Sommaire du Match

Canada 4 - Suisse 3

Ronde préliminaire
mercredi le 28 décembre 2005
16h00 PAC
Vancouver, BC
Pacific Coliseum

LE CANADA L’EMPORTE DE JUSTESSE SUR LA SUISSE

Par John Kurucz

L’écart a été plus mince que prévu, mais Équipe Canada a battu la Suisse par la marque de 4 –3 dans un match robuste, où les deux formations ont travaillé avec acharnement devant une salle comble au Pacific Coliseum, mercredi soir. Le but de David Bolland en avantage numérique à 13:39 de la deuxième période a été le but gagnant.

Steve Downie et Dustin Boyd ont chacun cumulé un but et une mention d’aide tandis que le défenseur Cam Barker a obtenu deux mentions d’aide.

Le gardien de but canadien Justin Pogge a effectué 14 arrêts sur 17 tirs au but tandis que son homologue, Reto Berra de la Suisse, a bloqué 28 des 32 tirs dirigés sur lui.

« Nous avons essayé de remonter la pente lorsque la marque était de 4 –1 et nous sommes parvenus à 4 –3 », a dit Julien Sprunger de la Suisse. « Nous n’avons pas gagné, mais nous avons prouvé que nous pouvons connaître du succès contre la meilleure équipe du monde. »

Les Canadiens semblaient hésitants au début du match et le travail de l’officiel a été beaucoup plus rigoureux que lors du premier match. Les passes n’atteignaient pas la cible et le Canada n’a pas profité de son premier avantage numérique.

« Nous ne les avons pas pris suffisamment au sérieux », a dit Marc Staal.

« Nous avons été nonchalants au cours des dix premières minutes », a dit l’entraîneur-chef du Canada, Brent Sutter. « Quand tu connais un départ comme tu ne veux pas connaître, tu dois en tirer des leçons. En ce qui a trait à notre plan de match, ça se résume par le fait que les joueurs n’ont pas exécuté ce que les entraîneurs auraient aimé. Nous devons nous améliorer et nous nous améliorerons. »

Le Canada a connu un départ lent et la Suisse a joué de façon frénétique dès le départ. Les Suisses sont arrivés sur la glace gonflés à bloc, frappant tout sur leur passage, comme pour montrer aux Canadiens qu’ils n’allaient pas se laisser intimider par le pays hôte.

« Nous voulions faire une belle fête du hockey pour les partisans de Vancouver », a dit l’entraîneur-chef de la Suisse, Jacob Kolloker. « Nous avons livré une belle lutte et je pense que ce fut un bon match de hockey pour nous. Nous n’avons pas obtenu le point voulu, mais c’est comme ça. »

« L’équipe que nous avons affrontée ce soir a bien joué », a concédé Sutter. « C’est une grosse équipe qui sait patiner. »

Dans une première période remplie de punitions, Tom Pyatt et Ryan O’Marra d’Équipe Canada ont tous deux été chassés à 4:48 pour avoir fait trébucher et avoir retenu, respectivement.

Les Suisses ont profité de la supériorité de cinq joueurs contre trois à 5:33 quand Eric Blum a décoché un tir de la pointe pour déjouer le gardien canadien Justin Pogge entre les jambières et donner une avance de 1 –0 aux Suisses.

Équipe Canada a répliqué à 8:45 grâce à un mauvais changement de trio chez les Suisses. La longue passe de sortie de Cam Barker en direction de Dustin Boyd placé à la ligne bleue de la Suisse a permis à ce dernier de foncer vers le but alors qu’un seul joueur le séparait du filet. Boyd a ensuite effectué une passe soulevée en direction de Steve Downie qui a tiré la rondelle dans la partie supérieure du but pour niveler la marque 1 –1.

Même si le Canada a semblé perdre le duel des mises en échec au cours du premier tiers, la plus belle mise en échec de la période est survenue à la 14e minute lorsque Ryan O’Marra a écrasé Dario Burgler contre la glace.

Le Canada a pris l’avance 2 –1 à 17:45. Dustin Boyd a gagné la mise au jeu et la rondelle s’est retrouvée sur le bâton de Kris Letang. Le tir de Letang de la pointe a bondi sur le bâton de Boyd, à son poste devant le filet, et le joueur des Warriors de Moose Jaw a calmement poussé la rondelle entre les jambes de Berra.

Les Canadiens ont entrepris la deuxième période avec un peu plus de conviction, mais ils semblaient tout de même appréhensifs dans leur propre zone.

Tom Pyatt a donné une avance de 3 –1 au Canada au milieu du match en s’emparant d’un rebond à la suite d’un tir de la pointe de Luc Bourdon.

David Bolland a inscrit ce qui s’est avéré le but de la victoire peu après qu’Eric Blum eut été chassé pour assaut à 13:39. Bolland a pu profiter d’une superbe passe transversale de Benoit Pouliot et le franc-tireur des Knights de London n’a commis aucune erreur, enfonçant la rondelle dans un filet béant.

« Ce fut un but important pour nous », a dit Barker.

Mais la Suisse a répliqué sur-le-champ. Yannick Weber a réduit l’écart à 4 –2 à 14:37 lorsque son tir décoché entre la ligne bleue et les lignes hachurées s’est frayé un chemin entre plusieurs joueurs avant de pénétrer dans le coin supérieur droit du filet de Pogge.
La deuxième période a pris fin prématurément à 19:03 lorsqu’un des joueurs suisses a tenté de dégager son territoire et que son tir a fracassé la baie vitrée juste à côté du banc de l’équipe suisse.

Les deux équipes ont disputé les 57 secondes restantes du deuxième tiers à l’amorce de la troisième période avant de changer d’extrémité pour poursuivre le match.
L’officiel a continué d’appliquer les règles de façon stricte en troisième période et la punition imposée à Eric Stall à 54 secondes a laissé le Canada à court d’un joueur. Les Suisses ont profité de la supériorité numérique pour réduire l’écart à 4 –3 quand le tir de la pointe de Mathias Weber a été dévié par Julien Sprunger qui se trouvait au haut de l’enclave.

De là, toutefois, le vent a commencé à tourner légèrement en faveur du Canada. Benoit Pouliot s’est vu imposer deux punitions distinctes, une pour avoir donné un coup de coude et l’autre pour bâton élevé à 12:23.

Les Suisses ont exercé de la pression pendant cet avantage numérique prolongé, mais celui-ci a été annulé à 14:19 lorsque Dario Burgler a été chassé pour avoir fait trébucher.

Une punition pour conduite antisportive imposée à Julian Walker pour avoir plongé avec moins de deux minutes à jouer dans le match a mis fin à tout espoir des Suisses.

Downie a été nommé Joueur du match du Canada et Berra a remporté la palme pour la Suisse.

Le résultat final de 4 –3 est le résultat le plus serré entre ces deux formations depuis 1996, alors que le Canada avait battu la Suisse par la marque de 2 –1. La victoire de ce soir est la 16e victoire consécutive sur la Suisse remontant à 1980.

Cette victoire a permis à l’entraîneur-chef Brent Sutter d’établir une nouvelle marque avec Équipe Canada pour le plus de victoires consécutives, devançant Don Hay.

La victoire a porté le nombre de victoires consécutives du Canada à huit, remontant au tournoi de l’an dernier, ce qui représente le deuxième plus grand nombre de matchs sans défaite pour un pays hôte.

Le prochain match du Canada aura lieu le 29 décembre contre la Norvège qui n’a aucune victoire à sa fiche tandis que la Suisse voudra faire bonne figure face aux États-Unis le 30 décembre.

APERÇU : CANADA - SUISSE

Par Lucas Aykroyd

Canada : Les Canadiens n’ont pas connu un match parfait contre la Finlande, mais il n’y a pas eu de catastrophe non plus. Ils ont adopté leur style de jeu robuste dès le départ et même si Michael Blunden a été puni à la 22e seconde pour assaut après avoir renversé le défenseur finlandais Erkka Leppanen, c’était le genre de punition que l’entraîneur-chef Brent Sutter était prêt à accepter, car ce geste imposait l’allure du match. Contre la Suisse, le Canada devra essayer de rehausser son jeu face à un adversaire moins redoutable que les Finlandais. Est-ce que l’équipe hôte réussira à aborder le match de mercredi comme s’il s’agissait d’un « septième match », ce que souhaite l’entraîneur Sutter? Une des priorités sera de diminuer le nombre d’infractions commises avec le bâton qui surviennent habituellement à cause d’un échec avant peu efficace suivi de joueurs qui ne patinent pas assez vite pour rattraper l’adversaire lorsque celui-ci se dirige vers la zone offensive. Le capitaine Kyle Chipchura et Blake Comeau ont fait du beau travail aux deux extrémités de la patinoire contre la Finlande tandis que Dustin Boyd a fait preuve de détermination en poursuivant ses occasions de marquer jusqu’au bout. Les vedettes du hockey collégial Andrew Cogliano et Jonathan Toews ont été menaçants à cause de leurs habiletés pour fabriquer des jeux. Le Canada devrait continuer de présenter une attaque équilibrée. Chez les défenseurs, Luc Bourdon a sans doute été le plus visible, adoptant un style très robuste et cumulant deux aides pendant que la foule de Vancouver scandait son nom. Kristopher Letang, pour sa part, a fait valoir son excellent instinct offensif. Justin Pogge prendra part à son deuxième match consécutif devant le filet et le gardien de 6 pieds 3 pouces, 220 livres des Hitmen de Calgary devra faire preuve de sang-froid et de vigilance. Même si les Suisses ont dirigé 46 tirs au but de la Norvège, Pogge devrait en affronter de 15 à 20 aujourd’hui. Atteint de légers symptômes de la grippe, l’ailier Steve Downie devrait participer au match assurant une présence tenace. Si le Canada gagne ce match, Sutter établira un nouveau record pour le nombre de victoires consécutives par un entraîneur canadien (huit), surpassant ainsi Don Hay qui en avait réalisé sept en 1995.

Suisse : À l’aube de son match mercredi, la Suisse était le seul pays prenant part au Championnat mondial junior 2006 de l’IIHF qui n’avait accordé aucun but. Mais cette séquence prendra probablement fin devant l’offensive canadienne. Nous verrons sans doute le gardien Reto Berra devant le filet après sa victoire par jeu blanc de 2 –0 sur la Norvège, mardi. Il a effectué 24 arrêts au cours de ce match. Sinon, l’entraîneur-chef de la Suisse, Jakob Kolliker, optera pour Leonard Genoni qui a assisté au tournoi l’an dernier dans le Dakota du Nord, mais qui n’a participé à aucun match en tant que substitut de Michael Tobler. À la défensive, les Suisses ont bien fait contre la Norvège, donnant de solides mises en échec en préconisant un style semblable à celui de Goran Bezina, ancien joueur des Coyotes de Phoenix d’origine suisse, et résistant aux six désavantages numériques survenus pendant le match. Mais tout cela s’est produit contre une des équipes les plus faibles du tournoi (la Norvège prenant part au Championnat mondial junior de l’IIHF pour la première fois en 15 ans); il serait donc risqué d’extrapoler. Dans le match contre la Norvège, l’avant Julian Walker de EHC Basel a produit quelques étincelles et le duo de Dario Burgler et Juraj Simek a menacé toute la soirée, réussissant à marquer le seul but de la Suisse. Affronter l’équipe hôte ne comportera pas de nombreux avantages pour les jeunes hommes du pays du chocolat et des horloges coucous. Janick Steinmann des Blazers de Kamloops ne pourra même pas conseiller ses coéquipiers suisses à l’avant sur où tirer face à son coéquipier dans la WHL, Devan Dubnyk, puisque le grand gardien canadien ne sera probablement pas devant le filet avant le match contre la Norvège le 29 décembre. Le Canada a remporté ses trois derniers affrontements contre la Suisse lors des mondiaux juniors par la marque de 6 –1 et 4-0 en 2002, et 7 –2 en 2004. Il ne s’agit évidemment pas des mêmes équipes, ni du même championnat, mais existe-t-il une bonne raison de croire que le résultat sera différent? Pas vraiment.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications