Sommaire du Match

Norvège 2 - États-Unis 11

Ronde préliminaire
lundi le 26 décembre 2005
20h00 PAC
Vancouver, BC

L’EXPLOSION DE CINQ BUTS DE BOURQUE
PERMET AUX ÉTATS-UNIS DE BATTRE LA NORVÈGE

Par Dhiren Mahiban | Compte | Photos du match

Les Américains ont entrepris le tournoi comme l’une des équipes favorites pour gagner la médaille d’or et, en ce premier jour du tournoi, ils n’ont pas déçu. Chris Bourque a, à lui seul, permis à son équipe d’écraser la Norvège par la marque de 11 –2 en inscrivant un vrai tour du chapeau au cours de la deuxième période et en ajoutant deux autres buts en troisième période pour un total de cinq points dans la rencontre.

Bourque, le fils de Raymond Bourque intronisé au Temple de la renommée du hockey, a inscrit son premier but à 1:23 du deuxième tiers lorsqu’il s’est emparé du rebond qui a suivi un tir de Phil Kessel. Puis, à 7:23, Bourque a décoché un tir inoffensif en direction du gardien Ruben Smith de la Norvège, mais la rondelle a pénétré dans le but. Le jeune homme originaire de Boston a complété son tour du chapeau à 11:11 de la deuxième période lorsqu’il a capté une passe transversale de Jack Johnson. Le but, marqué en avantage numérique, a porté la marque à 7 –1 pour les États-Unis.

Bourque a inscrit son quatrième de la rencontre au cours du troisième tiers pour porter la marque à 10 –2 lorsqu’il a marqué d’un tir du revers ayant capté une passe de Phil Kessel à 11:38. Il a mis fin à sa prestation éblouissante en marquant un but en désavantage numérique moins de deux minutes plus tard.

« Nous nous sommes améliorés ce soir », dit Bourque. « C’est ce que nous devons faire. C’était une bonne équipe ce soir et elle n’a pas lâché prise. »

Les cinq buts de Bourque égalent les cinq buts marqués par le capitaine actuel des Canucks de Vancouver, Markus Naslund, alors que la Suède avait anéanti le Japon par la marque de 20 – 1 au tournoi de 1993.

Au cours de la deuxième période, les deux piliers de la défensive américaine Jack Johnson et Erik Johnson ont aussi donné signe de vie. Les deux ont participé aux buts de leur équipe, mais ils ont aussi écrasé quelques Norvégiens contre la baie vitrée du Coliseum. Les Américains se sont retirés au vestiaire avec une avance impressionnante de 8 –1 après deux périodes et ce, après avoir dirigé 24 tirs au but contre 6.

Le trio de Bourque, Kessel et Kevin Porter, réputé être le premier trio de la formation américaine, a obtenu 14 points au total dans la victoire. Kessel a obtenu cinq mentions d’aide et Porter a cumulé un but et trois aides.

La première période a été remplie de punitions, les deux équipes écopant de 13 punitions au total. Toutefois, ce furent les États-Unis qui en ont profité le plus, marquant deux buts en sept avantages numériques. À la fin du match, les Américains avaient trouvé le fond du filet à 5 reprises en 18 avantages numériques tandis que les Norvégiens ont réussi 2 buts en treize tentatives.

La Norvège a enfin inscrit un point au tableau indicateur à la neuvième minute du deuxième tiers lorsque Dennis Sveum s’est avancé seul en quittant le banc des punitions. Le défenseur a effectué une belle feinte devant Schneider avant de tirer la rondelle entre ses jambes.

Voulant insuffler un nouveau souffle à ses troupes, l’entraîneur-chef de la Norvège, Petter Thorensen, a envoyé le gardien Lars Haugen dans la mêlée à 10:13 de la deuxième période. Mais même Haugen n’a pu résister à Bourque qui a marqué trois de ses cinq buts au cours de la dernière période et demie.

« Ils fonçaient sur les rebonds et ils ont marqué quelques buts facilement en s’emparant de rebonds que j’aimerais bien reprendre », a déclaré le premier gardien Ruben Smith. « Leur jeu en avantage numérique et leurs unités spéciales ont été très bons. »

Après de belles feintes de Joakim Jensen, Mathias Olimb a déjoué Schneider pour porter la marque à 9 –2, mais les Norvégiens ne réussiraient pas à réduire l’écart plus que cela.

« Une des choses dont je suis fier, c’est que souvent les équipes ont tendance à prendre des équipes [plus faibles] pour acquis », a dit l’entraîneur-chef des États-Unis, Walt Kyle. « Ce dont je suis heureux, c’est le leadership au sein de l’équipe qui a permis à nos joueurs de tenir [les Norvégiens]. »

« C’est un adversaire qui a de la classe. Toutefois, les choses n’ont pas bien fonctionné pour eux ce soir. »

Au fil du match, la domination de la formation américaine a commencé à paraître; les États-Unis ont adopté un jeu plus robuste et le fossé s’est creusé. La foule de 12 232 qui assistait au match a encouragé la formation norvégienne pour la majeure partie de la soirée

« Nous savons que nous sommes de retour dans le groupe A après 14 ans et nous devons utiliser ce match pour nous préparer à battre la Suisse demain », a dit Thorensen. « Nous devons gagner deux matchs pour rester dans le groupe A. Nous voulons connaître de meilleurs matchs, mais nous n’avions pas la capacité à ce niveau. »

Les Norvégiens se prépareront à affronter la Suisse demain soir à 19h au Pacific Coliseum. Les Américains, pour leur part, ne disputeront leur prochain match que mercredi, contre la Finlande, à 20h00.

APERÇU : NORVÈGE – ÉTATS-UNIS

Par John Kurucz

Norvège : Cela fait 15 ans que la Norvège n’a pas participé à un Championnat mondial junior de l’IIHF et l’équipe de cette année cherchera à prolonger le succès qu’elle a connu pendant la ronde de qualification de 2005 qui lui a permis d’être ici à Vancouver. Les Norvégiens se sont taillé une place au tournoi de cette année l’an dernier, en cumulant une fiche parfaite de 5 –0 en ronde de qualification lors du championnat mondial de la Division 1 des moins de 20 ans de l’IIHF. La dernière formation norvégienne à un championnat mondial junior, soit celui de 1991 à Saskatoon, avait cumulé une fiche de 0 –7. Après deux revers cette année en matchs hors concours, l’équipe de la Norvège a la tâche peu envieuse d’amorcer la ronde préliminaire contre la puissante équipe américaine. Les deux équipes se sont affrontées lors d’un match hors concours le 22 décembre, match que les Américains ont remporté facilement par la marque de 5 –1. Les Norvégiens ont mieux fait contre la Suède le lendemain, perdant le match 2 –1. Les Norvégiens se tourneront vers le gardien Ruben Smith devant le filet et les avants Mathis Olimb, Kristian Forsberg et Mathias Trygg comme catalyseurs à l’offensive.

États-Unis : L’équipe des États-Unis cherchera à se venger d’un quatrième rang décevant au tournoi de l’an dernier et à retrouver la forme qu’elle avait lorsqu’elle a remporté l’or en 2004. Cette année, les États-Unis forment l’une des équipes favorites, mais ne dites pas cela à l’entraîneur-chef Walt Kyle. Le dirigeant de la formation américaine et les joueurs ont minimisé le statut de favorite associé à l’équipe. Mais avec plusieurs avants de grand talent et une unité défensive imposante, l’équipe des États-Unis sera tout un défi pour la Norvège. Les avants Phil Kessel, Robbie Schremp et Bobby Ryan épuiseront les défenseurs norvégiens tandis que les piliers à la défensive Jack Johnson et Brian Lee tenteront d’étouffer toute attaque de la part des Norvégiens. Jeff Frazee devrait être devant le filet. Après avoir remporté deux matchs hors concours par la marque de 5 –1 et 3 –2 sur la Norvège et la Suède respectivement, les Américains devraient dominer ce concours du début à la fin.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications