Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Suivre les traces de la famille
Nick Schmaltz a emprunté un chemin familier vers le Défi mondial junior A
Tieja MacLaughlin
|
6 novembre 2013
|
|

Nick Schmaltz se remémore le moment où il était assis à côté de sa mère et de son père au Consol Energy Centre de Pittsburgh, en Pennsylvanie. C’était à l’été 2012 et son frère aîné Jordan s’avérait l’un des meilleurs espoirs en vue du repêchage universel de la LNH.

« J’avais quelques papillons dans l’estomac », confie Nick, à propos du moment où il attendait la sélection de Jordan par St-Louis, au 25e rang. « La première ronde achevait et nous ne savions pas s’il allait être choisi ou s’il devait attendre au deuxième tour. Nous avons attendu deux ou trois heures et son nom est sorti. Ce fut une journée incroyable. »

Alors que Nick amorce son année de repêchage, il se retrouve dans une situation similaire, classé parmi les meilleurs espoirs de la cuvée 2014. L’athlète de 17 ans est l’un des trois seuls joueurs classés A de la United States Hockey League (USHL) à faire partie de la liste préliminaire de joueurs à surveiller de la Centrale de recrutement de la LNH.

Nick est un avant de deuxième année des Gamblers de Green Bay, la même équipe avec laquelle son frère, un défenseur, a gagné la Coupe Clark en 2012. Les deux frères Schmaltz ont joué avec le Mission de Chicago (moins de 16 ans). Nick s’est engagé auprès de l’Université du Dakota du Nord, là où Jordan dispute sa deuxième saison.

« Il a une très grande influence sur moi », raconte Nick, lorsque questionné à propos des carrières de hockey presque identiques des deux frères. « Je l’observe et je suis pas mal fier de ce qu’il a accompli. J’essaie de suivre ses traces et je travaille fort pour connaître la moitié de son succès. »

Le Dakota du Nord fut un choix évident pour Nick, lui qui a été nommé à l’équipe d’étoiles des recrues de l’USHL la saison dernière, avec une récolte de 52 points (18 buts, 34 aides) en 64 parties. Nick est natif de Verona, Wis., mais ses parents ont grandi à Bismarck, Dakota du Nord. Son père et deux de ses oncles ont joué au football universitaire dans cet État.

« Il y avait une influence familiale assez évidente là-bas », explique Jordan. « Nous avions aussi parlé de la chance de jouer ensemble un jour et je crois que cela a eu un gros impact sur notre décision. »

Nick et Jordan ont patiné ensemble à une autre occasion, lors de la dernière saison de Jordan avec les Gamblers, lorsque Nick a été rappelé du midget mineur. Les frères ont joué dix parties ensemble à Green Bay. C’était d’ailleurs la première fois qu’ils voyaient leur nom dans la même formation, en dehors du hockey estival ou de matchs pour le plaisir sur une patinoire extérieure.

« Ce fut assez spécial », souligne Nick, qui avait 15 ans à ce moment. « J’étais quelque peu nerveux au début avec quelques joueurs plus vieux, mais ce fut bien plaisant et Jordan m’a bien pris sous son aile. Il m’a montré le chemin et a facilité ma transition. J’espère pouvoir jouer avec lui encore l’an prochain. »

Cette année, Nick suivra encore une fois les traces de son frère avec les États-Unis au Défi mondial junior A, à Yarmouth, N.-É.

Jordan a fait deux apparitions au tournoi, remportant la médaille d’or en 2010 et le bronze en 2011. Nick participera à une troisième compétition internationale à l’événement de cette année. Il a enregistré neuf points et remporté une médaille d’argent au Tournoi commémoratif Ivan Hlinka 2013 (moins de 18 ans), en République tchèque et en Slovaquie. De plus, il a porté les couleurs des États-Unis aux Jeux olympiques de la jeunesse 2012 en Autriche.

« C’est un honneur chaque fois que j’enfile ce chandail », témoigne Nick. « Peu de jeunes ont cette chance donc j’y accorde de la fierté et je m’assure d’en profiter au maximum. »

Nick verra quelques visages familiers à Yarmouth. L’entraîneur-chef de Green Bay, Derek Lalonde, dirigera la troupe américaine derrière le banc, alors que deux joueurs des Gamblers, Matthew Weis et Jordan Gross, porteront l’uniforme des États-Unis. De plus, un ancien de ses coéquipiers du midget, Seamus Malone, a été nommé à la formation.

« Je suis excité de jouer avec quelques bons joueurs de l’USHL », affirme Nick, qui effectuera une première visite dans l’est du Canada. « Je me suis fait dire que Yarmouth était un petit village et que les gens raffolaient du hockey, donc ça devrait être plaisant. Je crois que ce sera une belle expérience de voir d’autres équipes juniors A de partout dans le monde, en espérant revenir avec la médaille d’or au cou. »

Les États-Unis ont remporté l’or au cours de quatre des cinq dernières années au tournoi. Nick espère faire de même à ce tournoi, profitant des conseils de son frère aîné.

« Je lui dis seulement de contrôler ce qu’il peut et de jouer avec acharnement », lance Jordan. « Tout est une question de détails. J’essaie de ne pas trop lui mettre de pression. Il est un jeune mature et il sait ce qu’il doit faire. »

 


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: