Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Prêt Pour Le Grand Jour; Derek Grant, Ancien du Dmja, Se Prépare à Sa Première Saison Professionnelle
Gary Ahuja
|
WJAC.010.11
|
8 novembre 2011
|
|

N'importe quel athlète canadien vous dira qu'il n'y a pas un sentiment plus agréable que celui de revêtir le chandail d'Équipe Canada et d'entendre l'hymne national.

Il y a trois ans, Derek Grant l'a vécu lorsqu'il a porté la feuille d'érable et représenté Canada Ouest au Défi mondial junior A 2008, à Camrose, Alb., remportant la médaille d'argent.

Les émotions patriotiques de jouer pour son pays et l'excitation de compétitionner contre l'un de ses principaux rivaux ont mené à une expérience dont Grant va toujours se souvenir.

 « Le moment phare a été le duel face aux Russes », affirme Grant, à propos d'une victoire intense en émotions de 5-2 en ronde préliminaire au cours de laquelle le natif d'Abbotsford, C.-B. a inscrit deux buts en supériorité numérique. « C'était phénoménal. Il y avait beaucoup de bruit dans l'aréna et tout le monde portait un chandail du Canada. Certains d'entre eux n'étaient peut-être même pas des amateurs de hockey, mais ils nous encourageaient parce que nous étions des Canadiens. »

Comme pour tant de joueurs qui ont pris part au Défi mondial junior A avant et depuis, ce tournoi a permis à Grant de se mesurer aux meilleurs au monde, une chance dont peu de joueurs bénéficient.

« C'est définitivement spécial, quelque chose que vous ne pourrez ressentir tant que vous ne porterez pas le chandail canadien », dit-il à propos du sentiment de représenter son pays.

Seul membre des Chiefs de Langley avec Canada Ouest, Grant gardera l'œil ouvert sur l'événement de cette année, alors que son ancien domicile du junior A recevra le monde dans le cadre du Défi mondial junior A 2011.

Le jeune de 21 ans a terminé son stage junior et se prépare pour sa toute première saison dans le hockey professionnel.

Quatrième choix au repêchage des Sénateurs d'Ottawa de la LNH en 2008, après avoir récolté 49 buts et 123 points en 92 parties, pendant deux saisons avec les Chiefs, Grant a pour la première fois goûté au hockey professionnel au printemps avec le club-école des Sénateurs, à Binghamton. Il venait de quitter l'Université Michigan State à la suite de sa deuxième campagne.

« Il était grand et maigre, mais il semblait avoir beaucoup de talent et de bonnes habiletés offensives », dit Tim Murray, adjoint au directeur général d'Ottawa, en réponse à la décision de sélectionner Grant au 119e rang.

Blessé au 7e match de la première ronde des séries des Senators face à Manchester, Grant a vu de la galerie de presse Binghamton remporter la Coupe Calder, en tant que champion de la LAH.

Il était prêt à jouer la finale de la Coupe Calder face aux Aeros de Houston, mais l'équipe allant bien et étant relativement en santé, le personnel d'entraîneurs ne voulait pas apporter de changement, donc Grant n'a pu y participer.

« C'est probablement plus stressant d'être dans la foule que sur la glace » admet-il. « C'est une situation définitivement difficile lorsque vous voulez jouer. »

Murray confirme que cet attaquant de puissance de 6 pieds 3 pouces et 197 livres s'est présenté au camp d'entraînement très bien préparé, grâce entre autres à son expérience de 21 parties avec le club-école des Sens.

« Ça lui a donné une bonne idée de ce que ça prend pour être un professionnel », raconte Murray.

« Il est venu ici en confiance et il a travaillé fort. Je crois que tout cela était dû à son expérience avec Binghamton l'an dernier. »

L'entraîneur adjoint de Grant lors des deux dernières saisons, à Michigan State, où Grant a dominé la formation avec 20 buts et 63 points en 76 rencontres, voit beaucoup de positif dans cet attaquant de puissance en plein développement.

« Il y a beaucoup de potentiel dans le développement de sa carrière de hockey », lance Tom Newton. « Sa capacité à manier la rondelle et à préparer des jeux est son point fort. »

Grant est prêt à la rigueur d'une saison complète dans le hockey professionnel, ce qui n'est pas toujours aussi fascinant que ça peut sembler pour les gens de l'extérieur, notamment dans les ligues mineures.

« Ça peut être très éreintant », dit-il. « Autant je n'appellerais pas ça un boulot, je peux dire que c'est un travail. »

« Je veux être certain d'être bien compris, nous pratiquons le sport que nous aimons et nous sommes payés pour ça. »

« Je ne crois pas que c'est un boulot, mais c'est plusieurs heures et beaucoup de voyages. »


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Morgan Bell
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6427
mbell@hockeycanada.ca

   
 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: