Sommaire du Match

Suisse 2 - Norvège 0

Ronde préliminaire
mardi le 27 décembre 2005
19h00 PAC
Vancouver, BC
Pacific Coliseum

LA SUISSE VAINC LA NORVÈGE

Par George T. Baker | Compte | Photo Gallery

Le 27 décembre aura servi à prouver deux choses entre la Suisse et la Norvège : la Suisse peut jouer de façon robuste et la Norvège a un gardien qui sait bloquer les tirs.

La Suisse a travaillé plus fort, a frappé plus fort et a obtenu plus de chances de marquer que la formation norvégienne qui était surclassée, pour l’emporter par la marque de 2 –0 devant une foule de 11 976 au Pacific Coliseum de Vancouver.

Matthias Joggi et Dario Burgler ont marqué pour la Suisse et le gardien Reto Berra a réalisé 24 arrêts pour obtenir le jeu blanc. Le gardien norvégien Ruben Smith, pour sa part, a bloqué 44 des 46 tirs dirigés contre lui.

Même avec l’appui de la foule derrière eux, les Norvégiens ont été incapables d’exercer une pression offensive constante. Ce n’est que lorsque la Suisse s’est vue imposer deux punitions l’une après l’autre avec un peu plus de deux minutes à jouer dans le premier tiers, conférant ainsi un avantage de deux joueurs à la Norvège, que celle-ci a réussi à créer plusieurs occasions de marquer.

Les Suisses, semblant vouloir démontrer qu’ils étaient capables d’un jeu beaucoup plus robuste que ce que l’on avait prédit, se sont trouvés hors position à plusieurs reprises essayant de distribuer les mises en échec. Au début du match, les deux formations ont dû se fier à leur gardien de but pour les sortir du pétrin.

« Les deux gardiens ont connu un bon match », a dit l’entraîneur-chef de la Suisse, Jakob Kolliker. « Les deux équipes ont très bien joué défensivement et cela a été la clé de notre succès contre cette bonne équipe norvégienne. [Berra] a gardé notre équipe dans le match. Il a connu un excellent match. C’est ça la clé pour un gardien de but – il doit arrêter la rondelle. »

Kolliker a dit que la participation annuelle de la Suisse à un autre tournoi junior avec la Slovaquie, l’Allemagne et la Norvège explique le fait que son équipe connaisse bien les Norvégiens.

« Nous savons que [les Norvégiens] se sont améliorés de plus en plus au cours des trois dernières années », a dit Kolliker.

Mais la Norvège n’a pu adopter l’allure de la Suisse qui frappait fort. La différence physique a surtout été évidente à la troisième minute de la deuxième période quand l’avant suisse Stephan Moser a écrasé le défenseur norvégien Alexander Bonsaksen contre la bande devant le banc de la Norvège. Quelques secondes plus tard, Moser en a rajouté et a puni Bonsaksen encore plus.

Vers la douzième minute de la deuxième période, pendant que la Suisse jouissait d’un avantage numérique, Ruben Smith a joué comme un virtuose. Le gardien norvégien a bloqué Raphael Diaz, Bieber et Joggi qui ont tous décoché des tirs à bout portant. Ces tirs incessants ont entraîné une autre punition aux Norvégiens, conférant un avantage numérique de deux joueurs à la Suisse qui en a profité pour ouvrir la marque.

Mathias Joggi a marqué le but gagnant à 13:52 du deuxième tiers, s’emparant d’une rondelle libre après que Matthias Bieber eut raté une chance lors d’un rebond à la suite d’un tir de la pointe d’Eric Blum. Joggi a tout simplement cueilli la rondelle et l’a tirée dans la partie supérieure du filet pendant que Smith était au ras de la glace.

Mais Smith a néanmoins brillé au cours de la deuxième période.

« J’essayais de m’amuser en jouant et cela a semblé fonctionner pendant un certain temps », dit Smith. « La Suisse est une équipe plus faible [comparativement aux États-Unis qui avaient battu la Norvège 11 -2], mais c’est une bonne équipe. »

En troisième période, les Norvégiens ont continué leur indiscipline dans leur propre zone et, au bout du compte, c’est ce qui a entraîné leur défaite mardi soir. Pendant environ quatre minutes au milieu de la période, la Norvège a écopé de trois punitions consécutives. La dernière, imposée au capitaine Kristian Forsberg par l’arbitre Rob Matsuoka du Canada pour avoir donner de la bande, a permis à Dario Burgler de marquer un but superbe.

Burgler, un avant suisse, a été laissé seul du côté du gant bloqueur de Smith et il a converti une passe transversale de Juraj Simek, qui se trouvait dans le cercle de mise en jeu, avec 5 :56 à faire dans le match. Burgler et Simek avaient tenté de faire exactement cela à plusieurs reprises auparavant mais en vain avant de réussir pour donner une assurance aux Suisses.

Ces deux équipes affronteront toutes deux le Canada à leur prochain match, la Suisse le 28 décembre et la Norvège, le 29 décembre.

APERÇU : SUISSE - NORVÈGE

Par Dhiren Mahiban

Suisse : La plupart des joueurs qui sont à Vancouver pour représenter la Suisse étaient de la formation des moins de 18 ans en 2005. Les Suisses ont terminé au quatrième rang avec une fiche de 2 –4 dans la première division du Championnat mondial junior de l’IIHF l’an dernier, à Grand Forks dans le Dakota du Nord. L’équipe de cette année est rapide, habile et elle entreprend le tournoi avec la ferme intention de faire mieux que ses deux victoires de l’an dernier. À l’avant, Juraj Simek sera un des joueurs à surveiller et
Mattias Bieber, Julien Sprunger et Julian Walker, qui ont tous joué dans la Ligue A Suisse, seront là pour l’épauler. Janick Steinmann peut-il inspirer ses coéquipiers à adopter un style de jeu comme dans la WHL? Devant le filet, le tandem de Leonardo Genoni et Reto Berra devrait se partager la tâche tout au long du tournoi. Les deux gardiens évoluent ensemble dans la Ligue B suisse. Il est difficile de prédire le rendement de cette équipe, mais une défaite contre la Norvège ne serait pas de bon augure.

Norvège : Après une défaite écrasante de 11 –2 aux mains des États-Unis le lendemain de Noël à Vancouver, les Norvégiens aimeraient se ressaisir contre les Suisses à leur deuxième match du tournoi. Les Norvégiens sont de retour au mondial junior après une absence de 15 ans. Ils cherchent activement une victoire au Championnat mondial junior 2006 de l’IIHF n’ayant inscrit aucune victoire non seulement au tournoi, mais aussi lors des matchs hors concours. La dernière fois que la Norvège a pris part au CMJ, c’était en 1991 à Saskatoon. Elle avait alors été incapable de remporter un match, cumulant une fiche de 0 –7. Le gardien de but Ruben Smith a été remplacé par Lars Haugen hier soir à 10 : 13 de la deuxième période. Smith a accordé six buts en 32 tirs et Haugen en a accordé cinq en 24 tirs. À la défensive, il n’y a pas grand chose à dire sauf que les Norvégiens doivent arrêter de se retrouver au banc des punitions, qu’ils doivent se resserrer leur jeu partout sur la patinoire et ne pas permettre aux avants suisses de se promener librement. Mathis Olimb, Mats Aasen et Dennis Sveum ont montré un certain flair offensif, obtenant chacun deux points contre la Norvège et cette tendance doit se poursuivre. Ce match revêt une grande importance pour les Norvégiens qui veulent éviter la relégation.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications