© Matthew Murnaghan/Hockey Canada Images
Se dresser devant le défi
Avec son poste en péril au sein de la formation, James Gemmell a répondu à l'appel pour revenir avec l'équipe nationale sur luge du Canada
Wendy Graves
|
8 décembre 2016
|

James Gemmell sait ce que ça représente d'être retranché de l'équipe nationale sur luge du Canada. Après avoir fait ses débuts avec la formation au Défi mondial de hockey sur luge 2008 – qui se tenait par coïncidence à Charlottetown, Î.-P.-É. – il n'a pas fait partie de l'équipe plus qu'une fois par année lors des deux années suivantes.

« J'en étais à mes débuts dans ce sport à ce moment », lance-t-il. « Ces joueurs de l'équipe nationale sont tellement rapides et habiles, c'était difficile de m'adapter et d'apprendre le nécessaire pour jouer sur la scène internationale. »

Gemmell a ajusté son jeu et au cours des six dernières années, il a été une présence constante à la ligne bleue de la troupe canadienne.

À la fin de la saison 2015-2016, il s'est retrouvé dans une situation inconfortable à laquelle il était familier. Le jeu était rendu si rapide et, comme huit ans auparavant, Gemmell s'avérait un risque d'être laissé de côté.

« Nous lui avons dit qu'avec la vitesse et les habiletés avec la rondelle des joueurs de cette équipe, il aurait beaucoup de travail à faire à l'été pour se tailler un poste au sein de la formation l'année suivante », confie Ken Babey, entraîneur-chef de l'équipe nationale sur luge du Canada. « Nous avons toujours voulu être honnêtes et directs et indiquer un chemin à prendre à un joueur si c'est celui qu'il veut emprunter. »

Gemmell ne manque pas de dévouement envers son sport. Seul membre de l'équipe nationale sur luge du Canada à vivre en Colombie-Britannique, il s'entraîne souvent seul. Mais n'ayant aucun accès à une patinoire environ cinq mois par année à Quesnel, son entraînement et sa condition physique peuvent être affectés. Du propre aveu de Gemmell, il transportait un poids plus élevé qu'il aurait dû.

« J'ai vu comment le hockey sur luge a évolué depuis que j'ai commencé à jouer il y a 10 ans et ce n'est pas un sport pour des gars avec un surplus de poids. » Ce n'est plus un jeu où on te demande simplement de distribuer de grosses mises en échec. »

Le hockey sur luge est maintenant un jeu de finesse et les entraîneurs ont mis Gemmell au défi de s'adapter au changement en devenant plus mince et plus fort.

Le tout a commencé avec un vélo à main.

Gemmell a roulé jusqu'à 60 kilomètres par jour, jusqu'à cinq jours par semaine dans les environs de Quesnel. Pour toutes ces côtes qu'il montait, les livres restaient derrière.

Vingt-deux livres plus tard – et en moins – Gemmel est un nouveau joueur.

« L'entraîneur m'a surnommé "Slim Jim » la première fois qu'il m'a vu », confirme Gemmell. « Aussitôt mon arrivée, tout le monde a remarqué ma perte de poids et a fait des commentaires. J'ai vraiment senti que j'avais fait le travail nécessaire quand les gens ont immédiatement vu que j'avais fait le travail pour aider l'équipe. »

Il est devenu l'un des joueurs les plus rapides de l'équipe après avoir été l'un des plus lents. Il a amélioré son tir et son maniement de rondelle.

« Il y a un gars qui est ici et qui se dresse devant le défi », lance Babey. « C'est la raison pourquoi je dirige, pour voir des changements positifs chez des gens. Ça vous rend très fier et très honoré de travailler avec ces personnes à titre d'entraîneur. »

Et les changements sont plus profonds aussi.

« Je suis vraiment plus confiant », admet Gemmell. « Perdre ce poids et gagner plus de vitesse m'ont donné beaucoup de confiance en mon jeu. Je le ressens sur la patinoire. »

Ce que Gemmell ne veut pas ressentir, c'est le même sentiment qu'il y a huit ans. Les leçons apprises de ces retranchements hâtifs sont restées avec lui. Il savait ce qu'il manquait en ne jouant pas et il n'était pas prêt à laisser cette partie de sa vie derrière.

« Les enfants grandissent avec le rêve de porter les couleurs d'Équipe Canada et j'ai eu la chance de le vivre », confie Gemmell, qui a disputé 64 rencontres et gagné huit médailles d’or avec l'équipe nationale sur luge du Canada. Aujourd'hui âgé de 36 ans, il est le doyen de la formation. « Je vieillis et ma carrière achève, alors si j'étais retranché à nouveau d'Équipe Canada aujourd'hui, je ne suis pas certain que je serais en mesure de revenir. »

À la place, Gemmell est de retour à Charlottetown et il est un nouveau joueur, là où tout a commencé.

« J'étais vraiment excité de me retrouver ici mais nerveux », dit-il. Cette semaine, il se trouve à Charlottetown à l'occasion du Défi mondial de hockey sur luge pour la première fois depuis ce temps. « Je suis excité d'être de retour. Je veux juste jouer au hockey sur luge. Jouer, c'est tout ce que je veux. C'est ce que j'aime faire. »

Pour plus d'informations :

Lisa Dornan
Directrice des communications
Hockey Canada
403-777-4557 / 403-510-7046 (mobile)
ldornan@hockeycanada.ca

 

Morgan Bell
Responsable, communications
Hockey Canada
403-284-6427 / 403-669-1261 (mobil)
mbell@hockeycanada.ca

 

Esther Madziya
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6484
emadziya@hockeycanada.ca

 

Videos
Photos
OLY 2018 : CAN 5 – OAR 0 (Demi-finale)
Wakefield marque 2B et le Canada passe en finale pour la sixième fois.
OLY 2018 : CAN 4 – KOR 0 (Préliminaire)
Quatre joueurs marquent, Poulin a un JB et le Canada passe en ¼ fin.
OLY 2018 : CZE 3 – CAN 2 TB (Préliminaire)
Mason Raymond et René Bourque marquent en AN, mais le Canada subit un revers contre les Tchèques.
OLY 2018 : CAN 5 – SUI 1 (Préliminaire)
René Bourque et Wojtek Wolski ont deux buts et le Canada bat la Suisse à son premier match aux JO.
Horaire
Close
Credit