Reseau de Hockey Canada |
Événements
Défi mondial des m17
Coupe des 4 nations
Coupe Deutschland
Nouvelles
Comparaisons Avec Crosby :; Mackinnon Apporte de L'Offensive Au M17
Alyssa McDonald
|
WU17.02.11
|
2 janvier 2011
|
|

Le fait de jouer à titre de joueur surclassé avec l’Atlantique n’est qu’un élément que Nathan MacKinnon doit surpasser au Défi mondial de hockey des moins de .

Il y a également les comparaisons inévitables avec un certain champion de la Coupe Stanley et médaillé d’or olympique qui vient du même patelin que lui, soit Cole Harbour, N.-É.

« C’est flatteur d’être comparé à lui, mais ça représente de grosses chaussures à remplir », dit MacKinnon de Sidney Crosby, qui a grandi à deux pas de la famille MacKinnon en banlieue de Halifax.

Les ressemblances entre les deux sont évidentes. Ils ont joué dans le système de hockey mineur de Cole Harbour, ont passé du temps à Shattuck St. Mary’s, une école secondaire privée des États-Unis, à Faribault, Minnesota, offrant un programme de hockey, et ont joué au DM17 comme joueur surclassé. Crosby était le capitaine de la Nouvelle-Écosse à l’âge de 15 ans aux Jeux d’hiver du Canada de 2003 tandis que MacKinnon mène l’Atlantique, ayant marqué lors des trois matchs.

Pour MacKinnon, le fait d’avoir suivi les traces de Crosby à Shattuck a amélioré son jeu. L’athlète de 15 ans sent qu’il est apte à prendre de meilleures décisions en situation de match et à réagir à différentes situations sur la glace. Il raconte que c’est la qualité du programme et la liste d’anciens, comprenant les deux derniers capitaines champions de la Coupe Stanley, Crosby et Jonathan Toews, qui l’ont motivé à parcourir les 2400 kilomètres qui le séparaient de la maison pour vivre un rêve de joueur de hockey.

Il a été la vedette d’une équipe bantam Tier I de Shattuck, récoltant 101 points (54 buts et 47 passes) en 58 parties. Il a aidé les Sabres à atteindre la demi-finale au Championnat national des États-Unis. Avant le début de la pause du temps des fêtes de cette année, il avait amassé 41 points (22 buts et 19 passes) pour l’équipe des M16 de l’école.

L’entraîneur-chef de la formation des M16 Christian Bragnalo raconte que le bon coup de patin de MacKinnon et sa compétitivité représentent une « dangereuse combinaison » pour ses adversaires, mais il est trop tôt pour le comparer à Crosby. Bien que Bragnalo n’ait jamais dirigé Crosby, il dit « qu’il n’y a aucun doute que Nate est un joueur dynamique, comme Sid. »

John Lafontaine, qui était l’entraîneur de MacKinnon l’an dernier au niveau bantam, affirme que ce serait « injuste de mettre autant de pression sur les épaules de Nate », en ce qui a trait à sa comparaison avec Crosby. Il dit que MacKinnon a un grand potentiel et qu’il est plus fort sur ses patins que la majorité des autres joueurs qu’il a dirigés à cet âge.

MacKinnon avoue que son coup de patin est sa plus grande force. Il travaille sur cet aspect depuis qu’il est jeune. Le père de MacKinnon, Graham, rappelle qu’il lui a fait enfiler des patins de hockey pour la première fois à l’âge de deux ans. « Il a simplement avancé et s’est mis à patiner. »

Le deuxième joueur le plus jeune du tournoi des M17 (Jérémy Grégoire du Québec est le cadet de la compétition par seulement quatre jours), MacKinnon affirme qu’il ne pensera pas à son âge lorsqu’il embarquera sur la glace à Winnipeg. Il voudra simplement profiter de « cette belle expérience d’apprentissage. »

Son entraîneur à Shattuck est sûr que MacKinnon saura s’imposer au tournoi, même à titre de joueur surclassé, et il n’y a qu’une raison pour l’expliquer.

« Il n’y a pas de secret expliquant pourquoi il est un bon joueur », dit Bragnalo. « Il travaille fort. »


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: