Journal de Stan Butler

JOUR ONZE, MOSCOU - le 5 jan. 2001
Rapport après-match c. la Suède (Médaille de bronze)

Rapport d'après-match Eh bien, c'est fini. Je ne suis plus "Stan Butler, Entraîneur-chef d'Équipe Canada", je suis de retour à être "Entraîneur-chef, Battalion de Brampton".

Quelle expérience que ceci a été pour moi. Pis n'est-ce pas ce que c'est la vie? Vivre autant de choses différentes que possibles? Je suis content de la façon que les gars ont mis fin au tournoi aujourd'hui. On a mal commencé et on n'avait pas grand énergie. Mais on n'a pas lâché. J'ai rappellé aux gars après la première qu'ils avaient un choix. Ils pouvaient retourner chez eux avec quelque chose ou les mains vides. Je suis content qu'ils ont choisi le premier choix.

Le but de Raffi était une excellente façon de terminer le tournoi. Je crois que gagner en prolongation donne aux gars une expérience semblable à remporter l'or, même si c'était le bronze en jeu. L'explosion d'émotions sur notre banc et sur la glace qu'on a vu lorsque la rondelle est entré est quelque chose que je n'oublierai jamais. J'ai une couple de souvenirs qui me resteront toujours que j'aimerais partager avec vous. Premièrement, Jamie Lundmark.

Après le match il ne voulait pas enlever son chandail, ou son équipement d'Équipe Canada, pour beaucoup de temps. C'est comme s'il ne voulait pas que l'expérience ne prenne fin. Je sais comment il se sentait. Et, en second lieu, je me souviendrais toujours de notre capitaine, Steve McCarthy, qui endossait son chandail pour la dernière fois. Il a pris le chandail et l'avait devant lui avant le match. Il regardait le logo et le "C". Il l'a regardé pendant quelques moments avant de lentement l'endosser. Je n'ai pas honte de dire que ça m'a emmené une larme aux yeux. Eh bien, pour le moment, mon temps avec l'Association canadienne de hockey est fini.

Je suis fier de mes accomplissements, deux médailles d'or avec l'Équipe nationale des moins de 18 ans, une d'argent comme adjoint et une de bronze ici à Moscou comme entraîneur-chef. J'ai adoré chaque moment parce que j'adore le hockey et je suis fier d'être canadien. De retour à la vraie vie maintenant. Si tout va bien, je compte être de retour le banc de Brampton dimanche après-midi contre Owen Sound.

C'est ce qui met fin à mon journal. Merci pour les centaines de courriels que vous m'avez envoyé, et ceux aux joueurs ­ nous les avons lu presque tous. Souvenez-vous , dans les prochaines semaines, si vous tombez sur un joueur ou un des entraîneurs de leur donner un coup de pouce et un sourire qu'ils apprécierait beaucoup. Vous devrez être très fier de ce groupe de 22 joueurs. Moi, je le suis. .

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications