Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Plonger dans ses souvenirs
L'ancien joueur d'Équipe Canada John Miner entraîne les Lower Austria Stars qui affronteront l'équipe nationale féminine du Canada
Kristen Lipscombe
|
29 janvier 2014
|
|

De tendres souvenirs referont sans doute surface chez John Miner lorsque ses Lower Austria Stars se retrouveront devant l’équipe nationale féminine du Canada à la mise en jeu du 28 janvier.

Miner, maintenant âgé de 49 ans, est entraîneur adjoint de l’équipe des moins de 20 ans de l’école privée et entraîneur spécialisé de l’Okanagan Hockey Academy Europe à Sankt Pölten en Autriche, l’endroit où s’acclimate, s’exerce et s’entraîne Équipe Canada avant de se rendre à Sotchi en Russie pour les Jeux olympiques d’hiver de 2014.

Miner est lui-même aussi un ancien joueur d’Équipe Canada ayant remporté la médaille d’or au Championnat mondial junior 1985 à Helsinki et Turku en Finlande, de même que la Coupe Spengler 2002 à Davos en Suisse.

« J’ai vécu de si belles expériences en représentant mon pays », affirme l’entraîneur originaire de Moose Jaw en Saskatchewan. « Chaque fois que je portais ce chandail, je ressentais une très grande fierté. »

Miner se souvient d’avoir participé à un camp d’entraînement national comme défenseur, à 16 ans, « avec plusieurs joueurs qui sont devenus des étoiles de la LNH, comme Mario Lemieux. »

« Nous étions la première équipe à remporter l’or outre-mer », ajoute Miner concernant son expérience au Mondial junior avec l’équipe nationale junior du Canada.

Il a aussi déclaré que le légendaire entraîneur-chef d’Équipe Canada Andy Murray « avait dû mettre de l’avant une incroyable formation pour se présenter à Davos, car s’il ne l’avait pas fait, il n’aurait plus jamais été invité; il a donc regroupé tous les meilleurs joueurs qu’il connaissait en Suisse, en Suède et en Allemagne. »

« Ça a été pour moi une sensation bien particulière », confie Miner. « Chaque fois que je regarde la Spengler maintenant, je considère que j’ai quelque chose à voir là-dedans et Andy a de son côté fait un fabuleux travail. »

Bien qu’il éprouve de la fierté d’avoir porté la feuille d’érable sur sa poitrine, Miner affirme que le match de mardi contre l’équipe nationale féminine du Canada ne sera pas le premier qu’il aura eu à disputer contre son propre pays. En fait, son équipe allemande, les Sharks de Cologne, a affronté Équipe Canada à la Coupe Spengler en 1999 et en 2000, et a remporté le premier tournoi et raflé la troisième place au deuxième.

« Plusieurs des joueurs avec lesquels j’ai joué dans Équipe Canada se trouvent maintenant dans les équipes adverses, » a rappelé Miner avec un petit rire. « Nous les avons éliminés et nous nous sommes rendus en finale. »

Après une carrière couronnée de succès dans le hockey junior chez les Pats de Regina de la Ligue de hockey de l’Ouest, Miner a été repêché par les Oilers d’Edmonton, évoluant trois ans dans cette formation ainsi qu’au sein de l’équipe affiliée, les Nova Scotia Oilers. Ses 14 matchs joués dans la LNH l’ont tous été avec Edmonton au cours de la saison 1997-1998, une campagne qui s’est terminée par la quatrième coupe Stanley de la franchise.

Sa carrière avec les Oilers s’est terminée le 9 août 1988, lorsqu’il a été échangé aux Kings de Los Angeles au sein de la tristement célèbre transaction de Wayne Gretzky.

La phrase-choc que répète toujours Miner avec ironie concernant sa présence dans cette transaction historique est : « Ce fut probablement le clou de ma carrière! »

Peu après, Miner a déplacé ses talents professionnels vers l’Europe, où il a passé plus de deux décennies comme joueur se démarquant au sein de ligues d’élites autrichiennes, françaises, allemandes et suisses, et accédant à de nombreuses équipes d’étoiles. Miner et son épouse ont aussi élevé leurs deux enfants outre-mer. « C’est notre chez-nous » avoue-t-il.

Miner a pris sa retraite du jeu à 42 ans, a pris quelques années de repos, puis il s’est tourné vers l’entraînement en obtenant sa certification de premier et de deuxième niveau du Programme national de certification des entraîneurs de Hockey Canada. Il a travaillé avec des équipes professionnelles et a participé à des camps des habiletés à travers toute l’Europe avant de se joindre à l’Okanagan Hockey Academy Europe pour la saison 2013-2014. Cette filiale, l’académie sœur de l’Okanagan Hockey Academy de Penticton en Colombie-Britannique, est détenue par des Canadiens et reçoit des joueurs de partout en Europe pour y apprendre le jeu.

« J’ai pensé que c’était un concept assez ingénieux », affirme Miner. « Je suis assez enthousiasmé d’être de l’autre côté du banc – il est valorisant d’aider ces jeunes à atteindre leurs objectifs. »

Lui et les jeunes hommes qu’il entraîne pour le match de mardi espèrent aussi aider l’équipe nationale féminine du Canada dans son objectif de défendre avec succès sa médaille olympique d’or à Sotchi.

L’équipe nationale féminine du Canada a déjà disputé un match hors concours contre l’équipe des moins de 18 ans de l’OHA Europe, se faisant surpasser 5-4 le 24 janvier, seulement deux jours après son arrivée en Autriche. Miner a dit qu’il a été impressionné par ce qu’il avait vu sur la glace.

« J’ai été fasciné par la beauté de leur patinage et par leur remarquable cohésion d’équipe » a précisé Miner.

Miner a rajouté que « C’était un honneur et un privilège pour son équipe de donner ce coup de pouce aux filles dans leur préparation pour les Olympiques. »

« Nous allons donc essayer de leur donner une bonne poussée et leur offrir un très bon match », lance-t-il. « Et en échange elles feront travailler nos gars; mais la priorité, ce sont bien sûr les filles! »

Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Morgan Bell
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6427
mbell@hockeycanada.ca

   
 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: