Sommaire du Match

Canada 4 - Finlande 0

Demi-finale
mardi le 3 janvier 2006
16h00 PAC
Vancouver, BC
GM Place

LE CANADA ACCÈDE AU MATCH POUR LA MÉDAILLE D’OR
AYANT BLANCHI LA FINLANDE EN DEMI-FINALE

Par Lucas Akroyd | Compte

Grâce à une victoire de 4 –0 en demi-finale sur la Finlande, victoire pour laquelle ils ont dû travailler fort, les Canadiens se sont assurés d’une participation au match de la médaille d’or qui aura lieu le jeudi le 5 janvier (16h HP, TSN/EDS). Kris Russell, Blake Comeau, Kris Letang et Andrew Cogliano ont marqué pour le Canada tandis que Justin Pogge a repoussé 19 tirs pour porter le jeu blanc à sa fiche à son cinquième match consécutif.

« Nous sommes venus ici pour gagner ce soir et c’est ce que nous avons accompli », a dit l’entraîneur-chef du Canada, Brett Sutter. « Mais nous avons encore beaucoup de travail à faire. Je tiens à féliciter la Finlande. Ils ont travaillé fort. »

« Nous avons disputé deux matchs contre le Canada, marquant une fois en avantage numérique, alors il n’y a rien à dire », a dit l’entraîneur-chef finlandais Hannu Aravirta. « La meilleure équipe a remporté la place pour la finale. Je pense que nous avons néanmoins eu des chances. Nous n’avons pas subi la pression à laquelle nous nous attendions à 5 contre 5. »

Pogge, qui porte le numéro 33 dans ce tournoi comme Patrick Roy, a poursuivi son excellent jeu et il est sur le point de réaliser quelque chose que Roy n’a jamais accompli au hockey international : gagner une médaille. La foule a scandé le nom du gardien de but des Hitmen de Calgary toute la soirée.

« Ce serait énorme de répéter ce qu’ils ont fait l’an dernier et avec l’équipe que nous avons maintenant, je pense que ce serait un sentiment fantastique », a dit Pogge sur la possibilité pour le Canada de remporter son deuxième championnat mondial junior consécutif.

Pour le deuxième match de suite, Tuukka Rask a été jeté dans la fosse aux lions et, même si le gardien finlandais a fait de son mieux pour repousser l’attaque canadienne en effectuant 39 arrêts, la Finlande devra affronter l’équipe perdante de l’autre demi-finale entre la Russie et les États-Unis pour la médaille de bronze (midi HP, TSN/RDS).

« Nous savions que Rask était un très bon gardien, mais nous devions faire ce que nous avions à faire en vertu de notre plan de match », a dit Sutter.

Comme prévu, le Canada a entrepris le match en faisant preuve de robustesse, mais les Finlandais se sont avérés plus tenaces au début du match qu’ils ne l’avaient été au lendemain de Noël lorsqu’ils avaient perdu 5 –1 aux mains du Canada.

Le Canada a commencé le match avec le trio de Benoit Pouliot, Jonathan Toews et Michael Blunden et, comme lors du premier match, Blunden a appliqué une rude mise en échec sur Erkka Leppanen à sa première présence sur la glace : Leppanen en a même perdu son casque. La tendance s’est maintenue lorsque Luc Bourdon a écrasé Lauri Rukonen contre la bande vers la fin de la première période.

Les deux formations ont chacune eu trois avantages numériques au cours des 20 premières minutes, mais le premier but a été marqué à forces égales, À 18:14, Boyd s’est avancé à vive allure à l’aile droite et a effectué une passe à Kris Russell qui s’avançait seul. Il a feinté vers la gauche et a glissé la rondelle sous Rask pendant que le gardien finlandais faisait le grand écart.

« C’était un très mauvais but [pour nous] à la fin de la première période », a dit Aravirta.

Au début de la deuxième période, les Finlandais étaient prisonniers profondément dans leur propre territoire et Rask a été pénalisé à 1:41 pour avoir retardé le match après s’être emparé de la rondelle hors de son enclave dans le cercle de mise au jeu sans la remettre en jeu. Le Canada a pu profiter d’un avantage de deux joueurs pendant 42 secondes, car Leinonen a été chassé pour le geste qu’il a posé devant son filet et l’équipe hôte a assailli l’enclave de la Finlande, forçant Rask à effectuer arrêt après arrêt.

Pogge a effectué un superbe arrêt à 14:24 quand Wirtanen a dérobé la rondelle à Ryan Parent juste en deçà de la ligne bleue du Canada avant de le contourner et de décocher un tir à bout portant. Parent a été chassé pour obstruction sur le jeu.

Avec 1:02 à faire en deuxième période, Blake Comeau a foncé vers le filet et a tiré du revers après s’être emparé du rebond sur un tir de Marc Staal. Il a ensuite tiré son propre rebond dans le but pour porter l’avance des siens à 2 –0.

Ryan O’Marra a été puni pour bâton élevé au début du troisième tiers et, pendant l’avantage numérique finlandais, Pogge a dû être vigilant pour bloquer le tir sur réception de Jesse Joensuu du haut de la zone privilégiée.

Après que Jari Sailio a été chassé pour avoir fait trébucher Justin Boyd qui filait hors de la zone canadienne à 7:47, Jonathan Toews a foncé vers le cercle de mise au jeu à la droite de Rask et a décoché un tir qui a atteint le poteau rapproché.

Le Canada a profité d’un avantage numérique à 9:40 pour porter la marque à 3 –0 alors qu’il restait sept secondes à la punition quand le tir du poignet de Kris Letang s’est frayé un chemin au travers les joueurs et les patins de Leppanen avant de surprendre Rask.

« Le troisième but, je ne l’ai pas vu », a dit Rask.

À 13:32 de la troisième période, Cogliano s’est avancé du côté droit et a coupé vers le centre d’où il a décoché un tir du poignet parfait, juste par-dessus l’épaule de Rask pour inscrire le dernier but du match et porter la marque à 4 –0. C’était son premier but du tournoi.

« C’était très important », a dit Cogliano. « Ça a certainement enlevé un poids de mes épaules. Ça fait du bien de marquer un but vers la fin et c’est certainement bon pour ma confiance avant le match pour la médaille d’or. »

Pogge a effectué tous les arrêts qu’il se devait de faire en fin de match alors que les Finlandais ont tout tenté pour annuler le jeu blanc. La foule a donné une ovation debout à toute l’équipe en brandissant des drapeaux canadiens pendant la dernière minute de jeu.

« Pour une équipe qui était fatiguée après le long combat hier contre le Suède, il était difficile d’essayer de revenir en troisième période », a dit Aravirta.

Les joueurs du match ont été Tommi Leinonen pour la Finlande et Marc Staal pour le Canada.

« [Nos] gars ont bien joué », a dit Rask. « Pas de mauvais sang. C’est sûr que le match d’hier a été difficile. Je peux dire que j’étais fatigué, mais ça n’a pas affecté le match. »

Le Canada peut maintenant se préparer pour le match pour la médaille d’or.

« Ici, vous avez tout le pays derrière vous », a dit Comeau. « C’est un bon sentiment et l’ambiance ce soir était spéciale. Je crois que ça va être encore mieux en finale. »

« Je pense que nous allons savourer ça un peu ici, mais probablement même pas toute la nuit », a ajouté le capitaine du Canada, Kyle Chipchura. « Nous avons toujours pensé « un match à la fois ». Maintenant c’est un peu difficile de ne pas penser à la médaille d’or. »

« Ils disent que nous n’étions pas favoris, mais nous sommes au Canada, nous sommes en sol canadien et le fait d’être au Canada, personne ne s’attend à autre chose qu’à l’or », a dit Pogge.

Cette victoire porte la fiche de tous les temps du Canada contre la Finlande au mondial junior à 19 victoires, sept défaites et six matchs nuls. La dernière fois que le Canada a blanchi la Finlande, c’était le 26 décembre 2003 par la marque de 3 –0 et Marc-André Fleury était devant le filet.

APERÇU : CANADA - FINLANDE

Par Greg Alexis

Canada : Équipe Canada doit s’attendre à affronter une équipe finlandaise différente de celle qu’elle a facilement vaincue par la marque de 5 -1 au lendemain de Noël. Après une victoire inspirante en prolongation de 1 –0 sur la Suède lors d’un match quart de finale, la formation bleue et blanche a le vent dans les voiles. Les Canadiens devront être capables de marquer s’ils veulent accéder à la finale et défendre leur titre le 5 janvier. Même si le Canada a cumulé une fiche parfaite de 4 –0 en ronde préliminaire pour terminer au sommet du groupe A, les 16 buts que la formation de Brent Sutter a marqués représentent le deuxième plus faible nombre de buts marqués par une des six équipes qui se sont qualifiées pour la ronde éliminatoire. Il serait bon de voir des avants de talent comme Andrew Cogliano, Daniel Bertram et Guillaume Latendresse, qui a été très peu sollicité, commencer à trouver le fond du filet puisque ensemble, ils n’ont obtenu que deux points. Le jeu défensif du Canada a été un de ses principaux atouts. Le Canada est à égalité avec la Russie pour le moins de buts accordés en ronde préliminaire (six). Justin Pogge sera à nouveau devant le filet puisqu’il a bien fait tout au long du tournoi. Au cours de ses quatre matchs, le grand cerbère des Hitmen de Calgary présente une moyenne de buts alloués de 1,50 et un pourcentage d’arrêt de 0,915. Au cours des matchs passés entre les deux formations au mondial junior, le Canada a un net avantage sur la Finlande avec une fiche de 18 victoires, sept défaites et six matchs nuls.

Finlande : En ronde préliminaire, rares sont ceux qui ont prédit que la Finlande allait se rendre en demi-finale, car son jeu laissait à désirer. Mais après une victoire émotionnelle en prolongation sur la Suède en quart de finale, la Finlande a maintenant espoir de remporter une autre victoire inespérée avec l’aide de son gardien Tuukka Rask qui est au sommet de sa forme. Celui qui a semblé bien ordinaire dans la défaite de la Finlande aux mains du Canada au premier jour du tournoi a été spectaculaire contre la Suède, repoussant les 53 tirs dirigés sur lui pour réaliser un jeu blanc. Si Rask continue de la sorte, la Finlande pourrait bien compliquer la tâche des Canadiens, qui sont favoris. À l’avant, les Finlandais sont capables de marquer. Lauri Tukonen et Perttu Lindgren totalisent 14 points en cinq matchs. Le Canada profite cependant d’avantages importants en plus de la foule locale. La Finlande sera indubitablement fatiguée après avoir battu les Tre Konor il y a moins de 24 heures et elle pourrait aussi être épuisée psychologiquement, compte tenu de l’importance que les joueurs avaient accordée au match contre leur grande rivale nordique. Mais si Rask peut réaliser un autre exploit, la Finlande pourrait bien se retrouver dans une chaude lutte avec le Canada jusqu’à ce que la sonnerie indique la fin de la rencontre.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications