Sommaire du Match

Canada 3 - États-Unis 2

Ronde préliminaire
samedi le 31 décembre 2005
16h00 PAC
Vancouver, BC
Pacific Coliseum

LE CANADA A UN LAISSEZ-PASSER POUR LA DEMI-FINALE GRÂCE
À UNE VICTOIRE IMPORTANTE SUR LES ÉTATS-UNIS

Par Lucas Akroyd | Compte

Le Canada s’est emparé du premier rang du groupe A et d’un laissez-passer à la demi-finale du 3 janvier avec une victoire de 3 –2 sur les États-Unis la veille du Jour de l’An devant une salle comble exubérante au Pacific Coliseum. Kyle Chipchura a marqué le but gagnant dans un filet désert après que les Américains eurent retiré le gardien Corey Schneider pour tenter de porter deux points à leur fiche puisqu’un match nul ne suffisait pas.

Les Américains prendront part à un match quart de finale le 2 janvier.

Cam Barker et Dustin Boyd ont aussi marqué pour le Canada, Boyd obtenant son quatrième but du tournoi. Steve Downie a obtenu deux mentions d’aide. Chris Bourque, qui a marqué son sixième du tournoi, et Peter Mueller ont marqué pour les Américains. L’Américain Phil Kessel, qui n’a aucun but en quatre matchs, a obtenu sa huitième mention d’aide.

« Nous avons bien joué », a dit Boyd. « Les deux équipes ont lutté jusqu’à la fin et ce fut un dur combat. Heureusement pour nous, nous avons marqué dans un filet désert et obtenu la victoire. »

« Ce n’est pas amusant quand c’est un match nul et qu’ils remportent le match parce que nous avons retiré notre gardien », a dit Bourque. « Mais nous avions besoin de cette victoire et c’est ce que nous devions faire. Ce fut évidemment la bonne décision, mais nous n’avons pas pu en profiter. »

Le Canada a obtenu 26 tirs au but contre 24 pour les Américains et le gardien Justin Pogge a inscrit sa quatrième victoire du tournoi.

« Je me sentais vraiment confiant sur la glace », a dit Pogge. « L’équipe a vraiment bien joué devant moi. Je pense que nous avons joué un match fantastique et que nous méritons la victoire. »

Le dernier match de la ronde préliminaire de ces deux équipes a été disputé à vive allure et de solides mises en échec ont été données de part et d'autre, mais le match n’a pas pris l’allure d’une guerre de tranchées comme c’est parfois le cas entre des deux rivales nord-américaines.

Avec cinq capitaines d’équipes et neuf capitaines adjoints dans la formation canadienne, il est normal de s’attendre à une démonstration de leadership et celui qui porte le « C » sur son chandail pour le Canada, Kyle Chipchura, a donné l’exemple à ses coéquipiers en effectuant tout un effort à l’échec avant.

Dans l’ensemble, ce fut le meilleur match du Canada du tournoi jusqu’à maintenant et l’effort des Américains est tout aussi méritoire.

« Nous étions un peu anxieux et nerveux et avons commis des erreurs au début dont le Canada a pu profiter », a dit l’entraîneur-chef américain Walt Kyle. « Mais au crédit de notre leadership, nous avons réussi à calmer les choses dans le vestiaire et avons disputé le reste du match à une assez bonne allure. »

Taylor Chorney a écopé de la première punition pour les États-Unis à 2:09 après avoir malmené Boyd profondément dans le territoire américain et l’unité canadienne affectée à l’avantage numérique s’est mise au boulot. Vingt-six secondes plus tard, le tir du poignet de Cam Barker s’est faufilé en pleine circulation et a déjoué Schneider par-dessus la mitaine et la foule a explosé.

Pendant qu’Andrew Cogliano purgeait une punition pour avoir accroché à 3:20, les États-Unis ont exercé une bonne pression autour du filet de Pogge, mais grâce à un excellent positionnement collectif et à un jeu très robuste du favori de la foule, Luc Bourdon, un choix de première ronde des Canucks de Vancouver, les Canadiens ont résisté à l’attaque.

Cogliano a quitté le banc des punitions et il a presque réussi le deuxième but du match en s’associant à Chipchura lors d’un passe et va, mais Schneider est retombé sur le dos, comme un ange dans la neige, et a réussi à garder la rondelle hors du but. Quelques instants plus tard, il a été contraint de repousser le tir à bout portant de Blunden.

À 6:42 une superbe attaque à 2 contre 1 de Boyd et Steve Downie a permis au Canada de prendre une avance de 2 –0. Boyd s’est avancé à l’aile gauche et a passé la rondelle à Downie au centre. Schneider ayant déjà fait le premier geste, Downie a remis la rondelle à Boyd qui l’a calmement tiré dans l’ouverture.

Le Canada a affronté un autre défi important quand Blake Comeau s’est vu imposer une punition de quatre minutes pour bâton élevé à 7:27 et cette fois-ci les Américains leur ont fait payer le prix. Trois minutes plus tard, la marque était 2 –1 après que le tir de la pointe de Chris Bourque a été dévié en route vers le filet. La rondelle a franchi la ligne des buts par-dessus le bâton du gardien.

Au cours de la dernière minute de la première période, Cogliano laissé seul devant le filet américain, a touché le poteau à la gauche de Schneider. Il a soulevé les bras en signe de victoire, mais la rondelle n’avait pas pénétré dans le but.

Le Canada a dû jouer à court de deux joueurs pendant la dernière minute de la première période au cours de laquelle l’équipe hôtesse s’est vue imposer 12 minutes de punitions contre deux pour les États-Unis.

Pendant que les Canadiens résistaient au jeu de puissance américain au début de la deuxième période, Pogge a effectué un arrêt spectaculaire avec sa mitaine sur un tir de Jack Johnson à la 37e seconde puis a obtenu l’aide de son poteau gauche quelques instants plus tard lorsque Johnson a décoché un autre puissant tir.

Mais les Américains ont nivelé la marque 2 –2 lors d’un autre avantage numérique. Peter Mueller s’est avancé seul après avoir capté une passe de Tom Fritsche alors que le défenseur canadien Ryan Parent était hors position, et a déjoué le gardien entre les jambières à 8:10.

L’américain Brian Lee a ensuite fait trébucher Boyd avec 37 secondes d’écoulées au troisième tiers et le Canada a profité d’un avantage numérique. La meilleure chance du Canada est survenue lorsque Boyd a capté une passe transversale parfaite de Boland, mais Schneider s’est propulsé vers la gauche pour effectuer un superbe arrêt. Quelques minutes plus tard, Ryan O’Marra s’est emparé de la rondelle en zone privilégiée, mais a tiré à côté du but.

Après des moments excitants aux deux extrémités de la patinoire au cours desquels Schneider et Pogge ont effectué des arrêts sur des tirs à bout portant, les États-Unis ont profité d’un autre avantage numérique lorsque Blunden a été chassé pour double-échec à 6:55. Le gardien canadien a continu de faire son travail et comme la punition allait prendre fin, Pogge a réalisé un brillant arrêt de la mitaine sur un tir de Kevin Porter alors que la rondelle a volé dans les airs avant de retomber sur le dessus du filet.

Au cours des cinq dernières minutes, les Canadiens se sont affairés à protéger l’égalité, tirant souvent la rondelle profondément en territoire adverse.

Avec 1:03 à jouer, Schneider a été retiré pour être remplacé par un avant supplémentaire après un temps d’arrêt demandé par les Américains. Chipchura a scellé l’issue du match en marquant dans un filet désert avec 33 secondes à jouer dans le match lorsque cinq Américains se sont trouvés coincés dans le coin à gauche de Pogge.

Downie a reçu un vicieux coup de coude de Jack Johnson immédiatement après le but qui a donné une avance de 3 –2 aux Canadiens. Downie a dû être escorté de la glace par le soigneur de l’équipe. Johnson s’est vu imposer une punition majeure de cinq minutes et une punition d’extrême inconduite. L’état de santé de Downie sera réévalué demain, le 1er janvier.

Justin Pogge a été nommé le joueur du match du Canada pendant que la foule scandait continuellement son nom. Jack Johnson a été le joueur du match des États-Unis. Le capitaine de la formation américaine, Kevin Porter, a accepté le prix au nom de Johnson.

Le Canada améliore donc sa fiche de tous les temps contre les États-Unis au CMJ à 24 victoires, cinq défaites et trios matchs nuls.

Avec cette victoire, Brent Sutter se joint à Dave King et Terry Simpson comme les seuls entraîneurs canadiens à avoir remporté 10 matchs au Championnat mondial junior de l’IIHF.

« Ce fut tout un match », a dit Sutter. « J’ai trouvé que les deux équipes avaient travaillé fort. Chaque joueur des deux formations a travaillé fort et a tout donné ce soir. »

« C’est bon d’avoir quelques jours de repos pour recharger les piles et nous préparer mentalement à affronter notre prochain adversaire », a ajouté Boyd.

APERÇU : CANADA - ÉTATS-UNIS

Par Dhiren Mahiban

Canada : N’étant pas favorite pour gagner la médaille d’or, l’équipe hôte a réussi à l’emporter sur la Finlande (5 –1), la Suisse (4 –3) et la Norvège (4 –0). En 27 ans de confrontation avec les Américains, les Canadiens ont nettement le dessus avec 23 victoires, cinq défaites et trois matchs nuls, 139 buts pour et seulement 87 contre. Les partisans peuvent s’attendre à voir Justin Pogge devant le filet du Canada samedi soir. Pogge a remporté ses trois matchs jusqu’à présent avec le blanc et rouge, cumulant une moyenne de buts alloués de 1,33 et un pourcentage d’arrêts de 0,914. À la ligne bleue, le duo des Foreurs de Val-D'Or, Luc Bourdon et Kris Letang, a mené le Canada en cumulant sept points en trois matchs. Bourdon est au premier rang des pointeurs de l’équipe avec un but et quatre aides et il pourrait devenir seulement le troisième défenseur de l’histoire du tournoi à terminer au premier rang des pointeurs du Canada. Seuls Carlo Colaiacovo (2003) et Greg Hawgood (1988) ont déjà réalisé cet exploit. À l’avant, le nouveau trio de Blake Comeau, Dustin Boyd et Steve Downie mène le bal. Downie a été récompensé pour sa prestation de jeudi soir en étant promu au premier trio. Ensemble, les membres de ce trio ont 10 points en trois matchs. Avec une victoire ce soir, l’entraîneur-chef, Brent Sutter, pourrait joindre les rangs d’autres entraîneurs célèbres en devenant seulement le troisième entraîneur à remporter 10 victoires derrière le banc canadien. Terry Simpson a réussi l’exploit en 1985-86 et Dave King en 1982-83. Une victoire ou un match nul pour les Canadiens ce soir leur assurerait le premier rang et leur offrirait un laissez-passer pour les demi-finales.

États-Unis : Les États-Unis étaient l’une des équipes favorites pour tout rafler, mais ils ont reçu un sérieux avertissement, vendredi soir, en faisant match nul avec la Suisse (2 –2). Les Américains ont remporté une victoire de 11 –2 sur la Norvège, lundi soir, pour entreprendre le tournoi puis l’ont emporté de justesse 6 –5 sur la Finlande, mercredi soir. La dernière fois que les Américains ont battu le Canada, ce fut lorsqu’ils ont gagné leur première et seule médaille d’or au tournoi de 2004, où ils l’ont emporté par la marque de 4 –3 à Helsinki en Finlande. Le gardien Cory Schneider a entrepris deux matchs pour les Américains, deux matchs qui, sur papier, auraient dû être des victoires faciles pour les Américains. Toutefois, après sa victoire de 11 –2 sur la Norvège, le bleu, blanc, rouge n’a pas réussi à battre les Suisses vendredi soir avec le choix au repêchage des Canucks de Vancouver devant le filet. Jeff Frazee, pour sa part, a tenu bon contre les Finlandais, mercredi, mais il n’a pas joué depuis. À la ligne bleue, le duo d’Erik Johnson et Jack Johnson a donné l’exemple, cumulant six points ensemble. Mais surtout, ces deux grands piliers ont compliqué la tâche de leur adversaire en limitant l’espace par leur présence physique. Le trio de Chris Bourque, Phil Kessel et Kevin Porter a cumulé 18 points au total en trois matchs. Les sept mentions d’aides de Kessel le classent au troisième rang des marqueurs du tournoi. Toutefois, celui qui, selon les prévisions, devrait être repêché premier au total l’an prochain n’a pas encore réussi à marquer. Est-ce que Kessel sortira enfin de l’ombre ce soir? Pour que les Américains terminent au premier rang et obtiennent un laissez-passer pour les demi-finales, ils devront vaincre leur grande rivale avec laquelle ils partagent une longue frontière.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications