Sommaire du Match

Canada 5 - Russie 0

Médaille d'or
jeudi le 5 janvier 2006
16h00 PAC
Vancouver, BC
GM Place

LE CANADA REMPORTE L’OR À NOUVEAU EN BATTANT LA RUSSIE

Par Lucas Aykroyd | Compte

Pour la deuxième année consécutive, le Canada est au sommet du monde du hockey junior, grâce à une victoire de 5 –0 sur la Russie à la Place GM de Vancouver le 5 janvier. Les Canadiens ont réussi à neutraliser le franc-tireur russe Evgeni Malkin et à exécuter à la perfection le plan axé sur la défensive de leur entraîneur-chef Brent Sutter.

Michael Blunden a ouvert la voie avec deux buts, Blake Comeau a obtenu un but et une aide et Steve Downie et Kyle Chipchura ont marqué pour le Canada. Cam Barker et Andrew Cogliano ont chacun obtenu deux mentions d’aide dans le match.

Bien que la Russie ait dominé en territoire canadien en première période, le Canada a marqué les deux seuls buts. Les Canadiens ont dominé au cours des deux autres périodes.

Le gardien du Canada, Justin Pogge, a effectué 35 arrêts pour réaliser son troisième jeu blanc du tournoi. À l’autre extrémité, Anton Khudobin a bloqué 29 tirs pour la Russie.

Avec cette victoire, la fiche de Brent Sutter comme entraîneur au Championnat mondial junior présente maintenant 12 victoires. Il n’a jamais perdu un match derrière le banc canadien.

L’écart de cinq buts est identique à celui de l’an dernier lorsque le Canada avait remporté l’or par la marque de 6 –1 dans le Dakota du Nord. Il s’agissait du cinquième affrontement pour la médaille d’or entre les deux pays depuis 1999. La Russie a gagné en
1999 (Winnipeg), 2002 (Pardubice) et 2003 (Halifax). Il s’agissait aussi de la cinquième participation consécutive du Canada au match pour la médaille d’or.

L’équipe de la Russie comptait huit joueurs qui avaient participé au tournoi l’an dernier tandis que le Canada n’en avait aucun, Cam Barker n’ayant pas joué l’an dernier à cause d’une mononucléose.

Équipe Canada s’est avancée sur la glace sous les applaudissements les plus bruyants du tournoi, y compris une avalanche de cris « Go Canada Go! » et « Pogge! » tout au long des présentations d’avant match. Les 18 630 spectateurs étaient vêtus des chandails rouges et des chandails blancs d’Équipe Canada.

Steve Downie a appliqué une solide mise en échec profondément en territoire russe pour imposer l’allure du match, mais il a été chassé à 0:36.

Evgeni Malkin a contourné la défensive pendant l’avantage numérique découlant de cette punition et a décoché un tir du poignet directement au but, mais Pogge l’a capté. Les Russes ont exercé le contrôle de la rondelle pendant presque toute la durée de la punition du Canada, jusqu’à ce que Alexei Emelin soit chassé pour avoir fait trébucher Ryan O’Marra en zone neutre à 2:02. Le Canada a exercé de la pression à son tour en avantage numérique, mais il n’a pas réussi à obtenir son premier tir au but.

Pendant qu’Ilia Zubov était au banc des punitions pour avoir accroché à 4:40, le Canada, jouissant de son deuxième avantage numérique du match, a failli ouvrir la marque quand Boyd s’est avancé facilement du côté droit, mais Khudobin, qui l’a défié, a effectué l’arrêt.

À la huitième minute, Enver Lisin de la Russie a presque réussi à marquer en frappant la rondelle dans les airs, mais celle-ci a heurté le poteau à la droite de Pogge.

Alexei Emelin a été chassé pour avoir donné un coup de bâton à 8:22, mais 30 secondes plus tard, Downie a été chassé pour conduite antisportive, annulant ainsi l’avantage numérique des siens.

Zubov a fait trébucher Marc Staal alors qu’il restait cinq secondes à l’avantage numérique des Russes et le Canada s’est retrouvé avec l’avantage d’un joueur.

Mais cela n’a pas bien fonctionné pour le Canada. Premièrement, Steve Downie a été écrasé le long de la bande par Andrei Zubarev dans la zone russe et, ensuite, Cam Barker a été puni pour avoir accroché Roman Voloshenko alors que le jeu se dirigeait vers la zone du Canada. Pogge a effectué un bel arrêt de la mitaine lors du tir de la pointe d’Emelin au milieu de l’avantage numérique des Russes.

Après l’avantage numérique, les Russes ont pressé le pas. Pogge a effectué des arrêts incroyables lors de tirs de la pointe et de déviations. Alexander Radulov a touché la barre horizontale dès une mise au jeu en zone canadienne.

Luc Bourdon a ensuite appliqué une mise en échec du tonnerre sur Sergei Ogorodnikov le long de la bande et la foule en a redemandé alors qu’il restait cinq minutes à jouer dans la période.

Pendant les derniers instants du premier tiers, le vent a vraiment tourné à l’avantage du Canada.

À 17:13, Steve Downie a contourné le filet d’Anton Khudobin du côté droit et a glissé la rondelle dans la mince ouverture entre les jambes du gardien pour donner une avance de 1 -0 au Canada. Le Canada n’avait alors réussi que 4 tirs au but contre 15.

Ce ne fut pas long avant que l’équipe canadienne ajoute à son avance. À 18:56, le Canada a porté son avance à 2 –0 quand Marc Staal a franchi la ligne bleue des Russes et a effectué une belle passe à Comeau qui s’avançait à l’aile gauche. Comeau a poussé son propre rebond sous Khudobin.

Pogge a continué d’exceller devant le filet au début de la deuxième période, ne concédant aucun espace libre à Nikolai Kulemin lorsque l’avant russe a contourné les défenseurs canadiens et a décoché un tir du poignet en direction du but. Plus tard, il a résisté au tir frappé de Nikolai Lemtyugov décoché du cercle de mise au jeu.

Au début de la deuxième période, les Russes croyaient avoir marqué un but et le jeu a été révisé, mais l’arbitre a avisé les deux formations que le but serait refusé.

Khudobin a été excellent au milieu de la période quand Downie a effectué une passe au centre à Ryan O’Marra dans le bas de la zone. O’Marra a décoché un tir du revers directement sur le gardien qui était parfaitement positionné.

L’action se déroulait à folle allure autour du filet et Tom Pyatt a tiré la rondelle du revers directement au travers l’enceinte du gardien, derrière Khudobin, et peu après cela, le Canada a pu profiter d’un avantage numérique lorsque Alexander Aksenenko a été chassé pour avoir fait trébucher à 11:34.

Le Canada en a profité. Après que Cam Barker eut décoché un puissant tir de la pointe gauche en pleine circulation, Blunden s’est emparé du rebond et a marqué à 12:02. Lorsque la lumière rouge s’est allumée, le gardien russe Anton Khudobin s’est effondré sur le dos dans son enclave comme s’il avait été atteint d’une balle.

À 12:25. Sergei Shirokov s’est effondré sur la glace près du banc des punitions après être entré en collision avec David Bolland, mais il s’est relevé et s’est rendu à son banc où l’on a appliqué de la glace sur sa blessure.

À 14:44. Blunden a porté la marque à 4 –0 en tirant un rebond par-dessus la mitaine de Khudobin lors d’une mêlée près de l’enclave juste comme l’avantage numérique du Canada prenait fin.

Lisin s’est approché de Pogge, en contournant Ryan Parent et Cogliano a été chassé pour double-échec après que le gardien canadien eut effectué un bel arrêt à 15:21.

Mais pendant l’avantage numérique des Russes, ce fut le Canada qui a obtenu la meilleure occasion de marquer. Kyle Chipchura a repéré Justin Boyd seul devant le filet lors d’une attaque à 2 contre 1 et Khudobin a dû effectuer un arrêt spectaculaire.

Downie a obtenu une autre occasion de marquer après avoir contourné Andrei Zubarev en zone neutre et s’être faufilé à vive allure à l’aile droite d’où il a décoché un puissant tir sur le gardien russe.

Avec un peu moins de deux minutes à jouer dans la période, Toews croyait bien avoir porté la marque à 5 –0 lors d’un enroulé pendant que Michael Blunden semait la terreur dans l’enclave, mais le sifflet avait déjà retenti.

Alors que seulement 27 secondes s’étaient écoulées en troisième période, Malkin a été chassé pour avoir accroché. La frustration russe augmentait. Downie a presque marqué lors d’un 2 contre 1. Il a ensuite montré quatre doigts (pour 4 buts) au gardien Khudobin après que le gardien soit venu lui adresser la parole après le coup de sifflet.

En quittant le banc des punitions, Malkin a failli s’échapper, mais Ryan Parent a réussi à lui faire perdre la rondelle grâce à son excellent positionnement.

L’action s’est ensuite transportée d’une extrémité à l’autre. Bolland et Cogliano se sont avancés à 2 contre 1, mais la passe transversale de Bolland a été bloquée par un défenseur russe. Ensuite, Bolland s’est dirigé vers le gardien, mais il ne l’a qu’effleuré.

Le tir d’Ilia Zubov a raté la cible alors qu’il avait la voie libre vers le but canadien et peu après, Malkin s’est avancé à l’aile droite et a tiré la rondelle directement sur le plastron de Pogge qui faisait face au porteur.

Les Russes ont connu un regain d’énergie vers le milieu de la période, bourdonnant autour du filet de Pogge et Bolland a été puni pour avoir fait trébucher à 9:43. La meilleure occasion des Russes est survenue lorsque Alexander Radulov a tiré au but du cercle de mise au jeu à la gauche du gardien, mais Pogge n’a accordé aucun rebond à Roman Voloshenko

Le Canada a resserré son jeu en défensive au cours des cinq dernières minutes n’accordant que des tirs de loin, faciles à bloquer. Ils ont souvent tiré la rondelle profondément en territoire adverse.

Kyle Chipchura a scellé l’issue du match alors qu’il restait 2:45 à jouer lorsqu’il a récupéré une rondelle libre après une attaque de Cogliano et l’a tirée dans le fond du but pendant que le gardien était allongé sur la glace.

La foule de Vancouver a donné une ovation debout à la formation canadienne pendant les deux dernières minutes du match.

Lorsque la sonnerie s’est fait entendre, les joueurs du Canada se sont précipités sur Pogge et s’en sont donné à cœur joie dans le coin de la patinoire pendant que les bâtons et les gants volaient partout. Suivant l’exemple de leur gardien de but, les joueurs canadiens ont soulevé leurs casquettes commémoratives pour saluer la foule, le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

Les joueurs du match furent Denis Bodrov pour la Russie et Justin Pogge, l’excellent numéro 33, pour le Canada, au grand plaisir de la foule.

Les trois meilleurs joueurs du tournoi pour l’équipe de la Russie ont été annoncés. Il s’agit d’Evgeni Malkin, d’Alexei Emelin et d’Anton Khudobin.

Les trois meilleurs joueurs du Canada sont Justin Pogge, Steve Downie et Marc Staal.

Le meilleur gardien de but du tournoi est Tuukka Rask de la Finlande. Il a salué la foule en agitant son pouce.

Marc Staal du Canada a été nommé le meilleur défenseur du tournoi.

Evgeni Malkin a été nommé le meilleur avant. Il a aussi accepté une assiette en argent au nom de son équipe, pour représenter le deuxième rang obtenu par la Russie.

Les Russes ont ensuite fait la file pour recevoir leurs médailles d’argent des mains de plusieurs dignitaires, dont le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, Monsieur René Fasel, et le président du tournoi, Monsieur Frank Gonzalez. Les Russes ont applaudi la foule canadienne qui leur a rendu la pareille.

Les Canadiens se sont regroupés autour du capitaine Kyle Chipchura qui a hissé le trophée du Championnat mondial junior de l’IIHF à bout de bras, avant de recevoir leurs médailles d’or au son d’« Armageddon » du groupe rock Prism de Vancouver.

Cette médaille est la douzième médaille d’or du Canada au mondial junior de l’IIHF. Le Canada parvient ainsi à défendre son titre pour la première fois depuis 1997.

En décembre 2006, le Canada partira à la conquête d’une troisième médaille d’or consécutive au Championnat mondial junior 2007 de l’IIHF en Suède.

2e période
BLUNDEN FAIT SA PART ET LE CANADA PREND UNE AVANCE

DE QUATRE BUTS SUR LA RUSSIE

Michael Blunden des Otters d’Érié de l’OHL a marqué deux buts en avantage numérique pour donner une avance de 4 –0 au Canada sur la Russie après quarante minutes de jeu. Le pays hôte n’est qu’à 20 minutes de remporter une deuxième médaille d’or consécutive au championnat mondial junior.

Après que Cam Barker eut décoché un puissant tir de la pointe gauche en pleine circulation, Blunden s’est emparé du rebond et a marqué à 12:02. Lorsque la lumière rouge s’est allumée, le gardien russe Anton Khudobin s’est effondré sur le dos dans son enclave comme s’il avait été atteint d’une balle.

À 14:44. Blunden a porté la marque è 4 –0 en tirant un rebond par-dessus la mitaine de Khudobin lors d’une mêlée près de l’enclave juste comme l’avantage numérique du Canada prenait fin. Barker a obtenu une mention d’aide sur le but.

Steve Downie, Blake Comeau, et l’excellent travail de Justin Pogge ont permis au Canada de prendre une avance de 2 –0 en première période.

Bien que les Russes ait dominé au chapitre du territoire et qu’ils aient tiré 15 fois au but contre 8 fois pour le Canada, l’équipe hôte a reçu tout un coup de pouce à 17 :13 quand Steve Downie a contourné le filet d’Anton Khudobin du côté droit et a glissé la rondelle dans la mince ouverture entre les jambes du gardien pour donner une avance de 1 -0 au Canada. Le Canada n’avait alors réussi que 4 tirs au but contre 15.

À 18:56, le Canada a pris les devants 2 –0 quand Marc Staal a franchi la ligne bleue des Russes et a effectué une belle passe à Comeau qui s’avançait à l’aile gauche. Comeau a poussé son propre rebond sous Khudobin. L’avant des Rockets de Kelowna a aussi obtenu une mention d’aide sur le but de Downie.

Adoptant un style de jeu robuste, le Canada a réussi à neutraliser Evgeni Malgin après 40 minutes de jeu. Les tirs au but sont 27 contre 24 pour le Canada.

Consultez HockeyCanada.ca pour une autre mise à jour après la deuxième période.

1re période
POGGE GRANDE AU COMMENCEMENT DU MATCH MÉDAILLE D'OR

Steve Downie, Blake Comeau, et l’excellent travail de Justin Pogge ont permis au Canada de prendre une avance de 2 –0 en première période dans le match de la médaille d’or contre la Russie.

Bien que les Russes ait dominé au chapitre du territoire et qu’ils aient tiré 15 fois au but contre 8 fois pour le Canada, l’équipe hôte a reçu tout un coup de pouce à 17 :13 quand Steve Downie a contourné le filet d’Anton Khudobin du côté droit et a glissé la rondelle dans la mince ouverture entre les jambes du gardien pour donner une avance de 1 -0 au Canada. Le Canada n’avait alors réussi que 4 tirs au but contre 15.

À 18:56, le Canada a pris les devants 2 –0 quand Marc Staal a franchi la ligne bleue des Russes et a effectué une belle passe à Comeau qui s’avançait à l’aile gauche. Comeau a poussé son propre rebond sous Khudobin. L’avant des Rockets de Kelowna a aussi obtenu une mention d’aide sur le but de Downie.

Ce fut une période robuste où de nombreuses mises en échec ont été distribuées par Downie, Luc bourdon et d’autres Canadiens et les Russes ont aussi répliqué de la sorte.

Consultez HockeyCanada.ca pour une autre mise à jour après la deuxième période.

APERÇU : CANADA - RUSSIE

Par Lucas Aykroyd

Canada : Ça y est. Équipe Canada est arrivée à la destination que l’entraîneur-chef Brett Sutter avait déterminée dès le premier jour du tournoi. Maintenant, reste à voir ce qu’elle va faire de l’occasion qui se présente à elle pendant les 60 dernières minutes (ou plus) du tournoi. Un solide jeu défensif a mené le Canada jusqu’ici. L’équipe n’a jamais accordé plus de trois buts en un match et cela n’est survenu qu’une fois, lors de la victoire de 4 –3 sur la Suisse en ronde préliminaire, le 28 décembre. Dans les faits, le total de buts marqués contre le Canada avant le match de la médaille d’or est six, exactement le même nombre que l’an dernier avec une équipe dont on vantait beaucoup plus les mérites. La différence est dans les buts pour (35 au même moment l’an dernier contre 20 cette année). Voilà pourquoi les Canadiens doivent éviter de se faire prendre par les Russes rusés qui occupent le premier rang du tournoi au chapitre des buts marqués avec 26. Les grands gaillards comme Benoit Pouliot et Luc Bourdon devront constamment frapper l’adversaire pour ralentir l’équipe de la Russie, mais ils devront le faire de façon intelligente et disciplinée. Orienter les attaquants russes vers la bande dès leur entrée en territoire canadien sera aussi un autre élément-clé. Il serait encore mieux de bloquer les corridors en zone neutre pour freiner la vitesse de l’adversaire. Mais les Canadiens ne feront pas que réagir à ce que fera la Russie – ils vont certainement prendre l’initiative et partir à la conquête de la victoire. Attendez-vous à un échec avant prononcé dès le début du match pour tenter d’ébranler les défenseurs russes et ne soyez pas surpris de voir Blake Comeau, Steve Downie et Dustin Boyd travailler à neutraliser le trio d’Evgeni Malkin et à créer de l’offensive au moyen de revirements. Le duo défensif de Marc Staal et Ryan Parent affrontera Malkin dans la mesure du possible, bien que la Russie aura le dernier changement puisque c’est elle qui reçoit. Justin Pogge, qui présente une fiche de 1,20 but alloué et un pourcentage d’efficacité de 0,933, en sera à son sixième départ consécutif devant le filet du Canada et il doit s’attendre à affronter plus que les 18 tirs dirigés vers lui en moyenne jusqu’à ce jour. Les Canadiens profiteront de l’appui indéniable et tumultueux de la foule de 18 630 spectateurs à la Place GM. S’ils peuvent se laisser porter par cette vague d’émotions sans tomber dans le gouffre, l’or est éminemment une possibilité.

Russie : La possession de la rondelle est la clé du succès pour la Russie. Cela a été le cas par le passé, et c’est encore le cas cette année. Le pivot de l’équipe russe, Evgeni Malkin, est un meilleur fabricant de jeu que ne l’était son compatriote Alexander Ovechkin, qui a pris la part du lion lors de la finale du tournoi l’an dernier. Mais est-ce que les Russes vont en faire trop? Autrement dit, vont-ils conserver la rondelle plus longtemps qu’ils ne le devraient, effectuer des passes transversales à faible pourcentage de réussite dans le bas de la zone ou tenter de nombreux jeux individualistes 1 contre 3? Si oui, ce sera tant mieux pour le Canada, surtout si l’équipe hôtesse se dote d’une avance tôt dans le match et verrouille ensuite tout à la défensive. Si les Russes prennent une avance de 1 –0 ou 2 –0, tous les paris sont annulés. Et attention à leur jeu en avantage numérique qui a un taux de réussite de 32,2 pour cent comparativement à 19,5 pour cent pour le Canada. Finesse et vitesse sont les principales armes de cette formation russe en quête de la quatrième médaille d’or de son pays depuis 1999. En ce qui a trait au jeu robuste, les Russes n’amorceront pas nécessairement les mises en échec, mais, à la lumière de ce qu’ils ont montré face aux Américains vers la fin du match de demi-finale, ils ne seront pas enclins à reculer autant que certaines équipes russes du passé. Le trio de Malkin, Zubov et Kulemin sera un point de mire, mais Nikolai Lemtyugov, Sergei Shirokov et Alexander Radulov font aussi partie des joueurs russes qui peuvent profiter des occasions qui se présentent. Alexei Emelin entreprend ce match au premier rang des pointeurs parmi les défenseurs du tournoi avec sept points et Evgeny Biryukov et Denis Bodrov ont aussi contribué à l’offensive. Kirill Lyamin pour sa part, bien qu’il n’a cumulé aucun point, a distribué de solides mises en échec. Le gardien de but Anton Khudobin, dont le pourcentage d’arrêt de 0,954 le classe au premier rang du tournoi à ce chapitre, a parlé ouvertement de vouloir venger la défaite de la Russie lors du match de la médaille d’or l’an dernier et Malkin et le défenseur Andrei Zubarev ont déclaré que l’habileté russe nettement supérieure allait permettre de l’emporter. Que de braves mots! Nous verrons bien.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications