Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
Le Sourire Entraîne Le Succés Pour L'Équipe Nationale De Hockey Sur Luge De La Norvége
Kristen Lipscombe
|
SLD.010.11
|
6 décembre 2011
|
|

Qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, sur la patinoire ou à l’extérieur de celle-ci, Stig Tore Svee et Morten Vaernes ont toujours le sourire aux lèvres.

L’attitude positive des joueurs norvégiens a porté des fruits lors du Défi mondial de hockey sur luge 2011 où, malgré trois défaites à l’aube du dernier jour du tournoi, l’équipe a quitté le tournoi avec une médaille au cou.

C’est peut-être aussi pourquoi Svee et Vaernes n’ont aucun problème à rire l’un de l’autre et d’eux-mêmes malgré le fait que, vers la fin des années 1990, les deux ont été impliqués dans des accidents dévastateurs dans lesquels ils se sont fracturé le dos ce qui a changé leur vie à tout jamais.

« Je me suis fracturé le dos en planche à neige. J’ai tenté un saut périlleux arrière et je l’ai réussi à moitié », raconte Vaernes, qui est originaire d’Oslo, à propos de cette descente fatidique sur une montagne norvégienne en 1999.

« Cinquante pour cent » ajoute Svee, son coéquipier, en le taquinant.   

« Je me suis approché de la fenêtre et je me suis assis. La fenêtre était un peu trop basse pour moi alors j’ai perdu l’équilibre et je suis tombé par la fenêtre », dit-il au sujet de l’accident qu’il a subi pendant une fête de la veille du Jour de l’an dans sa ville d’origine de Trondheim. « Moi aussi, je n’ai réussi mon saut périlleux arrière qu’à moitié. »

« Involontairement », ajoute Vaernes, rendant la pareille à son ami.

Après leur accident, les deux sont passés directement de leur lit d’hôpital à la patinoire et ils sont des accrocs du hockey sur luge depuis ce temps.

« Je jouais au hockey avant, alors c’était naturel pour moi de continuer », dit le défenseur Svee avant d’expliquer, en riant, la façon dont il a initié Vaernes au sport. « J’ai dû le tirer du lit. »

« Avant, plus maintenant! », affirme l’avant Vaernes en parlant de ce qui est rapidement devenu son activité préférée surtout, en grande partie, à cause de sa vitesse fulgurante et de l’intensité. « C’est de l’action! »  

« C’est amusant, c’est robuste et c’est de la glace, des bandes et des rondelles », renchérit Svee. « C’est parfait. »

La fiche de son équipe au Défi mondial de hockey sur luge cette année a été loin d’être parfaite, puisque les Norvégiens ont cumulé une fiche de 2 -3 – leurs deux victoires survenant contre le Japon, une en ronde préliminaire, l’autre dans le match pour la médaille de bronze.

« Champions mondiaux l’an prochain! », a déclaré Vaernes en faisant référence à la sixième édition du Championnat mondial de hockey sur luge du CIP qui aura lieu en Norvège l’an prochain.

« On ne sait jamais », dit Svee. « Nous (étions) de toutes les finales au championnat mondial et aux Paralympiques, de 1992 jusqu’à l’an dernier à Vancouver, alors je crois que nos chances sont bonnes. Nous devons penser comme ça. »

« C’est ce genre d’attitude qui a permis aux deux joueurs de surmonter les défis associés à leurs blessures et de devenir capitaines adjoints de l’équipe nationale de hockey sur luge de la Norvège. »

« Personnellement, j’ai pris cela comme un défi, je devais continuer », explique Svee, 48 ans, de la façon dont il a réagi à son incapacité.

« Il faut prendre les choses comme elles viennent », souligne Vaernes âgé de 30 ans. « Cela rend tout beaucoup plus facile. »  

Avec un bassin d’un peu plus de 40 joueurs de hockey sur luge en Norvège, Svee, Vaernes et leurs coéquipiers de l’équipe nationale savent comment rire en encaissant les coups et comment sortir gagnants.

« Je pense que nous devons simplement faire ce que nous faisons », a dit Svee en parlant de la façon dont la Norvège pourrait transformer une médaille de bronze en une médaille d’or lors d’événements futurs. Avec son rire type, Svee admet qu’il fait un peu cliché, mais il réalise l’importance de garder une « attitude positive ».

« Vous pouvez faire n’importe quoi », dit-il de sa façon de voir le hockey sur luge et la vie en général.

« Faites-le parce que vous croyez que c’est amusant », dit Vaernes, le sourire aux lèvres, évidemment. « C’est ce qu’il y a de plus important. »


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Keegan Goodrich
Coordonnateur, médias
Hockey Canada
403-284-6484
kgoodrich@hockeycanada.ca

 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: