Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Tous les parcours mènent vers Stoney Creek
Le parcours vers la Coupe Esso pourrait passer deux fois par le Gateway Ice Centre pour certaines équipes
Wendy Graves
|
18 mars 2014
|
|

Pour plusieurs équipes c’est là que la saison a commencé. Et pour quelques-unes, c’est là qu’elle pourrait se conclure.

Pendant la première semaine de septembre, Stoney Creek, Ontario, a tenu son Tournoi annuel de mise en valeur des joueuses, accueillant 64 équipes midgets féminines de partout au Canada et aux États-Unis. Quelques semaines plus tard, la communauté annonçait qu’elle accueillerait à nouveau certaines de ces équipes en avril en tant que ville hôtesse de la Coupe Esso 2014, le Championnat national midget féminin du Canada.

Plus de 36 des équipes qui ont joué à l’automne ont commencé leur parcours vers la Coupe Esso – et leur parcours de retour vers Stoney Creek – avec les éliminatoires provinciales en février. Pour les équipes toujours actives aux éliminatoires, le voyage de retour dans le sud de l’Ontario ce printemps est un ajout souhaité au calendrier.

Le Thunder d’Edmonton a participé pour une première fois au Tournoi annuel de mise en valeur des joueuses en 2013 et a affiché un bilan de 2-2. « Nous voulions affronter des équipes contre lesquelles nous n’avions jamais joué », a précisé l’entraîneuse-chef Cassea Schols, « des équipes contre qui nous pouvions évaluer nos chances de nous rendre au tournoi national. »

Une de ces équipes contre qui le Thunder a disputé un match a été les Wolves de Whitby, toujours une bonne formation de l’Ontario. Schols a affirmé que le match a eu l’effet d’une révélation, surtout chez les joueuses qui en étaient à leur première saison : si l’équipe en vient à retourner à Stoney Creek, elle doit se préparer à un type de jeu beaucoup plus robuste que ce à quoi elle est habituée dans la catégorie bantam.

Whitby a remporté le match 1-0 ce jour-là, et chacune des équipes aimerait se rencontrer à nouveau lorsque les enjeux seront plus élevés et que les équipes se seront complètement plongées dans ces rencontres. « Vous vous attendez toujours à affronter une équipe très différente en avril que celle que vous avez côtoyée en septembre, » souligne Keven Shram, l’entraîneur-chef de Wolves. « Je m’attends à ce que d’ici le mois d’avril un rapport complet de dépistage soit fait sur les joueuses. »

L’exercice d’affronter des adversaires inconnus a aussi entraîné Kim Perepeluk et ses Rebels de Regina à se déplacer vers l’est. Si cette équipe remportait le titre de la région de l’Ouest, les joueuses seraient déjà familières avec ce que représentent les déplacements, l’hébergement et les distractions qui les attendent à leur retour.

Elles ont aussi acquis l’expérience d’affronter les Sabres à domicile dans leur aréna. Les Rebels ont défait leurs hôtesses 1-0 devant une foule partisane nombreuse. (« Si elles reviennent, je vais l’afficher [ce résultat] à la grandeur du mur! », se moque en riant l’entraîneur-chef des Sabres Brian Cleary. « Ça fait partie des détails croustillants qu’un entraîneur peut utiliser pour motiver ses troupes. »)

Pour les Rebels, jouer du hockey de compétition à un niveau élevé loin de chez elles a eu pour effet qu’elles ont accumulé un bilan de saison de 24-2-1-1 et remporté le titre de la saison régulière de la Ligue de hockey midget AAA féminin de la Saskatchewan.

« Le tournoi nous a non seulement aidés à nous préparer en tant qu’équipe grâce aux adversaires contre qui nous avons joué, mais il nous a aussi montré à quel point le hockey féminin s’est amélioré, et comment nous devrons progresser pour connaître du succès, » déclare Perepeluk.

Six mois plus tard, la fin de la saison est en vue. « Le championnat national est certainement quelque chose dont nous parlons en début de saison en établissant notre objectif comme équipe, » précise Schols. « Nous voulons constamment être cette équipe du Thunder qui revient sans cesse (Edmonton s’est qualifiée pour la Coupe Esso depuis son événement inaugural en 2009). »

Maintenant que la communauté-hôtesse a été visitée – tout comme Niagara Falls et le Temple de la renommée à Toronto –, le tourisme hors glace est chose faite. « Nous pourrons nous concentrer sur le hockey et pas sur les visites que nous avons faites au début de l’année. »

C’est plus court de se rendre de Whitby à Stoney Creek, et Schram croit que la connaissance que son équipe a maintenant de la ville, de l’aréna et des gens de l’organisation du tournoi devrait les aider dans leur quête de la victoire. De plus, le fait de n’avoir que 90 minutes de déplacement permettra à beaucoup plus de parents et amis de venir et de remplir les gradins du Gateway Ice Centre parés des couleurs or et bleu des Wolves.

Alors que les mots « Coupe Esso » n’ont pas encore été prononcés par l’entraîneur, Perepeluk croit que l’espoir qu’ils suscitent est présent dans le vestiaire des Rebels. « Plusieurs joueuses s’y trouvaient l’an passé, ce qui fait que nous n’avons même pas à en rajouter. »

Ayant joué dans le passé contre les meilleures équipes, comme le Thunder et les Sabres, les Rebels connaissent le niveau de compétition qui les attend cette saison à leur retour à Stoney Creek.

Les joueuses aimeraient bien conclure leur saison dans la même ville que celle où elles l’ont amorcée, affrontant les équipes qu’elles ont croisées six mois plus tôt. « La plus grande leçon que nous avons tirée », avoue Perepeluk, « est de reconnaître à quel point ces équipes sont bonnes, et comment nous devons être à la hauteur pour pouvoir les affronter. »


Pour plus d'informations :

André Brin
Directeur, communications
Hockey Canada
403-777-4557
abrin@hockeycanada.ca

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: