Reseau de Hockey Canada |
Événements
Défi mondial des m17
Coupe des 4 nations
Coupe Deutschland
Nouvelles
Écrit-On V's Ou Vees?
Retour Sur L'Histoire Du Hockey å Penticton
Emanuel Sequeira
|
WJA.014.10
|
9 novembre 2010
|
|

Est-ce les Vees ou les V’s? Lorsqu’ils font référence à leur équipe de hockey junior actuelle, les gens de Penticton les appellent les Vees. Cependant, lorsqu’ils font référence à l’important patrimoine au hockey de Penticton, ils les appellent les V’s.

Au cours des 55 dernières années, les joueurs qui ont endossé les différents chandails de hockey des équipes de Penticton ont été aussi uniques que le nom lui-même – qui a été suggéré par une femme au foyer qui voulait que le nom de l’équipe soit symbolique de ce qui représentait le mieux la ville : des mots comme pêches, vedette, vaillant et vétéran est ressorti le simple « V » qui a tant contribué à la fierté de la ville.

Le succès n’a pas tardé pour les V’s qui se sont joints à la Ligue de hockey senior de l’Okanagan en 1951. Ils ont remporté la Coupe Allan en 1954 et le championnat mondial en 1955, ce dernier par une victoire décisive de 5 -0 sur l’Union soviétique à Krefeld en Allemagne de l’Ouest.

« L’entraîneur russe a déclaré le lendemain “Vous direz à ces Canadiens que notre équipe ne sera plus jamais blanchie” », a raconté le gardien des V’s Ivan McLelland au Penticton Western News en 2007. « Il aura fallu 50 ans avant que Justin Pogge (un autre résidant de Penticton) ne réussisse l’exploit à nouveau. C’était tout simplement une disgrâce nationale pour eux, comme ce l’aurait été pour nous. »  

« Quand nous leur avons collectivement botté le derrière, cela a donné naissance à la rivalité entre le Canada et la Russie. »

La ligue et l’équipe ont été dissoutes six ans plus tard. L’équipe a ensuite été remplacée par les Junior Vees puis par les Broncos en 1964.

De jeunes joueurs comme Bob Nicholson, maintenant président et chef de la direction de Hockey Canada, l’ancien joueur de la LNH, Bruce Affleck, et le commentateur actuel des Vees à la radio, Chad Campbell, ont mené l’équipe à son premier championnat provincial midget en 1969-70.

En 1970-71, six joueurs de l’équipe ont accédé aux Broncos juniors A et ont représenté la Colombie-Britannique à la Coupe Centennial.  

À leur troisième année, ils ont accédé à la finale de l’Ouest canadien où ils ont affronté Portage la Prairie, s’inclinant en sept matchs. Lors des éliminatoires menant à la finale, l’équipe a disputé 32 matchs en 36 soirs dont une victoire improbable sur Kamloops dans le septième match.

« Personne ne nous donnait la moindre chance », affirme Campbell, qui est toujours ami avec ses coéquipiers de l’époque. « Le bruit était assourdissant alors que nous étions dans le vestiaire sous les gradins. »

Un de ces amis est Ed Dempsey, originaire de Kamloops.

« C’était un endroit superbe où jouer », a dit Dempsey, maintenant entraîneur des Spruce Kings de Prince George de la BCHL. « Mes premiers souvenirs du hockey junior à Penticton sont de Jackie Taggart fils, qui à l’époque était probablement l’équivalent de Bobby Orr dans l’Ouest. »  

Les victoires se sont poursuivies dans les années 1980 avec Larry Lund, fondateur de l’école de hockey Okanagan, comme propriétaire des Knights de Penticton, travaillant avec l’entraîneur Rick Kozuback et Nick Iannone. En 1984-85, les Knights ont perdu la finale de la Coupe Centennial, mais ils allaient reprendre le titre la saison suivante. John DePourcq de Summerland, qui était le seul joueur originaire de la ville au sein de l’équipe, a déclaré que les entraîneurs étaient avant-gardistes.  

« Nos séances d’entraînement étaient deux fois plus difficiles que les matchs », dit DePourcq. « Lors des matchs, nous écrasions les autres. Peu importe le style de jeu qu’ils adoptaient, nous pouvions les affronter. C’était du hockey amusant. »

Les Knights ont fait salle comble et n’ont perdu que cinq matchs. Lorsqu’ils perdaient, des bagarres éclataient.

« Lorsque vous vous présentiez chez nous, vous saviez que ça allait être tout un match », dit DePourcq.

Personne n’aurait donc dû être surpris lors du retour du hockey junior A dans la ville en 2005, à la suite de la dissolution des Panthers de Penticton, que l’équipe allait à nouveau s’appeler les Vees.

Scott Carter, qui fait partie du groupe de propriétaires des Vees, a approché McLelland pour lui parler du nom de la formation.

« Scott nous a fait preuve de respect, disant qu’il aimerait utiliser le nom des Vees à nouveau », explique McLelland. « Premièrement, ils n’étaient pas tenus de faire ça. Ils l’ont fait par politesse. J’ai trouvé cela très positif et regardez ce qui se passe maintenant. Le nom “V” paraît sur un chandail bantam. »

Le garçon qui avait seulement neuf ans lorsque les V’s ont été couronnés champions mondiaux a passé les 43 dernières années dans la galerie de la presse, témoin de la tradition.

« Ils avaient de bons joueurs à l’époque », dit le commentateur actuel des matchs des Vees, Al Formo. « Penticton a commencé à développer des joueurs pour le niveau suivant. Il y a toujours eu une grande fierté associée au fait de venir jouer à Penticton. »


Pour plus d'informations :

Francis Dupont
Responsable, relations médias/communications
Hockey Canada
403-777-4564
fdupont@hockeycanada.ca

facebook.com/hockeycanadafr

twitter.com/hockeycanada_fr

youtube.com/hockeycanadavideos

   
Videos
Photos
Horaire
Close
Credit  
Close
Photo Credit: