Journal de Stan Butler

JOUR QUATRE, MOSCOU - le 29 déc. 2000
Rapport après-match c. la Russie

Je suis assis à me demander si, en effet, la meilleure équipe a remporté le match de ce soir. On a joué très fort ... on n'a rien laissé réserve. La réalité c'est que, selon moi, on les a domin* pour une grande partie du match.

Leur gardien a fait d'excellent arrêts et ils ont une couple de bon rebonds sur les buts. Mais il n'y pas d'excuses à faire. Ils ont gagné. Nous avons perdu. Je ne suis toutefois pas certain qu'ils l'ont mérité plus que nous. Max a joué un autre gros match et a été fort malchanceux sur les buts qu'il a donné. Apr*s avoir cet effort, n'allez pas me dire que nous n'avons un groupe de joueurs tout aussi talentueux que n'importe quel autre pays au monde. Et avec cet habileté vient du coeur.

Je suis très fier de la fa*on qu'ils ont joué. On aurait pu rester en zone neutre en jouant un match plate, mais patient ... et attendre une erreur de l'adversaire. Mais ce n'est pas ce qu'on a fait. On y est allé à fond dominant pendant beaucoup de la soirée. C'est ce qui nous défini comme canadiens et c'est ce que je leur ai dis par après. Puis c'est quoi qui fait que les matchs contre les Russes sont toujours serrés.?

Deux bonnes équipes. Mais c'est encore plus que *a puisque ces matchs mettent aux prises deux pays qui produisent des joueurs de hockey trés fiers de leurs racines. Et ça se voit dans l'effort fourni par les deux *quipes. Le dernier match serré contre les Russes auquel j'ai participé remonte au match pour la médaille d'or au Championnat junior à Winnipeg en 1999. J'étais alors adjoint sous Tom Renney avec cette équipe.

Vous savez, je ne pense pas que mon niveau de stresse est bien différent de ce temps-là. Je suis un gars compétitif et j'ai autant de désir de bien faire que je sois entraîneur-chef ou adjoint. J'ai beaucoup appris de Tom pendant ce tournoi. Le voici, un gars avec autant d'expérience international que n'importe quel autre entraîneur de son âge au monde et j'*tais en position de profiter de son exp*rience.

Il a clairement d*fini mes tâches et faisait certain que les adjoints savaient qu'ils contribuaient. J'essaie d'en faire autant avec mes adjoints. Kevin Dickie fait un excellent travail avec le dépistage de nos adversaires et dirige les r*unions de joueurs où on revoit nos adversaires. Il est aussi sur les écouteurs pendant le match. Mike Kelly a fait tout un travail avec les unités spéciales de désavantage numérique.

Il est aussi en charge des défenseurs au banc. Notre entraîneur vidéo est Mark Howell qui repasse et monte les vidéo de nos matchs et de nos adversaires, et fait passer l'information aux entraîneurs. Je voulais mentionner ces gars-là ce soir parce que je sais qu'ils ressentent profondément cette défaite contre les Russes, tout autant que moi. Nous faisons équipe. Et nous sommes une équipe avec une mission pour ce tournoi. Je ne vous conterai pas de mensonges.

Ce ne sera pas facile. Mais comme on m'a déjà dis au sujet de ce tournoi. "Il ne faut pas gagner tous les matchs. Il faut seulement gagner les bons matchs.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:
André Brin Director, Communications | Directeur, communications