Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
50 ans de Fanatisme
Une Base D'Amateurs De La Communauté Aide La Ligue De Hockey De la C.-B.À Prospérer
Kristi Patton
|
WJAC.012.11
|
10 novembre 2011
|
|

Steve Maxnuk peut compter sur une main le nombre de matchs locaux des Vipers de Vernon qu’il a manqués depuis la saison 1999, deux d’entre eux pour le travail et un pour le mariage d’un ami.

« Oui, je ne pouvais d’aucune façon manquer le mariage », blague Maxnuk. « J’ai commencé à assister aux parties avec mon père lorsque je n’avais que cinq ou six ans. Je me suis attaché à l’équipe de ma ville. J’ai grandi en regardant les joueurs, ils étaient mes idoles. C’était comme si j’avais un club de la LNH dans ma cour arrière. »

À sa 22e année comme détenteur d’un abonnement annuel, on peut sentir l’excitation dans sa voix lorsqu’il parle de la saison 2011-12 de la Ligue de hockey de la C.-B. Bien que les années n’ont pas été trop parsemées d’embûches pour Maxnuk, les Vipers étant six fois champions nationaux et ayant remporté à douze reprises la Coupe Fred Page comme champions de la BCHL, ce ne sont pas les titres qui font qu’il revient chaque année,

« La BCHL est une ligue rapide et compétitive et les joueurs sont très habiles. Ce n’est pas grave qu’ils soient âgés de 16 à 20 ans. Chaque soir dans ce circuit, on peut assister à des parties très excitantes », raconte Maxnuk.

Vernon a affiché l’une des meilleures moyennes d’assistance de la ligue année après année. Jumeler cette ambiance au plaisir de blaguer avec d’autres partisans dans sa section. Maxnuk explique que les amateurs se réunissent souvent durant les entractes pour y aller de leur propre analyse de la période. Il y a toujours aussi la possibilité de voir des joueurs qui évolueront vers une plus grande ligue un jour. Duncan Keith, Brett Hull, Scott Gomez et Mark Recchi sont des membres de la LNH qui ont déjà joué dans cette ligue.

Le commissaire de la BCHL, John Grisdale, affirme que le 50e anniversaire de la ligue n’est pas le fruit du hasard. La récente acquisition de la Coupe RBC et le fait d’avoir été choisie trois fois lors des six dernières années pour accueillir le Défi mondial junior A sont la preuve que la ligue peut livrer la marchandise.

« Les 16 formations contribuent à créer une marque de hockey très excitante. Chaque équipe est vraiment le point central de sa communauté, comme les Canucks de Vancouver, leurs partisans sont fascinés par eux. Et alors vous ajoutez le calibre de jeu et l’intérêt des joueurs de la Ligue de hockey de la C.-B. qui proviennent de partout en Amérique du Nord et vous avez du hockey de qualité », commente Grisdale. Il ajoute que l’an dernier, la ligue a établi un record de 128 joueurs qui ont reçu une bourse d’études d’universités américaines ou canadiennes.

Afin de garder le hockey junior en santé dans la province, la ligue a instauré des règles pour s’assurer que les amateurs aient du bon temps lorsqu’ils viennent à l’aréna. Dans le cadre du 50e anniversaire, une promotion spéciale sera en vigueur les 25 et 26 novembre, du nom de la « fin de semaine des rivalités ». Il s’agit d’un défi d’équipe où de l’argent sera amassé par des tirages moitié-moitié. Les profits seront versés à la B.C. Children's Hospital.

« Nous encourageons vraiment les amateurs à participer, sachant que l’argent ira à la B.C. Children's Hospital. Les équipes affronteront leur rivale et inviteront les partisans à amasser le plus d’argent possible », note Grisdale.

Les efforts pour les œuvres caritatives ne sont qu’une manière d’établir une relation avec la communauté. Dans une semaine typique, les joueurs font des apparitions lors d’événements spéciaux, de parades et de séances dans les écoles pour lire des histoires aux jeunes ou avec eux ou simplement jouer un match de hockey balle.

« Je pense que l’accessibilité des joueurs est excellente dans cette ligue. Les amateurs peuvent les connaître et ces derniers font partie de la communauté », explique le directeur des ventes et du marketing des Clippers de Nanaimo, Jen Kennedy. « Les gens de Nanaimo s’attachent aux joueurs, peu importe d’où ils viennent, et je crois que c’est vraiment ce lien que les hockeyeurs créent avec les partisans qui établit la loyauté et l’appui de toutes les communautés qui accueillent un club de la Ligue de hockey de la C.-B.»

Les Clippers, qui sont une copropriété de l’ancien de la LNH, Kelly Hrudey, ont instauré une culture du hockey si forte, que d’anciens joueurs veulent y retourner. Michael Olson, qui a porté les couleurs des Clippers de 20, est aujourd’hui un entraîneur adjoint du club.

« Ce qui compte le plus pour moi ici, c’est la culture générale, la famille d’accueil, la communauté, leur amour pour le hockey et le succès que j’ai eu ici », mentionne Olson pour expliquer pourquoi il est revenu. « C’est un bel endroit pour moi pour amorcer ma carrière d’entraîneur parce que c’est également une façon de redonner à la communauté et à l’organisation qui en a tant fait pour moi. »

Ayant joué dans la NCAA et la moitié d’une saison dans l’ECHL, Olson explique que l’attirance que les partisans ont pour la BCHL vient de leur passion pour les joueurs.

« Je pense que les gens aiment regarder du hockey junior parce que c’est excitant chaque soir et que les jeunes donnent tout ce qu’ils ont tous les soirs. Il y a 40 jeunes qui sautent sur la glace pour tenter de mériter les deux points et faire tout ce qu’ils peuvent pour remporter le duel. Voilà pourquoi c’est divertissant », conclut Olson.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: