Sommaire du Match

Norvège 0 - Canada 4

Ronde préliminaire
jeudi le 29 décembre 2005
16h00 PAC
Vancouver, BC

LE CANADA VAINC LA NORVÈGE DANS UN MATCH ENTACHÉ DE PUNITIONS

Par Greg Alexis | Compte

Équipe Canada a obtenu sa troisième victoire consécutive, jeudi soir, au Championnat mondial junior 2006 de l’IIHF, en blanchissant la Norvège 4 –0 devant 16 083 partisans au Pacific Coliseum de Vancouver.

Luc Bourdon du Canada a cumulé un but et une aide et Jonathan Toews a ajouté deux mentions d’aide à sa fiche. Bourdon a aussi été nommé le joueur du match du Canada.

« Je pense que les gars ont assez bien joué aujourd’hui », a dit Bourdon. « Nous avons tiré souvent au but. »

Le gardien canadien Justin Pogge n’a affronté que 12 tirs, mais il a effectué des arrêts-clés au bon moment pour obtenir son premier jeu blanc du tournoi.

« Je me sentais bien sur la glace », a dit Pogge. « Je n’ai pas eu beaucoup de tirs, mais je me suis débrouillé en pleine circulation, ce que je n’ai pas fait hier. »

Malgré qu’il ait accordé quatre buts, le gardien de but norvégien Lars Haugen a bien fait, repoussant 46 des 50 tirs dirigés vers lui et permettant à la formation norvégienne de conserver un écart respectable.

« Nous essayons d’apprendre », dit Haugen. « Mais la plupart d’entre nous n’ont jamais joué à un niveau de ce genre auparavant. On sait que les gens ne s’attendent pas à ce que l’on gagne, mais c’est important pour nous que notre pays soit fier de nous. »

La dernière fois que ces deux équipes se sont affrontées à un tournoi mondial junior, c’était en 1991, mais à la fin du match de ce soir, les deux ressemblaient à de grandes rivales. Les tempéraments se sont échauffés tout au long du match et une bagarre a éclaté sur la glace pendant les dernières secondes du match.

« Nous avons cru qu’ils s’en donnaient un peu trop à cœur joie avec notre gardien à la fin du match », a déclaré le défenseur canadien Cam Barker. « Nous ne pensons pas avoir exagéré. »

Au total, les deux équipes ont cumulé 160 minutes de punition (78 à la Norvège, 82 au Canada), le plus grand nombre de minutes de punitions en un match dans l’histoire d’Équipe Canada. L’ancien record était de 94 minutes (57 au Canada, 37 à la Suède) en 1992.

Après le match, l’entraîneur-chef Brent Sutter n’était clairement pas heureux du travail des officiels.

« Je suis en train de me demander ce qui est une infraction et ce qui n’en est pas une », dit Sutter. « Vous ne pouvez presque pas toucher le bâton d’un joueur ou patiner maintenant. Pour un partisan, ce n’est pas divertissant et pour un entraîneur, ça complique drôlement notre travail »

Le président de Hockey Canada, Bob Nicholson, est d’accord avec les propos de Sutter.

« Ce n’est pas seulement l’affaire d’Équipe Canada. C’est une situation qui se passe avec tous les officiels. Les entraîneurs disent aux joueurs de s’améliorer, alors nous voulons certainement voir les officiels s’améliorer. »

Les deux équipes ont connu un départ lent. Ni l’une ni l’autre n’arrivait à prendre un élan, car au total, 14 punitions ont été imposées au cours de la première période.

Le capitaine du Canada, Kyle Chipchura a obtenu la meilleure occasion de marquer tôt dans le match lorsqu’il a déjoué Haugen entre les jambières, mais la rondelle a glissé juste au-delà du poteau.

Le Canada a finalement ouvert la marque à 15:27 du premier tiers. Pendant que le défenseur norvégien Erik Grafsronningen purgeait une punition pour avoir retenu, Barker a capté une passe au point d’appui de Michael Blunden, s’est avancé au but et a déjoué Haugen d’un tir bas du côté de la mitaine.

Au cours de la deuxième période, l’offensive du Canada s’est animée. Pendant un avantage numérique, David Bolland a marqué en s’emparant d’un rebond à 14:50 lorsqu’il a réussi à soulever une rondelle libre dans l’enclave.

Trente-quatre secondes plus tard, le Canada a pris les devants 3 –0 quand Chipchura a marqué d’un tir du revers à sa deuxième tentative après avoir capté une passe de Jonathan Toews.

Luc Bourdon a creusé l’écart à 4 –0 lorsqu’il s’est avancé à l’aile gauche après avoir capté une passe transversale de Toews et qu’il a décoché un puissant tir qui a déjoué Haugen.

« C’est toujours agréable de marquer des buts », a dit Bourdon. « C’est pour ça que nous jouons au hockey. Après avoir tiré tant de fois au but, c’est bien de marquer. »

Samedi, le Canada disputera son plus important match du tournoi contre les États-Unis. Les Américains ont deux victoires jusqu’à présent dans le tournoi et ils affronteront la Suisse, vendredi, avant le match le plus attendu de la ronde préliminaire.

« J’ai vraiment hâte d’affronter [les Américains] », dit Pogge. « Ils sont une bonne équipe et nous sommes une bonne équipe, alors nous sommes à peu près égaux. »

APERÇU : NORVÈGE - CANADA

Par Lucas Aykroyd | Compte

Norvège : Les Norvégiens ont déposé un protêt diplomatique au consulat de la Suisse à Vancouver, jeudi matin. Mais non, c’est une blague. Mais on peut comprendre pourquoi ils auraient eu envie de le faire. Compte tenu du combat que la Suisse a livré face au Canada, mercredi soir au Pacific Coliseum, il est facile de comprendre que les Canadiens tenteront furieusement de rehausser leur jeu ce soir et que les Norvégiens auront probablement à payer le prix. Ce pays scandinave n’a pas connu trop de réjouissances au mondial junior 2006. À sa première participation au tournoi depuis 1991, les Norvégiens ont accordé 13 buts en deux matchs et ont été blanchis 2 –0 par la Suisse lors de leur dernier match. Toute l’offensive de la Norvège s’est manifestée lors d’avantages numériques lorsqu’elle a marqué deux buts contre les États-Unis. La Norvège doit espérer que le Canada se voit imposer de nombreuses punitions, car à cinq contre cinq, cette équipe n’a pas ce qu’il faut pour réussir. Quant à la robustesse, seulement quatre de ses joueurs pèsent plus de 190 livres, comparativement à 10 chez les Canadiens. Bien que les Norvégiens allient de bonnes habiletés à la vitesse, ils auront de la difficulté à exploiter ces atouts, à moins de profiter de beaucoup d’espace lors d’avantages numériques. Si l’on se fie au rendement, la Norvège devrait faire appel à Ruben Smith pour un troisième match consécutif devant le filet. Le jeune homme de 18 ans, qui évolue avec Storhamar IL Hamar en Norvège, a cumulé le troisième meilleur pourcentage d’arrêts du tournoi jusqu’à maintenant, soit 0,897 ce qui paraît beaucoup mieux que sa moyenne de buts alloués qui est de 5,35. Mais en fin de soirée hier, les entraîneurs suédois ont laissé entendre qu’il est peut-être temps d’affecter Lars Haugen au travail devant le filet. Il est le seul joueur de son équipe à jouer en Suède (Leksands IF). Si la Norvège estime qu’elle a de meilleures chances de battre la Finlande à son dernier match en ronde préliminaire que de vaincre le Canada, il est peut-être sensé de garder Smith pour le match contre la Finlande.

Canada : Après une mince victoire de 4 –3 sur une équipe suisse coriace, mercredi soir, les joueurs d’Équipe Canada ont admis qu’ils n’ont pas pris leurs adversaires suffisamment au sérieux. L’entraîneur-chef Brent Sutter ne tolérera pas cette mentalité et les joueurs qui ne donnent pas ce qu’ils ont de mieux à offrir contre la Norvège ce soir vont se retrouver cloués au banc comme ce fut le cas pour Guillaume Latendresse et Andrew Cogliano au cours de la deuxième période contre la Suisse. Même si les Norvégiens commencent à gueuler et à se moquer de chaque joueur canadien qu’ils rencontrent (d’accord, c’est peu probable), les joueurs ne peuvent écoper de mauvaises punitions comme la double punition mineure imposée à Benoit Pouliot pour bâton élevé et avoir donné du coude vers la fin du match contre la Suisse alors que l’écart était d’un but. Ceci étant dit, le Canada devrait connaître un bien meilleur match ce soir. Dustin Boyd a été la menace la plus constante de son équipe (quatre points en deux matchs) et il a été appuyé par Blake Comeau et Steve Downie qui ont chacun cumulé trois points. Chez les défenseurs, bien que Cam Barker a ajouté deux mentions d’aide à son dernier match, on a l’impression que l’espoir des Blackhawks de Chicago peut faire mieux. Luc Bourdon, quant à lui, a cumulé trois aides et offert un jeu robuste, mais il peut aussi rehausser son jeu d’un cran. Justin Pogge sera de retour devant le filet pour un troisième match de suite. Malgré le fait que le grand gaillard des Hitmen de Calgary a alloué quelques buts douteux à la Suisse, il devrait être en mesure d’apporter les corrections nécessaires pour le match de ce soir (c.-à-d., ne pas se faire prendre au fond de son but alors qu’il devrait se trouver au haut de l’enclave). Le Canada ne marquera peut-être pas une dizaine de buts ce soir, mais sans vouloir insulter la Norvège, l’entraîneur Sutter est en droit de s’attendre à ce que son équipe gagne avec un écart de quatre ou cinq buts et qu’elle joue un solide match à la défensive.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications