Reseau de Hockey Canada |
Nouvelles
L'Ancienne de L'Équipe Nationale Féminine,; Danielle Dubé, Parmi Quarante Femmes Déterminées; Qui Jouent Dans Le Plus Long Match du Monde; Pour la Recherche Sur la Fibrose Kystique
Kristen Lipscombe
|
NWT.008.11
|
31 août 2011
|
|

Pour Danielle Dubé, sauter sur la glace pour le plus long match de hockey au monde dans le but d’amasser des fonds et conscientiser les gens à la cause de la fibrose kystique a nécessité la même préparation physique et mentale que si elle prenait part au camp d’entraînement d’Équipe Canada.

Maintenant qu’elle et 39 autres femmes qui enfilent les patins pendant 10 jours de suite sont à mi-chemin de leur match marathon, Dubé continue de mettre en pratique ce qu’elle a appris durant son expérience avec l’équipe nationale féminine du Canada. Elle le fait non seulement pour aider ce groupe déterminé à fracasser un record Guinness, mais aussi pour amasser au moins 400 000 $ pour Fibrose kystique Canada et ultimement, trouver un remède contre la maladie la plus meurtrière chez les jeunes Canadiens.

« Je mange le plus possible lorsque je peux et je dors le reste du temps, du moins j’essaie… et je saute sur la glace lorsqu’on me le demande », racontait Dubé cette semaine au Canlan Ice Sports, complexe de 8 glaces, où elle venait de terminer un quart de cinq heures sur la patinoire. « Aux camps d’Équipe Canada, il y avait deux séances sur glace par jour, mais lorsque nous étions à l’extérieur de la patinoire, il y avait rarement des temps morts. C’est donc dans cette mentalité que je me suis préparée. »

Lors de la première mise en jeu pour le plus long match pour la fibrose kystique vendredi matin passé, Dubé et les autres joueuses de hockey bénévoles ont amorcé une séance de quatre heures sur la surface glacée, suivie de huit heures en dehors. Mais alors que l’ambitieuse levée de fonds se poursuivait, de dures blessures ont forcé certaines patineuses à rester plus longtemps dans le match.

« Tout le monde a les pieds si endoloris avec des ampoules et des marques de patin », témoigne Dubé. « Le plus gros défi auquel nous faisons face présentement est l’approvisionnement en fournitures médicales. Nous n’en avons pas suffisamment. »

Dubé joue à l’avant, au lieu d’être devant le filet comme elle était habituée, puisqu’elle s’est cassé un doigt à son poste de pompière la semaine passée. « J’ai convaincu le médecin d’enfoncer les tiges pour que je puisse jouer, mais je ne peux occuper un poste de gardienne étant donné qu’il m’est impossible d’utiliser ma mitaine. »

Mais la douleur d’une blessure sportive mineure est incomparable avec celle causée par de sévères problèmes de respiration liés à la fibrose kystique ou de la perte d’un être cher beaucoup trop tôt des suites de cette maladie génétique. Ce sont ceux qui sont touchés par la fibrose kystique, qui cause une épaisse couche de mucus qui enflamme et infecte les poumons, qui motivent les centaines de bénévoles sur et hors glace qui en sont à la moitié du parcours de 243 heures de ce match de hockey, à Burnaby, C.-B.

Le fait d’avoir atteint mardi la marque de 100 000 $ et de la 100e heure de la partie permet de les garder concentrées dans l’aréna.

« L’ambiance est absolument électrique », explique la porte-parole Karen Sunner. Elle ajoute qu’une autre manière d’aider pour ceux dans la région est de venir faire leur tour pour encourager les joueuses qui fournissent ce grand effort. « Je suis si fière de leur immense dévouement. »

Pour la responsable de l’événement, Val Skelly, le plus long match pour la fibrose kystique est une façon de garder sa promesse.

« J’ai rencontré une jeune fille du nom de Lucia (Tavano), qui était atteinte de cette maladie et nous sommes devenues de très bonnes amies », explique-t-elle. « Elle est décédée à l’âge de 27 ans et je lui avais dit avant qu’elle meure que je ferais quelque chose de gros pour la fibrose kystique. »

Skelly a aussi grandi en jouant au hockey, donc rassembler ses bonnes amies pour une bonne cause était juste normal.

« Existe-t-il une meilleure manière de parler de la fibrose kystique que dans un vestiaire », lance Skelly. « Le hockey est une affaire de respiration, de poumons et c’est un moyen de rassembler des gens, que ce soit pour les regarder jouer ou pour jouer. Il y a de la camaraderie. »

Dubé explique que plus elle en apprend sur cette maladie, plus elle réalise combien il y a de personnes qui ont un lien avec la fibrose kystique.

« Il y a une mère ici, des femmes qui n’ont pas d’enfant. Nous sommes toutes si différentes, mais nous nous rassemblons pour une bonne cause. »

Dubé, qui s’est entraînée avec les Canucks de Vancouver et qui a remporté l’or avec Équipe Canada au Championnat mondial féminin de 1997 à Kitchener, Ont., affirme que c’est pour cette raison que jouer le plus long match pour la fibrose kystique est « la chance d’une vie. »

« Le hockey m’a donné tant de possibilités », lance-t-elle. « C’est si plaisant de pouvoir se servir du hockey pour redonner. »

Que ce soit pour faire un don directement au plus long match pour la fibrose kystique ou pour commanditer une joueuse, veuillez visiter le LongestGame4CF.com, où vous pouvez aussi visionner l’action en direct et voir les minutes s’écouler vers l’atteinte d’un record pour la plus longue partie. Des fournitures médicales peuvent être données au complexe 8 glaces de Burnaby, sur la rue Sprott.

Vous pouvez également obtenir des mises à jour régulières en provenance de l’aréna en vous abonnant à la page Facebook « Longest Ice Hockey Game 4 CF » ou en suivant le www.Twitter.com/longestgame4cf.


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

Morgan Bell
Coordonnatrice, relations médias
Hockey Canada
403-284-6427
mbell@hockeycanada.ca

   
 

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: