation et il sera probablement devant le filet américain pour ce match. Les Johnson (Erik et Jack) continuent de mener les défenseurs au chapitre des points avec quatre et cinq points respectivement. Toutefois, Jack Johnson a cumulé 43 minutes de punition à lui seul et une fiche de –2, des statistiques ignobles qui vont sans doute plaire à ses nombreux détracteurs parmi la foule à Vancouver. L’offensive américaine a été impressionnante, hormis la façon dont les Russes l’ont neutralisée en demi-finale. Phil Kessel est à égalité avec Evgeni Malkin au premier rang des pointeurs du tournoi (avec 10) tandis que Chris Bourque est au premier rang des compteurs avec sept buts. Comme chez leurs adversaires finlandais, les unités spéciales des Américains ont éprouvé des difficultés. Ils présentent le troisième meilleur avantage numérique du tournoi, mais sont au septième rang pour le jeu en désavantage. Si les Américains évitent les punitions et adoptent une allure rapide tout en étant vigilants mentalement, ils peuvent battre les Finlandais.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications